ACTES DES APÔTRES, ACTES DES APOTRES, ASSEMBLEE DE JERUSALEM, CHJRISTIANISME, CONCILE DE JERUSALEM, EGLISE CATHOLIQUE, HISTOIRE DE L'EGLISE, NOUVEAU TESTAMENT

L’Assemblée de Jérusalem ou le Concile de Jérusalem

L’ASSEMBLEE DE JERUSALEM : 

Le premier concile de l’histoire de l’Eglise

Concile_de_Jerusalem

LIVRE DES ACTES DES APÔTRES

CHAPITRE 15

01 Des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. »

02 Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.

03 L’Église d’Antioche facilita leur voyage. Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des nations, ce qui remplissait de joie tous les frères.

04 À leur arrivée à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.

05 Alors quelques membres du groupe des pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens et leur ordonner d’observer la loi de Moïse.

06 Les Apôtres et les Anciens se réunirent pour examiner cette affaire.

07 Comme cela provoquait une intense discussion, Pierre se leva et leur dit : « Frères, vous savez bien comment Dieu, dans les premiers temps, a manifesté son choix parmi vous : c’est par ma bouche que les païens ont entendu la parole de l’Évangile et sont venus à la foi.

08 Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant l’Esprit Saint tout comme à nous ;

09 sans faire aucune distinction entre eux et nous, il a purifié leurs cœurs par la foi.

10 Maintenant, pourquoi donc mettez-vous Dieu à l’épreuve en plaçant sur la nuque des disciples un joug que nos pères et nous-mêmes n’avons pas eu la force de porter ?

11 Oui, nous le croyons, c’est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés, de la même manière qu’eux. »

12 Toute la multitude garda le silence, puis on écouta Barnabé et Paul exposer tous les signes et les prodiges que Dieu avait accomplis grâce à eux parmi les nations.

13 Quand ils eurent terminé, Jacques prit la parole et dit : « Frères, écoutez-moi.

14 Simon-Pierre vous a exposé comment, dès le début, Dieu est intervenu pour prendre parmi les nations un peuple qui soit à son nom.

15 Les paroles des prophètes s’accordent avec cela, puisqu’il est écrit :

16 Après cela, je reviendrai pour reconstruire la demeure de David, qui s’est écroulée ; j’en reconstruirai les parties effondrées, je la redresserai ;

17 alors le reste des hommes cherchera le Seigneur, oui, toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué, – déclare le Seigneur, qui fait ces choses

18 connues depuis toujours.

19 Dès lors, moi, j’estime qu’il ne faut pas tracasser ceux qui, venant des nations, se tournent vers Dieu,

20 mais écrivons-leur de s’abstenir des souillures des idoles, des unions illégitimes, de la viande non saignée et du sang.

21 Car, depuis les temps les plus anciens, Moïse a, dans chaque ville, des gens qui proclament sa Loi, puisque, dans les synagogues, on en fait la lecture chaque sabbat. »

22 Alors les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas.

23 Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut !

24 Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi,

25 nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul,

26 eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.

27 Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit :

28 L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent :

29 vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

30 On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre.

31 À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait.

32 Jude et Silas, qui étaient aussi prophètes, parlèrent longuement aux frères pour les réconforter et les affermir.

33 Après quelque temps, les frères les laissèrent repartir en paix vers ceux qui les avaient envoyés.

35 Quant à Paul et Barnabé, ils séjournaient à Antioche, où ils enseignaient et, avec beaucoup d’autres, annonçaient la Bonne Nouvelle de la parole du Seigneur.

36 Quelque temps après, Paul dit à Barnabé : « Retournons donc visiter les frères en chacune des villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir où ils en sont. »

37 Barnabé voulait emmener aussi Jean appelé Marc.

38 Mais Paul n’était pas d’avis d’emmener cet homme, qui les avait quittés à partir de la Pamphylie et ne les avait plus accompagnés dans leur tâche.

39 L’exaspération devint telle qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Barnabé emmena Marc et s’embarqua pour Chypre.

40 Paul, lui, choisit pour compagnon Silas et s’en alla, remis par les frères à la grâce du Seigneur.

41 Il traversait la Syrie et la Cilicie, en affermissant les Églises.

 

 

Début d’une série retraçant deux mille ans d’histoire de l’Église : les lendemains de la Pentecôte, et la résolution des conflits internes à la première communauté chrétienne, d’origine juive.

Le jour de la fête juive de Pentecôte, à Jérusalem, les Apôtres, remplis de l’Esprit Saint, adressent à la foule des juifs venus de tout l’Empire romain la bonne nouvelle de Jésus ressuscité. Le succès est immédiat. Baptisés, un certain nombre de juifs forment la première communauté. Mettant leurs biens en commun, ils prient dans le Temple, convaincus que la foi au Christ est l’accomplissement parfait du judaïsme et de ses rites. Parmi eux se trouvent des juifs de langue grecque appelés hellénistes.

Les besoins matériels des pauvres de la communauté augmentant, ils obtiennent la nomination de sept diacres. L’un d’eux, Étienne, veut démontrer dans sa prédication que la prière dans le Temple est désormais inutile puisque le Christ est le Temple de Dieu… Il est lapidé par une foule de juifs non chrétiens qui l’accusent d’apostasie du judaïsme. C’est le premier martyr.

Cette tragédie a pour résultat l’exil des hellénistes hors de Jérusalem, et leur séparation d’avec les chrétiens issus du judaïsme, qui restent fidèles au culte dans le Temple. Une situation aggravée lorsque Pierre, arrêté puis évadé, baptise dans le port de Césarée Maritime un païen, le centurion romain Corneille ; d’autres conversions de païens ont lieu en Judée et en Syrie.

Ainsi apparaissent deux communautés : les judéo-chrétiens et les pagano-chrétiens. Seuls ces derniers ne sont pas circoncis. Leur principale communauté, autour de Pierre, est celle d’Antioche. C’est là que les nouveaux adeptes sont appelés « chrétiens », c’est-à-dire partisans de l’Oint, le Christ, allusion au baptême.

Mais les choses se corsent. L’un des groupes politico-religieux qui agitent le monde juif, les zélotes (qui identifient les rites juifs avec la liberté politique d’Israël), veut rendre obligatoire la circoncision pour les pagano-chrétiens. Les Apôtres, après de laborieuses négociations, décident un compromis lors du concile de Jérusalem de 49 : tous les hommes étant appelés au salut, les pagano-chrétiens s’abstiendront seulement de manger des viandes sacrifiées aux dieux.

Les judéo-chrétiens, par leur fidélité intransigeante, espèrent convertir tous les juifs. Et c’est le contraire qui se produit : le grand prêtre Hannan fait décapiter l’apôtre Jacques le Majeur, chef de l’Église de Jérusalem. L’échec de la mission auprès des juifs n’allait pas tarder

 

https://www.famillechretienne.fr/foi-chretienne/histoire-de-l-eglise/49-le-concile-de-jerusalem-47816

 

 +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ 

Assemblée de Jérusalem

Les Actes des Apôtres : l’assemblée de Jérusalem (Ac 15)

 Pour devenir chrétien, faut-il d’abord être juif, comme Jésus et les Apôtres ?

Le chapitre 15 des Actes, qui raconte l’assemblée de Jérusalem, est le nœud du livre et une véritable charnière : c’est l’aboutissement de ce qui précède et l’ouverture de toute la suite. Il répond au problème majeur de l’Église primitive: pour devenir chrétien, faut-il d’abord être juif, comme Jésus et les Apôtres ?

Il s’agit de régler un conflit doctrinal essentiel, qui risque de diviser l’Église primitive. Luc a développé le récit de cet événement capital en rappelant les événements précédents et en solennisant la décision prise à Jérusalem, avec les autorités Apôtres et Anciens et avec une lettre de mission.

Pierre et l’expérience de Césarée

Devant l’assemblée de Jérusalem, Pierre est le porte-parole des Apôtres et des Anciens. Il intervient alors que la discussion s’envenime (v.7) et en quelques mots il va clarifier la situation et ramener le calme qui permettra la décision finale. Si Pierre a tant d’importance, ce n’est pas seulement parce qu’il a été choisi par Jésus comme responsable du groupe des Douze, mais aussi parce qu’il a déjà inauguré la mission vers les païens, en allant baptiser le centurion Corneille à Césarée (Ac 10).

À ce moment-là un pas décisif a été franchi : Dieu a donné à des païens l’Esprit Saint (10,44), comme aux Apôtres à la Pentecôte. Désormais, dit Pierre, ce serait défier Dieu lui-même que de contredire ce fait accompli… par Dieu lui-même. Le peuple juif reste le premier destinataire du message, mais ce message, désormais, concerne aussi les païens. Personne ne conteste cela. Mais ce qui fait problème c’est la manière d’intégrer les païens convertis comme Corneille. Pour certains judéo-chrétiens, impossible d’être chrétien sans d’abord devenir juif, comme Jésus et les Apôtres. Pierre, au contraire, rappelle que ni les juifs ni les judéo-chrétiens n’ont été capables d’observer la Loi qu’ils voudraient maintenant imposer aux païens. Croire en Jésus est la seule chose qui sauve les Juifs comme les païens.

Paul au premier plan

Le discours de Pierre rappelant la conversion de Corneille a calmé l’assemblée. Celle-ci peut maintenant écouter Paul et Barnabas raconter comment Dieu a accompli des miracles lors de leur mission chez les païens. Leur témoignage justifie la position de Pierre. D’ailleurs il faut noter que celui-ci va « disparaître » du livre des Actes dès la fin de son discours du ch. 15. A partir du ch. 16 le chef de file de la mission sera Paul. Le v. 2 est une transition vers le second grand discours de l’assemblée : celui de Jacques, le chef de la communauté de Jérusalem, qui va décréter l’ouverture aux païens et envoyer Paul pour cette mission.

Les décisions prises

Luc insiste beaucoup sur l’aspect normatif et universel de l’assemblée. Toute l’Église, en la personne des Apôtres et des Anciens, est présente. Il ne s’agit pas d’une simple décision locale. Les discours de Pierre et de Jacques ont amené la décision attendue : l’Évangile peut être annoncé aux païens sans qu’il leur soit demandé de se faire juifs (15,21). C’est une décision de l’Esprit Saint; nul ne peut la contester. Notons au passage qu’à partir de cette décision le centre de gravité de l’Église va se déplacer : Jérusalem ne sera plus le centre; c’est le monde gréco-romain qui va accueillir l’Évangile annoncé par Paul.

Quel est le contenu exact de la décision ? En 15,19 Jacques décide de ne pas obliger les païens à observer une Loi qui leur est étrangère. Mais il va leur proposer quatre règles, énoncées au v. 20, tirées des lois du Lévitique (ch. 17-18) : « s’abstenir de l’idolâtrie, de l’immoralité, de la viande étouffée et du sang ». Ces règles ne sont pas des obligations morales : elles interdisent les viandes offertes aux idoles, les viandes non saignées et les mariages consanguins. Elles ont pour but de permettre aux judéo-chrétiens et aux pagano-chrétiens de se fréquenter, de manger ensemble et donc de célébrer ensemble l’eucharistie. La mise par écrit de cette décision (v. 29) souligne son aspect normatif. Le fait que la lettre soit confiée à Paul et Barnabas ouvre la suite des Actes, qu’on peut donc intituler : « l’Évangile aux païens ».

© SBEV. Maurice Autané

https://www.bible-service.net/extranet/current/pages/200116.html

CONCILE DE JERUSALEM, EGLISE CATHOLIQUE, EGLISE PRILITIVE (30-600), PAUL (saint ; Apôtre)

Le Concile de Jérusalem

 LE CONCILE DE JÉRUSALEM

image1 (1)

 

Vers 48, se pose à Antioche la question de l’opportunité de la circoncision pour les non-juifs, lorsque des chrétiens arrivés de Judée dénoncent la « liberté acquise dans le Christ Jésus », que Paul et Barnabé invoquent pour ne pas imposer ce rite aux chrétiens venus du paganisme. La communauté décide alors de demander l’arbitrage des apôtres et des anciens de Jérusalem, et y envoie Paul et Barnabé, ainsi que leur compagnon grec, Tite, accompagnés par une délégation.

Apôtres et Anciens de Jérusalem acceptent Tite, « non circoncis », reconnaissant par là la validité de l’annonce de Paul concernant la liberté de la grâce. Ils désignent aussi les principaux responsables de l’Église et reconnaissent la vocation missionnaire de Pierre, pour les circoncis, et de Paul, pour les incirconcis. Ce discernement fonde une sorte de partage du champ missionnaire : les « colonnes » de l’Église – Jacques, Képhas et Jean – évangéliseront les Juifs, et Paul et Barnabé, les païens.

 

L’INCIDENT D’ANTIOCHE

L’incident survenu lors de la visite de Pierre à Antioche témoigne de la rectitude de Paul, pour qui la vérité de l’Évangile ne souffre pas d’accommodation. De quoi s’agit-il ? Un chrétien juif circoncis ne pouvait alors s’asseoir à la table d’un chrétien païen sans encourir d’impureté. Or, dans le contexte d’Antioche, Pierre témoigne de la primauté en la foi au Christ qui rassemble tous les hommes et y contrevient… jusqu’à l’arrivée de chrétiens envoyés par Jacques qui préside à la communauté de Jérusalem ; il dissimule alors ses sentiments. Paul se dresse : « Je lui résistai en face, car il avait tort ».

 

VERS UNE RUPTURE ?

Le compromis décidé à Jérusalem préservait l’existence des communautés mixtes, tout en refusant la pleine communion entre circoncis et incirconcis, telle que Paul l’avait prêchée dans les jeunes Églises d’Asie mineure. Paul rejette ce compromis avec indignation : le salut de Jésus-Christ est donc considéré comme secondaire ? Paul revendique la vie nouvelle dans la foi, le don de l’Esprit et l’antériorité de la promesse divine sur la loi… La rupture est brutale : avec Jacques et l’Église de Jérusalem, avec Pierre et Barnabé, hésitants, qui se rallient à Jacques, avec l’Église d’Antioche elle-même qui entérine ce compromis (Ac 15,40). Seul, Silas le suivra. Après ce long noviciat de 15 ans, une nouvelle période s’ouvre pour Paul.

 

 LIVRE DES ACTES DES APÔTRES (chapitre 15)

 01 Des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. »

02 Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.

03 L’Église d’Antioche facilita leur voyage. Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des nations, ce qui remplissait de joie tous les frères.

04 À leur arrivée à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.

05 Alors quelques membres du groupe des pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens et leur ordonner d’observer la loi de Moïse.

06 Les Apôtres et les Anciens se réunirent pour examiner cette affaire.

07 Comme cela provoquait une intense discussion, Pierre se leva et leur dit : « Frères, vous savez bien comment Dieu, dans les premiers temps, a manifesté son choix parmi vous : c’est par ma bouche que les païens ont entendu la parole de l’Évangile et sont venus à la foi.

08 Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant l’Esprit Saint tout comme à nous ;

09 sans faire aucune distinction entre eux et nous, il a purifié leurs cœurs par la foi.

10 Maintenant, pourquoi donc mettez-vous Dieu à l’épreuve en plaçant sur la nuque des disciples un joug que nos pères et nous-mêmes n’avons pas eu la force de porter ?

11 Oui, nous le croyons, c’est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés, de la même manière qu’eux. »

12 Toute la multitude garda le silence, puis on écouta Barnabé et Paul exposer tous les signes et les prodiges que Dieu avait accomplis grâce à eux parmi les nations.

13 Quand ils eurent terminé, Jacques prit la parole et dit : « Frères, écoutez-moi.

14 Simon-Pierre vous a exposé comment, dès le début, Dieu est intervenu pour prendre parmi les nations un peuple qui soit à son nom.

15 Les paroles des prophètes s’accordent avec cela, puisqu’il est écrit :

16 Après cela, je reviendrai pour reconstruire la demeure de David, qui s’est écroulée ; j’en reconstruirai les parties effondrées, je la redresserai ;

17 alors le reste des hommes cherchera le Seigneur, oui, toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué, – déclare le Seigneur, qui fait ces choses

18 connues depuis toujours.

19 Dès lors, moi, j’estime qu’il ne faut pas tracasser ceux qui, venant des nations, se tournent vers Dieu,

20 mais écrivons-leur de s’abstenir des souillures des idoles, des unions illégitimes, de la viande non saignée et du sang.

21 Car, depuis les temps les plus anciens, Moïse a, dans chaque ville, des gens qui proclament sa Loi, puisque, dans les synagogues, on en fait la lecture chaque sabbat. »

22 Alors les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas.

23 Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut !

24 Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi,

25 nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul,

26 eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.

27 Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit :

28 L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent :

29 vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

30 On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre.

31 À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait.

32 Jude et Silas, qui étaient aussi prophètes, parlèrent longuement aux frères pour les réconforter et les affermir.

33 Après quelque temps, les frères les laissèrent repartir en paix vers ceux qui les avaient envoyés.

35 Quant à Paul et Barnabé, ils séjournaient à Antioche, où ils enseignaient et, avec beaucoup d’autres, annonçaient la Bonne Nouvelle de la parole du Seigneur.

36 Quelque temps après, Paul dit à Barnabé : « Retournons donc visiter les frères en chacune des villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir où ils en sont. »

37 Barnabé voulait emmener aussi Jean appelé Marc.

38 Mais Paul n’était pas d’avis d’emmener cet homme, qui les avait quittés à partir de la Pamphylie et ne les avait plus accompagnés dans leur tâche.

39 L’exaspération devint telle qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Barnabé emmena Marc et s’embarqua pour Chypre.

40 Paul, lui, choisit pour compagnon Silas et s’en alla, remis par les frères à la grâce du Seigneur.

41 Il traversait la Syrie et la Cilicie, en affermissant les Églises.

ACTES DES APOTRES, CONCILE DE JERUSALEM, HISTOIRE DE L'EGLISE

LE CONCILE DE JERUSALEM

Qu’est-ce qu’un Concile ?

Le Dictionnaire Critique de Théologique en donne la définition suivante : « on désigne par « concile », l’assemblée des représentants légitimes de l’Église, réunis au niveau régional (concile locale) ou universel (concile œcuménique) pour délibérer et statuer, dans un souci d’unité, en matière de foi, de pratique chrétienne et d’organisation ecclésiastique 

   Le Concile de Jérusalem ou « Concile des Apôtres »

 concileDatation du Concile Jérusalem

Ces évènements sont généralement datés des environs de l’an 50  une dizaine d’années avant la mort de Jacques le Juste  « frère de Jésus ». Les indices littéraires amènent à diviser ce concile de Jérusalem en deux périodes distinctes : l’une vers 49-50, dominée par Pierre, portant sur la question du salut, dans une théologie du Christ et de l’Esprit. L’autre, après 52 et avant 58 dominé par Jacques qui traite de questions pratiques concernant la communauté, dans un esprit de légalisme intelligent et pacifique, alors que Paul est en Asie mineure, en Grèce et en Macédoine, et en apprend les résultats à son retour en 58.

 

Le contexte – L’enjeu – Les décisions prises

Le concile des Apôtres : le premier des Conciles dans l’Eglise et il sera le modèle de tous les conciles puisqu’on retrouve dans le récit qui en est fait dans les Actes des Apôtre (au chapitre 15) tous les éléments qui définissent un concile.

 Le problème : des juifs convertis au Christianisme se rendent à Antioche pour rencontrer les chrétiens de cette région (et il s’agit de chrétiens issus du paganisme). Arrivés sur place ils sèment le trouble – voire même la zizanie (au v. 2 on parle « d’agitation », de « discussion vive ») – au sein de la communauté d’Antioche : « Si vous ne vous faites pas circoncire suivant l’usage qui vient de Moïse, vous ne pouvez être sauvés » (15,1). A la suite de quoi la communauté décide d’envoyer Paul et Barnabé à Jérusalem auprès des apôtres pour débattre de la question. Arrivés à Jérusalem, après avoir fait le récit de leur mission auprès des païens, ils se trouvent de nouveau confrontés à « certaines gens du parti des Pharisiens qui étaient devenus croyants pour déclarer qu’il fallait circoncire les païens et leur enjoindre d’observer la Loi de Moïse » (15,5).

Alors « les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette question » (15,6) : dans cette on Assemblée se trouvent des « représentants légitimes de l’Église ». Dans cette assemblée, Pierre joue un rôle important (discours de Pierre au chapitre 15, 7-11. C’est donc un « concile œcuménique » du fait qu’il concerne tous les Apôtres : « Alors les apôtres et les anciens se réunirent » (15, 6)

« Pour délibérer et statuer […] en matière de foi, de pratique chrétienne et d’organisation ecclésiastique » ; le texte fait bien mention d’une question qui est débattue : « après une longue discussion » (15,7), et l’auteur rapporte deux discours (le discours de Barnabé et le discours de Pierre), « on écoutait Barnabé et Paul » (15,12).

 Au final, une décision est prise : « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas vous imposer d’autres charges que celles-ci qui sont indispensables : vous abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang, des chairs étouffées et des unions illégitimes » (15,29). Cette décision est communiquée à l’Église tout entière au moyen d’une lettre apostolique (15, 22-29).

 Et le tout « dans un souci d’unité » : l’enjeu de cette question concerne l’unité de l’Église qui commence à se répandre dans tout le bassin méditerrané en réponse à l’appel du Seigneur : « allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28,19)

 

Les 21 conciles œcuméniques

Traditionnellement, nous distinguons quatre grandes périodes de l’histoire de l’Église : l’Église ancienne (Ier s- IXème s), L’Église médiévale (Xème s- XIVème s), l’Église du XVe s à l’époque moderne (XVème s) et l’Église moderne (XVIème s- XXème s). A chacune de ces périodes eu lieu un certains nombres de conciles :

 Les conciles de l’Église ancienne : 8 conciles œcuméniques.

 

Dès la deuxième moitié du IIe siècle apparaissent en Asie Mineure des synodes d’évêques (Arles en 314 ; Rome en 251) pour régler certaines questions régionales : date de la Pâques, le problème des hérésies (le montanisme : mouvement prophétique,…). Il s’agissait alors uniquement de conciles régionaux car il n’était pas envisageable, dans un contexte de persécutions, de réunir tous les évêques Il il faudra attendre « la paix constantinienne » en 313 avec la signature de l’édit de Milan où le christianisme devient la religion officielle de l’Empire. Alors, le concile devient une instance officielle de l’Empire romain dont les décisions revêtent un caractère obligatoire pour l’Église entière. Ces décisions avaient même valeur de lois impériales. Les 8 premiers conciles vont être convoqués et présidés par l’empereur lui-même (ou par ses représentants).

Ces 8 premiers conciles furent convoqués pour définir les dogmes de la en matière de christologique et trinitaire (débats sur la nature de la personne du Christ et de l’Esprit Saint) et donner à l’Église une organisation.

 1 ) Nicée I (325) : le premier « grand et saint concile des 318 Pères » :

Doctrine : Il se prononce contre la doctrine d’Arius (seul le Père est Dieu !) et élabore ainsi le symbole de Nicée. Il définit la consubstantialité du Père et Fils.

Organisation de l’Église : fixe la date de Pâques (le dimanche après la 1er lune de printemps) et détermine l’ordre des sièges patriarcaux : Rome, Alexandrie, Antioche et Jérusalem.

 2 ) Constantinople I (381) :

Doctrine : Il définit la consubstantialité de l’Esprit Saint avec le Père et le Fils et compose le symbole de Nicée-Constantinople.

Organisation de l’Église : il attribue le deuxième rang au siège patriarcal de Constantinople, reléguant Alexandrie au troisième.

 3 ) Éphèse (431) :

Doctrine : Contre la doctrine de Nestorius (il distingue en la personne de Jésus l’humanité de sa divinité), il affirme l’unité des personnes en Jésus-Christ (vrai Dieu et vrai homme). En conséquence, Marie est proclamée Theotokos (mère de Dieu).

 4 ) Chalcédoine (451) :

Doctrine : Il se prononce contre la doctrine d’Eutychès (monophysisme : affirme une seule nature en la personne du Christ. La nature humaine du Christ est absorbée par sa nature divine) en définissant l’existence des deux natures, divine et humaine, en Jésus-Christ : une seule personne mais deux natures, sans confusion et changement.

Ces 4 premiers conciles sont considérés majeurs dans l’Eglise dans la mesure où ils ont apporté une contribution majeure aux grands dogmes de la foi : christologique, trinitaire, mariale,… De plus, ils sont des assemblées de la chrétienté encore unifiée. A cause de leur importance ils sont souvent comparés aux 4 évangiles.

 5 ) Constantinople II (553) 6 ) Constantinople III (680-681) :

Doctrine : Contre le monothélisme : il affirme l’existence dans le Christ de deux volontés et deux activités.

  ) Nicée II (787) 8 ) Constantinople IV (869-870)

Pour les orthodoxes , seuls les 7 premiers conciles sont considérés comme œcuméniques : en 1054 intervient la séparation entre l’Orient et l’Occident. Du coup, ils ne reconnaissent plus l’autorité des conciles suivants.