BETHLEEM, BIBLE, EVANGILE SELON SAINT MATTHIEU, JACQUES DE VOROGINE, MASSACRE DES SAINTS INNOCENTS, NOËL, NOUVEAU TESTAMENT

Massacre des Saints Innocents

Le massacre des Saints Innocents

massacre-innocents

Les Mages étaient venus de loin étaient venus de fort loin jusqu’à Jérusalem et avaient demandé à Hérode où devaient naître le « roi des Juifs » qui venait de naître. Alors bouleversé à cette nouvelle inattendue ils avaient convoqués les Grands Prêtres et les scribes ; ceux-ci lui répondirent que suivant la prophétie c’était en Judée, à Bethléem, la ville de David. Alors cyniquement il leur enjoignit d’y aller et se renseigner et lui aussi irait se prosterner aux pieds de ce roi annoncé par les prophètes. Mais cela n’était pas dans ses intention : n’était-ce pas lui le roi des Juifs ? N’était-ce pas lui que les Romains avaient investi comme roi ? Hérode ne supportait pas cette idée que quelqu’un d’autre puisse régner à sa place et d’ailleurs pour cela il avait fait exécuter tous ceux qui pourraient prétendre au trône : il avait fait périr une bonne partie de sa famille ainsi que tous ceux qui s’opposaient à lui. Alors ce ne serait pas un enfant, fut-ce-t-il de la race de David et annoncé par les prophètes qui allait lui disputer le pouvoir !

Alors germa dans la tête d’Hérode le projet de le tuer ! Il devait attendre le retour des mages qui devaient le renseigner. Mais les mages ne revinrent pas : avertis en songe ils ne retournèrent pas à Jérusalem, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. En réalisant que les mages l’avaient joué Hérode devint fou de rage ! Ne pouvant pas le reconnaître il ordonna que tous les enfants de moins de deux ans seraient tués : au moins il serait sûr que l’enfant ne pourrait plus le gêner puisqu’il serait éliminer !

Alors il convoqua tous les soldats dont il disposait et leur donna cet : « Allez à Bethléem ! Tuez tous les enfants qui ont moins de deux ans ! »Les soldats partirent donc et une fois arrivés à Bethléem commencèrent leur sinistre besogne ! Ils parcoururent toute la région de Bethléem, tous ses alentours ; ils entrèrent dans chaque maison et à chaque fois qu’ils trouvaient un nourrisson  ils le tuaient Chaque mère, chaque mère essayaient vainement de protéger les nouveau-nés. Alors Bethléem ne fut plus qu’un cri, un immense et terrible cri ! Bethléem ne fut plus qu’un immense charnier où reposèrent les cadavres sanglants d’innocents.

Et aujourd’hui encore le monde se souvient ! Le monde n’a pas oublier ni la folie meurtrière d’Hérode, ni le sang versé par ses martyrs parce qu’un homme avide de pouvoir n’avait pu reconnaître dans le nouveau-né de Bethléem le Roi dont le « royaume n’est pas de ce monde ». Satan était tout entier dans ce cœur de pierre et lui avait fermé l’esprit qui lui aurait fait comprendre le sens des Ecritures !

Hérode mourra sans savoir que Jésus avait échappé à son pouvoir. Dieu avait envoyé prévenir Joseph et il était déjà parti se réfugier vers l’Egypte. Jésus avait une mission à accomplir et Dieu était bien décidé à ce que cela s’acccomplisse !

©Claude-Marie T.

******************************************************************

 EVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU (2, 1-18)

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »

En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.

 Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. »

Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »

Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

 Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »

Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.

Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.

Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie :

Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus.

ob_59a761_15665752-10208562483554865-71931908344

 

*******************************************************************

 

Massacre des Innocents

Le massacre des Innocents est un épisode relaté dans l’Evangile selon Matthieu en même temps que la fuite en Egypte : le meurtre de tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem ordonné par Hérode, craignant la concurrence d’un roi des Juifs dont la venue lui aurait été annoncée par les Mages, peu après la naissance de Jésus. Les Églises les honorent comme martyrs.

Fête : le 28 décembre en Occident et le 29 décembre en Orient.

L’historicité de cet épisode est mise en question par les chercheurs. Toutefois, plusieurs historiens s’appuient sur Macrobe pour estimer que ce passage contient des traces historiques, mais qui ne se rapportent pas obligatoirement à la naissance de Jésus. Le prêtre jésuite Daniel J. Harrington déclare que l’historicité de l’événement est « une question ouverte qui probablement ne peut jamais être définitivement close » Paul Maier souligne que la plupart des biographes récents d’Hérode rejettent la réalité de ce massacre.

Le texte de l’Évangile

L’Evangile selon Matthieu, chap. 2, versets 16-18 : « Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s’était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète Jérémie : ‘Ainsi parle l’Éternel : On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; elle refuse d’être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus. »

Autres sources

Cet épisode fait partie du Sondergut de Matthieu. Il est absent des autres Evangiles canoniques et des premiers apocryphes. Il n’est pas non plus mentionné chez l’historien juif Flavius Josèphe. Cette tradition chrétienne est reprise dans le Protévangile de Jacques.

Dans la version slavonne de la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe, figure, sans allusion à Jésus, le récit de la visite de mages à Hérode suivie d’un massacre d’enfants. Toutefois, ce texte médiéval comporte huit passages qui, par rapport à la version classique, sont des ajouts ayant pour thèmes Jésus ou Jean le Baptiste, il est donc probable que ce passage relève de la même démarche littéraire.

L’historien païen Macrobe (c. 395-436) parle d’un massacre d’enfants par Hérode en Syrie, du nom de la province de Syrie-Palestine qui est donné à partir de 135 à la région où le roi Hérode avait son royaume: « Quand l’empereur Auguste apprit que parmi les enfants de Syrie de moins de deux ans qu’Hérode Roi des Juifs avait fait tuer, se trouvait son propre fils, il dit qu’il valait mieux être le cochon d’Hérode que son fils ».

Historicité

Bien que cohérent avec les autres actions documentées du roi Hérode, le massacre n’a pu être vérifié historiquement. Si l’on attribuait une valeur historique au passage biblique, comme Bethléem était peu peuplée, l’estimation du nombre de garçons en bas âge tués à Bethléem et ses environs serait entre six et vingt selon les chiffres rapportés par la Catholic Encyclopedia et les théologiens modernes. Il est difficile de savoir si un véritable événement historique est à la base de cette histoire. Les opinions sur cette question dépendent de la valeur historique que l’on accorde au Nouveau Testament.

Parmi les historiens qui contestent l’historicité de ce massacre, Géza Vermes et E.-P. Sanders y voient une création à visée hagiographique. D’autres arguments contre l’historicité sont le silence de Josèphe (qui laisse la trace d’exemples de la cruauté d’Hérode) et l’idée que cet épisode a une visée apologétique ou tend à démontrer l’accomplissement de la prophétie biblique (prophétie post eventum)

David Hill estime que l’épisode « ne contient rien qui est historiquement impossible. », mais il ajoute que la véritable préoccupation de Matthieu est « … le thème de l’accomplissement de l’Ancien Testament avec la réflexion théologique ». Stephen-L. Harris et Raymond-Edward Brown soulignent également que l’objectif de Matthieu est de présenter Jésus comme le Messie, et le Massacre des Innocents comme l’accomplissement de passages dans Osée (en référence à l’Exode) et dans Jérémie (en référence à l’exil à Babylone).

Pour le pasteur André Gounelle, le récit de Matthieu de l’enfance de Jésus est parallèle à celui de la naissance de Moïse dans l’Ancien Testament (parmi ces parallèles, le massacre des Innocents rappelle la noyade des enfants hébreux mâles, au début de l’Exode) dans un effort allégorique de montrer que Jésus est le nouveau Moïse : « Le parallélisme est trop massif pour n’avoir pas été forgé sinon de toutes pièces, du moins dans une large mesure » Cependant, il considère qu’il ne faut pas « […] accuser les évangélistes de fraude ou de malhonnêteté. Ils utilisent des procédés d’écriture et de composition d’ouvrages courants à leur époque et largement admis. ». Pour Michel Remaud, il s’inscrit dans la logique des massacres attribués à Hérode de Grand, assimilé à Pharaon, dans le monde juif du Second Temple. Dans le même sens, Mireille Hadas-Lebel écrit : « Vers la fin de l’an -29, Hérode (… fit) exécuter la femme qu’il chérissait, son épouse hasmonéenne Mariamne. Dès lors, il ne fut plus le même homme. (…) Les exécutions se multiplièrent dans le peuple comme à la cour et jusque dans la famille royale. Ainsi se constitua pour la postérité l’image d’un Hérode massacreur d’innocents ».

Pour Gilbert Picard on retrouve le même poncif chez l’historien romain Suétone à propos de la naissance d’Octave/Auguste.

Mais pour Paul Veyne, le témoignage du païen Macrobe (Saturnales, II, 11) atteste l’historicité d’un massacre d’enfants même si « son souvenir a servi à motiver la naissance légendaire, à Bethléem, de Jésus de Nazareth. ».

Parmi les chercheurs disposés à accorder l’historicité de ce massacre, R.-T. France soutient la plausibilité sur les motifs, entre autres, que « l’assassinat de quelques enfants dans un petit village [ne] fut pas le pire des assassinats les plus spectaculaires enregistrés par Josèphe ». Rudolf Schnackenburg suit cette ligne de pensée aussi et Gordon Franz souligne que Josèphe a omis de mentionner d’autres événements clés dans le premier siècle de notre ère, comme « l’épisode des boucliers romains dorés à Jérusalem qui était la cause de l’animosité entre Hérode Antiopas et Ponce Pilate ». Dans la même veine, Barclay suit Carr pour trouver le silence de Josèphe comme non pertinent, en faisant un parallèle avec le chroniqueur John Evelyn et son échec à mentionner le massacre de Glencoe. Maier soutient que les sceptiques ont tendu largement à éviter une recherche historique approfondie du problème .Après avoir analysé les arguments contre l’historicité du massacre des nourrissons Maier conclut que tous « ont des défauts très graves ». Maier suit Jerry Knoblet en plaidant pour l’historicité sur la base des « profils identiques de la personnalité d’Hérode » tels qu’ils apparaissent dans Matthieu et dans Josèphe.

La tradition chrétienne

Innocents

Pour le christianisme, les Saints Innocents sont les enfants de moins de deux ans massacrés par Hérode à Bethléem : chez les catholiques, avant le concile Vatican II, la théologie pouvait admettre que Dieu aurait permis le massacre des Saints Innocents pour faire d’eux les prémices de la rédemption de Jésus-Christ. La Constitution dogmatique Dei Verbum de 1965 dans son paragraphe 12 (Comment interpréter la Sainte Écriture) montre qu’il est nécessaire d’être attentif aux genres littéraires, et il n’est plus possible aujourd’hui de dire qu’un massacre est dû à la volonté de Dieu.

Augustin d’Hippone dépeint ainsi la scène : « Les mères s’arrachaient les cheveux ; elles voulaient cacher leurs petits enfants, mais ces tendres créatures se trahissaient elles-mêmes ; elles ne savaient pas se taire, n’ayant pas appris à craindre. C’était un combat entre la mère et le bourreau ; l’un saisissait violemment sa proie, l’autre la retenait avec effort. La mère disait au bourreau : « Moi, te livrer mon enfant ! Mes entrailles lui ont donné la vie, et tu veux le briser contre la terre ! » Une autre mère s’écriait : « Cruel, s’il y a une coupable, c’est moi ! Ou bien épargne mon fils, ou bien tue-moi avec lui ! » Une voix se faisait entendre : « Qui cherchez-vous ? Vous tuez une multitude d’enfants pour vous débarrasser d’un seul, et Celui que vous cherchez vous échappe ! Et tandis que les cris des femmes formaient un mélange confus, le sacrifice des petits enfants était agréé du Ciel. »

L’Église a établi leur fête dès le IIe siècle.

Le culte

L’Eglise catholique célèbre cette mémoire depuis le IVè siècle, « honorant dans les jours qui suivent la Nativité ceux qu’on appelle en Orient les enfants tués par Hérode, et en Occident les saints Innocents ».

En France, jusqu’à la veille de la Révolution française, le centre de Paris était occupé par le cimetière des Innocents. Une fontaine, la fontaine des Innocents, en perpétue le souvenir.

 

*******************************************************************

LIVRE DE JÉRÉMIE (31, 1-12)

rachel_furini

En ce temps-là – oracle du Seigneur –, je serai le Dieu de toutes les familles d’Israël, et elles seront mon peuple.

 Ainsi parle le Seigneur : Il a trouvé grâce dans le désert, le peuple qui a échappé au massacre ; Israël est en route vers Celui qui le fait reposer.

Depuis les lointains, le Seigneur m’est apparu : Je t’aime d’un amour éternel, aussi je te garde ma fidélité.

De nouveau je te bâtirai, et tu seras rebâtie, vierge d’Israël. De nouveau tu prendras tes tambourins de fête pour te mêler aux danses joyeuses. De nouveau tu planteras des vignes dans les montagnes de Samarie, et ceux qui les planteront en goûteront le premier fruit.

Un jour viendra où les veilleurs crieront dans la montagne d’Éphraïm : « Debout, montons à Sion, vers le Seigneur notre Dieu ! »

 Car ainsi parle le Seigneur : Poussez des cris de joie pour Jacob, acclamez la première des nations ! Faites résonner vos louanges et criez tous : « Seigneur, sauve ton peuple, le reste d’Israël ! »

Voici que je les fais revenir du pays du nord, que je les rassemble des confins de la terre ; parmi eux, tous ensemble, l’aveugle et le boiteux, la femme enceinte et la jeune accouchée : c’est une grande assemblée qui revient. Ils avancent dans les pleurs et les supplications, je les mène, je les conduis vers les cours d’eau par un droit chemin où ils ne trébucheront pas. Car je suis un père pour Israël, Éphraïm est mon fils aîné.

Écoutez, nations, la parole du Seigneur ! Annoncez dans les îles lointaines : « Celui qui dispersa Israël le rassemble, il le garde, comme un berger son troupeau.

Le Seigneur a libéré Jacob, l’a racheté des mains d’un plus fort.

Ils viennent, criant de joie, sur les hauteurs de Sion : ils affluent vers les biens du Seigneur, le froment, le vin nouveau et l’huile fraîche, les génisses et les brebis du troupeau. Ils auront l’âme comme un jardin tout irrigué ; ils verront la fin de leur détresse. La jeune fille se réjouit, elle danse ; jeunes gens, vieilles gens, tous ensemble ! Je change leur deuil en joie, les réjouis, les console après la peine.

Je nourris mes prêtres de festins ; mon peuple se rassasie de mes biens » – oracle du Seigneur.

 Ainsi parle le Seigneur : Un cri s’élève dans Rama, une plainte et des pleurs d’amertume. C’est Rachel qui pleure ses fils ; elle refuse d’être consolée, car ses fils ne sont plus.

Ainsi parle le Seigneur : Retiens le cri de tes pleurs et les larmes de tes yeux. Car il y a un salaire pour ta peine, – oracle du Seigneur : ils reviendront du pays de l’ennemi. Il y a un espoir pour ton avenir, – oracle du Seigneur : tes fils reviendront sur leur territoire.

—————————————————————————————————————–

JÉRÉMIE, PROPHÈTE EN TEMPS DE CRISE

lampe_20160603

Le siège de Jérusalem en 701 av. J.C. avait laissé le royaume de Juda en dehors de la domination assyrienne, ce qui lui permit de se maintenir encore quelques décennies. Mais cent ans plus tard, le puissant empire assyrien  fut à son tour abattu. Le roi babylonien Nabuchodonosor II conquit la Mésopotamie et le Proche-Orient. A Jérusalem, le roi Joakim eut la mauvaise ide de refuser de se soumettre, ce qui provoqua la réaction vigoureuse des Chaldéens. Ceux-ci déferlèrent sur Juda, assiégèrent Jérusalem et s’emparèrent de la ville en 598 av. J.-C. Joakim et sa cour, tombés aux mains de Nabuchodonosor, furent emmenés à Babylone, tandis que le vainqueur instaurait à sa place un nouveau roi qui devenait son vassal, Sédécias.

Dix ans après la chute de Jérusalem, le Judéen Sédécias se souleva à son tour contre Babylone. Cette nouvelle imprudence politique provoqua en représailles un deuxième siège de la ville, en 587 av. J.-C., toujours sous Nabuchodonosor II. Malgré les conseils de soumission du prophète Jérémie, Sédécias prit la fuite par une brêche percée dans la muraille, mais fut intercepté près de Jéricho. Sa capitale fut à nouveau prise et cette fois terriblement ravagée. Le Temple fut détruit, le rempart abattu et les habitations dévastées. La population fut déportée massivement en Mésopotamie et réduite en esclavage : c’est l’exil à Babylone, qui allait durer une cinquantaine d’années (2 R. 24-25 ; 2 Chr. 36).

 Et Dieu par la bouche de Jérémie annonce que le peuple retrouvera sa terre. Ce sont des paroles que Jérémie adresse à un peuple désespéré : Dieu a pitié et il ne laissera pas tomber son peuple malgré ses nombreux péchés.

ramène son peuple vers lui parce que, en tant que berger de son

Deux versets que l’on retrouve chez Matthieu 2, 13-23)

– « On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; elle refuse d’être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus. » (31.15) Rachel était la seconde épouse de Jacob, la mère de Benjamin (tribu du royaume du sud) et la grand-mère d’Éphraïm (principale tribu du royaume du nord). Rama était l’endroit où Rachel fut enterrée, près de la frontière entre les deux royaumes. L’image est ici celle de Rachel, pleurant de son tombeau ses « enfants » disparus, c’est-à-dire les fils d’Israël déportés. De façon intéressante, ce verset est cité en Matthieu 2, 17-18   lorsque Hérode tua tous les bébés mâles de moins de deux ans, tandis que Jésus était emmené en Égypte. Ainsi les mères éplorées de Bethléhem prennent place dans cette longue lignée de personnes soumises à des tyrans qui les oppressent jusqu’à tuer leurs enfants. Le contexte éclaire cette citation dans le N.T. Jérémie continue : « Retiens tes pleurs, retiens les larmes de tes yeux ; car il y aura un salaire pour tes œuvres, dit l’Éternel ; ils reviendront du pays de l’ennemi. Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Éternel ; tes enfants reviendront dans leur territoire. » (31.16-17) Il y a encore de l’espoir ! Éphraïm reconnaît son péché et s’en repent (31.18-19) ; alors son Dieu l’accueille avec une immense miséricorde : « Mes entrailles sont émues en sa faveur : j’aurai pitié de lui. » (31.20) C’est ce que Dieu fera toujours.

 

********************************************************************

 

LE MASSACRE DES SAINTS INNOCENTS PAR JACQUES DE VOROGINE

Giotto_-_Scrovegni_-_-21-_-_Massacre_of_the_Innocents

LES SAINTS INNOCENTS (28 décembre)

par Jacques de Vorigine dans la Légende dorée (1261-1266)

Les Innocents sont appelés de ce nom pour trois motifs, à savoir : en raison de leur vie, en raison de leur martyre, et en raison de l’innocence que leur mort leur a acquise. Ils sont innocents en raison de leur vie, parce qu’ils ont eu une vie innocente, c’est-à-dire n’ont pu, de leur vivant, nuire à personne. Ils sont innocents en raison de leur martyre, parce qu’ils ont souffert injustement et sans être coupables d’aucun crime. Enfin ils sont innocents en raison des suites de leur mort, parce que leur martyre leur a conféré l’innocence baptismale, c’est-à-dire les a purifiés du péché originel.

  1. Les Innocents ont été mis à mort par Hérode d’Ascalon. L’Écriture Sainte cite en effet trois Hérode, fameux tous trois pour leur cruauté. Le premier est appelé Hérode d’Ascalon : c’est sous son règne qu’est né le Seigneur et qu’ont été mis à mort les Innocents. Le second s’appelle Hérode Antipas : c’est lui qui a ordonné la décollation de saint Jean. Enfin le troisième est Hérode Agrippa, qui a mis à mort saint Jacques et a fait emprisonner saint Pierre. C’est ce que résument ces deux vers ;

Ascalonita necat pueros, Antipa Johannem,
Agrippa Jacobum, claudens in carcere Petrum.

Mais racontons brièvement l’histoire du premier de ces Hérode. Antipater l’Iduméen, comme nous le lisons dans l’Histoire scholastique, prit pour femme une nièce du roi des Arabes et eut d’elle un fils, qu’il appela Hérode, et qui fut surnommé ensuite Hérode d’Ascalon. Celui-ci fut fait, par César-Auguste, roi de Judée : ce fut la première fois que la Judée reçut un roi étranger. Cet Hérode eut à son tour six fils : Antipater, Alexandre, Aristobule, Archélaüs, Hérode Antipas, et Philippe. Alexandre et Aristobule, nés de la même mère, qui était juive, furent envoyés dans leur jeunesse, à Rome pour s’y instruire aux arts libéraux ; puis ils revinrent à Jérusalem, et Alexandre devint grammairien, tandis qu’Aristobule se distingua par la subtilité de son éloquence. Et souvent ils se querellaient avec leur père au sujet de la succession au trône. Puis, comme leur père, irrité contre eux, parlait de les déshériter, ils entreprirent de le faire tuer. Hérode, prévenu, les chassa ; et les deux jeunes princes se rendirent à Rome, où ils portèrent plainte contre leur père devant l’empereur.

Cependant les mages vinrent à Jérusalem, s’informant de la naissance du nouveau roi que leur annonçaient les présages. Et Hérode, en les entendant, craignit que, de la famille des vrais rois de Judée, un enfant ne fût né qui pourrait le chasser comme usurpateur. Il demanda donc aux rois mages de venir lui signaler l’enfant royal dès qu’ils l’auraient trouvé, feignant de vouloir adorer celui qu’en réalité il se proposait de tuer. Mais les mages s’en retournèrent dans leur pays par une autre route. Et Hérode, ne les voyant pas revenir, crut que, honteux d’avoir été trompés par l’étoile, ils s’en étaient retournés sans oser le revoir ; et, là-dessus, il renonça à s’enquérir de l’enfant. Pourtant, quand il apprit ce qu’avaient dit les bergers et ce qu’avaient prophétisé Siméon et Anne, toute sa peur le reprit, et il résolut de faire massacrer tous les enfants de Bethléem, de façon que l’enfant inconnu dont il avait peur pérît à coup sûr. Mais Joseph, averti par un ange, s’enfuit avec l’enfant et la mère en Égypte, dans la ville d’Hermopolis, et y resta sept ans, jusqu’à la mort d’Hérode. Et Cassiodore nous dit, dans son Histoire tripartite, qu’on peut voir à Hermopolis, en Thébaïde, un arbre de l’espèce des persides, qui guérit les maladies, si l’on applique sur le cou des malades un de ses fruits, ou une de ses feuilles, ou une partie de son écorce. Cet arbre, lorsque la sainte Vierge fuyait en Égypte avec son fils, s’est incliné jusqu’à terre, et a pieusement adoré le Christ.

 

  1. Or, pendant qu’Hérode méditait le massacre des enfants, lui-même fut mandé par lettre devant Auguste, pour se défendre de l’accusation de ses deux fils. Et après qu’il eut discuté avec ses fils en présence de l’empereur, celui-ci décida que les fils devaient obéir en tout à leur père, qui était libre de laisser son trône à qui il voudrait. C’est alors qu’Hérode, revenu de Rome, et rendu plus audacieux par la confirmation de la faveur impériale, ordonna de tuer tous les enfants âgés de moins de deux ans. Cet ordre s’explique fort bien si l’on songe que, le voyage d’Hérode à Rome ayant duré un an, un espace de près de deux ans devait s’être écoulé depuis le moment où l’étoile avait révélé aux mages la naissance de l’enfant royal. Mais saint Jean Chrysostome croit que le décret d’Hérode ordonnait, au contraire, le massacre de tous les enfants ayant plus de deux ans ; car l’étoile, d’après lui, serait apparue aux mages un an avant la naissance de Jésus ; et Hérode était resté un an à Rome, et sans doute il s’imaginait que, lorsque l’étoile était apparue aux mages, l’enfant était déjà né. Le fait est que certains os des saints Innocents, qui se sont conservés, sont trop grands pour provenir d’enfants de moins de deux ans ; encore qu’on puisse dire que peut-être la taille humaine était alors beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui. Quant à Hérode, il fut aussitôt puni de son crime : car Macrobe et un autre chroniqueur rapportent qu’un fils d’Hérode se trouvait en nourrice à Bethléem, et fut massacré avec les autres enfants.

 

III. Mais Dieu, le juge des juges, ne permit pas que le châtiment d’un tel crime se bornât à cette seule mort. L’homme qui avait privé de leurs fils des pères sans nombre fut, lui-même, misérablement privé des siens. En effet, Alexandre et Aristobule devinrent de nouveau suspects à Hérode. Un de leurs complices révéla qu’Alexandre lui avait promis beaucoup de présents s’il parvenait à empoisonner son père ; d’autre part, le barbier d’Hérode révéla qu’Alexandre lui avait promis de le récompenser si, pendant qu’il rasait son père, il voulait étrangler le vieillard. Aussi Hérode, dans sa colère, les fit-il mettre à mort ; et il finit par déposséder de sa succession au trône son fils aîné Antipater, au profit de son autre fils Hérode Antipas. Et comme il avait, en outre, une affection toute paternelle pour les deux enfants d’Aristobule, Hérode Agrippa et Hérodiade, femme de son fils Philippe, Antipater se prit à l’égard de son père d’une haine si violente qu’il essaya de l’empoisonner ; et Hérode, l’ayant su, le fit jeter en prison. C’est à cette occasion que César-Auguste dit à ses familiers : « J’aimerais mieux être le porc d’Hérode que son fils, car, en sa qualité de Juif, il épargne les porcs, tandis qu’il tue ses fils. »

 

  1. Quant à Hérode lui-même, il avait environ soixante-dix ans lorsqu’il fut frappé d’une grave maladie. Il avait une fièvre très violente, une décomposition du corps, une inflammation des pieds, des vers dans les testicules, l’haleine courte, et une puanteur insupportable. Placé par les médecins dans un bain d’huile, il en fut retiré quasi mort. Mais, en apprenant que les Juifs attendaient avec joie l’instant de sa mort, il fit jeter en prison des jeunes gens des plus nobles familles de tout le royaume, et dit à sa sœur Salomé : « Je sais que les Juifs vont se réjouir de ma mort ; mais beaucoup d’entre eux s’en affligeront si tu veux obéir à ma recommandation, et, dès que je serai mort, faire égorger tous les jeunes gens que je tiens en prison : car, de cette manière, toute la Judée me pleurera malgré elle ! »

 

Il avait l’habitude de manger, après tous ses repas, une pomme, qu’il pelait lui-même ; et comme une toux affreuse le torturait, il tourna contre sa poitrine le couteau dont il se servait pour peler sa pomme. Mais un de ses parents arrêta sa main et l’empêcha de se tuer. Cependant toute la cour, le croyant mort, se remplit de cris ; et Antipater s’en réjouit fort dans sa prison, et promit de récompenser ses gardiens s’ils le délivraient. Ce qu’apprenant, Hérode fit tuer son fils par des soldats, et nomma, pour lui succéder, Archélaüs. Il mourut cinq jours après, ayant été très heureux dans sa fortune politique, mais très malheureux dans sa vie privée. Salomé, sa sœur, fit remettre en liberté tous ceux que le roi lui avait ordonné de tuer. Voilà du moins ce que nous lisons dans l’Histoire scholastique ; mais Rémi, dans son Commentaire de saint Matthieu, dit au contraire qu’Hérode se transperça du couteau dont il se servait pour peler ses fruits, et que Salomé, sa sœur, fit mettre à mort tous ceux qu’il avait jetés en prison.

 

*******************************************************************

QUARANTE-DEUXIÈME SERMON. POUR L’ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR. VIII.

par saint Augustin d’Hippone

 

Eg St-Egide à Poprad: choeur, fresque gothique du massacre des Innocents

  1. Frères bien-aimés, portez vos regards sur l’astre nouveau ; c’est le signe, non pas de la fatalité, mais de la royauté. Voyez-le briller dans sa course rapide, conduire les Mages au berceau du Christ, et, du haut du ciel, témoin de son obéissance, appeler à la crèche le monde entier. Comme, après la nuit, le pôle nous apparaît sous les teintes brillantes de l’aurore, ainsi les premiers rayons de la lumière se montrent au genre humain assis dans les ténèbres et les ombres de la mort ; ainsi s’annonce le Fils de Dieu, jusqu’alors inconnu. Voici venir les Mages, ces esclaves de l’astrologie, ces admirateurs des étoiles. Un globe de feu, qu’ils n’ont pas encore vu, projette dans les cieux d’éclatants rayons ; d’un pas rapide, il trace devant eux un chemin enflammé; ils le suivent et voient bientôt, enfermé dans l’étroite enveloppe d’un maillot, celui dont l’étoile lumineuse annonçait tout à l’heure, du haut des airs, la glorieuse puissance. Jamais torche ardente ne répandit autour d’elle une lueur semblable à celle de cet astre; jamais l’aurore n’envoya à la terre de rayons plus nombreux et plus doux; jamais d’une fournaise nouvellement allumée ne s’échappèrent de pareils torrents de flammes: il brillait si vivement, que, à la vue de cette lumière sans précédente, la terre se trouvait saisie d’épouvante. Comment ne pas reconnaître la majesté suprême en celui dont la grandeur se lisait dans l’écrin céleste ?

 

  1. Les Mages, au cœur desquels naissait la foi, prélude de la nôtre, s’approchent donc du Christ; ils lui offrent de l’or, lui donnent de l’encens, lui apportent de la myrrhe.

Pauvre petit enfant, vous êtes devenu bientôt riche ! Au milieu de tous ces présents, il pleure; et bien qu’il gémisse, on le redoute comme un Dieu: Ses clients lui apportent des cadeaux; ils courbent devant lui leurs fronts et l’adorent. On lui offre de l’or, parce qu’on reconnaît en lui un grand Roi ; on lui sacrifie de l’encens, en témoignage de sa divinité ; on lui donne de la myrrhe, comme à la victime qui doit mourir pour le salut de tous.

 

  1. Mais, à force de craindre, l’impie Hérode devient cruel ; il sévit avec d’autant plus de rage qu’il veut cacher mieux sa honte. Dès le premier abord, il feint de vouloir adorer celui dont la naissance le remplit d’épouvante. A mon avis, mes frères, si cet ennemi intime du Christ ne fait pas de mal aux Mages, c’est qu’il n’est pas assez fort; s’il joue le rôle d’innocent, c’est qu’il ne peut donner libre cours à sa méchanceté. Plein d’anxiété au sujet de ce successeur, tourmenté par la crainte de perdre sa royauté, Hérode se couvre du masque de suppliant, tout en nourrissant dans son âme des sentiments hostiles. Mais pouvait-il prendre au piége celui qui était venu détruire toutes les malices de la duplicité? Il temporisa donc, il attendit, mais inutilement : trompé dans ses espérances, il n’eut pas la patience de tenir plus longtemps cachées les secrètes pensées de son coeur. Aussi donna-t-il l’ordre de massacrer les innocents, de faire tomber sous le glaive et sous les pierres des membres non encore affermis et nouvellement sortis des entrailles maternelles. O cruel attentat ! O rage inouïe de ce monde ! Ce massacre était de telle nature,

 710

que le bourreau ne pouvait ni les tenir pour les tuer, ni les voir après leur avoir ôté la vie. On les arrachait tout tremblants des mamelles de leurs mères; leur frêle existence s’éteignait, incapable de résister aux tiraillements simultanés de celles-ci et de leurs bourreaux ; de la sorte, on tuait moins des vivants qu’on n’égorgeait des morts. Alors ces pauvres mères sanglotaient et remplissaient l’air de leurs cris : on les voyait serrer leurs enfants dans leurs bras; elles auraient voulu mourir avec eux, mais on ne leur donnait point le coup de grâce. Leurs entrailles se tordaient, non plus sous- l’effort des douleurs de l’enfantement, mais sous le poids du chagrin et du deuil : elles avaient beau pleurer et tendre vers les bourreaux des mains suppliantes, les cruels sicaires demeuraient insensibles; dans leur fureur, ils brisaient ces petits membres à peine nés de la veille, et, malgré les prières des mères éplorées, ils étalaient à leurs yeux le hideux spectacle du sang de leur chère progéniture. Hérode, à quoi t’a servi cet acte de cruauté? Pour atteindre un enfant, tu en fais mourir une multitude, et néanmoins tu ne parviens pas à frapper celui que tu cherches; et ainsi, ta stérile méchanceté n’aboutit qu’à te donner à toi-même le coup de mort et à donner au Christ des martyrs de son âge !

 

  1. Pour nous, mes frères, réjouissons-nous dans l’unité de la foi, « dans une charité sincère, dans la parole de vérité, dans la force de Dieu (1) ». Marchons de. pair avec les Mages, suivons la brillante lumière de l’étoile, adorons le Christ dans sa crèche, offrons-lui l’hommage de nos vœux . Il est aujourd’hui couché devant la porte, enveloppé dans les langes de la pauvreté : les Mages lui offrent de l’or; que des chrétiens ne refusent pas aux indigents une pièce de monnaie.

 

  1. II Cor. VI, 6.

 

 

24975568-26505051

 

 

 

 

BETHLEEM, BIBLE, EVANGILES, FETE LITURGIQUE, JESUS NAÎT BETHLEEM, JESUS-CHRIST, NATIVITE DE JESUS, NOEL

Jésus naît à Bethléem

DANS LA NUIT… NAISSANCE A BETHLEEM

2125379256

Il fait nuit quand Joseph et Marie pénètrent enfin dans Bethléem. Ils sont fatigués de ce long voyage et ce n’est fini ! Il faut trouver un endroit où loger maintenant car Marie va bientôt accoucher. Alors Joseph fait le tour de ses connaissances, mais il n’y a rien pour eux ; il fait ensuite le tour de toutes les auberges ; mais tout est plein à craquer et il n’y a pas de place pour eux non plus même s’il invoque l’état dans lequel se trouve sa femme. Alors il repart un peu plus loin dans les environs de Bethléem en quête de n’importe quel abri pour eux. Et Marie doucement lui met la main sur le bras comme pour lui dire : « Ne t’inquiète pas Joseph ! Tout se passera bien ! »

Il trouve une étable et décide de s’y installer. Bien sûr, le confort et plus que sommaire ! L’endroit est petit et on sent encore l’odeur des animaux ; mais il y a un peu de foin et cela fera bien l’affaire pour ce soir. Il installe Marie tout d’abord car elle ressent les premières douleurs ; il n’y a pas de temps à perdre ! Et le moment est vite venu ; alors Joseph sort discrètement pour s’occuper de débâcher l’âne. Inquiet tout de même, il lève les yeux vers le ciel comme pour implorer de l’aide ; il sait bien que l’enfant naîtra puisque l’ange du Seigneur le lui a dit en songe. Mais tout de même !

Et soudain il entend un cri dans la nuit ! L’enfant est né ! Jésus est là ! Alors doucement il entre. Il voit Marie qui tient tendrement serré contre l’enfant. Il s’approche doucement. Il sourit et Marie lui sourit aussi ! Joseph et Marie regardent ou plutôt contemplent l’enfant qui vient de naître : le Fils de Dieu qui est né dans une étable.

Mais Joseph remarque que Marie tremble de froid, que l’enfant aussi a froid. Il se demande comment faire pour les réchauffer tous les deux ! Son vêtement ne suffira pas ! Alors il remarque dans un coin de l’étable un bœuf. Et soudain une idée jaillit ! Il va chercher l’âne qui les a conduit de Nazareth à Bethléem, il va chercher le bœuf aussi et il les installe tout prêt de Marie et de Jésus. Comme si ils avaient compris les pensées de Joseph les deux animaux se mettent à souffler Et il voit que les deux animaux font si bien leur office que Marie et l’enfant Jésus se réchauffent. Alors tous les trois s’assoupissent un peu. Et ils n’entendent pas ce qui se passent dehors, ils n’entendent pas les chants des anges qui annoncent la venue du Sauveur !

Au loin dans la campagne des bergers veillent sur leurs troupeaux quand soudain le ciel s’éclaire. Ils se demandent ce qui peut bien se passer et ils pensent à rentrer leurs troupeaux de peur qu’ils soient effrayés par cette clarté soudaine. Et que voient-ils dans cette nuit ? Des anges les entourent ! Ces anges leur disent de ne pas avoir peur car ils viennent leur apporter une bonne nouvelle : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche ! » (Luc 2, 10-12). Alors ils se disent : « Allons à Bethléem ! Allons voir ce que les anges nous annoncé ! ». Et ils partent !

Alors soudain la porte de l’étable s’ouvre ! Joseph a tressailli d’inquiétude : qui peut bien venir en pleine nuit ? Que nous veut-on ? Marie lui sourit comme pour dire : « Laisse faire Joseph ! » Les bergers sont là, ils se recueillent devant la mère et l’enfant. Ils ont apportés des cadeaux aussi, mais ce sont d’humbles cadeaux : un peu de nourriture, quelques couvertures de laines. Ce sont des cadeaux de pauvres mais Marie les reçoit bien volontiers et l’enfant les regarde avec bonté. Les bergers ne disent rien ! Ils sont émus pour cela ! Mais leur joie est telle qu’ils vont dans la nuit annoncer cette nouvelle que tout le peuple d’Israël attendait depuis si longtemps : « Un fils nous est né ! Un fils nous est donné ! »

©Claude-Marie T.

the_nativity_story_08

 

******************************************************************

  Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.

Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.

L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte.

Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : 11 Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux : « Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, l’événement que le Seigneur nous a fait connaître. »

Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant.

Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers.

Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.

Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.

(Evangile selon saint Luc 2, 6-20)

Nativité-de-Jésus

*******************************************************************

Quand Jésus est-il né ?

Notons que l’édit du recensement n’est attesté par aucune archive romaine. La présence de bergers dans le voisinage donne à penser que Jésus serait né à l’époque de l’agnelage, au mois d’avril. Par ailleurs, l’évocation du cruel roi Hérode,  protégé des Romains, situerait sa naissance en l’an 6 avant J.-C. ! Le moine Denys le Petit, à l’origine du calendrier adopté aujourd’hui dans le monde entier, se serait donc trompé dans ses calculs.

À Rome, en 354, le pape Libère reporte cette célébration au 25 décembre, en remplacement des Saturnales romaines et de la fête du soleil vainqueur (sol invictus) que les païens avaient coutume de consacrer au retour du soleil après le solstice d’hiver. C’est une manière de rappeler que Jésus est la « Lumière du monde ».

 

*************************************************************************************

 L’année de naissance de Jésus

 

Sous le règne d’Hérode

Les deux récits de l’enfance de Matthieu et Luc indiquent que la naissance de Jésus eut lieu sous le règne du roi Hérode le Grand : « Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode » (Mt 2, 1); « Du temps d’Hérode, roi de Judée, […] l’ange lui dit : Ne crains point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t’enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. […] Quelque temps après, Élisabeth, sa femme, devint enceinte. […] Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. […] L’ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. » (Lc 1,5-31). Dans Matthieu, cet élément se place dans le récit de la venue des rois mages, du massacre des Innocents et de la fuite en Egypte, qui situe l’action à la fin du règne d’Hérode, le retour d’Égypte se faisant après l’accession au pouvoir d’Archélao , son successeur. Chez Luc, il se place dans le cadre d’un parallélisme entre les annonces miraculeuses des naissances, à six mois d’intervalle, de Jean le Baptiste et de Jésus.  

La date de la mort d’Hérode peut être déterminée en utilisant les informations données à la fin du Ier siècle par l’historien juif Flavius Josèphe, les annales romaines, et des données astronomiques. Selon Flavius Josèphe, Hérode est nommé roi par les Romains sous le consulat de Calvinus et Oollio en 40, et élimine son rival Antigone II Mattathiah sous celui de Agrippa et Gallus en -37. Il règne pendant 37 années après sa nomination par les Romains, et 24 après la mort d’Antigone II Mattathiah. Suivant la façon dont Josèphe compte les années, entières ou pas, cela mène à -4 ou -3. Mais Josèphe mentionne une éclipse de Lune peu avant la mort d’Hérode. Il y en a eu qui étaient visibles depuis la Palestine le 15 septembre -5, et le 13 mars -4, mais aucune en -3 ni en -2. Schürer conclut qu’Hérode est mort un peu après l’éclipse du 13 mars -4. En 1966, W. E. Filmer contesta cette date, sur la base du décompte des années et d’erreurs de Josèphe sur les dates de consulat, et détermina que la mort d’Hérode aurait eu lieu en -1, peu après l’éclipse du 9 janvier. Le calcul de Filmer a été depuis réfuté par Barnes en 1968, et Bernegger en 198517, et la date de -4 est celle qui est aujourd’hui retenue.

L’Evangile de Matthieu, chap. 2, versets 16-18 relate que le roi Hérode Ier, roi  ayant appris la naissance à Bethléem du roi des Juifs « envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s’était soigneusement enquis auprès des mages ». Selon ce texte, Joseph se serait enfui avant ce massacre avec l’enfant Jésus et sa mère où ils restèrent jusqu’à la mort d’Hérode.

 Recensement de Quirinius

Au début du chapitre 2, Luc donne une indication précise : « En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre. Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. » C’est ce qui explique selon cet évangile le déplacement de Joseph et Marie de Nazareth à Bethléem, où naît Jésus. Le règne d’Auguste commence en janvier ou en août -43, (sauf en Égypte où il commence en août -30 avec la prise d’Alexandrie et la mort d’Antoine et Cléopâtre), et se termine à sa mort en août 14 .

Selon Tacite et Flavius Josèphe, Publius Sulpicius Quirinius devient gouverneur (legatus Augusti propraetore) de Syrie en l’an 6 de notre ère, après l’expulsion d’Archélaos. Josèphe nous apprend en outre qu’il fit un recensement en Judée en 6-7, qui déclencha la révolte de Juda de Gamala.

 

*******************************************************************

Le jour où Jésus est né

La détermination du jour de la naissance a également une importance symbolique, et le 25 mars, jour de l’équinoxe de printemps, souvent considéré comme le jour de la création du monde, est envisagé comme celui de la conception, de la mort ou de la résurrection de Jésus.

Cependant dès la première attestation qui témoigne d’une recherche de la fixation de la date de naissance de Jésus, il apparait une disparité selon les communautés chrétiennes. Ce premier témoignage vient de Clément d’Alexandrie   qui rapporte la situation à Alexndrie où, à la fin du IIè  ou au début du IIIè  siècle, certains évoquent le vingt-cinquième jour de Pachon  20 mai) ou le vingt-quatrième ou vingt-cinquième jour de Pharmouti (19 ou 20 avril) tandis que les Basiliens célèbrent, eux, le baptême de Jésus correspondant à une naissance symbolique, le quinzième jours du mois de Tybi   ou encore le onzième (10 ou 6 janvier). Clément lui-même avance une date qui correspond au 18 novembre -3

Une tradition également ancienne, rapportée un peu plus tard par Hippolyte de Rome  situe la naissance de Jésus mercredi au début du mois d’avril, précisément un mercredi 2 avril. Cette date plaçant la naissance de Jésus au printemps fait peut-être écho à une tradition judéo-chrétienne d’origine sacerdotale basée sur le calendrier du livre des Jubilé dont Hippolyte aurait connaissance.

Par ailleurs, suivant un passage du De Pasha Computus, rédigé en Afrique en 243, Jésus est né le mercredi V des calendes   d’avril, soit le 28 mars: cela correspond au quatrième jour après Pasha – date que l’auteur retient pour dater la Passion et premier jour de la création correspondant à l’équinoxe de printemps – et cela coïncide avec la création du soleil, permettant une assimilation du Christ au « Soleil de justice » une prophétie de Malachie. Ce texte montre l’existence d’une natalis solis iustitiae plus de trente ans avant la natalis solis invicti romaine.

D’après le Chronographe de 354, , la célébration d’une fête de l’incarnation du Sauveur se déroulant le 25 décembre est attestée à Rome sous le pontificat de l’évêque Libère à l’occasion de laquelle l’évêque rassemble les chrétiens dans la basilique nouvellement construite au Vatican, achevée en 354. Le choix de la date semble le fruit d’un calcul autonome fait au cours du iiie siècle mais il s’insère dans un cadre plus général de la constitution d’un calendrier liturgique, probablement destiné à concurrencer, à Rome, les réjouissances païennes. Cette tradition sera reprise par le martyrologue hiéronymien une compilation datant probablement du vie siècle, reprenant des documents plus anciens

C’est sur ces bases qu’au début du VIè siècle , le moine Denys le Petit place l’annonciation le 25 mars et la naissance de Jésus neuf mois plus tard, le 25 décembre de l’année 753 de Rome (c’est-à-dire l’année -1 du calendrier actuel), principalement pour qu’elle coïncide avec le début d’un cycle pascal. C’est sur ce calcul que se fondent aujourd’hui les calendriers de l’ère chrétienne.

 

*******************************************************************

La représentation de l’âne et du bœuf dans la crèche de Bethléem est inspirée du prophète Isaïe

Bestiaire de Noël
Les animaux ont été les premiers témoins de la naissance du Christ. Mais ils n’ont pas été choisis par hasard.

Dans la symbolique de Noël, la crèche ne comprend pas seulement Marie, Joseph et Jésus, mais aussi des personnages qui peuvent sembler à première vue anodins, mais qui ont leur importance : les animaux, dont certains peuvent paraître assez étonnants. Pierre Gaugué, frère dominicain à Lille, nous éclaire sur ce que représente ce «bestiaire de Noël». C’est le prophète Isaïe qui a été le plus «fertile» en références animales.

> L’âne et le bœuf : Leur présence n’est pas mentionnée dans l’évangile de saint Luc. On a souvent raconté que l’haleine de l’âne et du bœuf servait de système de chauffage pour l’enfant Jésus. C’est une belle tradition, mais il y a une autre raison, biblique celle-là, qui justifie la présence de ces deux animaux dans la crèche. 
La représentation de l’âne et du bœuf dans la crèche de Bethléem est inspirée du prophète Isaïe qui reproche au peuple d’Israël de ne pas connaître son Dieu au contraire de l’âne et du bœuf : « Le bœuf a connu son propriétaire et l’âne la crèche de son maître, Israël ne connaît pas, mon peuple ne comprend pas… ». Le bœuf 
et l’âne représentent donc la fidélité, la docilité au Christ, ils sont une icône de ceux qui vont reconnaître en Jésus le messie.
Aussi, la Septante (traduction grecque de la Bible) mentionne une parole du prophète Habacuc : « Tu te manifesteras au milieu de deux animaux ». Notre traduction tirée de l’hébreu n’a pas repris ce terme. Peu avant le siège de Jérusalem par les Babyloniens en 587, le prophète supplie le Seigneur de réitérer son œuvre de salut et s’écrie : « Au milieu des années, fais-la revivre! Au milieu des années, fais-la connaître ». En grec, on lit plutôt : « Au milieu de deux animaux ».
L’âne a une présence particulière dans les Evangiles : il a mené Marie de Nazareth à Bethléem pour le recensement. Il est une monture humble. Un autre passage important de la Bible évoque sa présence : lors des Rameaux, à l’entrée de Jésus à Jérusalem, avant sa Passion.

> Le mouton : Dans l’Evangile de Luc (chapitre 2, verset 7), la présence de bergers «gardant leurs troupeaux» est mentionnée, sans précision sur la nature des bêtes gardées. L’Occident chrétien en a déduit qu’il s’agissait de moutons. En première lecture, la présence des ovidés est donc liée à celle des bergers. Une autre explication plus théologique est présente dans certaines représentations, notamment dans « L’adoration des bergers » de Delatour (œuvre située au Louvre) ou encore chez Zurbaran (œuvre située au musée de Grenoble) : un berger se situe près de la Vierge et de Jésus, il porte un agneau pattes liées juste au-dessus de la tête du bébé. Cela rejoint une parole du prophète Isaïe lors de la Passion du Christ : « Il était comme l’agneau mené à l’abattoir ». La présence d’un agneau pattes liées à la crèche est basée sur cette référence, qui rend déjà présente dès la naissance du Christ sa mort.

Ainsi, toute la création se trouve unie à la crèche pour célébrer la naissance du Christ !

 

BETHLEEM, BETHLEEM ET NAZARETH : L'ENFANCE DE JESUS, BIBLE, ENFANCE DE JESUS, JESUS CHRIST, NAZARETH, NOUVEAU TESTAMENT

Bethléem et Nazareth : l’enfance de Jésus

Les villes où Jésus a vécu ses premières années

 

nazarethbethlehem

Bethléem : la ville natale de Jésus

betheem_a

La ville est située à 12 kilomètres au sud-est de Jérusalem, dans les montagnes de Judée. Sept cents ans avant la naissance de Jésus, le prophète Michée y a prédit la naissance du Messie. C’est la ville du roi David.
« Le Seigneur dit : Et toi, Bethléhem Éphrata, tu es un petit village parmi ceux des clans de Juda. Pourtant, celui qui doit gouverner Israël, je le ferai sortir de chez toi » (Michée 5.1).
Marie et Joseph, les parents de Jésus, ont dû s’y rendre lors du recensement ordonné par Rome car c’était la ville de David, leur ancêtre. Des bergers et des mages sont venus s’agenouiller devant l’enfant Jésus qui venait de naître dans une étable de la ville.

« À cette époque, l’empereur Auguste donne l’ordre de compter les habitants de tous les pays. C’est la première fois qu’on fait cela. À ce moment-là, Quirinius est gouverneur de Syrie. Tout le monde va se faire inscrire, chacun dans la ville de ses ancêtres. Joseph quitte donc la ville de Nazareth en Galilée pour aller en Judée, à Bethléem. C’est la ville du roi David. En effet, David est l’ancêtre de Joseph. Joseph va se faire inscrire avec Marie, sa femme, qui attend un enfant. Pendant qu’ils sont à Bethléem, le moment arrive où Marie doit accoucher. Elle met au monde un fils, son premier enfant. Elle l’enveloppe dans une couverture et elle le couche dans une mangeoire. En effet, il n’y a pas de place pour eux dans la salle où logent les gens de passage.

Dans la même région, il y a des bergers. Ils vivent dans les champs, et pendant la nuit, ils gardent leur troupeau. Un ange du Seigneur se présente devant eux. La gloire du Seigneur les enveloppe de lumière, alors ils ont très peur. L’ange leur dit : “N’ayez pas peur. Oui, je viens vous annoncer une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout votre peuple. Aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur est né pour vous. C’est le Christ, le Seigneur. Voici comment vous allez le reconnaître : vous trouverez un petit enfant enveloppé dans une couverture et couché dans une mangeoire…” » (Luc 2.1-12).

Toutefois, Bethléem n’était plus qu’une bourgade à l’époque. Ses maisons étaient blanches, faites d’une pierre locale qui devenait éblouissante sous le soleil de Judée. Perchée à 800 mètres d’altitude, elle jouissait d’une fertilité étonnante. Oliviers et figuiers colonisaient la moindre parcelle entre deux murets pierreux, tandis que les vignes poussaient entre les plis et replis des vallons.
On peut s’interroger sur ce choix car une ville plus grande et mieux équipée aurait certainement apporté un « plus » à l’image du Messie. Pour transposer à notre époque, il manquait à Bethléem les hôtels, les centres pour conventions et les hôpitaux bien équipés qui en auraient fait un lieu de naissance digne d’un roi.
D’emblée, l’Évangile nous présente ainsi un Dieu qui, humblement, n’hésite pas à approcher les hommes. Nous comprenons donc que c’est à une foi absolument réelle, personnelle, et signe d’un amour véritable qu’il invite les hommes. Il attend notre réponse qui ne pourra qu’être authentique face à un tel dénuement. Sans artifice. Comme lui.

Les villes d’Égypte : Jésus en transit

fuite-egypte-2

L’évangile de Matthieu prend soin de situer les premières villes de Jésus dans leur contexte géographique. Il raconte son séjour en tant que réfugié politique en Égypte. Une sorte de migrant.
Pour fuir les sbires d’Hérode qui cherchaient à tuer Jésus, sa famille a dû s’enfuir en Égypte. Elle est vrai- semblablement passée par la ville d’Hébron d’où l’on apercevait au loin la Méditerranée, près de Gaza.
L’Égypte a souvent été un lieu de refuge pour les Israélites. Abraham, ainsi que Jacob et sa famille, s’y sont rendus pour échapper à la famine. Plus tard, d’autres y ont fui les invasions assyriennes et babyloniennes. De ce fait, l’Égypte a abrité, à certaines périodes de son histoire, une population juive très importante. C’est, par exemple, le cas d’Alexandrie. On estime que, sur une population d’environ un million d’habitants, un tiers d’entre eux étaient juifs à une époque. On trouvait aussi d’autres colonies juives importantes implantées depuis des siècles plus au sud, notamment à Éléphantine.
Les parents de Jésus ont ainsi connu le même genre de difficultés que ces milliers de réfugiés que nous voyons de nos jours, plus ou moins bien accueillis, et nourrissant constamment l’espoir de retourner dans leur pays d’origine.
Le retour de la famille de Jésus a sans doute été moins pénible que l’aller. D’une part, Jésus n’était plus un bébé ; d’autre part, c’est à Nazareth cette fois que sa famille s’est rendue. En sortant d’Égypte, les voyageurs ont dû vraisemblablement passer par Péluse et poursuivre ensuite la route littorale par Gaza et Jaffa. Le voyage sur cette grande route romaine aura duré environ une semaine.

Nazareth : l’enfance de Jésus au village

Fountain-1894_483

Cette petite bourgade de Galilée est devenue célèbre grâce au récit des évangiles. C’est, en effet, à Nazareth, où elle habitait, que l’ange Gabriel a annoncé la naissance de Jésus à Marie.

« Élisabeth est enceinte depuis six mois. Voici que Dieu envoie l’ange Gabriel dans une ville de Galilée appelée Nazareth. Il l’envoie chez une jeune fille, promise en mariage à un homme appelé Joseph. Joseph a pour ancêtre le roi David, et le nom de la jeune fille est Marie. L’ange entre chez elle et lui dit : “Réjouis-toi ! Le Seigneur Dieu t’a montré son amour d’une manière particulière. Il est avec toi.”

En entendant cela, Marie est très émue, elle se demande : “Que veut dire cette façon de saluer?” L’ange lui dit : “N’aie pas peur, Marie ! Oui, Dieu t’a montré son amour d’une manière particulière. Tu vas attendre un enfant, tu mettras au monde un fils, et tu l’appelleras Jésus. Personne ne sera aussi important que lui. On l’appellera Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le royaume de David, son ancêtre. Il sera le roi du peuple d’Israël pour toujours, et son pouvoir ne finira jamais.” Marie dit à l’ange : “Comment cela va-t-il arriver ? En effet, je ne vis pas avec un homme.” L’ange lui répond : “L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira comme l’ombre. C’est pourquoi l’enfant qui va naître sera saint, et on l’appellera Fils de Dieu. Écoute ! Élisabeth, qui est de ta famille, elle aussi est enceinte et elle aura un fils. Pourtant elle est vieille. On disait qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant, et maintenant, elle est enceinte depuis six mois! Non, rien n’est impossible pour Dieu !” Marie répond : “Je suis la servante du Seigneur. Que Dieu fasse pour moi ce que tu as dit !” Alors l’ange la quitte » (Luc 1.26-38).

Nazareth était alors un village agricole de quelques 200 habitants. La taille de la bourgade était tellement insignifiante qu’il arrivait qu’on dise : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » (Jean 1.46).
C’est donc la simplicité qui a été la réalité dominante de la vie de Jésus dans ses premières années.
Comme la plupart des habitants de la Galilée à cette époque, les artisans fabriquaient et vendaient leurs pro- ductions dans leurs échoppes disposées le long de la rue. Le forgeron et le charpentier étaient placés côte à côte ou face à face. Les habitants de Nazareth évoluaient ainsi entre la ville et sa place principale, les champs et les vignobles qui les entouraient.
Joseph exerçait l’humble métier de charpentier, et toute sa famille vivait la vie d’un foyer modeste, ni pauvre ni riche. Comme tant d’autres, elle gagnait le pain quotidien à la sueur de son front et était assujettie aux lois administratives et sociales de son peuple.
Jésus a donc nécessairement participé aux travaux des champs durant son enfance et sa jeunesse. Il s’est, du reste, largement inspiré des réalités de la vie quotidienne dans son enseignement. Citons, parmi ses paraboles, celles du bon berger, du vignoble et du vigneron, du figuier qui ne porte pas de fruit, des ouvriers de la onzième heure, du marchand qui cherche de belles perles, du fils prodigue qui veut revenir travailler comme ouvrier chez son père, du bon grain et de l’ivraie… Il compare aussi le royaume des cieux à une semence en terre ou à du levain enfoui dans la farine. Jésus savait choisir ses comparaisons et leur donner un sens compréhensible par tous.
Rythmée par la prière commune à la synagogue, les rites et les nombreuses fêtes religieuses du judaïsme, la vie de prière de la famille de Jésus était extérieurement celle de tout bon Israélite pratiquant de l’époque.
Nul doute que Jésus a partagé dans l’humble demeure de ses parents à Nazareth une vie familiale pieuse, dans la simplicité et l’amour partagés.
C’est dans cet environnement que Jésus a grandi jusqu’à ce qu’il atteigne sa pleine maturité d’homme et entame sa vie publique.
Jésus a commencé son ministère à Nazareth, mais ses habitants, sans doute ceux qui l’avaient connu petit, ont éprouvé des difficultés à reconnaître en lui l’envoyé de Dieu qu’il revendiquait être. L’Évangile raconte les débuts : « Dans la maison de prière, tout le monde est très en colère… Ils se lèvent tous et font sortir Jésus du village. Ils l’emmènent en haut de la colline sur laquelle leur village est construit, et ils veulent le jeter en bas. Mais Jésus passe au milieu d’eux et continue sa route » (Luc 4.28-30).
Jésus est revenu plus tard dans la ville de son enfance (Matthieu 13.53-58), mais l’expérience n’a pas été plus concluante. Les habitants se sont étonnés de l’entendre prêcher, lui le « fils du charpentier ». C’est ainsi qu’ils l’ont chassé de la ville.
C’est à ce propos que Jésus a dit : « Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison» (Matthieu 13.57).

2870156512_2

https://www.publicroire.com/croire-et-lire/bible/article/les-villes-que-jesus-a-habitees