AU FIL DU TEMPS : POEMES, CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LIVRES, POEME, POEMES

Au fil du temps : poèmes

Au fil du temps : Poèmes

Claude Tricoire

Editeur : Independently published, 2020. 86 pages.

 

41UCT8LidXL._AC_UY218_

Recueil de poémes écrits au fil du temps en fonction de l’humeur des jours, de la couleur du temps, des tristesses et des joies que nous offre le monde d’aujourd’hui.

Edition broché du même ouvrage publié en e-book sur Amazon

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), CONVERSION, LOURDES, TEMOIGNAGE

Lourdes : Joie de la conversion

TEMOIGNAGE POUR LOURDES

 ob_56d2b5_pele-lourdes-2014-diocese-agen

LOURDES ;

MARIE NOUS PREND PAR LA MAIN POUR NOUS CONDUIRE A SON FILS

 

« Marie douce lumière

Temple de l’Esprit

Mère des pauvres et des tous petits

Conduit vers Jésus et vers le Père »

 

Il faut remonter quelques années en arrière – au moins une dizaine d’années – pour s’apercevoir que Lourdes aura été le lieu par lequel je devais passer pour cheminer vers la foi.

Au départ je me suis engagé pour aller à Lourdes en tant qu’Hospitalière de l’Hospitalité Sainte-Marthe uniquement pour faire plaisir à quelqu’un qui me sollicitait en ce sens depuis longtemps ! Ma simple motivation pour accepter ce fut d’être enfin tranquille et de passer une bonne semaine, certes en faisant une bonne action !

Mais une fois là-bas on se rend compte au fil des journées (même si j’espérais bien échapper à quelques célébrations quand même !) que l’on reçoit beaucoup de ceux que l’on croit aider ; dans le sanctuaire on se rend compte que là il n’existe aucune différence : croyants, incroyants, riches, pauvres, bien-portants ou malades, tout le monde semble sur le même d’égalité.

On ne revient pas comme on était parti : partie sans me poser trop de questions, quelque chose commençait à faire son chemin ; des questions se sont posées non pas peut-être sur la foi elle-même mais pourquoi il y avait tant de joie et d’espérance dans un lieu où l’on rencontrait tant de souffrances !  Où était la source de cette joie et de cette espérance ?

Mais le questionnement et le désir d’aller plus loin étaient vite étouffés par la reprise du train-train quotidien ! Mais malgré tout année après année je retournais à Lourdes comme si quelque chose (ou quelqu’un) me faisait signe ! Année après année, à tous les retours de pèlerinage je savais que devais changer quelque chose, je savais que je devais faire quelque chose pour donner une suite à ces pèlerinages ! Mais on oublie vite ! La routine étouffe bien les bonnes résolutions !

Ce n’est que deux mois après le pèlerinage de 2013 que j’ai enfin décider ne plus me dérober, que j’ai enfin le courage (ou l’inconscience !) d’affronter enfin ces questions en commençant d’abord à aller à la messe tous les dimanches, de me plonger dan la Bible et de commencer un chemin avec un prêtre. Pendant trois mois qui me parurent une éternité le chemin fut rude, le combat pour sire « Oui : »  Mais mystérieusement j’avais conservé un chapelet de Lourdes que je disais tous les jours  et surtout dans les moments difficiles alors que je détestais que l’on me parle de prière !

De septembre à fin décembre 2013 Marie fut ma bouée de secours, presque l’unique soutient au milieu des tempêtes ! Marie finalement aura eu le dernier mot la nuit de Noël 2013. Deux versets d’Evangile où Marie est présente auront suffi pour faire basculer ma vie :

 

« Elle mit au monde son fils premier-né » (Luc, 2,7

« Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie de Magdala. Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d’elle, le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « voici ta mère. » Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit chez lui. » (Jean 19, 25-27)

 Comme par hasard (mais le hasard existe-t-il ?) le thème du pèlerinage de 2014 pour Lourdes était : « La joie de la conversion » : Ce fut un pèlerinage d’action de grâces… mais qui se renouvelle chaque année maintenant !

 

©Claude-Marie T.

13 juillet 2018

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LIVRE, LIVRES, MARCHE VERS TA LUMIERE !

Marche vers ta lumière !

Marche vers ta lumière !

Claude Tricoire51uZLfVb7yL._AC_US218_

Editeur, Independently published, 2018. 160 pages.

 

 

Un soir de décembre 2013 deux versets d’Evangile qui ont bouleversés toute ma vie : « Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né » (Luc 2, 17). « Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère (…). , avec la sœur Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. ». (Jean 19, 25-27) C’est cette rencontre, une rencontre qui se renouvelle chaque jour ; qui se fait au détour de mille chemins de traverse parfois, de mille rendez-vous manqués aussi qui fait l’objet de ce recueil. Il voudrait dire à ceux surtout qui doutent ou ne croient pas au miracle d’une rencontre qui change une vie à jamais que « rien n’est impossible à Dieu ». Tout ceux qui un jour ont rencontré le Christ ne peuvent s’empêcher de le dire, de le chanter chacun à sa manière. La poésie est une l’une de ses manières parce que la poésie sait traduire les reflets de l’âme quand manquent les mots.

 

 

Biographie

Claude Tricoire archiviste-bibliothécaire pour le Centre de Documentation des Archives du Carmel de Lisieux et actuellement, depuis 1994, responsable de la bibliothèque diocésaine pour le diocèse d’Aix-en-Provence et Arles.
.https://www.amazon.fr/Marche-vers-lumi%C3%A8re-Claude-Tricoire/dp/1980391467/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1520583788&sr=1-2&keywords=marche+vers+la+lumi%C3%A8re

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LIVRE, MARCHE VERS TA LUMIERE !

Marche vers ta lumière !

 

Marche vers ta lumière

Claude Tricoire.

2017.206 pages

 

Un soir de décembre 2013 deux versets d’Evangile qui ont bouleversés toute ma vie :
« Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né » (Luc 2, 17).
« Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère (…). , avec la sœur Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. ». (Jean 19, 25-27)

C’est cette rencontre, une rencontre qui se renouvelle chaque jour ; qui se fait au détour de mille chemins de traverse parfois, de mille rendez-vous manqués aussi qui fait l’objet de ce recueil. Il voudrait dire à ceux surtout qui doutent ou ne croient pas au miracle d’une rencontre qui change une vie à jamais que « rien n’est impossible à Dieu ». Tout ceux qui un jour ont rencontré le Christ ne peuvent s’empêcher de le dire, de le chanter chacun à sa manière. La poésie est une l’une de ses manières parce que la poésie sait traduire les reflets de l’âme quand manquent les mots.

 

Biographie

Claude Tricoire archiviste-bibliothécaire pour le Centre de Documentation des Archives du Carmel de Lisieux et actuellement, depuis 1994, responsable de la bibliothèque diocésaine pour le diocèse d’Aix-en-Provence et Arles.
.

marche vers ta lumière

 

https://www.amazon.fr/Marche-vers-lumi%C3%A8re-CLAUDE-TRICOIRE-ebook/dp/B078MC4JHF/ref=sr_1_2?s

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), POEME, POEMES, PRIERES

Quand la joie a jailli !

 

https://www.amazon.fr/Quand-joie-jailli-Claude-Tricoire-ebook/dp/B076ZJBN7N/ref=sr_1_1?s=kitchen&ie=UTF8&qid=1512161659&sr=8-1&keywords=claude+tricoire

« Je t’ai aimée bien tard, beauté si ancienne, beauté si nouvelle,
je t’ai aimée bien tard.
Mais quoi ! tu étais au-dedans,
et moi j’étais au-dehors de moi-même,
et c’est au-dehors que je te cherchais,
et je poursuivais de ma laideur la beauté de tes créatures.
Tu étais avec moi, et je n’étais pas avec toi.
J’étais retenu loin de toi par tout ce qui, sans toi, ne serait que néant.
Tu m’appelles, et voilà que ton cri force la surdité de mon oreille.
Ta splendeur rayonne, elle chasse mon aveuglement.
Je respire ton parfum, et voilà que je soupire pour toi.
Je t’ai goûté, et me voilà dévoré de faim et de soif.
Tu m’as touché, et je brûle du désir de ta paix. »
Saint Augustin (Les Confessions, III, 6,11)

C’est par cette belle prière que saint Augustin nous dit sa Joie lors de sa conversion, conversion qu’il raconte dans Les Confessions.
Cette conversion peut se désirer fort longtemps mais un jour la rencontre se fait …. 
C’est cette rencontre, une rencontre qui se renouvelle chaque jour ; qui se fait au détour de mille chemins de traverse parfois, de mille rendez-vous manqués aussi qui fait l’objet de ce recueil. Il voudrait dire à ceux surtout qui doutent ou ne croient pas au miracle d’une rencontre qui change une vie à jamais que « rien n’est impossible à Dieu ». Tout ceux qui un jour ont rencontré le Christ ne peuvent s’empêcher de le dire, de le chanter chacun à sa manière. La poésie est une l’une de ses manières parce que la poésie sait traduire les reflets de l’âme quand manquent les mots.

C’est donc une tranche de vie offerte au lecteur : car au bout de la nuit il y a toujours une aube qui se lève, au cœur de la détresse ou du désespoir mais il y a toujours l’Espérance qui veille. Au-delà des nuages il ya la lumière d’un ciel lumineux. Derrière la Croix se cache la joie.

 

 

ttps://www.amazon.fr/Quand-joie-jailli-Claude-Tricoire-ebook/dp/B076ZJBN7N/ref=sr_1_1?s=kitchen&ie=UTF8&qid=1511710689&sr=8-1&keywords=CLAUDE+TRICOIRE