DICTIONNAIRE, ETRANGERS, IMMIGRATION, LIVRES - RECENSION

Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France

dictionnaire-des-etrangers-qui-ont-fait-la-france

Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France 

sous la direction de Pascal Ory ; avec la contribution de Marie-Claude Blanc-Chléard

Paris, Bouquins, 2013. 992 pages.

 

 

L’identité et la renommée de la France – aux yeux des Français comme à ceux des étrangers – doivent beaucoup à Émile Zola ou à Marie Curie, à Picasso ou à Le Corbusier, à Samuel Beckett ou à Charles Aznavour : tous nés étrangers. Qui de plus français que le couturier et mécène Pierre Cardin ou que le premier vainqueur du Tour de France cycliste, Maurice Garin ? Sauf que l’un et l’autre sont nés citoyens italiens. Quoi de plus  » identitaire  » qu’Astérix ? Sauf que Goscinny et Uderzo sont des enfants d’immigrés… Et, à côté de ces illustres, combien d’anonymes sans lesquels la politique, l’économie et la culture françaises n’auraient pas l’ampleur et la tonalité qu’on leur connaît ?
Pour la première fois, un ouvrage témoigne de tout ce que ces destins particuliers ont apporté à la destinée collective de notre pays. Près de mille deux cents notices sont ici consacrées à des personnalités – d’Abbas à Andrzej Zulawski –, à des groupes – des Films de l’Albatros aux architectes du siège de l’Unesco – et à des communautés – des Africains aux Yougoslaves –, qui font de ce Dictionnaire un monument sans équivalent élevé en hommage à tous ceux qui, du mineur de fond au Prix Nobel de physique, ont contribué, depuis la proclamation solennelle de la Nation, en juin 1789, à  » faire la France  » et écrit des pages essentielles de son histoire.

 

Biographie de l’auteur

Pascal Ory est professeur d’histoire à la Sorbonne (Paris 1). Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages portant sur l’histoire culturelle et l’histoire politique des sociétés modernes. Marie-Claude Blanc-Chaléard est professeur d’histoire à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, spécialiste de l’histoire de l’immigration.

ETRANGERS, IMMIGRATION, L'AIR DU VENT, POEME, POEMES

L’air du vent

L’AIR DU VENT
iconnu-cipa-1-235x300

Pour toi, je suis l’ignorante sauvage
Tu me parles de ma différence
Je crois sans malveillance
Mais si dans ton langage
Tu emploies le mot sauvage
C’est que tes yeux sont remplis de nuages, de nuages

Tu crois que la terre t’appartient tout entière
Pour toi ce n’est qu’un tapis de poussière
Moi je sais que la pierre, l’oiseau et les fleurs
Ont une vie, ont un esprit et un coeur .
Pour toi l’étranger ne porte le nom d’homme
Que s’il te ressemble et pense à ta façon
Mais en marchant dans ses pas, tu te questionnes
Es-tu sûr, au fond de toi, d’avoir raison?
Comprends-tu le chant d’espoir du loup qui meurt d’amour?
Les pleurs du chat sauvage au petit jour?
Entends-tu chanter les esprits de la montagne?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent?

Courons dans les forêts d’or et de lumière
Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
La terre nous offre ces trésors, ces mystères
Le bonheur ici bas n’a pas de prix
Je suis fille des torrents, soeur des rivières
La loutre et le héron sont mes amis
Et nous tournons tous ensemble au fil des jours
Dans un cercle une ronde à l’infini.

Comprends-tu le chant d’espoir du loup qui meurt d’amour?
Les pleurs du chat sauvage au petit jour?
Entends-tu chanter les esprits de la montagne?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent?

Là-haut le sycomore dort comme l’aigle royal il trône impérial
Les créatures de la nature ont besoin d’air pur
Peu importe la couleur de leur peau
Chantons tous en choeur les chansons de la montagne
En rêvant de pouvoir peindre l’air du vent
Mais la terre n’est que poussière tant que l’homme ignore comment
Il peut peindre en mille couleurs l’air du vent.

 

Paroles: Stephen Schwartz, fr: Luc Aulivier, Philippe Videcoq, musique: Alan Menken, 1995