CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LES VIEUX, POEME, POEMES

Les vieux

Les vieux

unnamed

Les vieux

Ils se promenaient  tranquilles

Sur la grande place de l’église

L’un tenant l’autre

Et s’asseyant sur le banc à l’ombre du marronnier

La main dans la main les yeux dans les yeux

Ils souriaient au souvenirs d’autrefois

Et puis

L’un suivant l’autre

Ils sont partis se reposer

Dans le grand cimetière du village

A l’ombre des grands cyprès

Les vieux

Les vieux

Ils déambulent tristement

Le long des grands couloirs de l’hôpital  

L’un sans l’autre

Et assis sur des fauteuils

Ils ne sourient pas aux images en noir et blanc

Qui défilent devant leurs yeux

Et puis

L’un sans l’autre

Ils partent se reposer

Dans quelque cimetière de la ville

Sous une dalle dure et froide

Les vieux

Gabarit_blog_image_interieur_article.png solitude

®Claude Tricoire

3 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s