A SAINT MICHEL DANS LE TEMPS DE PAIX, ANGES, ARCHANGES, CHRISTIANISME, EGLISE CATHOLIQUE, GILBERT KEITH CHESTERTON (1874-1936), MEDITATIONS, MICHEL (archange ; saint), SAINTETE, SAINTS, TO ST MICHAEL IN TIME OF PEACE

A saint Michel dans les temps de paix par G. K. Chesterton

A St. Michel dans les Temps de Paix

 To St. Michael in Time of Peace

par G.K. Chesterton

Statue_archange_Saint-Michel_en_Ukraine

Statue archange Saint-Michel en Ukraine.

 

Michael, Michael: Michael of the Morning,

Michael of the Army of the Lord,

Stiffen thou the hand upon the still sword, Michael,

Folded and shut upon the sheathed sword, Michael,

Under the fullness of the white robes falling,

Gird us with the secret of the sword.

Michel, Michel : Michel du Matin,

Michel de l’Armée du Seigneur,

Affermis ta main posée sur l’épée au repos, Michel,

Pliée et refermée sur l’épée au fourreau, Michel,

Sous la plénitude des robes blanches tombant,

Ceins-nous avec le secret de l’épée.

 

When the world cracked because of a sneer in heaven,

Leaving out for all time a scar upon the sky,

Thou didst rise up against the Horror in the highest,

Dragging down the highest that looked down on the Most High:

Rending from the seventh heaven the hell of exaltation

Down the seven heavens till the dark seas burn:

Thou that in thunder threwest down the Dragon

Knowest in what silence the Serpent can return.

Quand le monde se fissura à cause d’un ricanement dans les cieux,

Laissant à tout jamais une cicatrice sur le ciel,

Au plus haut, tu te dressas contre l’Horreur,

Mettant à bas le superbe qui a méprisé le Très-Haut:

Arrachant du septième ciel l’enfer de l’orgueil

Jusqu’en bas des sept cieux, où brûlent les mers sombres :

Toi qui dans le tonnerre précipitas le Dragon

Sais au milieu de quel silence peut revenir le Serpent.

 

Down through the universe the vast night falling

(Michael, Michael: Michael of the Morning!)

Far down the universe the deep calms calling

(Michael, Michael: Michael of the Sword!)

Bid us not forget in the baths of all forgetfulness,

In the sigh long drawn from the frenzy and the fretfulness

In the huge holy sempiternal silence

In the beginning was the Word.

Alors qu’à travers l’univers tombe la nuit infinie

(Michel, Michel : Michel du Matin !)

Que les calmes profonds appellent des tréfonds de l’univers

(Michel, Michel : Michel de l’Epée!)

Que nous sommes plongés dans les bains de l’oubli, accorde nous de ne pas oublier

Dans la longue plainte tirée de la frénésie et de l’anxiété

Dans l’immense silence saint et éternel

Qu’au commencement était le Verbe.

 

When from the deeps of dying God astounded

Angels and devils who do all but die

Seeing Him fallen where thou couldst not follow,

Seeing Him mounted where thou couldst not fly,

Hand on the hilt, thou hast halted all thy legions

Waiting the Tetelestai and the acclaim,

Swords that salute Him dead and everlasting

God beyond God and greater than His Name.

Lorsque des profondeurs de l’agonie Dieu stupéfia

Les anges et les démons qui eux peuvent tout sauf mourir

Le voyant tombé là où tu ne pouvais suivre,

Le voyant élevé là où tu ne pouvais voler,

Main sur la garde, tu as arrêté toutes tes légions

Attendant le Tetelestai et l’acclamation,

Epées qui Le saluent mort et éternel

Dieu au-delà de Dieu et plus grand que Son Nom.

 

Round us and over us the cold thoughts creeping

(Michael, Michael: Michael of the battle-cry!)

Round us and under us the thronged world sleeping

(Michael, Michael: Michael of the Charge!)

Guard us the Word; the trysting and the trusting

Edge upon the honour and the blade unrusting

Fine as the hair and tauter than the harpstring

Ready as when it rang upon the targe.

Quand autour de nous et au dessus de nous rampent les pensées glaciales

(Michel, Michel : Michel du cri de bataille !)

Quand autour de nous et en dessous de nous la foule serrée s’assoupit

(Michel, Michel : Michel de la Charge !)

Garde nous le Verbe ; la galanterie et la confiance

Le serment sur l’honneur et la lame incorruptible

Aussi fine qu’un cheveu et plus tendue que la corde de la harpe

Aussi prête que lorsqu’elle a résonné sur la targe.

 

He that giveth peace unto us; not as the world giveth:

He that giveth law unto us; not as the scribes:

Shall he be softened for the softening of the cities

Patient in usury; delicate in bribes?

They that come to quiet us, saying the sword is broken,

Break man with famine, fetter them with gold,

Sell them as sheep; and He shall know the selling

For He was more than murdered. He was sold.

Lui qui nous donne la paix ; non pas comme le monde la donne :

Lui qui nous donne la loi ; non pas comme les scribes la donnent :

Sera-t-il amolli par l’amollissement des cités

Patient dans l’usure ; délicat dans les pots de vin ?

Ceux là qui viennent pour nous amadouer, disant que l’épée est brisée,

Brisent les hommes par la famine, les entravent de chaînes d’or,

Les vendent comme des moutons ; et Il saura pour la vente

Car Il fut bien plus qu’assassiné. Il fut vendu.

 

Michael, Michael: Michael of the Mustering,

Michael of the marching on the mountains of the Lord,

Marshal the world and purge of rot and riot

Rule through the world till all the world be quiet:

Only establish when the world is broken

What is unbroken is the word.

Michel, Michel : Michel du Ralliement,

Michel de la marche sur les montagnes du Seigneur,

Gouverne le monde et délivre-le de la corruption et de la sédition

Règne à travers le monde jusqu’à ce que le monde entier fasse silence :

Pour que soit établi une fois seulement que le monde sera brisé

Que ce qui ne sera pas brisé est le verbe.

ANGES, JOHN HNERY NEWMAN (1801-1890), PRIERE, PRIERE DU CARDINAL NEWMAN A SON ANGE GARDIEN, PRIERES

Prière du cardinal Newman à son ange gardien

La Prière du Bx Cardinal J H Newman à son ange gardien 

« Mon plus vieil ami » :

Ange_au_sourire.jpg

« Mon plus vieil ami, ami depuis mon premier souffle de vie  ; mon ami fidèle, tu le seras, sans trahir, jusqu’à ma mort.

Tu as toujours été auprès de moi  ; mon Créateur à ta garde confia mon âme, dès qu’Il forma l’enfant tiré de la poussière.

Ni la ferveur du cœur dans la prière, ni la foi droitement formée, ne m’ont donné pour tuteur Joseph, ou la puissance conquérante de Michel.

Nul saint patron, ni l’amour de Marie, le plus cher, le meilleur, ne me connais, moi, comme tu me connais, et m’a béni, comme tu m’as béni.

Tu me portas sur les fonts baptismaux  ; et toi, chaque année, allant croissant, tu as murmuré les rudiments de la vérité dans mes oreilles d’enfant.

Et quand l’adolescence fut dépassée, et que mon esprit rebelle eut cédé, Ah ! Oui, tu as vu, et tu tremblais aussi, et cependant supportais ce qui mène en Enfer.

Alors, quand le jugement venait, et que la frayeur me reprenait, ton souffle doux s’empressait d’apaiser et de sanctifier toutes mes peines.

Oh ! Qui de tes labeurs et de tes soucis peut faire entièrement le récit, toi qui m’as placé sous le sourire de Marie, et conduit aux pieds de Pierre !

Et tu te pencheras sur mon lit, à l’heure où de la vie les ombres s’allongent  ; toi, du doute, de l’impatience et de la tristesse, l’ennemi vigilant et jaloux.

Mon ami, moi devant le Juge  ; mon ami, si, épargné, je peux demeurer dans le feu de la mort dorée, le temps que mon péché tout entier soit consumé.

Mon ami, ô frère de mon âme, quand le jour de ma libération sera arrivé  ; alors tes bras doucement me relèveront, tes ailes me porteront à mon foyer d’éternité.

Amen. »

Cardinal John Henry Newman (1801-1890)