APÔTRES, EVANGILE, EVANGILE SELON MATTHIEU, MATTHIEU (saint ; apôtre ; 1er siècle), NOUVEAU TESTAMENT

L’apôtre saint Matthieu

Saint Matthieu

Apôtre (Ier siècle)

La-vocation-de-saint-Matthieu-Hendrick-ter-Brugghen-1616-Magyar-Szepmuveszeti-Muzeum-Budapest

Saint Matthieu était probablement Galiléen de naissance. Il exerçait la profession de publicain ou de receveur des tributs pour les Romains, profession très odieuse parmi les Juifs. Son nom fut d’abord Lévi. Il était à son bureau, près du lac de Génésareth, où apparemment il recevait le droit de péage, lorsque Jésus-Christ l’aperçut et l’appela. Sa place était avantageuse ; mais aucune considération ne l’arrêta, et il se mit aussitôt à la suite du Sauveur. Celui qui l’appelait par Sa parole le touchait en même temps par l’action intérieure de Sa grâce.

Lévi, appelé Matthieu après sa conversion, invita Jésus-Christ et Ses disciples à manger chez lui ; il appela même au festin ses amis, espérant sans doute que les entretiens de Jésus les attireraient aussi à Lui. C’est à cette occasion que les Pharisiens dirent aux disciples du Sauveur : « Pourquoi votre Maître mange-t-Il avec les publicains et les pécheurs ? » Et Jésus, entendant leurs murmures, répondit ces belles paroles : « Les médecins sont pour les malades et non pour ceux qui sont en bonne santé. Sachez-le donc bien, Je veux la miséricorde et non le sacrifice ; car Je suis venu appeler, non les justes, mais les pécheurs. »

Après l’Ascension, saint Matthieu convertit un grand nombre d’âmes en Judée ; puis il alla prêcher en Orient, où il souffrit le martyre. Il est le premier qui ait écrit l’histoire de Notre-Seigneur et Sa doctrine, renfermées dans l’Évangile qui porte son nom. – On remarque, dans l’Évangile de saint Matthieu, qu’il se nomme le publicain, par humilité, aveu touchant, et qui nous montre bien le disciple fidèle de Celui qui a dit : « Apprenez de Moi que Je suis doux et humble de coeur. » On croit qu’il évangélisa l’Éthiopie. Là, il se rendit populaire par un miracle : il fit le signe de la Croix sur deux dragons très redoutés, les rendit doux comme des agneaux et leur commanda de s’enfuir dans leurs repaires.

Ce fut le signal de la conversion d’un grand nombre. La résurrection du fils du roi, au nom de Jésus-Christ, produisit un effet plus grand encore et fut la cause de la conversion de la maison royale et de tout le pays. On attribue à saint Matthieu l’institution du premier couvent des vierges. C’est en défendant contre les atteintes d’un prince une vierge consacrée au Seigneur, que le saint Apôtre reçut le coup de la mort sur les marches de l’autel.

 

L’évangile de Matthieu, « Tradition ou modernité, quelle voie choisir?»

39596673671_29268a335d_b

L’évangile de Matthieu consacre d’abord un long prologue aux origines, à la naissance et à la petite enfance de Jésus.

Il présente aussi la particularité d’avoir regroupé une partie des enseignements de Jésus-Christ en 5 grands discours.

Dans l’évangile selon Matthieu, Jésus-Christ apparait comme le Maître qui vient inaugurer le monde nouveau du Royaume. Il apporte à ceux qui le suivent l’enseignement dont ils ont besoin pour devenir à leur tour témoins auprès des autres hommes et les femmes.

 

Sens de l’évangile de Matthieu
Matthieu s’intéresse davantage aux discours qu’aux récits. Les faits sont réduits à l’essentiel, les détails superflus éliminés.

Tout le texte est au service des discours. En ce sens, l’évangile de Matthieu cherche à présenter et à organiser au mieux les enseignements de Jésus Christ. Dispersées dans les autres évangiles, ces paroles sont regroupées dans des compositions très structurées :

Discours Chapitres
Le sermon sur la montagne
La charte des envoyés du Royaume
Le discours en paraboles
Les relations entre les frères
Les invectives contre les ennemis du royaume
Le discours eschatologique
5-7
10
13
18
23
24-25

 

L’évangéliste connaît bien le judaïsme de son époque et a le souci d’enraciner Jésus dans la tradition millénaire d’Israël. Ce dernier est d’emblée présenté comme « fils de David, fils d’Abraham » (1,1). Il est bien celui qu’ont annoncé les prophètes, et l’évangéliste utilise nombre de citations de l’Ancien Testament pour le démontrer.

La première mission de Jésus est d’annoncer la venue du Royaume de Dieu. Ce Royaume est proposé en priorité à Israël. Les principaux adversaires de Jésus sont les Pharisiens et les Scribes. Face au refus d’Israël d’accueillir le don de Dieu, le Royaume est offert à ceux auxquels il n’était pas destiné en priorité. Ainsi, un peuple nouveau est en train d’émerger. Cet évangile possède ainsi une dimension très universelle : ceux qui suivent Jésus proviennent d’horizons variés (les mages orientaux, le centurion romain, la Cananéenne,…).

 

Histoire de la rédaction de l’évangile de Matthieu
L’auteur, la date de composition, et la communauté à qui il est destiné.

L’auteur
La tradition fait de l’apôtre Matthieu (10,3) l’auteur du premier évangile. Elle se fonde sur le texte d’Eusèbe de Césarée (265-340) qui cite le témoignage de Papias (vers 120 à Hiérapolis). Toutefois ce texte de Papias étant invérifiable du point de vue historique, il est impossible d’identifier avec précision l’auteur de cet évangile. Il est en revanche probable que l’auteur soit d’origine juive.

La date de composition
Le texte a probablement été écrit à la fin du premier siècle. En effet, l’auteur utilise l’évangile de Marc comme source. Or, celui-ci a été mis en forme autour de 70. De plus, le judaïsme de Matthieu s’assimile au judaïsme pharisien, ce qui sera le cas après la destruction de Jérusalem en 70.

La communauté à qui il est destiné
L’évangile s’adresse à une communauté de chrétiens d’origine juive. Cette communauté semble se situer en Syrie : il s’agit peut-être des chrétiens d’Antioche. Ces chrétiens se sont d’abord intéressés à la mission en Israël et se sont adressés en priorité au peuple juif. Après l’échec de cette mission et la chute de Jérusalem, ils se sont repliés en Syrie, ce qui aura été l’occasion de repenser la mission dans un cadre plus large d’ouverture aux païens.

 

Pour aller plus loin dans l’évangile de Matthieu

Plan de l’Évangile de Matthieu: 

L’évangile est extrêmement bien structuré, avec une alternance de sections narratives et de discours.

1 – Les récits de l’enfance

  • La généalogie de Jésus 1,1-17
    • La conception et la naissance de Jésus 1,18-25
    • La visite des mages 2,1-12
    • La fuite en Egypte 2,13-15
    • Le massacre des enfants 2,16-18
    • Le retour d’Egypte et l’installation à Nazareth 2,19-23

2 – La préparation au ministère public de Jésus

  • Le ministère de Jean-Baptiste 3,1-12
    • Le baptême de Jésus 3,13-17
    • La tentation au désert 4,1-11

3 – La mission en Galilée

  • Les débuts du ministère (4,12 – 4,25)
    • Le discours sur la montagne (5,1 – 7,27)
    • Jésus guérisseur (8,1 – 9,34)
    • Le discours missionnaire (9,35 – 11,1)
    • La foi et l’incrédulité (11,2 – 12,45)
    • Le discours en paraboles (13,1 – 13,52)
    • Les miracles et controverses (13,53 – 16,12)
    • La profession de foi de Pierre à Césarée (16,13-16,20)
    • Les enseignements à la communauté des disciples (16,21 – 18,35)

4 – La montée à Jérusalem

  • Le départ vers Jérusalem 19,1-2
    • L’enseignement sur le mariage 19,3-12
    • Jésus bénit les enfants 19,13-15
    • Le jeune homme riche 19,16-22
    • Le danger des richesses 19,23-26
    • La récompense de celui qui quitte tout pour suivre Jésus 19,27-30
    • La parabole des ouvriers envoyés à la vigne 20,1-16
    • La troisième annonce de la Passion 20,17-19
    • La demande de la mère des fils de Zébédée 20,20-28
    • La guérison de deux aveugles à Jéricho 20,29-34

5 – Le séjour à Jérusalem

  • L’entrée à Jérusalem 21,1-11
    • L’expulsion des marchands du Temple 21,12-13
    • Les acclamations des enfants 21,14-17
    • La malédiction du figuier 21,18-22
    • La mission de Jésus et le baptême de Jean-Baptiste 21,23-27
    • La parabole des deux enfants 21,28-32
    • La parabole des vignerons homicides 21,33-46
    • La parabole des noces royales 22,1-14
    • Le paiements du tribut 22,15-22
    • La parabole de la femme aux sept maris 22,23-33
    • Le plus grand commandement 22,34-40
    • L’enseignement sur le Messie et David 22,41-46
    • Le discours contre les Scribes et les Pharisiens 23,1-36
    • La parole sur Jérusalem 23,37-39
    • Le discours eschatologique 24-25

6 – La Passion

  • Le complot contre Jésus 26,1-5
    • L’onction à Béthanie 26,6-13
    • La trahison de Judas 26,14-16
    • Le repas pascal 26,17-29 (institution de l’Eucharistie)
    • L’annonce de l’abandon des disciples 26,30-35
    • La prière de Jésus à Gethsémani 26,36-46
    • L’arrestation de Jésus 26,47-56
    • La comparution devant le grand prêtre 26,57-68
    • Le reniement de Pierre 26,69-75
    • La séance du Sanhédrin 27,1-2
    • Le suicide de Judas 27,3-10
    • La comparution devant Pilate 27,11-26
    • Les outrages et le chemin de croix 27,27-34
    • La crucifixion 27,35-38
    • Jésus injurié sur la croix 27,39-44
    • Les dernières paroles et la mort de Jésus 27,45-50
    • La sépulture de Jésus et la garde du tombeau 27,51-66

7 – La Résurrection

  • Le tombeau vide et le message de l’ange 28,1-8
    • L’apparition de Jésus aux femmes 28,9-10
    • Le faux témoignage des gardes 28,11-15
    • L’apparition aux disciples et l’envoi en mission 28,16-20

zh1jCq8XETtmULE6cBCWGMLK2Na

APÔTRES, CHRISTIANISME, CHRISTIANISME (30-600), CHRISTIANISME PRIMITIF (30-600), Non classé, THOMAS (saint ; 1er siècle)

Saint Thomas, l’apôtre des Indes

Saint Thomas, Apôtre des Indes

ob_bac79d_saint-thomas-apotre

Thomas appelé Didyme (le Jumeau) fait partie du petit groupe de ces disciples que Jésus a choisis, dès les premiers jours de sa vie publique, pour en faire ses apôtres. Il est « l’un des Douze » comme le précise S. Jean (Jn 21). Le même Jean nous rapporte plusieurs interventions de Thomas, qui nous révèlent son caractère. Lorsque Jésus s’apprête à partir pour Béthanie au moment de la mort de Lazare, il y a danger et les disciples le lui rappellent: « Rabbi, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider. » Thomas dit alors aux autres disciples: « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui. »
 

A la dernière Cène, quand Jésus dit à ses disciples : « Je vais vous préparer une place, et quand je serai allé et vous aurai préparé une place, à nouveau je viendrai et vous prendrai près de moi, afin que là où je suis, vous aussi vous soyez« , Tomas fit celui qui ne comprenait pas : « Seigneur, nous ne savons pas où vous allez, comment saurions-nous le chemin ? » Il s’attira cette merveilleuse réponse du Maître : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, personne ne va à mon Père, si ce n’est par moi. » (Jn, 14, 6.)

Après sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de ses disciples en l’absence de Thomas. Quand à son retour, on lui raconta cette apparition, Thomas fut si étonné d’une telle merveille, qu’il en douta et dit vivement: « Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt à la place des clous et ma main dans son côté, je ne croirai point. » (Jn 20, 25.) Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur. Mais son premier mouvement d’hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi: « Mets ici ton doigt, et regarde mes mains; approche aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois plus incrédule, mais croyant. » (Jn, 20, 27.) Que fit alors Thomas? Nous le savons; un cri du coeur s’échappa de ses lèvres: « Mon Seigneur et mon Dieu!« 

 

L’Incrédulité de saint Thomas, Rembrandt, 1634.

ob_d23fb6_l-incredulite-de-saint-thomas-rembr

Dieu permit l’hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ.

Parmi les douze articles du Symbole, Saint Augustin attribue à saint Thomas celui qui concerna la Résurrection.

Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat. La tradition prétend qu’il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu’il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère. Partout, sur son passage, l’Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques.

Évangélisateur des Indes, c’est pour avoir construit un palais pour un roi que Thomas est représenté avec une équerre d’architecte. Il est parfois également représenté avec la lance qui fut l’instrument de sa mise à mort.

Son tombeau ravagé par les musulmans, restauré par les Portugais, gardait encore quand on l’a ouvert au XXe siècle, des restes de ses os et le fer de la lance qui l’avait frappé, ainsi que des monnaies du règne de Néron.

Les chrétiens de l’Inde attribuent à S. Thomas leur évangélisation et se donnent eux-mêmes le nom de « chrétiens de saint Thomas », et prétendent en garder la tombe.

 

 Saint Thomas, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 1, 2011, p. 177