Non classé

La Vulgate, la Bible traduite par Saint Jérôme

Qu’est-ce que la Vulgate écrite par Saint Jérôme ?

Jerome2

Pendant de nombreux siècles, l’Église catholique s’est appuyée uniquement sur cette traduction.

Contrairement à l’époque actuelle où il est possible de trouver les textes bibliques en deux clics ou dans chaque librairie, il était difficile pour les premiers chrétiens d’avoir accès aux Saintes Écritures. En effet, elles ne furent compilées qu’au IVe siècle. Jusqu’alors, il existait plusieurs versions des Évangiles et des lettres de saint Paul ainsi que de l’Ancien Testament. En Occident, les chrétiens s’appuyaient sur des traductions grecques ou des traductions latines locales copiées et partagées au sein des différentes communautés.

Au fur et à mesure, ces traductions s’éloignèrent du texte original et certaines devinrent même corrompues. C’est pourquoi, en 382, le pape Damase Ier missionna saint Jérôme pour qu’il révise les traductions latines des Évangiles en s’appuyant sur les manuscrits grecs les plus anciens. Saint Jérôme se mit donc à la tâche. Une fois lancé dans cette entreprise d’envergure et piqué par la curiosité, il décida de ne pas s’arrêter aux Évangiles et enchaîna avec la traduction des psaumes. Il partit ensuite pour Jérusalem et une fois arrivé dans la Ville sainte, eut l’ambitieux projet de traduire l’intégralité de l’Ancien Testament en s’appuyant sur les textes d’origine rédigés en hébreu. Ce travail lui prit près de seize ans, mais il laissa certains livres de côté, à savoir la Sagesse, l’Ecclésiaste, Baruch et les Maccabées.

Une traduction officielle

1024px-Gutenberg_Bible,_Lenox_Copy,_New_York_Public_Library,_2009._Pic_01

Saint Jérôme s’attacha à traduire le texte hébreu dans un latin compréhensible tout en restant le plus fidèle possible au texte d’origine. Il fut l’un des tout premiers exégètes à mettre tant de soin dans la traduction biblique qu’elle devint rapidement la traduction de référence. Au fil des siècles, la traduction fut amendée à différentes reprises, mais l’Église continua de considérer que la Vulgate faisait autorité. Lors du concile de Trente, au XVIe siècle, elle fut identifiée comme vulgata editio (« édition vulgaire » ou commune) et désignée comme traduction officielle au sein de l’Église catholique romaine.

800px-Gutenberg_bible_Old_Testament_Epistle_of_St_Jerome

Ce n’est qu’à partir du XXe siècle que les traducteurs commencèrent à se détacher de la Vulgate pour revenir aux textes d’origine, par ailleurs assez proches de ceux sur lesquels saint Jérôme s’était appuyé au IVe siècle. Ainsi, la Vulgate a façonné la liturgie catholique pendant près de 1500 ans ! L’héritage laissé par saint Jérôme est immense, et a eu un impact considérable sur l’histoire de l’Église.

Les chrétiens du monde latin ont utilisé très tôt des traductions latines de la version grecque de la Bible juive (la Septante) ainsi que du Nouveau Testament, rédigé originellement en grec. On parle à propos de ce type de traduction de Vetus latina, (« vieille latine »). Au IVe siècle, cette Bible latine est jugée imparfaite. Jérôme, au cours de son séjour à Rome (382-385), avait déjà entrepris une révision de la traduction des Évangiles. Installé à Bethléem, en 386, Jérôme entend tout d’abord réviser la traduction latine de la Septante à partir des Hexaples d’Origène (Bible en six colonnes, quatre versions grecques et deux hébraïques). Ensuite, dans les années 390, il entreprend une traduction nouvelle de l’Ancien Testament à partir du texte hébreu, le seul inspiré à ses yeux. Il n’arriva pas au bout de cette traduction qui fut continuée par d’autres.

Ce retour à « la vérité hébraïque », au détriment de la Septante, ne s’imposa pleinement qu’au VIIe siècle. Désignée à partir du XIIIe siècle comme vulgata versio, « texte communément employé », la Vulgate fut déclarée traduction authentique par le concile de Trente en 1546. Elle comprend bien pour l’essentiel les traductions de Jérôme sur l’hébreu et ses révisions des Évangiles, mais également d’autres traductions latines qui ne sont pas de lui. Une version latine moderne, appelée Nova Vulgata, a été promulguée par Jean-Paul II en 1979.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s