POEME, POEMES, CLAUDE TRICOIRE (1951-...), MIGRANTS, POESIES, TOUT AU FOND.... DE LA GRANDE BLEUE

Tout au fond …. de La Grande Bleue

Tout au fond de … La Grande Bleue

image (1)

Cimetière des rêves brisés

De l’exilé

Cimetière des espoirs brisés

Du migrant

Grand linceul

De la misère humaine

Loin de l’indifférence

Loin de toute compassion

Et c’est la nuit

Dans le grand silence

Que l’on peut entendre

Le chant douloureux

Des vagues qui bercent doucement

Le dernier sommeil

De ceux qui reposent

Au fond de cette mer si bleue

©Claude Tricoire

26 juillet 2021

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), ESPERANCE, L'ESPERANCE.... TOUJOURS !, POEME, POEMES

L’Espérance…. toujours !

L’espérance … toujours !

image (8)

Si le soleil s’obscurcit

Si les étoiles s’éteignent la nuit

Si la lune disparait

Si les montagnes s’affaissent

Si les eaux recouvrent la terre

Au cœur de ses abimes

L’’Espérance

Jamais ne disparaîtra

Si paix ne trouve plus de demeure ici-bas

Si la haine embrase les cœurs

Si les massacres les guerres

Rougissent la terre du sang des innocents

Si la terre devient le cimetière de l’humanité

Au cœur de ses enfers

L’Espérance

Jamais ne disparaîtra

L’Espérance

Ne peut disparaître

Elle est promesse de vie

Elle est promesse d’Eternité

©Claude Tricoire

3 juin 7 mai 2021

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), PARTIR !..., POEME, POEMES

Partir !…

Partir !….

lhommeauxsemellesdevent

Fermer une porte derrière soi

Jeter les clés d’une maison

Derrière son épaule

Prendre comme viatique

Le souvenir des jours heureux

Chausser les semelles de vent

Et puis partir !

Partir

Loin des chimères de la ville

Le cœur en bandoulière

Les mains dans les poches

Les pieds bien sur terre

La tête dans les étoiles

Vivre d’autres aventures

Partir

S’éblouir  le cœur de la beauté du monde

Ecouter le silence de la terre

S’enivrer du chant du vent des oiseaux

Se draper tout au long du chemin

Dans les rayons du soleil de la lune

Avec les étoiles pour parures

Et puis un soir

S’endormir

A l’ombre des palmiers en fleurs

©Claude Tricoire

19 mai 2021

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), POEME, POEMES

La complainte du livre

La complainte du livre

XVM01b0a19c-7b6f-11e7-858d-a12c4d61b83c-805x453 (1)

Je suis le livre qui se souvient

Douloureusement des jours anciens

Où j’étais quelqu’un d’important

Où l’on prenait soin de ma personne

Je me souviens et je pleure

Ce temps disparu depuis longtemps

Je suis le livre

Je me souviens de ce temps

Où je sentais bon

L’encre de l’imprimerie à peine sèche

Où je répandais la bonne odeur

Du cuir qui protégeait

Les écrits de tant d écrivains

Les belles enluminures qui ornaient mes pages

Mais aujourd’hui à peine ouvert

Que je tombe déjà en lambeaux

Je suis le livre

Je me souviens de ce temps

Des belles étagères où je reposais

Etagères qui sentaient bon la cire

Dans les bibliothèques qui me mettaient à l’honneur

Où se promenaient les amoureux

De mes riches reliures

Du monde infini remplissant leurs esprits

Des rêves immenses offerts sans retour

Mais aujourd’hui

Je suis sur des étagères sans odeur

Mes couvertures sont sans ornement

Je suis le livre

Je me souviens de ce temps

Où l’on me prenait dans les mains

Avec maintes précautions

Et l’on me reposait avec regret sur mon étagère

Il arrivait aussi qu’un malandrin sans le sou

Me mis dans sa sacoche

Et avec lui tout en respirant l’odeur du cuir

Je me promenais dans la ville

Humant l’air du temps

Le temps de faire plus ample connaissance

Avant de lui livrer gracieusement mes secrets

Mais aujourd’hui

Souvent je suis dans des rayons métalliques

Une marchandise comme une autre

Sans odeur et sans beauté

Je suis emballé déballé

Dans du vulgaire carton sans âme

Et personne ne prête attention

A la douleur qui m’étreint le cœur

Je suis le livre

Qui se souvient avec douleur

De ce temps qui a peut-être disparu

Alors je crie vers le ciel

Qu’un miracle se produise

Alors je jette mes cris vers le ciel

De trouver encore quelque amoureux

Qui se souvienne enfin

De ma beauté perdue

Et me redonne ma gloire d’antan

Je suis le livre

Plein de douleur et d’espoir

J’ai survécu à temps de jours de malheur

Les enfers des bibliothèques

Les incendies les destructions au long des siècles

Les autodafés quand on me jugeait dangereux

S’en souviennent les jours et les nuits

Je suis la mémoire des mondes disparus

Je suis la mémoire du monde présent

Je suis votre mémoire

bilbiotheque_20thibaud_20poirier-cd2107d1-f9e3-414f-aac9-07fee3a212f3 (1)

©Claude Tricoire

3 mai 2021.

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), L'ADIEU DU DERNIER BIBLIOTHECAIRE, POEME, POEMES

L’adieu du dernier bibliothécaire

L’Adieu du dernier bibliothécaire

220px-Carl_Spitzweg_021

Il est venu comme tous les matins

Il a ouvert la porte de la bibliothèque

Il a allumé toutes les lampes des rayons

Il a posé sa sacoche  sur son bureau

Comme tous les matins

Et puis en silence

Ce jour-là

Il a parcouru les rayons

Prenant précieusement dans ses mains

Chaque volume pour en humer l’odeur

Contemplant chaque tranche de ces ouvrages

Et fermant les yeux

Il revisitait cet immense savoir accumulé

Il revisitait les rêves des écrivains célèbres ou non

Il voyageait en rêve dans cette forêt immense

Dans les contrées lointaines qu’il n’avait parcourues

Que dans les murs de la bibliothèque

Et toujours en silence

Quand il eut fit ses adieux à ses livres

Il s’assit à son bureau

Ouvrit sa sacoche et en sortit un classeur

Il y découvrit les noms de ceux qu’il avait reçu

Des étudiants aux professeurs

Et aussi des lecteurs assidus ou occasionnels

Il se rappela chaque visage et chaque demande         aussi

Le soir venu

Il éteignit toutes les lumières

Rangea soigneusement ses affaires

Il laissa sur le bureau

Sa sacoche

Ultime témoin de son passage

Ultime relique de sa vie

Il ferma la porte de la bibliothèque

Et rendit les clés sans un mot

Et depuis ce jour-là

Nul ne le revit plus

Der-Bibliothekar

© Claude Tricoire

19 avril 2021

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), DU PSAUME 1, PRIERE, PRIERES, PSAUME 1, PSAUMES

Paraphrase du Psaume 1

PSAUME 1

79447326_o

Heureux celui qui ne prend pas conseil auprès des malfaisants, qui ne marche pas sur le chemin de ceux qui prennent plaisir à faire le mal, qui ne s’abouche pas avec ceux qui calomnient leurs frères

Heureux celui qui met sa foi dans les commandements  du Seigneur et les médite dans son cœur de jour comme de nuit

Il est comme un arbre planté près d’une source d’eu vive qui donne son fruit quand vient le temps de la moisson ; son  feuillage demeure toujours vert et ses actions répandent la bonne odeur du bien.

Mais tel n’est pas le sort de celui qui se plait à semer le malheur, il est comme le grain de poussière balayée par le souffle du vent ;

Et au dernier jour se lèvera-t-il pour le jugement ? Pourra-t-il se mêler à la foule des justes lui qui se complaisait dans le mal ?

Le Seigneur connaît le chemin que suit l’homme au cœur ajusté ; le chemin du méchant conduit à la perdition : car pourrait-il obtenir  miséricorde lui qui a refusé de faire miséricorde ?

© Claude Tricoire

14 mars 2021

A LA BARONNE BEATRICE EPHRUSSI DE ROTHSCHILD, BEATRICE EPHRUSSI DE ROTSCHILD (1864-1934), CLAUDE TRICOIRE (1951-...), EUROPE, FRANCE, LA BELLE EPOQUE (1900-1920), POEME, POEMES

A la baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild

A la baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild

dl_ver_637_culturespaces_13591 (1)

Il y a bien longtemps

Que la baronne a déserté

Les jardins de sa luxuriante villa

Et a fui pour toujours les fêtes

Où le gratin parisien jetait les derniers feux

D’une époque qui se mourait

Sur la côte de la Riviera

Il faut venir les soirs d’été

A l’heure où le soleil se couche

Pour entreapercevoir

L’ombre furtive de la baronne

Qui se promène dans ses neufs  jardins

Au milieu d’invisibles invités

Festoyant et dansant

Comme au temps de la Belle Epoque

Il faut venir les nuits d’été

Dans la nuit étoilée

Pour entendre rire et chansons

Pour voir musiciens et danseurs

Pour voir les couples se former se déformer

Et pénétrer dans les salons les boudoirs

Voir flotter la silhouette de la baronne

Dans sa longue robe rose

La baronne est partie depuis

Laissant au visiteur le temps

Le temps de goûter s’il le veut bien

Aux charmes d’un ancien monde

Le temps de s’enivrer des parfums

Que la baronne et la Belle Epoque

Laissent encore derrière eux

Dernier souvenir avant la grande hécatombe

La baronne est partie

Et repose là bas au Père Lachaise

Mais son âme est restée sur la Riviera 

Si lointaine si proche

Qu’il suffit de fermer les yeux

Pour la voir encore les soirs d’été

Danser au clair de lune

Dans un petit coin de paradis

©Claude Tricoire

24 février 2021

Qui est Béatrice Ephrussi de Rottschild ?

BaronessEphrussideRothschild (1)

Née en 1864, Béatrice Ephrussi de Rothschild, fille du baron Alphonse de Rothschild, a laissé un héritage exceptionnel aux français. Richissime à souhait par sa naissance puis par son mariage avec Maurice Ephrussi, elle passe sa vie à explorer le monde.

Elle fait également l’acquisition d’un terrain de 7 hectares sur la partie la plus étroite de l’isthme du Cap-Ferrat, haut lieu de l’élite internationale à la Belle Epoque par sa beauté et son emplacement idéal entre Nice et Monaco . Elle y fait construire entre 1907 et 1912 une sublime villa rose, sa couleur fétiche, surplombant 9 jardins dont le principal – un jardin français – est imaginé tel le pont d’un paquebot lui permettant en permanence d’en admirer la mer de part et d’autre … à ce jour l’un des plus beaux points de vue de la Côte d’Azur. A sa mort, la Baronne (qui repose désormais au cimetière du Père Lachaise à Paris) sans héritier a légué sa propriété à l’Académie des Beaux-Arts.

Villa Ephrussi de Rothschild, un musée au cœur de la Côte d’Azur

maxresdefault (12)

La Villa Ephrussi de Rothschild est un véritable musée à l’intérieur duquel sont réunies toutes ses collections acquises lors des différents voyages de la Baronne. Pour se meubler, elle fait également venir des œuvres d’arts par train provenant du monde entier qu’elle sélectionne directement sur le quai de la gare de Beaulieu.

Le grand patio couvert au milieu de la villa est le point de départ donnant accès aux différentes pièces que propose la demeure. Un grand salon orné de boiseries provenant de l’Hôtel Crillon à Paris et dont l’un des tapis se trouvait dans la chapelle du Château de Versailles  ; une garde-robe abritant une série de costumes Louis XV et Louis XVI ; un salon des porcelaines acquises par la baronne lors de ses différents voyages ; un boudoir dont le secrétaire aurait appartenu à feu notre reine Marie-Antoinette ; un salon des singes et autres œuvres d’art et tapisseries diverses qui font de ce lieu une maison/musée unique sur la Côte d’Azur, chaque pièce offrant une vue à couper le souffre sur la grande bleue …

State-Apartments-Villa-Ephrussi-de-Rothschild (1)

Les 9 jardins de la Baronne Ephrussi de Rothschild

Creation-Jardin-mediterraneen-Sanary-hyeres-toulon-83

La villa, entourée de neuf magnifiques jardins, est reconnue par le label « Jardin remarquable ». Situé directement dans le prolongement de la demeure, le jardin à la française rappelant cela de Versailles, domine les 8 autres (dont certains rajoutés après le décès de la baronne de ses propres voyages). D’inspiration espagnole, florentine, japonaise, exotique ou anglo-provençale la propriété offre un véritable voyage à travers les continents.

Un jardin lapidaire réuni même les œuvres qui, par leur volume trop important, ne pouvaient pas entrer à l’intérieur de la villa. Le plus impressionnant ? Une roseraie ayant donné lieu à la Fête des Roses qui s’y déroule chaque année durant le mois de mai. 

1

Qu’st ce que La « Belle Époque » ?

19b6efdf32a3c8d448c4440f867b46c7

La France en effervescence

Cette expression s’est imposée en 1940 pour qualifier avec un soupçon de nostalgie les dernières années du XIXe siècle et les quinze premières du XXe siècle, avant la Première Guerre mondiale 

L’époque mérite-t-elle son nom ? Sans doute si l’on considère l’effervescence artistique, intellectuelle et scientifique qui agite le pays et, dans des proportions diverses, le reste de l’Europe.

Cette effervescence est le fait d’une bourgeoisie opulente, qui vit de ses rentes, jouit intensément des progrès et des créations culturelles de son temps et voyage beaucoup – sans passeport -. Cette « classe de loisir » est forte d’un million de personnes environ sur 40 millions d’habitants.

Mais en dépit d’une économie qui a repris sa croissance après une longue dépression une  (1873-1892), les autres Français supportent encore des conditions de vie précaires, aggravées par l’incertitude du lendemain.

Relative pauvreté, misère morale

16-sans-titre-1-5

Le monde ouvrier est sorti de la misère et bénéficie de quelques lois sociales comme le repos dominical (1907) ou les retraites ouvrières (1910) mais il supporte encore des journées de travail éprouvantes dans la crainte du chômage. Dans beaucoup de campagnes, rien n’a vraiment changé depuis l’Ancien Régime. Dans les régions périphériques, la population use encore du patois ou de la langue traditionnelle (breton, languedocien, gascon, basque…).

L’alcoolisme progresse comme jamais, favorisé par la loi du 17 juillet 1880 qui instaure la liberté de commerce des débits de boisson. On en vient à compter un million de « bouilleurs de cru » (paysans habilités à distiller l’alcool à partir de fruits). Cela va de pair avec une recrudescence de la violence.

Il n’empêche que les Français jouissent aussi d’une démocratie solide. Ils se flattent même d’avoir la seule République du continent européen (à part la Suisse). Les institutions républicaines, l’enseignement laïque et également les chemins de fer ont considérablement renforcé la cohésion nationale et le sentiment d’appartenance à une patrie commune. 

Bien qu’affectés par une natalité très faible, les Français ne craignent pas, pour la gloire de la Nation, d’aller coloniser les dernières contrées « sans maître », , en Afrique et en Asie. C’est une forme de revanche sur la cruelle défaite de 1870-1871, face aux Prussiens, qui leur a valu de perdre l’Alsace-Lorraine…

Par-dessus tout, ils cultivent avec quelque raison le sentiment d’être à la pointe de la civilisation…

Le souvenir de Victor Hugo est encore vivant dans tous les esprits, de même que celui de Louis Pasteur, le savant le plus populaire de tous les temps. Enfin, le pays est loin d’avoir épuisé sa sève créatrice comme le montrent les réalisations de la « Belle Époque ».

 

La création artistique, un palliatif à la défaite ?

paris-belle-epoque

Les deux capitales qui illustrent le mieux la « Belle Époque », sa foi dans le progrès et son amour de la vie, sont Paris et Vienne, qui toutes deux ont été humiliées une génération plus tôt par les armées prussiennes…

Ne dirait-on pas que la défaite militaire, en détournant pour un temps les grands peuples de la guerre, les conduit à se dépenser dans les œuvres  de l’esprit ? On a déjà observé ce phénomène avec les traités de Westphalie , en 1648, qui, en privant les Allemands de toute ambition politique pendant un siècle et demi, leur ont laissé le loisir de produire Bach, Mozart, Beethoven…

 

Le tournant du siècle

La République française entre dans son Âge d’Or avec l’Exposition universelle de 1889, qui célèbre le centenaire de la Révolution et se signale par l’érection de la Tour Eiffel, plus haute tour jamais encore construite et chef d’œuvre  de l’atelier de Gustave Eiffel. L’année précédente, Louis Pasteur, fort de sa popularité, a pu collecter assez d’argent pour fonder l’Institut qui porte son nom, le premier centre de recherche scientifique.

L’année suivante, avec beaucoup plus de discrétion, un industriel du nom de Clément Ader a fait un saut de puce à bord d’une machine à moteur. C’est l’acte de naissance de l’aviation. Moins de vingt ans plus tard, un autre ingénieur français, Louis Blériot, traverse la Manche en avion, démontrant l’utilité de ce drôle d’engin.

C’est également dans une relative discrétion que le baron Pierre de Coubertin fonde à la Sorbonne le comité international olympique. Sa mission est de restaurer les célèbres Jeux antiques. Cette manifestation, à ses débuts, n’a rien de son caractère populaire actuel. Ne s’y intéressent que les jeunes gens de bonne famille, épris de sport et d’hygiène. À la même époque d’ailleurs, dans les beaux quartiers de Paris et des autres capitales, on voit de plus en plus de personnes distinguées s’essayer aux joies du vélocipède, une invention du Second Empire, et de son rejeton, la bicyclette. Le premier Tour de France cycliste se déroule dans la bonne humeur et l’improvisation en juillet 1903…

 

Remous politiques

La IIIe République doit surmonter plusieurs crises avant de pouvoir enfin triompher. C’est d’abord le boulangiste, un mouvement antiparlementaire né du scandale financier de Panama. C’est aussi, comme dans le reste de l’Occident, une flambée d’attentats anarchistes.. C’est enfin et surtout l’Affaire Dreyfus, qui manifeste de façon quelque peu paradoxale la vigueur de la démocratie française. N’est-il pas en effet remarquable que la Nation ait pu se remettre en cause et se déchirer au nom du droit et pour l’honneur d’un petit officier juif ?…

1136_084_bnf-bpt6k7166052-8

L’architecture et l’art sont sensibles au bouleversement des techniques, des idées et des mœurs .

Henri de Toulouse-Lautrec, peintre des cabarets et des bordels de Montmartre, donne ses lettres de noblesse à un média nouveau : l’affiche publicitaire.

La construction en 1892 à Bruxelles de l’hôtel Tassel, une œuvre  de l’architecte belge Victor Horta, inaugure l’« Art nouveau » : emploi de verre, d’acier et de matériaux colorés, volutes et lignes incurvées, décor végétal. Un peu plus tard, en 1894, l’« Art nouveau » atteint la peinture à travers l’artiste graveur tchèque Alfons Mucha tchèque , établi à Paris.

Appelé Jugendstil dans les pays germaniques ou encore Liberty en Angleterre, l’Art nouveau va dès lors se diffuser très vite dans toute l’Europe. À Paris, outre Alfons Mucha, il séduit de nombreux artistes comme l’architecte Hector Guimard, célèbre pour ses entrées de métro. À Nancy, c’est l’ébéniste Louis Majorelle et ses élèves. À Barcelone, c’est Antonio Gaudi, le constructeur de la « Sagrada Familia ». À Vienne, le peintre Gustav Klimt, initiateur du mouvement Sécession

Le tournant du siècle prend des airs d’apothéose. À Paris se tient une nouvelle Exposition universelle. Et quelle exposition !

On construit pour l’occasion le pont Alexandre III, le Grand Palais et le Petit Palais ainsi que les gares d’Orsay, des Invalides et de Lyon et la première ligne du métro parisien (Porte Maillot-Porte de Vincennes). Les frères Lumière, qui ont inventé le cinéma cinq ans plus tôt, présentent leurs films sur écran géant. La même année se déroulent dans le bois de Vincennes les IIe Jeux Olympiques de l’ère moderne après ceux d’Athènes !…

Dans le domaine scientifique, l’heure n’est pas à la relâche. Pierre et Marie Curie partagent avec Henri Becquerel le Prix Nobel de physique 1903, pour la découverte de la radioactivité. Marie Curie, Polonaise immigrée en France, obtiendra un deuxième Prix Nobel en 1911 ! À la même époque, en 1905, un jeune savant allemand, Albert Einstein, publie une mystérieuse théorie de la relativité. L’humanité change d’ère.

habille-mes-amies-belle-epoque

Premiers nuages

Les premiers nuages surviennent au milieu de la décennie, en 1905 : accès de fièvre liés à la séparation des Eglises et de l’Etat, catastrophe de la mine de Courrière et répression policière, rivalité franco-allemande au Maroc…

Cette année 1905, année critique, année charnière, le régime tsariste est ébranlé par une manifestation révolutionnaire et une défaite humiliante face au Japon. Un jeune savant anonyme, Albert Einstein, publie par ailleurs sa théorie de la relativité.

En 1908 s’éteint l’« Art nouveau ». Ce courant artistique est le dernier qui ait eu une diffusion européenne ! Les artistes reviennent brutalement à la ligne droite. C’est le « cubisme » et les débuts de l’abstraction, illustrés par Georges Braque et Pablo Picasso. Ce dernier, originaire d’Andalousie, a été attiré à Montparnasse par la réputation sans pareille de la « Ville-Lumière » comme beaucoup d’autres artistes européens de sa génération, que l’on réunit sous l’appellation : « École de Paris ». Parmi eux Marc Chagall, Amadeo Modigliani… Ils vont prolonger le rayonnement de la France jusqu’à la Grande Guerre et au-delà.

À l’avant-veille de la catastrophe, le 14 novembre 1913, Marcel Proust publie le premier tome d’une œuvre  qu’il intitulera : À la recherche du temps perdu. Faut-il voir dans ce titre un clin d’œil  du Destin ?

peinture-iiie-republique

ah-la-belle-epoque,M147872

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LE CHANT DU CAREME, MEDITATIONS, PRIERE, PRIERES

Le chant du carême

Le chant du carême

Cantique-Cantiques-Morelli-1826-1901_0_933_700

 

Le carême

Dit Dieu

Je n’ai pas inventé

Pour mon seul plaisir

Je ne l’ai pas fait pour te punir

Je te donne  ce chemin

Pour te faire revenir à moi 

Comme au temps de notre prime alliance

 

Je te donne

Dis Dieu

Ce chemin de quarante jours

Pour  te faire souvenir

De toute l’œuvre de mes mains

Des ennemis que j’ai terrassé pour toi

Des dangers dont je t’ai sauvé

Et de tes chants de louanges de jadis

 

Souviens toi

Dit Dieu

Que je prends souci de toi

Que je t’ai revêtu d’un manteau de gloire

Te faisant un peu moindre qu’un dieu

Que je t’ai établi maître sur ma création

Pour dominer toutes les créatures

Qui sont sur la terre et dans le ciel

 

Je te donne

Dit Dieu

Ce chemin dans le désert

Pour te faire revenir à moi

Pour te faire souvenir de mon alliance

Pour parler à ton cœur

Pour te dire que je un Dieu patient

Lent à la colère et plein d’amour

 

Le carême

Dit Dieu

C’est le temps de la grâce

C’est le moment favorable

J’oublierai les fautes de ta jeunesse

Je t’enseignerai mes commandements

Je dirigerai à nouveau tes pas vers la vérité

Et je serai à nouveau un père pour toi

Ton âme habitera le bonheur

Et tes descendants possèderont la terre

 

© Claude Tricoire

21 janvier 2021

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), PRIERE, PRIERES, QUI DONC EST DIEU POUR AIMER AINSI ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

enfant-prodigue-252x300

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour faire l’homme à son image ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour venir parmi nous ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour venir faire alliance avec nous ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour se livrer perdant ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est pour venir mourir pour nous ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour se faire nourriture ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu qui pleure pour nous ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu que l’on peut si fort blesser ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour aimer ainsi ?

© Claude Tricoire

7 février 2021-

CLAUDE TRICOIRE (1951-...), LES VIEUX, POEME, POEMES

Les vieux

Les vieux

unnamed

Les vieux

Ils se promenaient  tranquilles

Sur la grande place de l’église

L’un tenant l’autre

Et s’asseyant sur le banc à l’ombre du marronnier

La main dans la main les yeux dans les yeux

Ils souriaient au souvenirs d’autrefois

Et puis

L’un suivant l’autre

Ils sont partis se reposer

Dans le grand cimetière du village

A l’ombre des grands cyprès

Les vieux

Les vieux

Ils déambulent tristement

Le long des grands couloirs de l’hôpital  

L’un sans l’autre

Et assis sur des fauteuils

Ils ne sourient pas aux images en noir et blanc

Qui défilent devant leurs yeux

Et puis

L’un sans l’autre

Ils partent se reposer

Dans quelque cimetière de la ville

Sous une dalle dure et froide

Les vieux

Gabarit_blog_image_interieur_article.png solitude

®Claude Tricoire

3 janvier 2021