ANNE DE KIEV (v.1024/1032 - v. 1075/1089)8, EUROPE, FRANCE, HISTOIRE, HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE L'EUROPE, UKRAINE

Anne de Kiev reine de France

Anne, princesse de Kiev devenue reine de France

Il y a mille ans, cette princesse a traversé l’Europe pour épouser l’un des premiers rois capétiens. Elle a tissé le premier lien historique entre la France et le monde des Slaves orientaux.

kiev3 (1)

La statue de Anne de Kiev, reine de France de 1051 à 1060, place des Arènes à Senlis.

Philip d’Edimbourg, Felipe VI, roi d’Espagne et Philippe, roi des Belges, doivent leur prénom à leur ancêtre commune: Anne de Kiev. Cette reine des Francs a baptisé son fils Philippe, alors inconnu en Europe de l’Ouest. Ce prénom de culture grecque provient de ses terres d’origine, la Rus’ de Kiev. Anne est issue de ce berceau des Slaves orientaux réunissant aujourd’hui Russes, Biélorusses et Ukrainiens.

Pour partir à sa rencontre, il faut remonter quasiment mille ans en arrière. On arrive sous le règne des premiers Capétiens, une époque obscure pour les historiens, confrontés à des archives lacunaires.

Venue des confins du monde connu

Au mitan du XIe siècle, aucun grand évènement, aucun personnage d’envergure ne ressort. C’est un trou noir de l’histoire de France. À la tête du royaume, le roi Henri Ier est faible, veuf et sans enfant. À court d’héritier, il lorgne sur une princesse qui vit aux confins de l’Europe, sur des terres lointaines et prospères.

anne_reyne_de_france

Anne, Reyne de France | via Wikimedia-Commons

Cette princesse, Anne de Kiev, appartient à l’une des plus prestigieuses familles de son temps. Son père est le grand-prince Iaroslav, à la tête de la puissante principauté des Rus’, alors le plus vaste état d’Europe. Ces Slaves d’Orient sont sous l’influence culturelle des Byzantins depuis leur récente christianisation, une conversion diffusée depuis Constantinople. Au carrefour des routes commerciales, la ville de Kiev est environ dix fois plus peuplée que Londres ou Paris. Le pays des Rus’ atteint alors son âge d’or.

Pas de date de naissance avérée, ni même de sa mort. Pas de tombe.

On ignore jusqu’à son visage.

Anne de Kiev quitte ses somptueuses coupoles et bulbes dorés pour traverser l’Europe jusque dans l’actuelle Île-de-France, nettement moins raffinée. Faute de terre à transmettre, elle amène avec elle de «riches présents», selon un chroniqueur. En 1051 à Reims, elle devient la seconde épouse d’Henri Ier, âgé d’une vingtaine d’années de plus qu’elle.

On ignore pourquoi Henri Ier a jeté son dévolu sur une princesse aussi éloignée mais on peut deviner que ce choix fut dicté par la sévérité de l’Église sur les liens de parenté. Par la suite, Rome se montrera beaucoup moins sourcilleuse sur les questions de consanguinité et Louis XIV pourra épouser sa cousine germaine sans surmonter le moindre veto.

Royal 16 G.VI, f.269v

Le mariage à Reims de Henri Ier roi de France et d’Anne de Kiev. Miniature extraite d’un manuscrit français référencé ci-après.| Chroniques de Saint-Denis via Wikimedia Commons

Pour revenir à Anne, la jeune femme découvre un royaume des Francs où le roi est nargué par ses propres vassaux. L’État est morcelé par la féodalité, les terres recouvertes par les forêts et les villes s’apparentent surtout à des bourgs. Paris s’est tout juste remis du siège viking du siècle précédent. Partout se construisent des églises romanes.

La toile de fond est plus nette que la vie de la nouvelle reine qui s’apparente, elle, presque à une page blanche. Pas de date de naissance avérée, ni même de sa mort. Pas de tombe. On ignore jusqu’à son visage. Il faut dire que les chroniqueurs sont restés peu loquaces: «Avec elle, le roi vivait heureusement» écrit l’un d’eux avec parcimonie. On reste sur sa faim.

D’Anne, il ne reste que des fragments. Sa signature en cyrillique au bas d’une charte et des croix qu’elle a tracées sur des documents en guise de seing. Sur ces actes, elle est désignée «reine», «mère», «A», «Agna», «Agneta» ou, le plus souvent, «Anna». À défaut de traces abondantes, on aimerait convoquer un romancier pour broder sa vie.

Veuve et remariée

Dans ce brouillard, quelques indices prêtent néanmoins à penser qu’Anne pesait. Et qu’elle ne manquait pas de personnalité. Déjà, elle a imposé un prénom issu de sa culture pour son aîné, l’héritier au trône: ce sera le futur Philippe Ier. Ensuite, le roi vient à mourir alors que son fils n’a que 7 ans: son beau-frère Baudouin V de Flandre prend les rênes du royaume. Mais ce pouvoir, il le partage avec Anne.

anne_de_kievsenlis

Statue d’Anne de Kiev, Abbaye Saint-Vincent, Senlis (Oise). | via Wikimedia-Commons

Elle ouvre, en quelque sorte, la longue tradition des reines régentes. L’éducation de son fils est confiée à un pedagogus regis, là encore un terme grec alors inusité en Occident, désignant le précepteur. Et cette femme nous réserve encore des surprises.

«Pendant la période soviétique, Anne servira à la propagande du régime, mais elle devient également l’un des fers de lance du renouveau nationaliste ukrainien.»

Philippe Delorme, historien

Après la mort de son royal époux, la veuve ne reste pas seule. Elle abandonne le pouvoir et part avec un homme. Et pas avec n’importe lequel. Elle épouse Raoul IV, comte de Valois et de Crépy, un baron qui est le vassal de son propre fils. Un personnage violent, prompt à guerroyer et à rançonner. N’hésitant pas à brûler Verdun parce que l’évêque refuse de lui verser un tribut. Déjà marié, Raoul répudie son épouse pour se marier avec Anne. Cette union entre la reine douairière et ce personnage haut en couleurs fait un énorme scandale. Raoul est excommunié, même le Pape est mêlé à l’affaire.

Finalement, Anne finit par vendre ses possessions pour construire l’Abbaye Saint-Vincent autour de Senlis, l’une des villes royales sous ces premiers Capétiens itinérants. Cette ville de l’Oise entretient toujours le souvenir d’Anne. En 2004, le président ukrainien Viktor Iouchtchenko y a même inauguré une statue d’elle. On ignore où la reine est morte. Une source anonyme et postérieure affirme qu’«après la mort de Raoul, [Anne] regagna le sol natal. vingt-cinq ans après l’avoir quitté».

Anne de Kiev a-t-elle revu les coupoles dorées du Kiev de son enfance? Cela paraît assez improbable. Ce qui est certain, c’est que cette reine tombe rapidement dans un oubli à peu près total. «Il semble que, dès la fin du XIIe siècle, Philippe Auguste ne gardait plus aucun souvenir de sa trisaïeule», écrit l’historien Philippe Delorme dans sa biographie d’Anne de Kiev.

Une amitié millénaire

Par la suite, le royaume de France et la Rus’ de Kiev suivront des trajectoires opposées. La puissance du premier s’affermira tandis que le second déclinera jusqu’à l’effondrement. Se morcelant en entités rivales, la principauté slave tombera sous les assauts des Mongols, menés par Batu, le petit-fils de Gengis Khan. La ville de Kiev sera détruite. La Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, qui naîtront bien plus tard, se partagent aujourd’hui l’héritage de cette Kiev de l’an mille et de cette reine des Francs.

 «Pendant la période soviétique, Anne servira à la propagande du régime, mais elle devient également l’un des fers de lance du renouveau nationaliste ukrainien», rappelle Philippe Delorme dans son ouvrage. Figure disputée, Anne de Kiev est aussi l’un des ciments de ce monde «Rus’», aujourd’hui déchiré par la guerre. Cette reine représente également le lien le plus ancien unissant la France aux Slaves orientaux. À l’heure où l’on se tient aux côtés de l’Ukraine dans son malheur, il est bon de rappeler que l’amitié avec Kiev est millénaire. Grâce à Anne de Kiev.

http://www.slate.fr/story/226002/anne-de-kiev-reine-france-henri-i-philippe-histoire-senlis-ukraine-princesse

EUROPE, HISTOIRE DE L'EUROPE, KIEV (UKRAINE), KIEV, BERCEAU DE L'EUROPE ORIENTALE, UKRAINE

Kiev, berceau de l’Europe orientale

Kiev

Le berceau de l’Europe orientalekiev-standre

Des rues larges et colorées, des monuments prestigieux, une certaine douceur de vivre. Avec près de 2,8 millions d’habitants, la capitale de l’Ukraine d’avant 2022 avait bien du charme.

Rendons hommage à celle que les Ukrainiens appellent Kiyv, en partant à la découverte de son histoire et de ses richesses…

kiev-laure2

Il était une fois…

kiev

kiev-rues

Kiev n’a pas d’âge puisque c’est une légende qui raconte les circonstances de sa création : trois frères auraient choisi une hauteur pour établir un village baptisé Kiev, d’après le prénom de l’aîné (Kii).

kiev-opera

kiev-immeubles2

kiev-metro

Mais selon les archéologues, il faut remonter à 3 000 av. J.-C. pour voir les premiers habitants, des tribus essentiellement indo-européennes comprenant les Scythes, s’installer dans la région.

La ville elle-même aurait été fondée au VIe siècle de notre ère avant de s’étendre sur sept collines. Comme Rome !

kiev-fondation_maxi

Le site avait été choisi avec discernement puisqu’il borde le large fleuve Dniepr qui allait devenir une voie indispensable de communication sur la fabuleuse « route de l’ambre ». Elle reliait les régions de la Baltique, où l’on collectait cette résine fossile sécrétée il y a des millions d’années par des plantes, et Venise qui la transformait en bijoux et en assurait la vente.

C’est donc à Kiev que se croisaient marchands et guerriers en quête des richesses de la Scandinavie, de l’artisanat de Byzance ou des esclaves de tout le continent, et d’au-delà.

Au IXe siècle, les Varègues venus de Suède s’intéressent à leur tour à cette région agricole. Oleg le Sage, l’un de leurs chefs, déjà maître de Novgorod, s’empare en 882 de la ville par traîtrise pour en faire la capitale du premier État slave oriental : la Rus’. Mais Oleg ne compte pas s’arrêter là : en 907 il lance une attaque contre Constantinople, en vain.

kiev-oleg

Il y gagne une belle compensation en or et un traité de commerce dont il saura tirer parti pour enrichir sa ville.

La nouvelle Sainte-Sophie

kiev-sainte-sophie

Kiev devient le centre politique, économique et culturel d’une région immense qui va de la Russie du nord actuelle aux portes de la Pologne.

La ville, convertie en 988 au christianisme de rite byzantin sous l’impulsion de Vladimir le Saint (dit « Le Beau Soleil »), devient un centre spirituel majeur.

Le fils de Vladimir, Iaroslav le Sage, lance en 1037 la construction de la cathédrale Sainte-Sophie, baptisée ainsi en l’honneur de la célèbre basilique de Constantinople.

kiev-sainte-sophie-mosaiques

Plus large que longue, surmontée de 13 coupoles symbolisant le Christ et ses disciples, elle renferme de précieuses mosaïques qui lui permettent de rivaliser avec sa grande sœur. Âgées pour les plus vieilles de 900 ans, ces mosaïques se déploient sur 260 m2 dans 180 nuances différentes.

Pillée par les Mongols en 1240, la cathédrale sera restaurée au XVIIe siècle dans un style baroque.

Carte_de_la_ville_de_Kiev_en_Ukraine

De l’or au-dessus des catacombes

La renommée religieuse de la ville prend de l’ampleur au XIe siècle grâce à un moine du mont Athos, en Grèce. De retour dans son pays natal, il se retire dans une grotte située dans la colline dominant le Dniepr et sera dès lors connu sous le nom de saint Antoine de Kiev. Il attire à lui de nombreux disciples qui s’établissent également dans des grottes.

Il s’ensuit la création de tout un réseau de galeries de plusieurs kilomètres, transformé par la suite en nécropole des saints orthodoxes. Sur le site baptisé Kievo-Pecherskaya Lauvra (« Laure des Catacombes de Kiev »), deux laures (monastères orthodoxes) sont bâties, comprenant une cathédrale et quatre églises qui seront ensuite remaniées en style baroque, aux dômes dorés.

Le lieu devient un centre culturel majeur où savants et écrivains s’installent pour travailler, donnant naissance entre autres au Récit des temps passés ou Chronique de Nestor, la plus ancienne chronique slave qui nous soit parvenue.

kiev-pectoral

Au XVe siècle s’y multiplient les ateliers de peinture et de copies de manuscrits.

Lieu de résidence du primat de l’Église orthodoxe ukrainienne, le complexe comporte également aujourd’hui le musée des Trésors historiques, célèbre pour ses bijoux et objets scythes en or (IVe siècle), dont le fameux pectoral de Tovsta Mohyla. 

Un petit air de Paris

Ce trop grand royaume de Rus’, cependant, ne tarde pas à être déchiré par les guerres de succession. Le coup de grâce lui est donné en 1240, par l’invasion mongole. Massacres, incendies…  Kiev est ruinée. 

Les siècles suivants ne laissent que peu de repos à la ville qui, intégrée dans l’empire russe au XVIIe siècle, doit attendre le XVIIIe siècle pour s’embellir de nouveau sous l’impulsion de la tsarine Catherine II. C’est un architecte italien, Francesco Rastrelli, également à l’origine du Palais d’hiver de Saint-Pétersbourg, qui imagine en 1755 l’église Saint-André, chef-d’oeuvre de l’art rococo. 

kiev-laure

À proximité se trouve une volée d’escaliers, la « descente Saint-André », petite rue pleine de brocanteurs et de galeries qui donne au quartier un air de Montmartre.

Si l’ambiance rappelle celle de Paris ou de Vienne, c’est également à cause de la présence de grands et beaux immeubles bourgeois qui se sont construits après l’incendie de la ville, en 1811, et à la faveur de l’enrichissement qui accompagna l’essor du chemin de fer au XIXe siècle.

Ajoutez de larges avenues plantées d’arbres, un opéra imposant inauguré en 1867, des bâtiments Art nouveau, et vous aurez l’impression d’être au cœur de l’Europe.

kiev-statue-couple

L’identité ukrainienne s’affirme par la plume et le pinceau d’un poète devenu le symbole de la nation, Taras Chevtchenko (1814-1861). Il donne à la langue ukrainienne ses lettres de noblesse avec le grand poème national Kobzar. À Kiev, son image et son souvenir sont partout…

kiev-descente

Destructions, reconstructions

Avec le XXe siècle et la Première Guerre mondiale, Kiev rompt ses liens avec l’Europe. L’Ukraine échoue à gagner son indépendance pendant la guerre civile qui voit s’affronter les bolchéviques et leurs opposants de tous bords.

Le début de la période soviétique, après 1920, est marqué par la destruction de nombreux édifices religieux dont le monastère Saint-Michel-au-Dôme-d’Or, dynamité en 1936. Il sera toutefois reconstruit dans les années 1990, en guise de revanche sur les malheurs de l’époque soviétique.

En septembre 1941, la ville est occupée par les troupes allemandes qui vont y commettre de nouveaux ravages, à commencer par l’incendie des immeubles de la grande avenue Khreshchatyk, au cœur de la ville. Puis ce sera le pillage et l’explosion de la cathédrale de la Dormition, dans le monastère des Catacombes.

La population n’est pas épargnée. Les 29 et 30 septembre de la même année, près de 34 000 Juifs sont assassinés dans le ravin de Babi Yar, à la lisière de la ville, où s’élève aujourd’hui un mémorial.

babi-yar

Après la guerre, le pouvoir soviétique s’applique à reconstruire et moderniser la ville, redevenue capitale de république socialiste d’Ukraine, partie intégrante l’union soviétique.

Le métro, avec ses 100 mètres de profondeur et ses stations au décor prestigieux, voit le jour en 1960.

kiev-statue-sovietique

Au coeur de la ville, « La Place » (Maïdan) est de nouveau réorganisée avant de devenir, en 1991, place de l’Indépendance.

Au milieu s’élève, en haut d’une colonne, la statue de la déesse-mère païenne Berehynia, érigée en 2001. Symbole de l’indépendance, elle fait écho à celle de la Mère-Patrie, construite en 1981 dans le pur style soviétique et qui, de ses 100 mètres de haut, continue à surveiller la ville et ses habitants… pour le meilleur et le pire.

kiev-berehynia

kiev-stmichel

COMMUNAUTE DES ETATS INDEPENDANTS, EUROPE, EX-UNION SOVIETIQUE, HISTOIRE, HISTOIRE DE L'EUROPE, HISTOIRE DU XXè SIECLE, LA RUSSIE : DE L'URSS A LA COMMUNAUTE DES ETTAS INDEPENDANTS, RUSSIE, UNION SOVIETIQUE

La Russie : de l’URSS à la Communauté des Etats indépendants

Russie et CEI

15 Républiques de l’URSS à la CEI

Expansion-Russie-et-URSS

250px-Expansion-Russie-et-URSS

L’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) est décédée le 21 décembre 1991, après une très brève existence, laissant la place à une évanescente CEI (Communauté des États indépendants).

Cette structure regroupant les anciennes républiques membres de l’URSS, à l’exception des pays baltes et de la Géorgie, a été fondée à Alma-Ata (Kazakhstan) par les représentants de onze anciennes républiques. En 1993, la Géorgie céda aux pressions de Moscou et rejoignit la CEI. Celle-ci n’a réussi ni à se doter d’institutions solides, ni à mettre en place une politique de sécurité commune, ni à organiser les échanges commerciaux au sein de la zone. Elle constitue une coquille vide visant à préserver l’influence de la Russie sur les anciennes républiques de l’URSS.

Voici les quinze Républiques issues de la décomposition de l’URSS en 1990-1991 :

  

La Fédération de Russie

Russian_Subjects_merged.svg

La Fédération de Russie issue en 1991 de l’éclatement de l’Union soviétique demeure le plus vaste pays de la planète (17 millions de km2) mais aussi l’un des moins denses (7 habitants au km2) ! Sa population s’élevait en 2007 à 140 millions d’habitants. Son sous-sol est riche en hydrocarbures comme en minerais (charbon, fer, nickel…).

La Russie est aussi une Fédération très hétérogène, souvenir des conquêtes tsaristes, entamées dès le XVIe siècle à partir de Moscou vers les quatre points cardinaux, jusqu’à l’océan Pacifique. Elle comporte aujourd’hui 89 « entités territoriales » aux statuts variables, Républiques, régions, territoires autonomes, villes (Moscou et Saint-Pétersbourg).

Bien que 80% de la population se définisse au début du XXIe siècle comme orthodoxe, la Russie regroupe des populations ethniquement et religieusement très diverses ; on peut estimer le nombre de « nationalités » fédérées à plus de 120. La région du Nord Caucase, comprenant l’Ingouchie, le Daguestan et la Tchétchénie, est musulmane et partage une tradition d’islam confrérique. Il existe également des minorités juives, bouddhistes, catholiques et protestantes. Parmi les ethnies minoritaires, on compte des Tatars (origine turco-mongole), des Iakoutes ou encore des Ukrainiens.

 Les autres États slaves

– L’Ukraine

ukraine-map-HST (1)

Vaste pays d’Europe de l’Est (600.000 km2), l’Ukraine partage ses frontières avec la Russie, la Biélorussie, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie. En 2014, elle compte 45 millions d’habitants. Le pays s’étend sur les fertiles « terres noires » (tchernoziom). Le sous-sol ukrainien renferme d’importants gisements de fer.

C’est en Ukraine, autour de Kiev, qu’est né au IXe siècle un premier État russe. Sa fondation est due aux Varègues, envahisseurs originaires de Scandinavie et cousins des Normands ! Il est devenu chrétien suite à la conversion du prince Vladimir en 988 selon le rite byzantin. L’une de ses descendantes, Anne de Kiev (ou de Russie), est devenue reine de France en épousant le roi capétien Henri Ier. Cette Russie embryonnaire, avec une paysannerie prospère et des activités marchandes en plein essor, n’avait rien à envier à l’Occident. Mais vers 1240, elle fut ruinée par les invasions mongoles et les paysans retombèrent dans le servage le plus vil. La région ne s’est jamais complètement remise de cette catastrophe.

Au cours des siècles suivants, elle tomba sous l’influence de la Pologne et de la Lituanie. En 1667, elle fut partagée entre la Pologne et la Russie, par le traité d’Androussovo. La partie orientale de l’Ukraine devint l’État autonome des Cosaques, placé sous protectorat des tsars. À la fin du XVIIIe siècle, le partage de la Pologne fit tomber sous domination autrichienne une vaste portion de l’Ukraine actuelle.

Au début des années 1920, l’Ukraine fut brutalement intégrée à l’Union soviétique. Des millions d’Ukrainiens périrent dans les grandes famines des années 1920 et 1930, planifiées par le régime soviétique. Comme si cela ne suffisait pas, les nazis imposèrent au pays un régime d’occupation très dur de 1941 à 1945.

En 1991, l’Ukraine proclama son indépendance puis adhéra à la CEI. Elle abrite cependant toujours une forte minorité russophone, dans sa partie orientale et en Crimée. La grande péninsule de la mer Noire, rattachée à l’Ukraine en 1954 à l’initiative de Krouchtchev, a été réannexée unilatéralement par la Russie soixante ans plus tard. Pour des raisons stratégiques et plus encore historiques et sentimentales, le grand voisin de l’Ukraine tient à garder dans sa zone d’influence ce pays qu’il considère comme son berceau.

– Le Bélarus, ou Biélorussie

220px-Biélorussie-carte

Le Bélarus, anciennement appelé Biélorussie (en russe : « Russie blanche ») est enclavé entre les pays baltes, la Pologne, l’Ukraine et la Russie. Entre les IXe et XIIIe siècles, ce territoire faisait partie de la « Rus », prototype de la Russie constitué autour de Kiev. Il subit ensuite une forte influence polonaise. À la fin du XVIIIe siècle, le partage de la Pologne le fit tomber dans l’escarcelle russe. Dans les années 1920, la Biélorussie devint une des républiques de l’URSS.

Indépendant depuis 1991 sans avoir l’avoir été auparavant, le Bélarus est dirigé sans partage depuis 1994 par le président Loukachenko. Dernière dictature d’Europe, il entretient des liens très étroits avec la Russie et est le seul pays d’Europe à ne pas solliciter une adhésion à l’Union Européenne.

 

L’Asie centrale

300px-Central_Asia-fr

Cette région d’Asie centrale serait le berceau du peuple turc. Carrefour entre l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe, elle a toujours vu cohabiter une grande diversité de populations. En 1918 fut créée une éphémère République du Turkestan, rattachée à la Russie, qui englobait l’Asie centrale à l’exception des steppes du Kazakhstan.
Entre 1924 et 1936, les frontières de l’Asie centrale furent redessinées et cinq républiques soviétiques créées sur des bases ethniques et géographiques : le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Elles acquirent toutes leur indépendance en 1991, à la dislocation de l’URSS, sans que leurs peuples en aient clairement manifesté le désir.

Dans ces cinq États, la religion sunnite est majoritaire, mais le poids des minorités ethniques et religieuses varie d’un État à l’autre, bien que la tendance semble être partout à l’ethnicisation de la vie politique, au bénéfice des groupes majoritaires.

– Le Kazakhstan

kazakhstan1

Le Kazakhstan, vaste et peu peuplé (environ 16 millions d’habitants pour 2,7 millions de km2), compte une forte minorité russe et chrétienne dans les « terres vierges » du nord (il s’agit de steppes défrichées et mises en culture dans les années 1950). Les Slaves constituent environ un tiers de la population face à une moitié de Kazakhs turcophones et traditionnellement nomades. La région fut islamisée au IXe siècle et ravagée par les Mongols de Gengis Khan au XIIIe siècle. Intégrée à l’empire russe au cours du XIXe siècle, elle fut utilisée comme terre de déportation par Staline.

– L’Ouzbékistan

Ouzbekistan-mapS

Plus peuplé que son grand voisin et riche en pétrole et gaz naturel, l’Ouzbékistan conserve à Samarcande et Boukhara le souvenir de Tamerlan et de la civilisation irano-mongole. Le pays constituait une étape importante sur la route de la soie, entre Chine et Europe. Depuis l’indépendance du pays, en 1991, le président Islam Karimov y accapare le pouvoir.

– Le Tadjikistan

tadjikistan-map-lng

Constitué de plateaux peu fertiles, le Tadjikistan a été séparé de l’Ouzbékistan en 1929 pour former une république fédérée de l’URSS à part entière. Cette création a coupé le pays de Samarcande et Boukhara, les anciens grands centres de la culture persane en Asie centrale, alors que le Tadjikistan est peuplé d’une majorité de Tadjiks, musulmans de langue iranienne, par opposition aux Turkmènes, Ouzbeks, Kazakhs et Kirghizes de langues turques. Entre 1992 et 1996, une guerre civile pour l’accès au pouvoir a déchiré le pays, entre pouvoir néo-communiste, démocrates et islamistes.

– Le Turkménistan

téléchargement (1)

Le Turkménistan compte environ 5 millions d’habitants, dont 75% de Turkmènes. Le désert de Karakoum couvre les trois quarts de sa superficie. Sur la scène internationale, il a choisi d’adopter une posture de « neutralité perpétuelle » après son accession à l’indépendance, tandis qu’à l’intérieur le pays est passé du régime soviétique à un système présidentiel autoritaire à parti unique, dirigé par le président Niazov.

– Le Kirghizistan

Kirghizistan-mapS2

Le Kirghizistan, peuplé d’une faible majorité de Kirghizes et d’un tiers de Russes, est un pays montagneux qui a même parfois été surnommé «  la Suisse d’Asie centrale  ». C’est également le pays qui a le mieux résisté à la pente autoritaire après l’effondrement de l’URSS.

 

La Moldavie

CMJN-base_0

Petit État d’Europe de l’Est coincé entre la Roumanie et l’Ukraine (33.000 km2, 4 millions d’habitants), la Moldavie est peuplé de deux tiers de Moldaves « de souche » (cousins très proches des Roumains) et de minorités ukrainienne, russe et gagaouze (turcophone).

Territoire des Daces comme l’actuelle Roumanie, la Moldavie est conquise par l’empereur Trajan au début du IIe siècle après JC. Au milieu du XIVe siècle, le roi de Hongrie Louis Ier d’Anjou crée la marche de Moldavie, une région tampon destinée à protéger la Transylvanie des incursions des Tatars. La Moldavie s’émancipe de la tutelle hongroise sous le règne du roi Bogdan mais tombe au milieu du XVIe siècle sous la domination de l’empire ottoman, dont elle devient un État vassal. À partir de la fin du XVIIe siècle elle se trouve sous un double protectorat ottoman et russe. La Russie tsariste s’approprie notamment le territoire de Bessarabie.

En 1924, les Soviétiques donnent naissance à une république de Moldavie, rattachée à l’Ukraine. De 1941 à 1944, elle est occupée par la Roumanie, alliée de l’Allemagne nazie. Récupéré par l’URSS, le territoire subit une intense « russification », avec l’installation de nombreux Russes et Ukrainiens.

En 1989, le réveil du sentiment national entraîne de grandes manifestations dont les revendications se focalisent sur la défense de la langue et de l’identité culturelle moldaves. En 1991, la Moldavie proclame son indépendance. Les russophones proclament leur propre État, la « République du Dniestr », en Transnistrie, à l’Est du pays. L’armée moldave échoue à en reprendre le contrôle. Depuis 1991, cette république sécessionniste protégée par l’armée russe incarne la volonté de Moscou de préserver sa zone d’influence dans la région.

 

 

Les pays du Caucase

450px-Caucasus_regions_map2

Le Caucase, chaîne de montagnes qui s’étend entre la mer Noire et la mer Caspienne, est partagé entre diverses entités de la Fédération russe et trois pays de l’ancienne URSS : la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Ces derniers, bien que très différents les uns des autres par leur histoire et leur culture, ont été intégrés de 1920 à 1936 dans une éphémère République soviétique de Transcaucasie.

Cette région, qui forme presque un isthme entre deux mers, a toujours été convoitée par les empires, qu’ils soient perse, romain, ottoman, iranien ou russe. Depuis le XIXe siècle, les rivalités dans la région ont été attisées par une poussé de fièvre entourant les gisements de pétrole de la mer Caspienne (environ 5% des réserves mondiales).

– L’Arménie

Armenie-langues-occ_orient

Cet État du Caucase au territoire accidenté abrite environ 3 millions d’habitants. A l’étranger, une diaspora au moins aussi importante numériquement reste attachée à ce pays à l’histoire et la culture plurimillénaires. L’Arménie actuelle couvre un territoire beaucoup plus limité que l’Arménie historique qui s’étendait sur des terres aujourd’hui turques et iraniennes.

Dès la période des IXe à VIe siècles avant notre ère, l’Arménie, sous la forme du royaume de Van ou Ourartou, constituait une civilisation avancée, pourvue d’une écriture, de forteresses, d’un système d’irrigation et d’artisans travaillant avec talent l’or, l’argent et le bronze.
La région fut convertie au christianisme dès la fin du IIIe siècle et fut le premier Etat à l’adopter comme religion officielle. Elle fut successivement envahie par les Romains, les Arabes, les Parthes, les Turcs et les Mongols.

À partir du XIVe siècle elle tomba sous domination ottomane. En 1915, le génocide perpétré par le pouvoir turc coûta la vie à environ 1,5 million d’Arméniens. La république indépendante d’Arménie proclamée en 1918 ne fut que de courte durée : en 1922, l’Arménie était intégrée à l’URSS. Elle n’accéda à nouveau à l’indépendance qu’en 1991, au moment de la dissolution de l’URSS.

La question du statut de la région du Haut-Karabakh, peuplée majoritairement d’Arméniens mais rattachée à l’Azerbaïdjan dans les années 1920 et contrôlée par l’Arménie depuis 1994, continue à empoisonner ses relations avec son voisin oriental.

– L’Azerbaïdjan

azerbaidjan-map-gnrl

Ce petit pays du Caucase, sur la mer Caspienne, abrite environ 8,5 millions d’habitants (2008), dont 80% d’Azéris. Ces musulmans parlent une langue proche du turc et sont majoritairement chiites. Son sous-sol est riche en pétrole et en gaz.

Intégré en 1828 à l’empire russe, l’Azerbaïdjan devient brièvement une république indépendante en 1918. En 1922, il est intégré à la Fédération transcaucasienne et à l’URSS. La région autonome du Haut-Karabakh, peuplée majoritairement d’Arméniens, lui est rattachée.

Dans les années 1980, la politique de glasnost menée par Gorbatchev encourage les Arméniens à demander le rattachement du Haut-Karabakh à l’Arménie. Le gouvernement soviétique refuse cette perspective mais des pogroms anti-arméniens, alimentés par le réveil du nationalisme azéri, secouent l’Azerbaïdjan et sa capitale Bakou. En 1990, l’Arménie proclame le rattachement du Haut-Karabakh à son territoire. L’Azerbaïdjan est à nouveau embrasé par une flambée de violence anti-arménienne. L’Armée Rouge intervient brutalement à Bakou pour rétablir l’ordre (« janvier noir »).

En 1991, prenant acte de la dislocation de l’URSS, le Soviet suprême d’Azerbaïdjan déclare l’indépendance du pays qui adhère à la CEI. En 1994, les Arméniens prennent le contrôle du Haut-Karabakh. Depuis, un statu quo précaire prévaut, emblématique des « conflits gelés » qui fragilisent les pays post-soviétiques.

– La Géorgie

georgia-map

Enclavée à l’ouest du Caucase, au bord de la mer Noire, aux confins de l’Europe et de l’Asie, la Géorgie est un petit pays de 70.000 km2 et 4 millions d’habitants dont l’histoire remonte à plus de 3000 ans. Les Grecs, qui la connaissaient sous le nom de Colchide, y situent l’aventure de Jason et des Argonautes en quête de la Toison d’Or…

En tentant maladroitement de restaurer sa souveraineté sur le territoire sécessionniste d’Ossétie du Sud, en août 2008, la Géorgie est retombée sous la tutelle russe.

 

 

Les États baltes

– La Lituanie

La Lituanie est le plus peuplé des États baltes (environ 3,5 millions d’habitants) partage ses frontières avec la Lettonie, la Pologne, la Biélorussie et la Russie (enclave de Kaliningrad). Elle dispose également d’une façade maritime, sur la mer baltique. Sa population est composée de plus de 80% de Lituaniens de souche et de minorités de Polonais et de Russes.

– La Lettonie

Petit État donnant sur la mer baltique, la Lettonie dispose pour principale ressource naturelle de ses forêts qui ont permis le développement d’une industrie du bois et de la papeterie. Aujourd’hui, le pays est néanmoins très urbanisé et industrialisé.

La Lettonie abrite une forte minorité russe, représentant environ un tiers de la population. La religion luthérienne y est majoritaire, bien que les catholiques et les orthodoxes soient également nombreux. La région était occupée par un peuple d’origine finno-ougrienne depuis le IIIe millénaire avant J.-C. En 1158, les marchands allemands de la ligue hanséatique créèrent le comptoir de Riga, à l’embouchure de la rivière Daugava. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, les chevaliers Porte-Glaive envahirent le pays et y introduisirent le christianisme… sans douceur excessive.

Au début du XVIIe siècle, la Suède protestante et la Pologne-Lituanie catholique se disputèrent le territoire de la Lettonie. La victoire revint à la Suède, mais elle n’empêcha pas la région d’être intégrée à l’empire russe un siècle plus tard, à la suite des conquêtes de Pierre Ier. La Lettonie proclama son indépendance en 1918 mais fut annexée par l’URSS en 1940, puis occupée par l’Allemagne nazie après la rupture du pacte germano-soviétique. Redevenue république soviétique en 1944, elle proclama à nouveau son indépendance en 1991.

– L’Estonie

Peuplée à 60% d’Estoniens de souche et à 30% de Russes, l’Estonie est proche de la Finlande dont elle n’est séparée que par un étroit bras de mer et avec laquelle elle partage la souche linguistique finno-ougrienne.

La région se trouva d’abord sur les routes commerciales des Vikings, en direction de l’empire byzantin et de la Russie, puis sur celles de la ligue hanséatique allemande. Elle fut conquise par les chevaliers Porte-Glaive allemands, puis passa sous domination suédoise (début du XVIIe siècle), avant d’être intégrée à l’empire russe.

Comme ses voisins lettons et lituaniens, elle fut annexée par l’URSS en 1940, en vertu du pacte germano-soviétique, puis occupée par l’Allemagne jusqu’en 1944. République soviétique de 1944 à 1991, elle accéda à nouveau à l’indépendance lors de l’effondrement de l’URSS. À l’instar de la Lettonie et de la Lituanie, elle est membre de l’Union Européenne depuis mai 2004.

EUROPE, HISTOIRE, HISTOIRE DE L'EUROPE, HISTOIRE DU XXè SIECLE, RUSSIE, RUSSIE SOVIETIQUE, UKRAINE, UKRIANE : UNE HISTOIRE TOURMENTEE

L’Ukraine : une histoire tourmentée

L’Ukraine : une histoire tourmentée 

ukraine-schystes

Avant l’arrivée des Slaves, le territoire de l’Ukraine était habité par des peuples indo-iraniens venus du Sud, d’abord les Scythes, puis les Sarmates. Ces peuples vécurent dans la région entre le VIIe et le IIIe siècle avant notre ère. Si les Sarmates sont restés au nord de la mer Noire, là où est située l’Ukraine aujourd’hui, les Scythes se sont installés jusqu’à l’est de la mer Caspienne dans les steppes eurasiennes. Plus au sud se trouvaient les Parthes, une importante puissance politique et culturelle iranienne dans la Perse antique (aujourd’hui l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan).  Les Scythes et les Sarmates finirent par être absorbés par des peuples germaniques, notamment les Alains et les Goths.

ukraine-862

À la suite des invasions germaniques dans l’Empire romain, la région de l’actuelle Ukraine subit plusieurs vagues d’immigrations germaniques jusqu’au moment où les Varèques, un peuple scandinave associé aux Vikings, s’y installèrent pour fonder en 862 la principauté de Kiev, qui devint la capitale du premier État organisé de cette région, laquelle comprend aujourd’hui l’Ukraine, la Biélorussie et une partie de la Russie.

À partir de 912, la principauté de Kiev se mit à accroître son influence sur de nouvelles tribus slaves. Le grand-duc de Kiev, Sviatoslav Ier (945-972), instaura un État puissant au nord des steppes de la mer Noire; après 972, son aire d’influence s’étendit vers le sud et vers l’est, jusqu’à la mer Caspienne. La principauté fut ainsi le premier État slave à s’imposer dans la région, ce qui éveilla l’intérêt de l’Empire byzantin situé plus au sud.

L’État kiévien devint à ce moment-là pour Byzance un important partenaire commercial, et aussi un précieux allié militaire.

ukraine-galicie13e

ukraine-pologne-1667

ukraine-pologne-1569

Le traité d’Androussovo (1667), appelé aussi «trêve d’Androussovo», signé entre la République des Deux-Nations et la Russie, entérinait le partage de l’Ukraine entre la Pologne et la Russie. Le traité mettait fin à l’occupation russe, mais Moscou prenait possession de la rive orientale du Dniepr, y compris Kiev, tandis que la Pologne conservait la rive occidentale. Autrement dit, l’ouest de l’Ukraine, appelée aussi «Ukraine de la rive gauche», et la Biélorussie revenaient à la Pologne. Tout le sud de l’Ukraine actuelle, y compris la Crimée, demeurait sous occupation ottomane. La trêve de 1667 fut renouvelée en 1678 et aboutit au traité de Paix éternelle de 1686, dix-neuf ans plus tard.

Ukraine-regions-1686

C’est dès 1667, sous le règne du tsar de Russie, Alexis Ier (1645-1676), que l’Ukraine commença à subir l’influence de la langue russe. Le tsar instaura dans l’Empire russe, y compris en Ukraine orientale, un État de plus en plus policier. Il poursuivit la colonisation de la Sibérie jusqu’au Pacifique. C’est à partir de cette époque que les Ukrainiens de l’Est commencèrent à se russifier, alors que les Ukrainiens de l’Ouest, devenus polonais, conservaient leur langue tout en l’imprégnant fortement de mots polonais. La Pologne avait accordé à l’Ukraine un statut de territoire autonome, tout en demeurant dans le giron polonais. Au milieu du XVIIe siècle, il y avait déjà d’énormes différences entre le russe et l’ukrainien: alors que le russe était parlé autour de Moscou, les territoires ukrainiens étaient déchirés entre plusieurs pays (comme l’Empire austro-hongrois et le régime de la Rzeczpospolita, l’ancêtre de la Pologne moderne).

ukraine-pologne-1795

En 1720, le tsar Pierre II, qui régna de 1727 à 1730, ordonna de réécrire en russe tous les décrets et documents juridiques rédigés en ukrainien.  En 1763, un décret de Catherine II (1762-1796) interdit l’enseignement de la langue ukrainienne à l’Académie de Kiev-Mohyla.

En 1772 eut lieu un premier partage après plusieurs victoires successives de la Russie contre l’Empire ottoman. À la suite d’un accord entre la Prusse et la Russie, un second partage se fit en 1793. Les territoires situés à l’ouest du Dniepr restèrent dans l’orbite de Varsovie (Pologne) jusqu’en 1793-1795. Les guerres entre la Russie, la Prusse et l’Autriche se terminèrent par le démembrement du reste de la Pologne en janvier 1795. La Russie s’appropria l’est de la Pologne, la Prusse prit l’ouest et l’Autriche acquit le Sud-Ouest (Galicie)

Ukraine-russie-1815.

ukraine-map-HST

Russie-1885-map

Le tsar Alexandre III (de 1881à 1894) poursuivit la même politique de russification que ses prédécesseurs, mais en y ajoutant une nouvelle «trouvaille» : l’interdiction de choisir un nom de baptême en ukrainien pour tout nouveau-né. C’est ainsi que les Piotr russes (Pierre en français) remplacèrent les Petro ukrainiens. Sous Alexandre III, les interdictions se succédèrent sans relâche. En 1881, l’ukrainien fut interdit dans les sermons à l’église; en 1884, ce fut à nouveau la prolongation de son interdiction dans les théâtres et dans les oblasts (régions); puis, en 1895, l’interdiction fut étendue à la publication de livres pour enfants en ukrainien. Alexandre III étendit même la russification en Pologne, dans les pays baltes et en Finlande. L’Empire russe multiethnique devait être de langue russe et de religion orthodoxe.

Sous Nicolas II (1894-1917), le gouvernement russe proscrivit en 1901 l’usage du mot «Ukraine» et imposa la dénomination de la «Malorossiia» («Petite Russie»), par opposition à la Grande Russie (Russie centrale européenne) et à la Russie blanche (Russie de l’Est ou Biélorussie). C’est pourquoi on disait que le tsar était «le souverain de toutes les Russies: la Grande, la Petite et la Blanche». Les Ukrainiens furent officiellement appelés les «Petits Russes». On attribue au tsar Nicolas II cette phrase: «Il n’y a pas de langue ukrainienne, juste des paysans analphabètes parlant peu le russe.»

 

Ukraine-1918-B

Au cours de la Première Guerre mondiale, à la suite de la Révolution bolchevique de 1917, appelée «Grande Révolution socialiste d’octobre», l’Ukraine proclama son indépendance. Au même moment, en Galicie, en Bucovine et en Ruthénie subcarpatique, les Ukrainiens sous domination autrichienne s’affranchirent, puis fondèrent en 1918 leur propre république en Galicie orientale. Celle-ci ne tarda pas à rejoindre l’Ukraine «russe»(par opposition à la Galicie polonaise) pour former une fédération sous le nom de République populaire d’Ukraine occidentale comprenant la Galicie ukrainienne, la Ruthénie subcarpathique et la Bucovine. Cette période d’indépendance permit de prendre des mesures favorisant la langue ukrainienne.

 

ukraine-URSS

Proclamée en novembre 1917, la République populaire d’Ukraine occidentale dut affronter la République soviétique d’Ukraine soutenue par les bolcheviques. La Russie soviétique créa en 1922 la République socialiste soviétique d’Ukraine. L’Ukraine de l’Ouest et l’Ukraine du Sud-Est furent réunies à nouveau et annexées à l’URSS. Par sa population, la République socialiste soviétique d’Ukraine était la deuxième république fédérée de l’URSS et, par sa superficie, elle était la troisième (3 % de sa superficie et 18 % de sa population).

Au moment où naissait l’Union soviétique, en octobre 1917, les différences entre le russe et l’ukrainien étaient au niveau qu’elles sont aujourd’hui: des langues différentes au même titre que le sont, par exemple, l’espagnol et le français ou l’allemand et l’anglais.

 

ukraine-mapS

Les réformes commencées en 1985 par Mikhaïl Gorbatchev, le dernier président en exercice de l’URSS, donnèrent un nouvel élan aux mouvements des nationalités au sein de l’URSS. Le 16 juillet 1990, alors que l’URSS existait encore, le Rada (Conseil) suprême de l’Ukraine adopta une Déclaration sur la souveraineté nationale de l’Ukraine:

 

ukraine-frontieres-HST

Ukraine-pays_divise

Ukraine-russophones

 

Novorussiya

 

ukraine-Donetsk-Louhansk

 

ukraine-langues-statut-loi2012

Ukraine-Donbass

 

Novorussiya-bis

 

Ukraine-federalisation

Ukraine : histoire

 

  1. DE L’ÉTAT DE KIEV À LA DOMINATION POLONO-LITUANIENNE

1009155-LÉtat_de_Kiev

L’État de Kiev

Les régions où se développa la nationalité ukrainienne à partir des XIIIè-XIVè  siècles ont fait partie de l’État de Kiev (IXè-XIIè siècles) dont l’ensemble des territoires formait la « Rous », la « terre russe ». Ces régions constituent après le démembrement de l’État de Kiev au XIIIè siècle les principautés de Kiev, de Galicie et de Volhynie sur la rive droite du Dniepr, celles de Pereïaslav, Tchernigov et Novgorod-Severski sur la rive gauche.

Les attaques incessantes des Polovtses (ou Coumans) à partir du milieu du xie siècle poussent les habitants des régions de Kiev et de Pereïaslav à abandonner leurs terres et à gagner le Nord-Est (régions de Rostov-Souzdal), ou à chercher refuge dans les forêts de Polésie et de Volhynie, dans le bassin du Boug, en Galicie et sur les pentes des Carpates. Dans ces régions marginales, trois courants colonisateurs se rencontrent, celui des Slaves de l’Est que l’afflux des réfugiés vient renforcer, celui des Polonais et celui des Hongrois, maîtres du versant méridional des Carpates et qui s’emparent au xie siècle de la Transcarpatie (qui portera le nom d’Ukraine subcarpatique). La Galicie, réunie à la Volhynie en 1199, recueille une bonne partie de l’élite de la société kievienne et connaît un grand essor. La région de Kiev est définitivement ruinée par les dévastations de la conquête mongole (1238-1240). En marge des territoires contrôlés par les Mongols, la Galicie, qui reconnaît leur suzeraineté, devient un foyer de civilisation slave et orthodoxe, ukrainien déjà par la langue parlée, ouvert aux influences occidentales qui pénètrent par la Pologne et la Hongrie.

Les territoires ukrainiens du Sud, ravagés et dépeuplés, sont annexés par le grand-duché de Lituanie dans les années 1350-1360, tandis que la Galicie-Volhynie est conquise par la Pologne (1348-1366). L’Ukraine occidentale est dès lors soumise à un processus de polonisation qui conduira à la disparition des catégories supérieures du peuple ukrainien. L’Ukraine orientale subit aussi l’influence polonaise après l’union des couronnes de Lituanie et de Pologne (Krewo, 1385). Les populations du grand-duché de Lituanie recherchent la protection de la Moscovie et de la Pologne contre les raids des Tatars de Crimée à partir du milieu du xve siècle. L’État moscovite annexe en 1500-1503 la majeure partie de la région de Tchernigov, tandis que les possessions ukrainiennes du grand-duché de Lituanie sont rattachées à la Couronne de Pologne par l’Union de Lublin (1569). Ainsi la majeure partie de l’Ukraine dépend-elle d’un État catholique. Le métropolite orthodoxe de Kiev et une partie du clergé ukrainien reconnaissent l’autorité du pape par l’Union de Brest (1596). La noblesse polonaise colonise les terres ukrainiennes, sur lesquelles s’établissent également des communautés juives.

 

 

  1. DES LIBERTÉS COSAQUES À L’INTÉGRATION AUX EMPIRES RUSSE ET AUTRICHIEN (XVIe-XVIIIeSIÈCLES)

Les cosaques jouent à partir du XVIè  siècle un rôle déterminant dans l’histoire de l’Ukraine, et notamment dans la région du Dniepr. Ils appuient les résistances des paysans qui, pour fuir les contraintes imposées par les nobles polonais, gagnent les steppes méridionales et orientales. Certains s’établissent à l’intérieur des frontières moscovites et mettent en valeur la région où est fondée la forteresse cosaque de Kharkov vers 1655-1656 et qui portera le nom d’Ukraine Slobidska. Les cosaques se font aussi les champions de l’orthodoxie, à laquelle est restée fidèle la masse paysanne, et favorisent la résistance aux influences uniates.

À l’issue de plusieurs guerres entre cosaques et Polonais (1625-1637 ; 1648-1654), l’hetman Bogdan Khmelnitski se place sous la protection du tsar de Moscou (traité de Pereïaslav, 1654), suivant ainsi les tendances de la population à s’écarter de la Pologne. Désormais la population non cosaque de l’Ukraine orientale dépend de l’administration russe et le clergé ukrainien du patriarcat de Moscou. En 1667, le traité d’Androussovo entérine le partage de l’Ukraine entre la Pologne et la Russie, qui conserve la rive gauche du Dniepr et la région de Kiev. L’Ukraine de la rive droite du Dniepr subit les attaques des Ottomans, qui occupent la Podolie de 1672 à 1699 et conservent la Bucovine du Nord jusqu’en 1774. Elle se dépeuple au profit de l’Ukraine orientale où l’administration russe maintient la paix et où la settch des cosaques Zaporogues attire les fugitifs.

L’Ukraine orientale, gouvernée par un hetman, est peu à peu assimilée par l’État russe. La tentative de Mazeppa de constituer une Ukraine réunifiée et indépendante avec l’appui de la Pologne et de la Suède se solde par la défaite de Poltava (1709). Pierre le Grand crée en 1722 le collège de Petite-Russie pour contrôler les activités de l’hetman et de la starchina (c’est-à-dire des autorités cosaques). L’hetmanat est définitivement supprimé en 1764 ; la setch des Zaporogues est liquidée en 1775. Catherine II parachève l’assimilation administrative (création dans les années 1780 des gouvernements de Kiev, Tchernigov, Novgorod-Severski, Kharkov et Iekaterinoslav). Elle étend le servage à la majeure partie de l’Ukraine en 1783 et concède à la starchina les privilèges de la noblesse russe (1785).

À l’issue des partages de la Pologne de 1793 et de 1795, l’Ukraine est partagée entre l’Empire russe, qui annexe la rive droite du Dniepr, la Podolie et la Volhynie, et l’Empire autrichien, dont dépendent la Galicie, la Bucovine et l’Ukraine subcarpartique.

 

 L’ESSOR ÉCONOMIQUE ET LE PROBLÈME NATIONAL (XIXe-DÉBUT DU XXeSIÈCLE)

 

L’établissement des Russes sur la mer Noire après la signature du traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774) et l’annexion de la Crimée (1783) va permettre la mise en valeur de l’Ukraine méridionale, appelée « Nouvelle-Russie ».

L’Ukraine connaît au XIXè siècle un développement remarquable de la culture du blé (que l’Empire russe exporte par les ports qu’il a fondés sur la mer Noire) et de la betterave à sucre, ainsi que, à partir de 1835-1840, des industries alimentaires, celle du sucre en particulier. L’essor rapide de l’extraction minière (houille du Donets, fer de Krivoï-Rog) et de l’industrie métallurgique à partir de 1870, grâce aux investissements des capitalistes étrangers, français, belges ou allemands, transforme l’Ukraine en la région industrielle la plus importante de l’Empire. Le développement économique de la fin du XIXè siècle entraîne un brassage de populations dans les villes, où la langue dominante est le russe alors que la campagne demeure ukrainienne. D’importantes communautés juives se sont développées malgré les massacres de 1648-1649, et elles constituent, au recensement de 1897, 30 % de la population des villes et des bourgs. Elles sont les victimes de pogroms particulièrement nombreux de 1881 à 1884, de 1903 à 1906 et de 1917 à 1921.

La première moitié du XIXè siècle est décisive pour le développement d’une conscience nationale dans l’Ukraine orientale. L’intelligentsia ukrainienne entreprend l’étude du folklore, du langage populaire et de l’histoire du pays. Elle participe aux mouvements d’opposition à l’absolutisme tsariste (complot décabriste, panslavisme libéral, populisme, organisation de gromada dans les villes). La première organisation ouvrière ukrainienne, l’union des ouvriers du sud de la Russie, est fondée à Odessa en 1875. Le gouvernement russe, proscrivant le terme d’Ukraine au profit de celui de Petite-Russie, adopte une attitude particulièrement répressive après l’insurrection polonaise de 1863. L’oukase d’Ems (1876), qui interdit d’imprimer des ouvrages en ukrainien, restera en vigueur jusqu’à la révolution de 1905.

Les Ukrainiens de Galicie conservent un certain nombre de libertés inconnues en Ukraine russe, tel l’emploi de la langue ukrainienne dans les écoles primaires. Mais, en dépit de la Constitution de 1860 et du statut de 1867, qui garantissent aux Ukrainiens des droits égaux à ceux des autres nationalités de l’Empire austro-hongrois, la Galicie orientale demeure dominée par une riche aristocratie polonaise et par une bourgeoisie urbaine polonaise ou juive.

L’Ukraine participe au mouvement révolutionnaire qui se développe dans l’Empire russe : troubles agraires de 1902, grèves ouvrières de 1900-1903 et révolution de 1905. Les libertés accordées en 1905 permettent au mouvement national ukrainien de se renforcer. Mais les tensions entre les Empires centraux et la Russie entraînent un durcissement du gouvernement russe. Lorsque les troupes russes occupent la Galicie orientale à l’automne 1914, elles lui infligent une brutale russification.

  

  1. LA GUERRE CIVILE (1917-1920)

Après le déclenchement de la révolution russe à Petrograd et la chute du tsarisme, une Rada centrale est créée à Kiev en mars 1917 sous la présidence de Grouchevski. En désaccord avec le gouvernement provisoire, elle déclare en juin que l’Ukraine tout entière jouira d’un statut autonome sans se séparer de la Russie. Réprouvant la prise en pouvoir par les bolcheviks, la Rada centrale proclame à Kiev la « République populaire d’Ukraine » le 7 (20) novembre 1917. Les bolcheviks, qui ne sont solidement implantés que dans les villes industrielles de l’Est et du Sud, proclament à Kharkov la « République soviétique d’Ukraine » (11 [24] décembre 1917). La Rada riposte en déclarant l’indépendance de l’Ukraine (9 [22] janvier 1918), mais les troupes bolcheviks occupent toutes les grandes villes du pays en janvier-février 1918 et l’obligent à se réfugier à Jitomir.

La Rada envoie une délégation à Brest-Litovsk, qui signe le 26 janvier (8 février) 1918 une paix séparée avec l’Allemagne. Les Allemands occupent l’Ukraine en avril et, après y avoir dissous la Rada, restaurent l’hetmanat au profit de P.P. Skoropadski. La défaite de l’Allemagne entraîne la chute de l’hetmanat (décembre 1918) et permet le rétablissement à Kiev d’un gouvernement indépendant ukrainien présidé par Petlioura. À la même époque est proclamée à Lvov la République d’Ukraine occidentale, qui affirme son union au reste de l’Ukraine. Son territoire sera occupé en juillet 1919 par les troupes polonaises. La Bucovine du Nord a été annexée en novembre 1918 par la Roumanie. Durant les années 1919-1920, l’Ukraine orientale est le théâtre d’âpres combats entre les forces de Denikine, soutenues par l’Entente, l’Armée rouge, les forces nationales ukrainiennes, les bandes anarchistes de Makhno, les troupes polonaises, qui l’envahissent en mai 1920, et l’armée Wrangel, refoulée des régions méridionales et de la Crimée par les bolcheviks en octobre-novembre 1920.

 

 L’UKRAINE SOVIÉTIQUE

 

La République soviétique d’Ukraine, proclamée en décembre 1917 à Kharkov, est liée à la Russie soviétique par un accord militaire et politique conclu en juin 1919. Reconnue par la Pologne au traité de Riga (mars 1921), elle adhère à l’Union soviétique en tant que république fédérée en décembre 1922.

Jusqu’au début des années 1930, les dirigeants bolcheviks y mettent en œuvre une politique d’« ukrainisation » destinée à faciliter la construction du socialisme. Cette politique repose sur l’usage officiel de la langue ukrainienne dans l’enseignement et dans l’administration et sur la promotion sociale du peuple. Le parti communiste de l’URSS impose une centralisation et un contrôle rigoureux de la vie politique et économique, tout en réfrénant le « chauvinisme de nation dominante » grand-russien et le nationalisme ukrainien. Au prix d’une collectivisation forcée de l’agriculture mise en œuvre en 1929 et d’une famine orchestrée par Staline en 1933 – qui fait 6 millions de morts –, le gouvernement soviétique impose les transformations sociales et économiques prévues par les premiers plans quinquennaux et fait ainsi avancer l’unification. Il s’oppose au développement du nationalisme en éliminant les cadres soviétiques ukrainiens lors des purges staliniennes de 1937-1938.

1315623-LUkraine_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

L’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale

Conformément aux clauses du pacte germano-soviétique (août 1939), l’URSS annexe les territoires polonais peuplés d’Ukrainiens, ainsi que la Bucovine et la Bessarabie (1940), réalisant ainsi le rassemblement de la quasi-totalité de la nation ukrainienne. L’Ukraine est soumise à partir de 1941 à un régime d’occupation nazie très dur, dont les armées soviétiques la libèrent en 1943-1944. Durant la guerre, elle perd 4 millions d’hommes. L’Ukraine subcarpatique lui est cédée en 1945 par la Tchécoslovaquie et l’oblast de Crimée lui sera rattaché en 1954. L’Ukraine fait partie, en 1945, des membres fondateurs de l’Organisation des nations unies (ONU). L’après-guerre est marqué par une vague d’épurations touchant les anciens « collaborateurs », les « traîtres à la patrie », le clergé uniate, les nationalistes des régions récemment acquises par l’Ukraine (membres de l’UPA, l’armée insurrectionnelle ukrainienne), et partisans de Stepan Bandera. Les troubles persistent jusqu’en 1950.

Le rôle important joué par les Ukrainiens au niveau de la fédération soviétique s’accompagne d’une russification qui touche particulièrement les Ukrainiens vivant en dehors de leur territoire national. Dès 1986, la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl – accélère le réveil national, qui se cristallise autour de la question de l’enseignement de l’ukrainien. Le Mouvement populaire pour la perestroïka (Roukh), fondé en 1989, obtient très vite une forte audience dans l’ouest du pays, qui reste le moins russifié et dont l’Église est majoritairement uniate. Les communistes remportent toutefois les élections du Soviet suprême de mars 1990, qui élit un apparatchik, Leonid Kravtchouk, à la présidence, en remplacement de Vladimir Chtcherbitski. L’échec du putsch de Moscou, les 19 et 21 août 1991, accélère l’histoire : trois jours plus tard, l’Ukraine, souveraine depuis juillet 1990, proclame son indépendance.

https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Ukraine_histoire/187635#:~:text=La%20R%C3%A9publique%20sovi%C3%A9tique%20d’Ukraine,r%C3%A9publique%20f%C3%A9d%C3%A9r%C3%A9e%20en%20d%C3%A9cembre%201922.

 

La guerre rebat les cartes de l’orthodoxie ukrainienne 

 

La question de l’orthodoxie tient une place centrale dans la justification par Vladimir Poutine de l’invasion de l’Ukraine. Paradoxalement, la guerre pourrait contribuer à renforcer l’Église autocéphale d’Ukraine.

religieuse-place-lIndependance-Kiev-24-fevrier_0

Une religieuse prie sur la place de l’Indépendance, à Kiev, le 24 février.DANIEL LEAL/AFP

 

Pour justifier l’invasion de l’Ukraine, Vladimir Poutine a invoqué, le 21 février, la défense des orthodoxes ukrainiens rattachés au Patriarcat de Moscou, contre lesquels Kiev préparait selon lui des « représailles ». Un argument que les observateurs qualifient de « prétexte ». Le président russe, pour qui la religion sert avant tout l’ordre social, joue sur une corde qu’il sait sensible chez ses concitoyens.

Car même si le Patriarcat de Moscou est de loin le premier numériquement (150 millions de fidèles, sur 250 millions d’orthodoxes dans le monde), et que la grande majorité de ses fidèles vivent en Russie, l’Ukraine contribue largement à son prestige. Kiev s’apparente à la « Jérusalem » de l’orthodoxie slave. C’est là, dans les eaux du Dniepr, que la population de la ville fut collectivement baptisée en 988 à la suite du prince Vladimir, et que l’État médiéval de la Rus’adopta le christianisme byzantin.

Pour le Patriarcat de Moscou, l’Ukraine représente encore des ressources humaines et matérielles non négligeables. Avant 2018, elle regroupait environ le tiers de ses fidèles, et deux des plus grands monastères du Patriarcat de Moscou y sont situés : la laure des Grottes de Kiev et Saint-Job de Potchaïv.

 Très proche idéologiquement de Vladimir Poutine, le patriarche Kirill de Moscou est « l’un des principaux théoriciens du “monde russe”, invoqué par le président russe pour envahir l’Ukraine », souligne l’historien Antoine Arjakovsky. La conformité entre l’idéologie du Kremlin et celle du Patriarcat de Moscou s’est encore illustrée par une homélie très politique de Kirill, le 27 février. Il semblait alors approuver la vision de Poutine sur l’unité entre Russie et Ukraine, et justifier l’invasion militaire.

► Quel est le panorama des Églises en Ukraine ?

eglises-ukraine-030322_1

Avec environ 30 millions de fidèles (sur 42 millions d’habitants), l’Ukraine abrite la troisième communauté orthodoxe du monde, derrière la Russie et l’Éthiopie. Mais contrairement à la Russie, elle ne dispose pas d’une « grande Église » unique.

Jusqu’à fin 2018, il comptait trois Églises orthodoxes principales, dont une seule, celle rattachée au Patriarcat de Moscou (l’Église orthodoxe ukrainienne), bénéficiait de la reconnaissance canonique du monde orthodoxe. Jusqu’à ce que le Patriarcat de Constantinople décide d’octroyer l’autocéphalie à une nouvelle Église constituée (l’Église orthodoxe d’Ukraine). Affront insupportable pour le Patriarcat de Moscou, qui a suspendu tout lien avec Constantinople le 15 octobre 2018, provoquant une fracture majeure au sein du monde orthodoxe.

L’Église liée au Patriarcat de Moscou contrôle encore la majorité des paroisses en Ukraine. « En janvier 2021, elle disposait de 12 406 églises, contre 7 188 pour sa concurrente », dénombre Jivko Panev, fondateur du site orthodoxie.com, citant les statistiques officielles du gouvernement ukrainien.

Mais la nouvelle Église autocéphale, reconnue à ce jour par quatre des quatorze Églises orthodoxes jouissant d’une autonomie complète, attire un nombre croissant de fidèles. En novembre 2021, selon un sondage du Centre Razoumkov, 40 % des Ukrainiens orthodoxes se revendiquaient de cette nouvelle Église, et 22 % de celle liée au Patriarcat de Moscou.

Des catholiques sont aussi présents dans ce pays des confins des mondes orthodoxe et latin. L’Église gréco-catholique, interdite sous l’Union soviétique et bien implantée dans l’ouest du pays, représente près de 9 % de la population. Les images de prêtres gréco-catholiques célébrant la messe dans des sous-sols et des abris anti-bombes ont fait le tour du monde.

 

► L’Église ukrainienne rattachée au Patriarcat de Moscou suit-elle son patriarche, Kirill ?

Ces derniers jours, le gouffre n’a cessé de se creuser entre l’épiscopat de l’Église ukrainienne rattachée au Patriarcat de Moscou et son chef spirituel, Kirill. Une prise de distance marquée par plusieurs signaux majeurs, dont la virulente opposition du métropolite de Kiev, Onufrij, à l’invasion russe.

Le 24 février, ce dernier l’a qualifiée de « répétition du péché de Caïn tuant son propre frère », arguant qu’une telle guerre « ne (pouvait)avoir de justification devant Dieu et devant les hommes ». Le 28 février, le saint-synode de son Église a encore exhorté Kirill à intervenir auprès des dirigeants russes pour l’arrêt immédiat d’un conflit « menaçant de se transformer en guerre mondiale ».

Depuis ce jour-là, quatre diocèses ont indiqué leur décision de ne plus faire référence au « patriarche de Moscou pendant les offices ». Pour Kathy Rousselet, chercheuse à Sciences Po, « rien ne permet d’affirmer qu’ils veulent pour autant quitter le giron de Moscou, mais tout peut changer d’un jour à l’autre ».

« Dans la capitale ukrainienne, certaines paroisses – dont l’emblématique laure des Grottes de Kiev – auraient aussi cessé d’en faire mention », précise Antoine Nivière, professeur à l’université de Lorraine et spécialiste de l’histoire religieuse russe. Selon des sources non officielles qu’il rapporte, 12 évêques – sur les 53 que compte l’Église orthodoxe ukrainienne – suivraient ce mouvement.

Mercredi 2 mars, la dissidence a gravi un échelon supérieur, avec l’appel lancé par 236 prêtres et diacres au métropolite Onufrij pour la convocation d’un nouveau synode pour entériner officiellement une séparation avec le Patriarcat de Moscou. « On s’achemine ainsi vers un renforcement de l’Église autocéphale, abonde un fin spécialiste du dossier. Finalement, Vladimir Poutine aura peut-être, malgré lui, réussi par cette guerre à contribuer à réunifier le monde orthodoxe ukrainien… »

 

► Comment réagissent les orthodoxes de Russie ?

Bien que très minoritaires, plusieurs voix se sont élevées ces derniers jours au sein de l’Église orthodoxe russe pour contester la prise de position de Kirill. Mardi 1er mars, 26 responsables du clergé local ont ainsi publié une lettre ouverte réclamant l’arrêt des hostilités.

 « Nous appelons toutes les parties belligérantes au dialogue (…). Seule la capacité d’entendre l’autre peut donner l’espoir d’une sortie de l’abîme dans lequel nos pays ont été précipités (…)», exhortaient les signataires, dont l’higoumène Arseni Sokolov, représentant du Patriarcat de Moscou auprès du Patriarcat d’Antioche. « Leur voix ne touche pas la masse des fidèles. Kirill continue de bénéficier d’une réelle autorité spirituelle », tempère Antoine Nivière.

À quoi s’exposent donc ces religieux en s’érigeant contre leur chef ? « Le moindre individu sortant avec un panneau “non à la guerre” peut être emmené au poste. On peut s’attendre à ce qu’ils soient sanctionnés, à un moment ou à un autre », souligne Antoine Nivière. Et certains autres d’évoquer une suspension temporaire, voire même un risque de « réduction à l’état laïc »…

https://www.la-croix.com/Religion/guerre-rebat-cartes-lorthodoxie-ukrainienne-2022-03-03-1201203117

CHARLEMAGNE (742/747 ou 748 - 814 ), EUROPE, HENRI PIRENNE (1862-1935), HISTOIRE, HISTOIRE DE L'EUROPE, ISLAM, MAHOET ET CHARLEMAGNE, MAHOMET, MOYEN AGE

Mahomet et Charlemagne de Henri Pirenne

 

Mahomet et Charlemagne

Henri Pirenne

Paris, Editions Tallandier, 2021. 362 pages.

mahomet-et-charlemagne-plat1-reimp-2021

Quatrième de couverture

 Deux constats s’imposent à la suite de cette étude mettant en évidence le rapport étroit existant entre les conquêtes de l’Islam et la formation du Moyen Âge occidental. En premier lieu, selon l’auteur, les invasions germaniques n’ont mis fin ni à l’unité méditerranéenne du monde antique, ni à ce que l’on peut constater d’essentiel dans la culture romaine, telle qu’elle se conservait encore au Ve siècle à l’époque où il n’y a plus d’empereur en Occident. Mais en deuxième point, la rupture de la tradition antique a eu pour instrument l’avance rapide et imprévue de l’islam, avec comme conséquence, la séparation définitive de l’Orient et de l’Occident, mettant fin à l’unité méditerranéenne. La Méditerranée occidentale cesse d’être la voie des échanges et des idées qu’elle était jusqu’alors. La constitution du nouvel Empire en 800 consacre la rupture Occident – Orient. Un ouvrage d’histoire auquel l’actualité redonne un grand intérêt et dont l’intérêt scientifique ne s’est jamais démenti, il reste une référence incontournable.

Henri Pirenne (1862-1935)

AVT_Henri-Pirenne_9044

Henri Pirenne (Verviers, le 23 décembre 1862 – Uccle, le 25 octobre 1935) est un historien belge. Il est également l’une des grandes figures de la résistance non-violente à l’occupation allemande de la Belgique durant la Première Guerre mondiale.

La réputation de l’historien repose sur trois grandes contributions à l’histoire européenne. La première concerne les origines du Moyen Âge par la formation de nouveaux états et le déplacement du commerce vers le Nord. La seconde est une vue distincte de l’histoire médiévale de la Belgique et finalement un modèle pour le développement de la cité médiévale.

 

 

 « Mahomet et Charlemagne » d’Henri Pirenne :

in Revue Histoire, avril 205, n° 297

31XuKl3fF1L._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_

 Pour Henri Pirenne c’est  l’avancée de l’islam qui provoqua, selon Pirenne, la rupture avec l’Antiquité.

 La thèse

C’est au cours de sa captivité en Allemagne, de 1916 à 1918, que Pirenne définit le rapport étroit qui existe, selon lui, entre les ­conquêtes de l’islam et la formation du Moyen Age occidental. En 1922, il publie dans la Revue belge de philologie et d’histoire un court et vif article intitulé « Mahomet et Charlemagne ». Dès lors, colloques, cours, articles et conférences sont autant de supports pour diffuser sa thèse. Et en mai 1935, peu avant sa mort, il achève la première rédaction de son Mahomet et Charlemagne , qui se veut l’aboutissement de ses recherches. Cette synthèse posthume, en forme d’ébauche, est publiée en 1937 par son fils et par l’historien Fernand Vercauteren.

 La « thèse de Pirenne », assez simple, tient en trois temps. Le médiéviste souligne tout d’abord que l’Empire romain, fondé sur une infrastructure de cités et sur le commerce en Méditerranée, a été peu touché par les invasions germaniques du ve siècle. Il remarque également que c’est au bord de la mer que s’est conservée la culture romaine : « L’Orient est le facteur fécondant ; Constantinople, le centre du monde. » Quant au royaume franc, confiné au nord, il semblait privé de toute chance d’avenir.

Selon Pirenne, l’événement qui provoqua la rupture de la tradition antique fut l’avance rapide et imprévue de l’islam. L’invasion musulmane renversa l’Empire perse 637-644, enleva à l’Empire byzantin, à la fin du VIIe siècle, la Syrie, l’Égypte, le Maghreb oriental, puis, au début du VIIIe siècle, l’Espagne, la Corse, la Sardaigne, une partie de l’Italie. Ce « cataclysme cosmique » eut pour conséquence de séparer définitivement l’Orient de l’Occident en mettant fin à l’unité méditerranéenne. « La Méditerranée occidentale, devenue un lac musulman, cesse d’être la voie des échanges et des idées qu’elle n’avait cessé d’être jusqu’alors. »

Les échanges ayant pratiquement cessé, l’Occident fut alors forcé de vivre sur lui-même, « en vase clos » . L’axe de la civilisation fut repoussé du sud vers le nord. L’État franc devint alors « l’arbitre de ses destinées » . Un monde nouveau naissait, fondé sur une économie purement terrienne. Une dynastie s’imposait : les Carolingiens, appuyés par l’Église. Le Moyen Age commençait. Et Pirenne de conclure son article de 1922 par cet aphorisme célèbre repris avec moins d’élan dans l’ouvrage : « Sans l’islam, l’Empire franc n’aurait sans doute jamais existé, et Charlemagne sans Mahomet serait inconcevable. »

 

Qu’en reste-t-il ?

Abondamment débattue par les historiens, la thèse de Pirenne est incontestable sur deux points. Entre le VIIe et le IXe siècle, l’économie occidentale a basculé du sud au nord. De plus, l’irruption de l’islam dans le monde méditerranéen réduisit vraiment le monde romain oriental à l’ombre de lui-même, et créa, comme l’écrit Richard Fletcher, « les conditions dans lesquelles une diffusion de la culture chrétienne du nord-ouest pouvait amener l’épanouissement d’une civilisation regroupée sur les rivages des mers du nord » .

Mais, bien plus que Mahomet, c’est sans doute la peste qui, ravageant dès la fin du VIe siècle les ports et les villes du midi de l’Europe, détermina le basculement du centre de gravité économique de l’Occident. C’est l’hypothèse avancée dans les Annales ESC en 1969 par Jacques Le Goff et Jean-Noël Biraben. En outre, les contacts commerciaux entre chrétiens et musulmans ne cessèrent jamais tout à fait. Enfin, le démarrage économique européen est dû à des causes plus complexes cohésion religieuse ; paix relative ; amélioration climatique ; développement de la petite exploitation paysanne, etc. que « la thèse de Pirenne » ne le laisse penser.

https://www.lhistoire.fr/classique/%C2%AB-mahomet-et-charlemagne-%C2%BB-dhenri-pirenne

5 MAI 1821 : MORT DE NAPOLEON IER A SAINTE-HELENE, FRANCE, HISTOIRE, HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE L'EUROPE, NAPOLEON BONAPARTE (1769-1821), NAPOLEON IER (Empereur des français ; 1769-1821)

5 mai 1821 : mort de Napoléon Ier à Sainte-Hélène

5 mai 1821

Mort de Napoléon Ier à Sainte-Hélène

Le 5 mai 1821, Napoléon Ier s’éteint dans sa maison de Longwood, à Sainte-Hélène, un îlot perdu au milieu de l’Atlantique sud où l’ont exilé les Anglais en 1815 après la défaite de Waterloo et son abdication. Il n’a pas 52 ans.

L’ex-Empereur a inscrit dans son testament : « Je meurs prématurément, assassiné par l’oligarchie anglaise et son sicaire [Lowe] ; le peuple anglais ne tardera pas à me venger. »

NapoleonSteuben (1)

Hors la loi et proscrit

Napoléon Ier, mis hors la loi par les représentants des puissances européennes réunis en congrès à Vienne, a vite compris qu’il n’avait aucune indulgence à attendre d’eux.

Arrivé à Rochefort le 2 juillet 1815 avec le dernier carré de fidèles, il se découvre à la merci des Anglais qui le conduisent à Sainte-Hélène, sans espoir d’évasion. On lui laisse choisir trois officiers pour l’accompagner : le général Bertrand, grand maréchal du Palais, le général de Montholon, aide de camp, et le général Gourgaud, officier d’ordonnance. Embarque aussi le comte de Las Cases, conseiller d’État, qui a l’avantage de parler anglais.

Suivent les épouses de Bertrand et Montholon, le fils de Las Cases, le valet de chambre Bertrand, le maître d’hôtel Cipriani, le (faux) mamelouk Saint-Denis, dit Ali, le chirurgien irlandais O’Meara et quelques autres domestiques. Au total une cinquantaine de personnes.

Tout ce petit monde s’installe dans une maison de maître en partie délabrée, Longwood, sur les hauteurs de Sainte-Hélène. Cette partie de l’île, peu engageante, infectée de multiples insectes, est soumise tantôt à une chaleur torride, tantôt aux pluies, sans oublier le brouillard et une humidité persistante. « Le diable a chié cette île, envolant d’un monde à l’autre ! », se serait exclamée en arrivant l’épouse du général Bertrand, qui n’en croit pas ses yeux.

Longwood2 (1)

Mort lente

Albine de Montholon devient la maîtresse de l’auguste reclus, histoire de le désennuyer ; de retour en France, elle accouchera d’un enfant qui mourra en bas âge.

Certains exilés volontaires n’attendent pas la mort de Napoléon pour rentrer en France. Ainsi du comte de Las Cases, pressé de publier les confidences de l’empereur, qui trouve habilement moyen de se faire expulser dès le 30 novembre 1816. Le général Gourgaud se fait expulser à son tour après une dispute avec Montholon.

Pendant les premières années de l’exil, les habitants de Longwood ne vont cesser de jouer au chat et à la souris avec le gouverneur de l’île, sir Hudson Lowe, terrorisé par la crainte que son prisonnier ne s’enfuie. Ses multiples vexations et maladresses vont contribuer à embellir la légende de l’Empereur victime de la perfidie anglaise.

Napoléon ressent en mars 1820 une première et violente douleur au ventre. Il comprend que sa fin est proche. Dans les mois qui suivent, son état se dégrade très vite. Selon le diagnostic publié par le gouverneur britannique de l’île après son autopsie, sa mort aurait été provoquée par un cancer de l’estomac, comme celui qui emporta son père. Elle a été accélérée en tout cas par l’amertume de l’exil.

napoleon_mort (1)

Une tombe muette dans la vallée du géranium

Sur la route de Jamestown, le long du cratère du Bol à Punch du Diable, se trouve un vallon verdoyant, la vallée du géranium. Napoléon, qui l’avait découvert au détour d’une promenade, appréciait l’eau de sa source. C’est là qu’il a voulu être inhumé, comprenant qu’il ne pourrait reposer en terre française. Le 6 mai 1821, une fosse y est creusée à l’ombre de deux grands saules.

Après l’autopsie, pratiquée par le docteur Antommarchi sur le billard du salon, le corps de Napoléon est exposé dans la chambre à coucher, devenue chapelle ardente. Le 9 mai, le convoi funèbre quitte Longwood. Le corps a été placé dans quatre cercueils emboîtés – un de fer-blanc, un de bois exotique, un de plomb, un dernier d’acajou – avant d’être mis en terre. Les Anglais lui rendent les honneurs dus à… un général.

La tombe est couverte de trois dalles prélevées dans la cuisine de New House. Les Français voudraient y faire inscrire : « Napoléon. Né à Ajaccio le 15 août 1769, mort à Sainte-Hélène le 5 mai 1821 », mais le gouverneur tient à y apposer le nom de Bonaparte. Cet ultime avatar du conflit qui a marqué l’exil ne trouve pas d’issue. La tombe est donc laissée vierge.

Le 27 mai 1821, la famille Bertrand, Montholon, le Dr Antommarchi, l’abbé Vignali, les serviteurs Marchand, Ali, Coursot, Archambault… s’embarquent pour l’Europe. Dans leur sillage s’éloignent Longwood et ses meubles anglais ou chinois, qui sont partagés entre les notables de l’île. Ceux-là même qui avaient fourni à Napoléon, en 1815, les meubles dont ils ne voulaient plus. S’ils doivent laisser en terre étrangère le corps de l’Empereur, ses derniers fidèles emportent le manuscrit de ses Mémoires, son testament, son masque mortuaire, des dizaines d’objets marqués par sa présence, ainsi que leurs propres souvenirs.

napo_sh_vallee_geranium (1)

Napoléon a-t-il été empoisonné ?

En 1961, un toxicologue suédois évoque pour la première fois l’hypothèse d’un empoisonnement à l’arsenic de l’empereur, sur la base d’une analyse de quelques cheveux rapportés par l’entourage de Sainte-Hélène. Plusieurs chercheurs l’ont reprise depuis lors mais elle paraît peu plausible. Pour Jean Tulard, grand historien de l’Empire (et spécialiste du roman policier), elle ne relève que de la littérature romanesque.

 

Naissance d’une Légende

napo_sh_25_MEMOIRES (1)

À Paris, la nouvelle de la mort de Napoléon arrive dans un salon où sont présents ce soir-là Wellington, le vainqueur de Waterloo, et Talleyrand, l’ancien ministre des Relations extérieures de l’empereur. Quelqu’un s’exclame : « Quel événement ! » et Talleyrand de laisser tomber : « Ce n’est plus un événement, c’est une nouvelle ».

Marie-Louise, veuve de Napoléon, épouse quatre mois après sa mort l’homme avec qui elle vit désormais et dont elle a déjà eu deux enfants, le feldmaréchal autrichien comte von Neipperg.

On pourrait croire qu’une page se tourne. En vérité, il n’en est rien. Avec la mort de Napoléon, c’est une légende qui commence…

Pendant ses deux mille jours d’exil, l’ex-empereur a peaufiné sa légende en dictant ses souvenirs et ses réflexions au comte de Las Cases ainsi qu’à Bertrand, Gourgaud et Montholon.

Las Cases publie ses notes en 1823 sous le titre : Le Mémorial de Sainte-Hélène. Cette hagiographie de plus de 2000 pages, servie par le talent d’écriture de Las Cases, recueille immédiatement un immense succès. Elle se vend à 40 000 exemplaires du vivant de l’auteur.

Dans la France pacifiée, prospère et ennuyeuse de la Restauration, l’épopée napoléonienne et les récits des demi-soldes font rêver la jeunesse romantique.

L’espoir d’une restauration de l’Empire s’éloigne avec la mort en 1832 du fils de Napoléon et Marie-Louise, l’ex-roi de Rome. L’Aiglon, devenu Franz, duc de Reichstadt, meurt de tuberculose, maladie romantique par excellence, au palais de Schönbrunn, près de Vienne. Il a 22 ans.

En 1840, le président du Conseil, Adolphe Thiers, négocie avec Londres le retour des cendres de Napoléon à Paris. Il veut, par cette initiative, redresser le prestige du roi Louis-Philippe Ier.

Gourgaud lui-même revient à Sainte-Hélène quérir les cendres de l’empereur. Le transfert donne lieu à une cérémonie populaire et grandiose à laquelle assistent un million de Français enthousiastes qui n’hésitent pas à crier « Vive l’Empereur ! ».

Le principal bénéficiaire de l’opération est le courant bonapartiste. Celui-ci reprend vie et il ne lui faudra que huit ans pour amener au pouvoir Louis-Napoléon Bonaparte, neveu du regretté empereur.

Napoléon Ier repose depuis lors aux Invalides, sur les bords de la Seine. C’est la première fois que le tombeau d’un autocrate trône au centre d’une capitale et d’un pays.

L’idée a été reprise et amplifiée au XXe siècle, sous les régimes communistes, à Moscou, Pékin, Sofia… dans une tentative de remplacer les religions traditionnelles par le culte d’un « grand » homme.

Napoleontombeau (1)

https://www.herodote.net/5_mai_1821-evenement-18210505.php

ANGLETERRE, HISTOIRE, HISTOIRE DE L'EUROPE, PHILIPPE, DUC D'EDIMBOURG (1921-2021), ROYAUME-UNI

Philippe Mountbatten, duc d’Edimbourg (1921-2021)

Philip Mountbatten

Philippe de Grèce

 

1136_000_r54cm

 

Philip Mountbatten, du d’Edimbourg, , né Philippe de Grèce  le 10 juin 1921 à Corfou, en Grèce et mort le 9 avril 2021 à Windsor, au Royaume-Uni, est le mari d’Elisabeth II, reine du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth..

Prince de Grèce et de Danemark   jusqu’à son mariage, il est le cinquième enfant et seul fils du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg, le petit-fils du roi des Hellènes Georges Ier et un cousin germain des rois Georges II et Paul Ier. Il est également un petit-neveu de la dernière tsarine Alexandra Fiodorovna Romanov et de la princesse Irène de Prusse, belle-sœur de l’empereur allemand Guillaume II. Par sa mère Alice de Battenberg, Philip Mountbatten est aussi arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria du Royaume-Uni.

Membre de la maison dano-allemande de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksburg, le prince Philip naît dans la famille royale de Grèce, mais sa famille s’exile alors qu’il a un an et demi. Après des études en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Écosse, il rejoint la Royal-Navy à l’âge de 18 ans en 1939. En juillet 1939, il commence à correspondre avec la princesse Élisabeth, la fille aînée et héritière présomptive du roi George VI. Pendant la Seconde Guerre mondiale, , il sert dans les flottes de Méditerranée et du Pacifique. Après la guerre, Philip obtient la permission de George VI d’épouser Élisabeth. Avant l’annonce officielle des fiançailles, il renonce à ses titres et prédicats royaux grecs et danois, se convertit de la religion orthodoxe grecque à l’anglicanisme et devient sujet naturalisé britannique, adoptant le nom de famille Mountbatten de ses grands-parents maternels britanniques.

Après cinq mois de fiançailles, devenu le lieutenant Philip Mountbatten, il épouse la princesse Élisabeth le 20 novembre 1947. Le jour de son mariage, il reçoit de son beau-père le prédicat d’altesse royale et le titre de duc d’Edimbourg. Philip quitte le service actif, ayant atteint le grade de commander, quand Élisabeth devient reine en 1952. Sa femme le fait prince du Royaume-Uni en 1957 et Lord-Grand-Amiral en 2011. Philip a quatre enfants avec Élisabeth : Charles, Anne, Andrew et Edward. Depuis un décret en conseil datant de 1960, les descendants de Philip et Élisabeth ne portant pas de titres royaux peuvent utiliser le nom de famille Mountbatten-Windsor. Sportif passionné, Philip aide au développement de l’attelage-équestre e. Il est le président de plus de 800 organisations et le président du Duke of Edinburg’s Award pour les personnes âgées de 14 à 24 ans.

Retiré de la vie publique à partir de 2017, il meurt deux mois avant son centième anniversaire. Il est la personnalité ayant occupé le plus longtemps le rôle de consort du Royaume-Uni ainsi que le conjoint étant resté le plus longtemps marié à un monarque britannique régnant (plus de 69 ans).

love-story-elizabeth-ii-prince-philip

 

 

 

image (6)
]

Philippe d’Edimbourg : une vie au service de Sa Majesté

Philippe Delorme

Paris, Tallandier, 2017. 268 pages.

s-l300 (6)

Il a tout abandonné : sa carrière dans la Royal Navy, son nom, son âme de « chef né » pour devenir le mari d’Élisabeth II. Voici raconté pour la première fois le destin singulier de Philippe d’Édimbourg, ce célèbre inconnu. Étrangement, aucune biographie du « mari de la Reine » n’existait en France. Est-ce parce que le personnage s’est condamné lui-même à vivre dans l’ombre ? Lui qui avait été élevé pour devenir un meneur d’hommes, il aura dû se contenter de jouer les utilités? C’est du moins ce qu’un regard superficiel pourrait laisser croire, bien à tort.

Né en 1921 prince Philippe de Grèce et de Danemark, descendant par sa mère de la reine Victoria, le jeune garçon a tout de suite été ballotté aux vents de l’Histoire. Exilé en France avec ses parents, il est éduqué en Angleterre selon les rigoureux principes du dépassement de soi et découvre là sa véritable patrie. Aux premières heures de la Seconde Guerre mondiale, il s’engage avec brio dans la carrière maritime. Mais son avenir est ailleurs. Sa rencontre avec l’héritière du trône du roi George VI l’entraîne à tout sacrifier à l’amour. Il deviendra son « roc », le véritable chef de famille. En 1947, leurs noces à l’abbaye de Westminster puis, en 1953, le couronnement d’Élisabeth II retransmis dans le monde entier marquent le début d’un long roman qui, soixante-dix ans plus tard, n’est pas encore achevé. Par sa volonté de faire entrer la monarchie dans la modernité, son soutien indéfectible lors des crises, son engagement visionnaire dans l’écologie, sans oublier son charme et son humour si british, le duc d’Édimbourg, prince du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, a su laisser son empreinte dans l’aventure du XXe siècle.

BRITAIN-ROYALS-PHILIP-FUNERAL

 

 

obseques-prince-philip-photo-choc-reine-seule-face-cercueil-son-mari

BATAILLE DE NORMANDIE, CORNELIUS RYAN (1920-1974), DEBARQUEMENT EN NORMANDIE (6 juin 1944), FILMS, FRANCE, GUERRE MONDIALE 1939-1945, HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE L'EUROPE, LE JOUR LE PLUS LONG, LIVRE, LIVRES

Le Jour le plus long : le livre et le film

 « LE JOUR LE PLUS LONG » DE CORNÉLIUS RYAN,

ÉDITIONS DE « LUXE » PAR OUEST-FRANCE

Présentattion par Benoit.Rondeau    7 mai 2019

006468820

Cornélius Ryan, Le Jour le Plus Long, éditions Ouest-France, 2019, 304 pages

Faut-il encore présenter l’oeuvre de Cornélius Ryan, écrit en 1959, passée à la postérité grâce au film hollywoodien éponyme? La fameuse oeuvre fait l’objet d’une réédition réussie chez Ouest-France. Cette nouvelle version se distingue par trois aspects: son grand format, sa riche et abondante iconographie, la reproduction d’une partie des interviews et des documents d’archives utilisés par le journaliste pour réaliser son ouvrage. Avec le grand grand format retenu pour l’ouvrage, certaines photographies en double-page sont particulièrement bien mises en valeur. Un bonheur pour l’amateur… Un des intérêts majeurs du texte de Ryan est de faire partager l’épopée du Jour J au lecteur selon un rythme vivant, parsemé de dialogues, proche de celui d’un roman bien que fourmillant d’éléments historiques. Bref, un texte captivant. Il s’agit de la grande Histoire racontée au niveau de la petite histoire. Le livre comprend trois grandes parties, « L’Attente », « La Nuit » et « La Journée ». Le lecteur est facilement sais par l’atmosphère régnant ces jours fatidiques dans les deux camps et ce à tous les échelons de la hiérarchie, puisque nous suivons aussi bien des personnages aussi célèbres que Rommel que des hommes du rang lancés dans la grande aventure. Nous voguons au sein de l’immense armada alliée, entendons les accents de la cornemuse de Bill Millin, éprouvons le choc et la confusion du GI’s sur Omaha ou largués près de Sainte-Mère-Eglise… Certes, le lecteur aura sans doute à l’esprit les images de la grande fresque cinématographique de D. Zanuck (que j’ai présentée ici), mais le livre se lit avec autant de plaisir et sera un complément heureux à la fois des ouvrages historiques relatant les combats avec détails et des recueils de témoignages qui se sont multipliés ces dernières années. Un certain nombre d’erreurs se sont bien glissées dans le texte du journaliste américain -on pense au Major allemand Pluskat qui se prétend aux premières loges à Omaha Beach alors qu’il se trouvait en galante compagnie à Bayeux- mais cela ne nuit en aucune manière à la qualité de l’ensemble.

 

62019262

Livre: Le Jour le plus long de Cornelius Ryan

Nicolas Evrard

Près de 70 ans après le Débarquement, les Editions Retrouvées rééditent le récit du Jour J par un ancien correspondant de guerre, témoin des faits. Un demi-siècle après sa première parution, le livre n’a rien perdu de son intensité. Que du contraire!

citation-le-jour-le-plus-long-personnage-inconnu-87331.png

Aube du 6 juin 1944. Agrippée à ses jumelles, une sentinelle allemande n’en croit pas ses yeux. Face à elle, sur une mer agitée, sort de la brume la plus formidable armada jamais réunie de toute l’Histoire. Les alliés ont réussi à tromper la vigilance allemande et s’apprêtent à poser pied sur « la Forteresse Europe « , via les plages de Normandie. Les troupes ont été précédées, durant la nuit, par des milliers de parachutistes chargés d’empêcher l’arrivée de renforts allemands sur le littoral. Dès cet instant, une course contre la montre s’enclenche pour établir une tête de pont et s’agripper à la côte. Rommel, le maréchal allemand chargé de défendre les côtes européennes, l’avait prédit :  » Les 24 premières heures de l’invasion seront décisives. Pour les alliés comme pour nous, ce sera le jour le plus long « .

Cornelius Ryan (1920-1974) raconte l’histoire de cette journée primordiale comme personne. Mêlant habilement informations stratégiques et anecdotes authentiques, son ouvrage, sans temps mort, se lit comme un roman à rebondissements. C’est que l’auteur sait de quoi il parle : correspondant de guerre, il accompagnera les troupes du général Patton durant tout leur périple européen, notamment à travers la Normandie. L’espace de quelque 300 pages, il nous transporte avec brio sur les plages d’Omaha-la-sanglante ou dans les planeurs craquant sous le feu de la D.C.A.

Alors, certes, au niveau historique, certaines affirmations du livre sont erronées et désormais dépassées – le texte date des années 50, il ne faut pas l’oublier. Mais ne boudons pas notre plaisir :  » Le Jour le plus long  » constitue une formidable porte d’entrée pour comprendre le Débarquement… et son auteur n’a rien à envier aux maîtres du suspens actuel !

Cornelius Ryan, Le Jour le Plus Long, Editions retrouvées, 2017

s-l300.jpg

Cornelius Ryan

 

Cornelius Ryan (né le 5 juin 1920 et décédé le 23 novembre 1974) est un journaliste irlando-américain et un auteur connu pour ses ouvrages sur l’histoire militaire, particulièrement sur la Seconde Guerre mondiale.

Cornelius_Ryan_and_Godfried_Bomans_1966

Ses deux livres les plus célèbres sont Le Jour le plus long (1959), qui raconte l’histoire du Jour J lors du débarquement de Normandie, et Un pont trop loin, sur l’opération alliée Market Garden aux Pays-Bas, en septembre 1944. Les deux ouvrages éponymes ont été portés au cinéma, respectivement en 1962 et 1977. Il a également écrit La dernière bataille : la chute de Berlin.

 

Biographie

Né à Dublin, Ryan s’installa à Londres en 1940. Après un passage à l’agence Reuters (1941), il devint correspondant de guerre pour The Daily Telegraph en 1943. Il couvrit d’abord la guerre aérienne en Europe avec la 8e et la 9e Air Force américaines. Puis il rejoignit la 3e Armée du général Patton, dont il couvrit les actions jusqu’à la fin de la guerre en Europe. Il partit alors pour le théâtre du Pacifique en 1945, puis à Jérusalem en 1946.

En 1947, Ryan émigra aux États-Unis, où il travailla pour le magazine Time, puis brièvement pour Newsweek (1949) et enfin pour Collier’s Weekly (1950) et Reader’s Digest. Il épousa Kathryn Morgan et devint citoyen américain en 1950. Pendant sa période au Collier’s Weekly, il obtint une reconnaissance internationale pour ses reportages sur les programmes spatiaux américains. En 1956, pour les deux articles « One Minute to Ditch » et « The Andrea Doria’s Untold Story: Five Desperate Hours in Cabin 56 », il obtint trois récompenses journalistiques : le Benjamin Franklin Award, l’Overseas-Press-Club-Awars et l’University of Illinois Award.

En 1959, il publia Le Jour le plus long après 9 ans d’enquête auprès de 49 correspondants de guerre et de milliers de personnes.  Ce fut dès sa sortie un succès de librairie.

Cornelius_Ryan_and_Godfried_Bomans_1966

En 1965, il poursuivit avec La dernière bataille consacré à la bataille de Berlin. Le livre est riche en détails avec des informations provenant de civils et de sources américaines, britanniques, russes et allemandes.

En 1970, il est atteint d’un cancer mais malgré des chimiothérapies régulières débute l’écriture de Un pont trop loin. Le livre fut publié en 1974 mais Ryan mourut pendant la tournée promotionnelle du livre. Les notes qu’il avait prises durant sa maladie furent compilées et éditées par son épouse en 1976 sous le nom A private battle.

Il a été décoré de la Légion d’honneur française et a été fait docteur honoris causa en littérature de l’Université de l’Ohio, où la Cornelius Ryan Collection est abritée au sein de la bibliothèque Alden.

 

Le Jour le plus long

519HD8XbVCL._SY445_

Le Jour le plus long (The Longest Day) est un film américain réalisé par Ken AnnakinAndrew MartonBernhard WickiGerd Oswald et Darryl F. Zanuck, d’après le livre éponyme de Cornelius Ryan. Il sort en 1962 sur les écrans.

L’expression traduite par « le jour le plus long » serait d’Erwin Rommel et daterait du 22 avril 1944 lors de son inspection du mur de l’Atlantique lorsque le Generalfeldmarechall allemand dit à son aide de camp, Hauptmann Helmuth Lang :

 

«  La guerre sera gagnée ou perdue sur ces plages. Nous n’avons qu’une seule chance de repousser l’ennemi, et c’est quand il sera dans l’eau, barbotant et luttant pour venir à terre. Nos renforts n’arriveront jamais sur les lieux de l’attaque et ce serait folie que de les attendre. La Hauptkampflinie (ligne principale de résistance) sera ici. Toutes nos forces doivent se trouver le long des côtes. Croyez moi, Lang, les premières vingt-quatre heures de l’invasion seront décisives… Pour les Alliés, comme pour l’Allemagne, ce sera le jour le plus long.  »

Le_jour_le_plus_long__BLU_RAY_-15184026092012-285x327.jpg

Synopsis

Le film retrace chronologiquement les évènements du débarquement allié en Normandie la journée du 6 juin 1944, précédé des derniers préparatifs de la veille au soir. Il présente les différents théâtres d’opérations, du point de vue Allié et Allemand, et différentes catégories d’intervenants : depuis les centres de commandements jusqu’aux simples soldats en passant par les officiers intermédiaires et les forces de résistance, le tout ponctué de nombreuses anecdotes véridiques.

casque_lq.jpg

Fiche technique

Titre original : The Longest Day

Titre français : Le Jour le plus long

Réalisation :

séquences anglaises : Ken Annakin et Darryl F. Zanuck

séquences américaines : Andrew Marton

séquences allemandes : Bernhard Wicki

séquences des combats : Elmo Williams (réalisateur seconde équipe)

séquences des sauts en parachute : Gerd Oswald

Assistants réalisateurs : Bernard FarrelTom Pevsner , Louis Pitzele, Gérard Renateau, Jean Herman2 et Henri Sokal

Scénario : Cornelius Ryan, d’après son livre et Romain GaryJames JonesDavid PursallJack SeddonErich Maria Remarque et Noël Coward

Direction artistique : Ted AworthLéon Barsacq, Vincent Korda et Gabriel Béchir

Photographie : Jean Bourgoin, Walter Wottitz, Pierre LeventHenri Persin et Guy Tabary

Prises de vues aériennes : Guy Tabary

Ingénieurs du son : Jo de BretagneJacques Maumont et William Sivel

Effets spéciaux : Karl BaumgartnerKarl Helmer, Augie Lohman, Robert MacDonaldAlex WeldonJoseph de BretagneDavid S. Horsley et Wally Weevers

Effets visuels : Jean Fouchet

Montage : Samuel E. Beetley

Script-girl : Lucie Lichtig

Société de production : Twentieth Century Fox

Producteurs : Darryl F. Zanuck et Elmo Williams

Directeur de production2 : Julien DerodeChristian FerryLee KatzLouis Wipf

Distributeur : Twentieth Century Fox

Musique : Maurice Jarre et thème de Paul Anka arrangé par Mitch Miller

Pays d’origine :  États-Unis

Langues : anglais, allemand, français

Format : noir et blanc (il existe une version colorisée)

Ratio : 2.35 : 1 en CinemaScope 35 mm

Son : Stéréo (4 pistes Westrex Recording System)

Genre : guerre

Durée : 170 minutes

Dates de sortie :

France : 25 septembre 1962

États-Unis : 4 octobre 1962

Royaume-Uni : 23 octobre 1962

Allemagne de l’Ouest : 25 octobre 1962

Budget : ~ 10 000 000 $ US (estimation)

Dates de tournage : un an environ, débuté en mai 1961 et achevé le 16 juin 1962.

Le_Jour_le_plus_long.jpg

Conseil

Conseillers militaires

Général Günther Blumentritt

Lieutenant général James Gavin

Major John Howard

Capitaine de frégate Philippe Kieffer

Général d’armée Pierre Kœnig

Capitaine Helmut Lang

Général de brigade The Earl of Lovat

Général sir Frederick Morgan

Lieutenant général Max Pemsel

Major Werner Pluskat

Colonel Josef Priller

Frau Lucia Maria Rommel

Vice-amiral Friedrich Ruge

 

Conseillers techniques

Commandant Jean Barral

Lieutenant-colonel Roger Bligh

Commandant Williard-L. Bushy

Commandant Hubert Deschard

Lieutenant-colonel A. J. Hillebrand

Colonel James R. Johnson

Capitaine Fernand Prevost

Lieutenant-commandant E. C. Peake

Colonel Albert Saby

Colonel Joseph B. Seay

 

Lieux de tournage

Hauts-de-Seine :

Studios de Boulogne

Corse :

plage de Saleccia dans les Agriates dans les Agriates (au nord de l’île) pour les scènes du débarquement. En 1961, des constructions avaient modifié le paysage des côtes normandes, alors que la plage de Saleccia, qui n’est desservie par aucune route, restait intacte.

Calvados :

Batterie de Longues-sur-Mer

Pont ferroviaire à Caen

Pegasus Bridge

Port-en-Bessin

Pointe du Hoc

Manche :

Sainte-Mère-Église

Charente-Maritime :

Île de Ré

Saint-Clément-des-Baleines (Conches des Baleines)

Plage sud de Rivedoux-Plage.

Oise :

Château de Chantilly

Yvelines :

Lycée Claude-Debussy (aujourd’hui Jeanne-d’Albret) à Saint Germain en Laye, lieu même où se situait le quartier général du Generalfeldmarschall  von Rundstedt.

 

Distribution

1.jpg

 Britanniques

Patrick Barr (VF : Pierre Gay) : Group Captain J.M. Stagg (non crédité)

Lyndon Brook (VF : Roland Ménard) : Lt. Walsh (non crédité)

Richard Burton (VF : Jean-Claude Michel) : Flying Officer David Campbell

Bryan Coleman : Ronald Callen (non crédité)

Sean Connery (VF : Henry Djanik) : Soldat Flanagan

Bernard Fox : Un soldat (non crédité)

Leo Genn (VF : André Valmy) : Brig. Gén. Edwin P. Parker Jr.

John Gregson : Un aumônier militaire

Jack Hedley : Officier de l’information de la R.A.F. (non crédité)

Donald Houston : Un pilote de la RAF

Simon Lack : Air Marshal Trafford Leigh-Mallory (non crédité)

Peter Lawford (VF : René Arrieu) : Brigadier Lord Lovat

Leslie de Laspee : Piper Bill Millin (non crédité)

Michael Medwin : Soldat Watney

Kenneth More : Capitaine Colin Maud

Louis Mounier: Air Marshal Arthur William Tedder (non crédité)

Leslie Phillips : Un officier de la RAF

Trevor Reid : General Bernard Montgomery (non crédité)

John Robinson : Amiral Bertram Ramsay (non crédité)

Norman Rossington : Soldat Clough

Richard Todd (VF : Marc Cassot) : Major John Howard

Richard Wattis : Un parachutiste

 

Américains et Canadiens

2674753-jpg_2318954_1000x667.jpg

Henry Fonda (VF : Jean Martinelli) : Brigadier Général Theodore Roosevelt Jr.

John Wayne (VF : Claude Bertrand) : Lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort6

Robert Mitchum (VF : Roger Tréville) : Brigadier Général Norman Cota

Robert Ryan (VF : Raymond Loyer) : Brigadier Général 82° Airborne James M. Gavin

Mel Ferrer (VF : Roland Ménard) : Général Robert Haines

Rod Steiger (VF : Marcel Bozzuffi) : Commandant de Destroyer

Red Buttons (VF : Guy Piérauld) : Soldat John Steele

Roddy Mac Dowall: Soldat Morris

Eddie Albert (VF : Serge Nadaud) : Colonel Thompson

Paul Anka (VF : Pierre Trabaud) : Un ranger américain

Richard Beymer : Soldat Dutch Schultz (qui a gagné 2500 dollars au jeu)

Ray Danton (VF : Michel Gatineau) : Capitaine Frank

Fred Dur : Un Major des rangers

Fabian : Un ranger

Tony Mordente : Un ranger, celui qui sert les repas (non crédité)

Steve Forrest (VF : Jean-Pierre Duclos) : Capitaine Harding

Henry Grace (VF : Claude Péran) : Général Dwight D. Eisenhower (non crédité)

Peter Helm : Un jeune GI

Jeffrey Hunter (VF : Roger Rudel) : Sergent John H. Fuller

Alexander Knox (VF : Serge Sauvion) : Général Walter B. Smith

Dewey Martin : Soldat Wilder

John Meillon : Amiral Alan G. Kirk (non crédité)

Sal Mineo (VF : Serge Lhorca) : Soldat Martini

Edmond O’Brien (VF : Georges Aminel) : Général Raymond O. Barton Barton 4° Infantry division

Ron Randell : Joe Williams

Tommy Stands: Un ranger

George Segal : Un ranger

Nicholas Stuart : Lieutenant Général Omar Bradley (non crédité)

Tom Tryon (VF : Michel Gudin) : Lieutenant Wilson

Robert Wagner (VF : Philippe Mareuil) : Un ranger

Stuart Whitman (VF : Michel Roux) : Lieutenant Sheen

Clint Eastwood : Un ranger2 (non crédité)

John Crawford : Colonel Caffey (non crédité)

Joseph Lowe : un soldat escaladant la Pointe du Hoc (non crédité)

Geoffrey Bayldon : un officier au briefing du général Eisenhower (non crédité)

 

Français

Arletty : Madame Barrault

Yves Barsacq : résistant français

Jean-Louis Barrault : Père Louis Roulland

Bourvil : le résistant et maire de Colleville-sur-Orne

Pauline Carton : La femme de Louis

Irina Demick : Jeanine Boitard7

Fernand Ledoux : Louis

Christian Marquand : Commandant Philippe Kieffer

Maurice Poli : Jean, un passeur (non crédité)

Madeleine Renaud : La Mère supérieure

Georges Rivière: Second-maître Guy de Montlaur

Jean Servais : Contre-amiral  Jaujard

Alice Tissot : La concierge (non crédité)

Georges Wilson : Alexandre Renaud, maire de Sainte-Mère-Église

Bernard Fresson : un pilote français (non crédité)

 

Allemands

Paul Hartmann et Curd Jürgens.

Hans Christian Blech (VF : Jean-Claude Michel) : Major Werner Pluskat

Wolfgang Büttner : Général Hans Speidel

Gert Fröbe : Sergent « Kaffeekanne »

Paul Hartmann (VF : Richard Francœur) : Feld-maréchal Gerd von Rundstedt

Ruth Hausmeister : L’épouse de Rommel (non crédité)

Michael Hinz : Manfred Rommel (non crédité)

Werner Hinz (VF : André Valmy) : Feld-maréchal Erwin Rommel

Karl John (VF : Albert Augier) : Général Wolfgang Häger

Curd Jürgens : Général Günther Blumentritt

Till Kiwe : Capitaine Helmuth Lang (non crédité)

Wolfgang Lukschy : Général Alfred Jodl (non crédité)

Kurt Meisel : Capitaine Ernst Düring (non crédité)

Richard Münch : Général Erich Marcks

Hartmut Reck : Sergent Bernhard Bergsdorf (non crédité)

Heinz Reincke (VF : Yves Brainville) : Colonel Josef Priller (non crédité)

Ernst Schröder : Général Hans von Salmuth (non crédité)

Heinz Spitzner : Lieutenant-colonel Helmuth Meyer (non crédité)

Wolfgang Preiss (VF : Hans Verner) : Général Max-Josef Pemsel

Peter Van Eyck (VF : Howard Vernon) : Lieutenant-colonel Ocker

Eugene Deckers : Major à l’église (non crédité)

 

Coupés au montage

Gil Delamare : un cascadeur

Yvan Chiffre : un cascadeur

Alexandre Renault : un cascadeur

Guy Marchand : un parachutiste

Françoise Rosay : une paysanne

Jean Champion

Michel Duchaussoy

Clément Harari

Rudy Lenoir

Edward Meeks

Fred Personne

Siân Phillips

Marcel Rouze

Dominique Zardi

Jean-Jacques Vergne

Zanuck engagea plus de 2 000 soldats pour le tournage.

De nombreux figurants étaient issus des promotions Arpètes de la Base Aérienne de Saintes 722 près de Rochefort, en Charente-Maritime. Il s’agissait des promotions P-33 à P-38; en remerciement, le réalisateur offrit un cinéma à la B.A 722. Le bâtiment porte depuis le nom du film.

À l’initiative d’une association de figurants du film issue de l’EAMAA (École des apprentis mécaniciens de l’armée de l’air) promotion 1961 (p. 36, 37 et 38), le 5 juin 2011 eu lieu sur la plage sud de Rivedoux Plage une fête commémorative pour les 50 ans du tournage.

230989.jpg

Autour du film

Implication des acteurs dans la guerre

Le film a été tourné en 1961, 17 ans seulement après le Débarquement pendant lequel de nombreux acteurs étaient militairement engagés. Les rôles des acteurs correspondent à leurs affectations militaires, et sont parfois très proches : ainsi l’acteur Richard Todd interprète le rôle du commandant de son unité de parachutistes lorsqu’il a pris le contrôle du « Pegasus Bridge ».

 

Acteurs britanniques

Richard Todd : Royal Air Force. Officier parachutiste dans la sixième division aéroportée britannique (division Pegasus), il fut l’un des premiers officiers britanniques à se poser en Normandie au jour J, rejoignant le Major John Howard au Pegasus Bridge.

Richard Burton : Royal Air Force.

Donald Houston : Royal Air Force

John Gregson : Royal Navy, sur un dragueur de mines.

Bernard Fox : Royal Navy

Kenneth More : Royal Navy, lieutenant sur le croiseur HMS Aurora puis le porte-avions HMS Victorious.

Leo Genn : Royal Artillery, lieutenant-colonel. Il reçoit la Croix de guerre en 1945.

Leslie Phillips : Royal Artillery, Second Lieutenant.

Richard Wattis : Services secrets Britannique du SOE, second lieutenant.

 

Acteurs américains

Henry Fonda : US Navy. Engagé pendant 3 ans, initialement comme quartier-maître 3e classe sur le destroyer USS Satterlee puis comme Lieutenant Junior dans l’Air Combat Intelligence dans le Pacifique, il reçut une médaille étoile de bronze et une citation de l’unité présidentielle de la Navy.

Tom Tryon : US Navy, radio dans le Pacifique Sud.

Dewey Martin : US Navy, pilote de Grummann F6F-Hellcat   dans le Pacifique, participa à la Bataille de Midway et fut prisonnier des japonais.

Robert Ryan : Corps des Marines, instructeur militaire.

Rod Steiger : Corps des Marines, embarqué sur des destroyers dans le Pacifique sud, participant à la bataille d’Iwo Jima.

Stuart Whitman : Armée de terre. Il terminera sa carrière avec le grade de colonel.

Steve Forrest : Armée de terre, sergent durant la Bataille des Ardennes.

Eddie Albert : Corps des Garde côte dans le Pacifique. Pour son action héroïque dans la bataille de Tarawa, il reçut la Médaille de l’étoile de Bronze (quatrième plus haute distinction pour bravoure, héroïsme et mérite).

Edmond O’Brien : US Air Force.

Joseph Lowe : combattit à Omaha Beach et escalada les falaises de la Pointe du Hoc lors du débarquement.

 

Acteurs allemands

ob_2060dc_le-jour-le-plus-long-1962-28.jpg

Hans Christian Blech : Wehrmacht, combat sur le front de l’Est, fut prisonnier en Grande-Bretagne.

Wolfgang Preiss : Wehrmacht, dans la défense aérienne.

Wolfgang Büttner : Wehrmacht.

Gert Frôbe : Wehrmacht.

Ernst Schröder : Wehrmacht.

Heinz Spitzner : Wehrmacht.

 

Acteur français

Bourvil : engagé dans la bataille de France, démobilisé après la défaite.

Fernand Ledoux : bien que non mobilisable en raison de son âge, il s’engage en avril 1940 dans le 212e régiment régional de Fontainebleau (212e RR). Démobilisé après la défaite.

longest-day-le-jour-le-plus-long_0

Réalisme de la reconstitution

La réalisation du film s’est appuyée sur de nombreux conseillers techniques et militaires, dans le contexte du vécu militaire personnel des acteurs et professionnels participant au film. Darryl Zanuck a fait le choix du noir et blanc pour accentuer le réalisme, permettant d’insérer de véritables images des actualités de l’époque : « Je veux que tout mon film soit une véritable reconstitution de ce qui s’est réellement passé ».img30.jpg

Néanmoins la reconstitution d’un théâtre d’opération aussi important et les possibilités limitées de trucages de l’époque ont mené à des limitations de la reconstitution (par exemple sur les attaques aériennes allemandes). De plus, l’aspect didactique du film a pu mener à quelques simplifications ou exagérations (par exemple les mannequins de parachutistes).

Carte_débarquement_6juin1944.jpg

Faits erronés

La scène du mitraillage des plages par deux FW190 (dont un piloté par l’Obstlt Josef « Pips » Priller) est due au fait que Darryl Zanuck n’avait réussi à mettre la main que sur deux Focke-Wulf en état de voler.  Elle a entretenu le mythe que seuls deux avions allemands ont attaqué ce jour-là. En réalité, plusieurs Staffeln (escadrilles) soit une petite centaine d’appareils, ont effectué un total de plus de sept cents sorties, dont vingt-deux contre la flotte alliée, principalement l’après-midi. De nombreux avions ont été abattus, vu la suprématie aérienne alliée. Des JU 87 Stukas obsolètes ont été mis en ligne, dont 5 furent abattus.

Le nom de l’ailier de Josef « Pips » Priller fut modifié pour le film : en réalité, il s’agissait non pas de Bernhard Bergsdorf, mais de Heinz Wodarczyk. Il sera abattu en mission six mois plus tard.

Lors de l’atterrissage des deux parachutistes dans la cour d’un bâtiment d’un QG allemand , on voit le général Von Salmuth sortir de ce QG alors qu’il se trouvait à ce moment-là à Tourcoing (Nord), commandant la 15e armée allemande.

Le lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort (John Wayne) monte sur une charrette quelque temps après s’être fracturé la cheville droite dans les marais. En réalité, l’accident s’est produit près de Sainte-Mère-Église.

2014-06-05-jonwaynlongestday.jpg

Lors de l’attaque du pont de Bénouville (Euston 1 renommé plus tard Pegasus) sur le canal de l’Orne par les aéroportés du major Howard (2nd Battalion, the Oxford & Bucks Light Infantry), on voit sous le pont quelques Britanniques décrocher les charges de destruction. En réalité, ces charges étaient sur les « rambardes » de chaque côté. De plus, les Allemands les enlevaient chaque soir, de crainte que les résistants ne les retournent contre eux. En outre, le film montre une résistance acharnée, alors que ce soir-là le pont n’était gardé que par trois soldats allemands. Dans la nuit, les hommes de Howard sont renforcés par le 7th Parachute Battalion (1st Airborne Division) bien avant l’arrivée de la 1st Special Service Brigade de Lovat (13 h). Enfin, lors de la relève par les commandos, le Bag Piper de Lord Lovat, Bill Millin n’a pas traversé le pont en jouant de la cornemuse (il est néanmoins arrivé sur place en jouant). Lors de la prise du pont, on peut apercevoir un transformateur EDF sur un poteau, or ce type de transformateur n’est apparu qu’en 1961.

ob_42945b_le-jour-le-plus-long-1962-31.jpg

Lors de la prise du casino d’Ouistreham, aucune religieuse n’est intervenue pour assister les commandos français.

 

Exagérations

La scène, où le lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort de la 82e division aéroportée (interprété par John Wayne) montre l’utilisation du criquet (cricket), est exagérée. Seule la 101e division aéroportée a possédé et utilisé ce criquet pendant la nuit du 5 au 6 juin 1944 en Normandie. Ce jouet en laiton composé d’une lame ressort (fabriqué en 1944 par l’entreprise anglaise THE ACME) permettait aux parachutistes isolés lors des largages de se retrouver et de se regrouper. Le principe : pour une pression sur la lamelle métallique (clic-clac) afin de demander l’identification, la réponse devait consister en une double pression (clic-clac – clic-clac).

hqdefault (4)

Le parachutiste John Steele, reste pendu au clocher de l’église de Sainte-Mère-Église pendant 10 heures (il précise la durée dans le film) alors qu’il n’y restera que 2 heures avant d’être récupéré par les Allemands et fait prisonnier. Il s’échappera quelques jours plus tard. Par ailleurs, comme dans la quasi totalité des églises de France, le clocher n’était pas électrifié. Il est donc impossible que le soldat John Steele ait été assourdi par les cloches 10 heures durant ni même 2 heures.

parachutiste-jpg.jpg

Les paradummies, ces poupées parachutistes larguées pour tromper les Allemands, apparaissent comme des mannequins très sophistiqués. En réalité, il s’agissait de simples et grossières poupées de chiffon remplies de sable. Six parachutistes des Special Air Service ont sauté avec les poupées et diffusé des enregistrements de bruits de bataille.

use716b__096040300_2036_14012013.jpg

Le lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort n’avait que 27 ans alors que John Wayne, qui l’interprète, en avait 54 .

 

Approximations volontaires

Afin d’éviter un anachronisme évident, dans les scènes tournées sur la place de Sainte-Mère-Église, on voit un gros tas de sacs de sable en bordure de la rue (l’ancienne RN 13), sans raison apparente : ce tas a été construit pour le tournage afin de dissimuler le monument qui commémore le débarquement.

À Sainte-Mère-Église, le parachutiste John Steele est resté accroché côté « place de l’église » alors qu’il était en réalité de l’autre côté (côté presbytère). Pour rendre la mise en scène plus spectaculaire, Zanuck a « accroché » Steele du côté de la place. Depuis, la municipalité accroche un parachute sur l’église en souvenir de l’évènement, mais il est accroché sur l’église côté place, en accord avec le film et non en accord avec la réalité historique.

Le casino est une reconstitution. Il avait été rasé par les Allemands qui l’avaient remplacé par un bunker. La scène a été tournée à Port-en-Bessin dont on voit la tour Vauban.

mur-port-en-bessin.jpg

Accessoires ou matériels anachroniques

Dès le début, en Angleterre, on montre Eddie Albert, conduisant une jeep sous la pluie. Cependant, cette jeep américaine de 1944 arbore la calandre en deux couleurs en diagonale, et même, sur le bas de caisse, la grenade blanche de l’armée française 1960.

Les uniformes portés par les parachutistes américains (82e et 101e divisions aéroportées), plus particulièrement les vestes de saut, ne correspondent pas aux vêtements d’époque, que ce soit la coupe, les couleurs et les systèmes de fermetures. Dans le film, les vestes de saut ont des systèmes de fermeture différents aux poignets : fermeture par 1 bouton et fermeture par 1 ou par 3 pressions. Dans la réalité, les manches de la veste M42 n’étaient fermées aux poignets que par 2 pressions.

La mentonnière des casques portés par les parachutistes américains ne correspond pas à celle utilisée à cette époque. Dans le film, elles ont une forme rectangulaire alors que celles portées en 1944 étaient ovales.

Les insignes divisionnaires (ou badge) des parachutistes de la 82e division aéroportée ne reflètent pas la réalité. Dans le film, le carré rouge encadrant le « AA » est plus grand, et le sigle « Airborne » au-dessus à une forme plus arrondie. De plus, sur toutes les scènes montrant ces parachutistes, ce même sigle « Airborne » est beaucoup trop éloigné du « AA ». Dans la réalité, ces 2 éléments étaient plus rapprochés comme le stipulait le règlement. Cependant, bon nombre de soldats les cousaient souvent à la hâte et avec les moyens du bord (fils et points de couture aléatoires). Enfin, dans la version colorisée du film, la couleur bleue présente dans ce patch est plus foncée que sur l’insigne original.

Les bottes des Américains portent des lacets à bouts en caoutchouc alors qu’en réalité de tels bouts n’ont été inventés que pendant la guerre du Viêt Nam par Maurice Frisson, un cordonnier installé à Saïgon

Dans le film, on aperçoit certains parachutistes américains chaussés de brodequins de combat noirs (communément appelés Rangers) fermés par 2 boucles au-dessus de la cheville. Ces équipements n’étaient pas en dotation au mois de juin 1944. Les bottes de saut portées par les parachutistes américains au moment de la bataille de Normandie, étaient exclusivement de couleur marron, montaient jusqu’à mi-mollet et n’étaient munies que de lacets ce qui permettait un meilleur maintien de la cheville. Ce n’est qu’au lancement de l’opération Market Garden en septembre 1944 que les unités de parachutistes seront dotées de ces brodequins à boucles.

La teinture noire du cuir pour les équipements des troupes américaines n’est apparue que dans les années 1950.

Dans la scène où le lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort monte sur la charrette après s’être fracturé la cheville, on aperçoit un parachutiste américain portant une veste M43 (M43 Field Jacket) qui n’était pas en dotation le 6 juin 1944 pour les parachutistes américains des 82e et 101e divisions. Ils portaient tous et sans exception la veste de saut M42 (M42 Parachute jumper coat). Ils ne vêtiront la veste M43 qu’à partir de septembre 1944, lors de l’opération Market Garden. Cette veste de combat sera la dotation officielle des unités américaines jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort porte au début du film sur son casque le bon insigne de grade mais à partir de la scène de la charrette, il arbore à tort l’insigne de colonel sur son casque (Vandervoort avait été promu lieutenant-colonel le 2 juin 1944).

Sur la place de l’église, on voit stationnée une 2CV commercialisée en 1948.

Lors des parachutages, on peut voir des bombardiers Lancaster alors que les appareils utilisés étaient des C-47.

Lors du mitraillage des plages, les deux avions représentés ne sont pas des FW 190, mais des Messerschmitt Bf 108 Taifun, avions d’entrainement et de liaison.

Peu avant le débarquement sur les plages, la flotte alliée est survolée par quatre A-1 Skyraider, un modèle d’avion n’ayant fait son premier vol qu’en 1945.

Dans une des dernières scènes, au cours de laquelle Robert Mitchum demande à un soldat en jeep de le monter en haut de la plage, la jeep n’est pas authentique, il s’agit plutôt d’une Hotchkiss française que d’une Willys ou Ford.

Les numéros de capot commençaient sur les jeep américaines, qu’elles soient Willys ou Ford, par 20 (exemple 20193276) alors qu’ici le numéro commence par 88 puis 133553, ce qui n’est pas réel. De plus, les supports en bois qui devaient se trouver sur le capot pour accueillir le pare-brise rabattable sont absents. On y retrouve des supports en U métallique au niveau des essuie-glaces qui viennent se poser sur le capot. Ces jeeps sont alors passées par l’armée française et datent alors de l’après-guerre, et donc n’existaient pas le 6 juin 1944.

 

Erreurs mineures ou limites du décor

Lors de la scène du mitraillage aérien de la plage, on peut remarquer certains chars en « trompe-l’œil », en réalité de simples panneaux de bois reproduisant des chars ; on peut noter aussi l’interruption des défenses côtières au fond du plan. La lenteur du plan en rase motte sur la plage montre qu’elle a été effectuée en hélicoptère et non en avion.

Les obstacles sur les plages de débarquement sont posés à l’envers. Dans le film, la pointe est orientée vers la mer alors qu’en réalité elle était dirigée vers les terres de façon que les péniches de débarquement y soient « guidées » jusqu’à une mine.

74555-1532336916.jpg

Lors de la séquence où les résistants entendent le second vers du poème de Verlaine (« blessent mon cœur d’une langueur monotone »), le message précédent est : « Daphné à Monique : il y a le feu à l’agence de voyage, inutile de s’y rendre ». Quand les Allemands captent le second vers, le message « Daphné à Monique » est entendu après Verlaine et non avant.

Dans la scène de la pointe du Hoc, on peut voir un Ranger n’ayant pas son chargeur clipsé à son fusil.

Dans la scène où le soldat Martini (Sal Mineo) est tué après avoir cru entendre le double clic-clac d’un de ses camarades, le soldat allemand tire deux coups avant de réarmer son fusil alors qu’il aurait dû réarmer pour pouvoir tirer une deuxième fois.

Dans les locaux des services météo britanniques, on voit un barographe enregistreur dont l’aiguille est au plus bas, ce qui est logique au vu de la dépression. À quelques dizaines de kilomètres de là, chez le pilote « Pieps », près de Calais, l’aiguille d’un instrument analogue est à la limite supérieure ; ce n’est pas logique.

 

Anecdotes

Le film fut présenté à sa sortie comme le plus cher du cinéma, avec Cléopâtre

Il resta le film noir et blanc le plus cher du cinéma jusqu’à la sortie de La Liste de Schindler en 1993.

sddefault.jpg

Références répétées à la cinquième symphonie de Beethoven : on entend régulièrement les quatre premières notes de la cinquième symphonie jouées par un tambour tout au long du film, puis par un orchestre symphonique lors du lancement du débarquement le 6 juin à l’aube. Cette association est une idée de William Stephenson, ayant pour origine la similitude des quatre premières notes de la symphonie avec le code morse de la lettre V •••— soit quatre impulsions (trois courtes et une longue), la lettre « V » étant le symbole patriotique allié de la Victoire/Victory contre le nazisme. À des fins didactiques, un bref dialogue au début du film entre deux soldats rappelle ce lien aux spectateurs n’ayant pas connu cette période de l’histoire. Ce rythme correspondant aux premières notes de la Symphonie n° 5 de Beethoven, celle-ci devint l’indicatif des émissions à destination de l’Europe occupée. La lettre V était également rappelée d’un geste de la main des index et majeur formant un V.

118900068-2.jpg

L’ancien président Dwight D. Eisenhower avait accepté de jouer son propre rôle. Néanmoins, les maquilleurs ne purent lui donner une apparence suffisamment jeune pour qu’il soit crédible dans son rôle. Henry Grace, un décorateur sans expérience d’acteur mais qui travaillait dans l’industrie cinématographique depuis les années 30 et qui était d’une grande ressemblance avec Eisenhower, fut finalement engagé, bien que sa voix soit différente. Le président Eisenhower fut néanmoins ponctuellement conseiller technique sur le film

Daniel Gélin ne put interpréter le rôle prévu dans la scène spécialement écrite pour lui par Romain Gary, en raison d’un accident de chasse qui l’a immobilisé pendant deux mois15.

Une version colorisée a été réalisée pour le 50e anniversaire du débarquement en 1994. Elle fut diffusée sur TF1, puis vendue en version VHS.

 

Bibliographie

Jean d’Yvoire, « Le jour le plus long », Téléciné no 108, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), décembre 1962-janvier 1963,

jlpl.jpg

 

COMMUNAUTE EUROPENNE, EUROPE, HISTOIRE DE L'EUROPE, UNION EUROPEENN

Histoire de la construction de l’Union européenne

Histoire de l’Union européenne

9rVCMMYqDSK4KisWszyCWXwqLYw@655x491

 

1951 – 1957 : de la CECA aux traités de Rome

Née de la déclaration Schuman, la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) réunit en 1951 l’Allemagne, l’Italie, la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. En mettant en commun leur production de charbon et d’acier, la France et l’Allemagne substituent la solidarité d’intérêts à la rivalité et à la rancœur, cinq ans seulement après la fin de la guerre. Autre innovation : cette organisation opte pour un mode de gestion supranational, qui rompt avec les expériences intergouvernementales menées jusqu’alors.

A la suite de la pénurie énergétique provoquée en 1956 par la crise de Suez, Jean Monnet, alors président du Comité d’action pour les États-Unis d’Europe, estime que les Européens doivent s’unir au sein d’une communauté atomique qui les conduira vers l’autosuffisance énergétique. De leur côté, les partenaires de la France sont plutôt favorables à la création d’un marché commun. Afin de concilier tous les intérêts, deux traités distincts sont signés à Rome, l’un portant sur la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom), l’autre instituant la Communauté économique européenne (CEE).

 

Les origines de l’idée européenne

1918-1944, l’idée européenne au début du XXe siècle

1945-1956, les débuts de la construction européenne

 

Les premières avancées de la CEE

ue1957

 A la suite de la conférence de Stresa de 1958 et à la demande de la France, le Néerlandais Sicco Mansholt est chargé de réfléchir à la mise en place d’une politique agricole commune. Celle-ci voit le jour en 1962 au terme de longues négociations. Elle entraînera une modernisation rapide de l’agriculture européenne, tout en provoquant des remous au sein de la Communauté, notamment par son poids croissant dans le budget.

Avec la fusion en 1965 de la Haute Autorité de la CECA, de la Commission de la CEE et de la Commission Euratom, la Commission des Communautés européennes jouit de pouvoirs étendus. La même année, celle-ci propose, à travers une réforme du financement de la PAC, la création d’un budget propre et mieux contrôlé par le Parlement européen. Parallèlement, le Conseil se prépare à prendre ses décisions à la majorité et non plus à l’unanimité à partir de 1966.

Redoutant une dérive fédérale, la France condamne cette orientation et boycotte les institutions communautaires pendant sept mois. Cette « crise de la chaise vide » prend fin avec le « compromis de Luxembourg » du 29 janvier 1966, qui permet à chaque pays membre de s’opposer à une décision communautaire prise à la majorité s’il estime que ses intérêts nationaux sont gravement menacés.

Succès du Marché commun, les droits de douane qui continuaient à être perçus lors des échanges entre les Six sont éliminés 18 mois avant la date prévue par le traité de Rome, le 1er janvier 1968. Un tarif douanier commun est introduit en remplacement des droits de douane nationaux pour les échanges avec le reste du monde. 

A la fin des années 60, les pays membres sont frappés par des désordres monétaires internationaux qui nuisent au fonctionnement du Marché commun. Les Six conviennent alors d’un plan par étapes (le plan Werner) en vue de la création d’une union économique et monétaire européenne. En 1972 naît le serpent monétaire européen, ancêtre de l’euro. Il sera remplacé en 1978 par le système monétaire européen (SME).

Enfin, le 1er élargissement des Communautés a lieu en 1973 : après deux refus de la France, le Royaume-Uni est officiellement admis en compagnie de l’Irlande et du Danemark.

1957-1973, de l’Europe des six à l’Europe des neuf

téléchargement (3).png

1974-1984, surmonter les crises

En 1974, sur fond de crise énergétique, le sommet de Paris institue, en marge des traités communautaires, le Conseil européen : désormais, les dirigeants européens se rencontreront au moins trois fois par an pour déterminer ensemble les grandes orientations politiques.

Le principe de l’élection du Parlement européen au suffrage universel est également adopté : un changement concrétisé lors des élections de 1979, où la participation atteint alors 60,7%.

En 1974, la chute du régime des colonels rapproche la Grèce de l’Europe occidentale. Le pays dépose sa candidature en 1975, mais doit rattraper son retard économique avant de devenir, en 1981, le dixième membre des Communautés européennes. Il sera suivi en 1986 par l’Espagne et le Portugal, eux aussi sortis d’une longue période de dictature.

Alors que le budget communautaire fait l’objet de nouvelles négociations, la Première ministre britannique Margaret Thatcher estime que son pays contribue trop à un budget dominé par la PAC (elle prononce son fameux « I want my money back !« ). Un compromis est finalement trouvé à Fontainebleau en 1984 : le financement de la PAC est réduit et le Royaume-Uni voit une partie de sa contribution remboursée par ses partenaires.

I-WANT-MY-MONEY-BACK.png

1974-1984, surmonter les crises

 

1985-1992, la relance européenne

 Mis en place en 1968, le Marché commun a progressivement mis fin aux contrôles des marchandises aux frontières des pays membres. Mais les contrôles douaniers demeurent pour les personnes. Au début des années 80, les pays du Benelux, entre lesquels les déplacements sont déjà libres, proposent à la France et à l’Allemagne de mettre en place graduellement un espace de libre circulation des personnes. L’accord entre les cinq pays est conclu le 14 juin 1985 dans la petite ville luxembourgeoise de Schengen. Il sera par la suite intégré aux traités communautaires et étendu aux autres Etats membres.

Tout juste nommé président de la Commission européenne, Jacques Delors présente la même année 310 mesures destinées à achever le « Marché unique ». Malgré l’ouverture des frontières, de nombreux obstacles administratifs et réglementaires freinent en effet la libre circulation des marchandises et entravent la croissance économique en Europe. Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur du traité de Rome, les Douze décident alors de le réviser en ce sens.

Avec l’Acte unique de 1986, le fonctionnement des institutions est modifié : le vote à la majorité qualifiée au Conseil de l’UE est généralisé pour toutes les questions touchant au marché intérieur et le Parlement européen voit son rôle renforcé. L’année suivante, le programme de mobilité Erasmus est lancé.

En 1989, la chute inattendue du Mur de Berlin, bouleverse l’ordre international issu de la Seconde Guerre mondiale. La partie est-allemande intègre la communauté au sein de l’Allemagne réunifiée. Par ailleurs, les pays membres des communautés réagissent à la nouvelle donne en affirmant la dimension politique du projet européen : en 1992, le traité de Maastricht crée l’Union européenne et pose les bases d’une monnaie unique. Il institue également une citoyenneté européenne ainsi qu’une politique extérieure et de sécurité commune (PESC).

ill_1228785_000_arp2292051.jpg

 

1985-1991, la relance européenne

1961-1989 : de la construction à la destruction du Mur de Berlin

 

1992 – 2009 : la succession des traités

drapeaux-ue-782-207f4022cd

Après un nouvel élargissement à l’Autriche, à la Suède et à la Finlande en 1995 (les Suisses et les Norvégiens rejettent cette adhésion), le traité d’Amsterdam de 1997 instaure un poste de Haut-représentant pour la PESC et intègre dans le champ communautaire les questions de visas, d’asile et d’immigration.

L’année suivante, le sommet franco-britannique de Saint-Malo donne une impulsion décisive à l’Europe de la défense, en convenant que l’UE « doit avoir une capacité autonome d’action, appuyée sur des forces militaires crédibles« . Elle permet la mise en place de structures politiques et militaires permanentes, la clarification des relations avec l’OTAN et la définition de missions européennes spécifiques (aide humanitaire, gestion de crises, rétablissement de la paix).

Dans le même temps, la nouvelle Union choisit de préparer le plus grand élargissement de son histoire afin d’intégrer les nouvelles démocraties d’Europe centrale et orientale. Le traité de Nice de 2001 réforme le système institutionnel à cet effet. 10 nouveaux pays adhèrent à l’UE en 2004, suivis par deux autres en 2007. Le dernier pays à entrer dans l’UE est la Croatie en 2013.

Les dix années qui suivent le traité de Maastricht voient aussi les douze Etats membres de l’Union économique et monétaire adapter leurs économies en vue de l’arrivée de l’euro. Celui-ci est officiellement adopté comme unité de compte en 1999, et mis en place pour les consommateurs le 1er janvier 2002.

De l’avis général, le traité de Nice est insuffisant pour encadrer une Europe à 25 ou plus. Une nouvelle réforme institutionnelle s’impose. A l’instar des traités précédents, le traité établissant une Constitution pour l’Europe doit être ratifié par tous les Etats membres pour entrer en vigueur. Mais au printemps 2005, les citoyens français et néerlandais se prononcent par référendum contre ce texte.

L’Europe s’enlise alors dans une crise institutionnelle majeure, qui ne prend fin qu’avec la signature du traité de Lisbonne, entré en vigueur en 2009. Celui-ci apporte de nombreuses modifications institutionnelles majeures, notamment l’élection d’un président du Conseil européen pour deux ans et demi et l’extension des pouvoirs du Parlement européen, co-législateur avec le Conseil sur la plupart des domaines

capture-d-e-cran-2018-05-31-a-13.56.41_xwh_768x894_xwh

 

1992-2009, bouleversements politiques et création de l’euro

 

Quel avenir pour l’Europe ?

En 2008, l’Europe est touchée de plein fouet par la crise économique et financière mondiale. La dette publique des Etats membres explose, à tel point que certains pays (Grèce, Irlande, Portugal, Italie, Chypre) menacent directement la survie de la zone euro. L’Union européenne leur vient en aide via de nouveaux instruments, en contrepartie de réformes et d’une plus grande surveillance de leurs dépenses.

L’économie repart peu à peu en 2015, si bien qu’en 2017 tous les pays renouent avec la croissance, mais dans certains le chômage et la dette publique atteignent des niveaux préoccupants. Dans le même temps, de nouvelles difficultés apparaissent : réchauffement climatique, terrorisme djihadiste depuis la création de l’Etat islamique en 2006, crise ukrainienne et tensions avec la Russie depuis 2013, crise migratoire entre 2015 et 2017, référendum du 23 juin 2016 sur le Brexit  , progression des populismes dans plusieurs Etats membres, tensions avec les Etats-Unis de Donald Trump… autant de défis à surmonter pour l’Europe de demain.

Parallèlement aux négociations sur la sortie du Royaume-Uni, les dirigeants européens réfléchissent à l’avenir de l’Union européenne à 27. Un processus qui pourrait donner un nouveau souffle à cette Europe aujourd’hui particulièrement fragilisée.

2010-2016, du traité de Lisbonne aux crises

 

https://www.touteleurope.eu/actualite/histoire-de-l-union-europeenne.html

 

 

=======================================

LES TRAITES DE L’UNION EUROPEENNE

Législation de l’UE>Traités européens

L’Union européenne est fondée sur l’État de droit. Cela signifie que toute action entreprise par l’UE découle des traités, qui ont été approuvés librement et démocratiquement par tous les États membres. Ainsi, si un domaine politique n’est pas cité dans un traité, la Commission ne peut pas proposer de légiférer dans ce domaine.

Les traités européens sont des accords contraignants adoptés par tous les États membres de l’Union européenne. Ils définissent les objectifs poursuivis par l’UE, les règles de fonctionnement des institutions européennes, les procédures à suivre pour prendre des décisions et les relations entre l’UE et les États membres.

Ces traités sont modifiés pour satisfaire à différents objectifs: renforcer l’efficacité et la transparence de l’UE, procéder aux adaptations nécessaires pour accueillir de nouveaux États membres et élargir la coopération entre les pays de l’UE à de nouveaux domaines, comme la monnaie unique.

Les institutions européennes adoptent des actes législatifs, en accord avec les traités, que les États membres doivent ensuite mettre en œuvre. Les textes des traités, la législation, la jurisprudence et les propositions législatives peuvent être consultés intégralement dans EUR-Lex, la base de données de la législation européenne.

 

Les principaux traités sont les suivants  (du plus récent au plus ancien):

Traité de Lisbonne

Traité de Nice

Traité d’Amsterdam

Traité sur l’Union européenne (traité de Maastricht)

Acte unique européen

Traité de fusion (traité de Bruxelles)

Traités de Rome: traités CEE et Euratom

Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)
Les traités fondateurs ont également été modifiés chaque fois que de nouveaux pays ont adhéré à l’Union européenne:

2013 (Croatie)

2007 (Bulgarie et Roumanie)

2004 (Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie)

1995 (Autriche, Finlande et Suède)

1986 (Espagne et Portugal)

1981 (Grèce)

1973 (Danemark, Irlande et Royaume-Uni).

  

Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)

Signature: 18 avril 1951

Entrée en vigueur: 23 juillet 1952

Expiration: 23 juillet 2002

Objectif: créer une interdépendance entre les États membres dans les domaines du charbon et de l’acier, de façon à ce qu’un pays ne puisse plus mobiliser ses forces armées à l’insu des autres. Cette initiative a permis d’apaiser les tensions et de dissiper le climat de méfiance entre les pays après la Seconde Guerre mondiale. Le traité CECA a expiré en 2002.

1006799-umberto-tupini.jpg

Texte intégral du traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier

 

Traité instituant la Communuté économique euopéenne et de l’énergue antomique

Signature: 25 mars 1957
Entrée en vigueur: 1er janvier 1958

Objectif: créer la Communauté économique européenne (CEE) et la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euratom).

Principales modifications: introduction de la coopération économique dans les efforts d’intégration européenne.

Texte intégral du traité instituant la Communauté économique européenne
Texte intégral du traité instituant la Communauté européenne de l’énerg

  

Traité de fusion (traité de Bruxelles)

Signature: 8 avril 1965
Entrée en vigueur: 1er juillet 1967

Objectif: moderniser les institutions européennes.

Principales modifications: création d’une seule Commission et d’un seul Conseil pour les trois Communautés européennes existant à l’époque (CEE, Euratom et CECA). Abrogé par le traité d’Amsterdam.

Texte intégral du traité de fusion

 

 Acte unique européen

Signature: 17 février 1986 (Luxembourg) / 28 février 1986 (La Haye)

Entrée en vigueur: 1er juillet 1987

Objectif: réformer les institutions pour préparer l’adhésion du Portugal et de l’Espagne et accélérer le processus décisionnel en vue de l’instauration du marché unique.

Principales modifications: extension du vote à la majorité qualifiée au sein du Conseil (limitant ainsi la possibilité pour un pays d’opposer seul son veto à une proposition de législation), création des procédures de coopération et d’avis conforme, donnant plus d’influence au Parlement.

Texte intégral de l’Acte unique européen

 

Traité sur l’Union européenne (traité de Maastricht)

117167021

Signature: 7 février 1992
Entrée en vigueur: 1er novembre 1993

Objectif: préparer la création de l’Union monétaire européenne et jeter les bases d’une union politique (citoyenneté européenne, politique étrangère et de sécurité commune, coopération dans le domaine de la justice et des affaires intérieures).

Principales modifications: création de l’Union européenne et introduction de la procédure de codécision, qui donne plus de poids au Parlement dans les prises de décision. Instauration de nouvelles formes de coopération entre les États membres, par exemple dans les domaines de la défense, de la justice et des affaires intérieures.

Texte intégral du traité de Maastricht 

 

 Traité d’Amsterdam

Signature: 2 octobre 1997
Entrée en vigueur: 1er mai 1999

Objectif: réformer les institutions européennes en vue de l’adhésion de nouveaux États membres.

Principales modifications: amendement, renumérotation et consolidation des traités UE et CEE. Processus décisionnel plus transparent (recours accru à la procedure legislative ordinaire).

Texte intégral du traité d’Amsterdam

 

 Traité de Nice

téléchargement (2)

Signature: 26 février 2001
Entrée en vigueur: 1er février 2003

Objectif: réformer les institutions afin que l’UE continue à fonctionner efficacement après l’élargissement à 25 États membres.

Principales modifications: nouvelles méthodes pour modifier la composition de la Commission et redéfinir le système de vote au Conseil.

Texte intégral du traité de Nice

  

Traité de Lisbonne

Signature: 13 décembre 2007
Entrée en vigueur: 1er décembre 2009

traite-simpl80db-10e1d-43e68

Objectif: rendre l’UE plus démocratique, efficace et apte à affronter les problèmes mondiaux, tels que le changement climatique, en lui permettant de s’exprimer d’une seule voix.

Principales modifications: renforcement des pouvoirs du Parlement européen, modification des procédures de vote au Conseil, introduction de l’initiative citoyenne, instauration d’une présidence stable du Conseil européen, création du poste de haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et d’un nouveau service diplomatique européen.

Le traité de Lisbonne définit clairement:
– les compétences attribuées à l’UE;
– les compétences attribuées aux États membres;
– les compétences partagées.

Les objectifs et valeurs de l’Union européenne sont inscrits dans le traité de Lisbonne et dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE.

Texte intégral du traité de Lisbonne

Le traité établissant une Constitution pour l’Europe 2004), qui poursuit des objectifs semblables à ceux du traité de Lisbonne, a été signé mais n’a jamais été ratifié.

 

=============================

 

Les institutions européennes

Charlotte-_Bezamat-Mantes-Schema-_-Institutions-_-Union-_Europeenne-_2014.jpg

Pourquoi des institutions européennes ?

Tout comme chacun des Etats qui la composent, l’Union européenne est composée d’institutions et d’organes visant à assurer son fonctionnement et lui permettre de mener à bien ses missions.

Le cadre institutionnel européen que nous connaissons aujourd’hui est le résultat de l’histoire. Préfiguré par les quatre institutions de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)en 1951, il prend véritablement naissance avec le traité de Rome de 1957 qui pose les bases du « triangle institutionnel ».

Il évoluera ensuite au fur et à mesure des traités, en s’enrichissant de nouvelles institutions (Conseil européen) et en réorganisant les compétences de chacune (pouvoir budgétaire et de codécision du Parlement européen…).

 

De la CECA au traité de Lisbonne

Dès 1951, la Communauté économique du charbon et de l’acier (CECA) organise le Marché commun sur un système institutionnel dont s’inspireront six ans plus tard les signataires des traités de Rome. La CECA repose ainsi sur une Haute Autorité qui représente l’intérêt général de la Communauté, une Assemblée commune qui représente les peuples européens, un Conseil spécial de ministres qui représente les États membres, enfin une Cour de justice qui assure le respect et l’application du traité.

En 1957, les traités de Rome perpétuent ce « triangle institutionnel » assorti d’une Cour de justice et d’un nouveau Comité consultatif représentant les producteurs et travailleurs : la Haute Autorité est remplacée par une Commission qui propose des mesures et contrôle leur exécution, le Conseil des ministres est maintenu pour approuver ou non ces mesures, tout comme l’Assemblée européenne consultative.

C’est cette dernière qui deviendra en 1979 le Parlement européen. Désormais élu au suffrage universel direct, le Parlement voit ses pouvoirs s’étendre peu à peu, au point d’être aujourd’hui sur un pied d’égalité avec le Conseil dans l’adoption des lois.

D’autres institutions font également leur apparition : Cour des comptes en 1975, Banque centrale européenne avec la mise en place de l’euro en 1998, et bien sûr Conseil européen, apparu dans les années 1960 et véritablement institutionnalisé avec le traité de Lisbonne de 2009.

 ============================== 

La prise de décision

Pourquoi une telle architecture ? Unique au monde, le cadre institutionnel de l’Union européenne défini par les traités confère à chacun un rôle et des pouvoirs qui lui sont propres.

Processus-decisionnel-782

Dans la plupart des domaines de compétence de l’Union européenne, les textes de lois sont adoptés selon une procédure législative « ordinaire ». Dans un certain nombre de domaines en revanche, comme la politique étrangère, la justice ou le droit de la famille, les gouvernements nationaux ont généralement plus de poids (vote à l’unanimité au Conseil de l’UE, avis consultatif du Parlement européen…).

Le traité sur l’Union européenne énumère les sept institutions de l’UE :

Le Parlement européen

Elu au suffrage universel direct tous les cinq ans (les prochaines élections auront lieu en 2019), le Parlement européen représente les citoyens européens. Il amende et vote, avec le Conseil de l’Union européenne, les textes proposés par la Commission ainsi que le budget de l’Union européenne.

640_20190213_122749.jpg

Dans certains domaines où la procédure législative est dite « spéciale » (accords internationaux, adhésion d’un nouveau membre…), le Conseil est dans la pratique le seul législateur : le Parlement donne son approbation à une proposition législative ou est simplement consulté sur celle-ci.

Il est composé de 751 députés européens siégeant par groupes politiques transnationaux et travaillant en commission techniques sur l’ensemble des domaines de compétences de l’UE. Le Parlement européen se réunit environ une fois par mois à Strasbourg pour le vote des propositions de lois.

 

Le Conseil européen

En amont de la plupart des grandes décisions européennes, le Conseil européen constitue le centre d’impulsion de la construction européenne. Constitué des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres régulièrement réunis en sommet, il définit, à l’unanimité dans la plupart des cas, les grandes orientations de l’UE. Il joue également, au plus haut niveau, un rôle de coordination, d’arbitrage ou de déblocage des dossiers difficiles.

Si la pratique des sommets de dirigeants date des années 1960, le Conseil européen a été créé en 1974 par le président français Valéry Giscard d’Estaing et le chancelier allemand Helmut Schmidt, puis promu au rang d’institution européenne en 2009 avec le traité de Lisbonne. Ce dernier crée également la fonction de président du Conseil européen, nommé pour deux ans et demi (actuellement le Polonais Donald Tusk).

Bien qu’ils représentent tous les deux les Etats membres, le Conseil européen et le Conseil de l’Union européenne (voir plus bas) sont deux institutions différentes, agissant à des étapes distinctes du processus législatif européen. Ils ne doivent par ailleurs pas être confondus avec le Conseil de l’Europe, une organisation chargée de faire respecter la Convention européenne des droits de l’homme.

 

Le Conseil de l’Union européenne

En aval de la procédure législative ordinaire, le Conseil de l’Union européenne (ou « Conseil des ministres de l’UE » ou « Conseil ») se prononce, après le Parlement européen, sur les textes de loi et le budget européens.

Composé des ministres des 28 Etats membres, il se réunit une centaine de fois par an autour d’un domaine particulier (Conseil Agriculture, Affaires étrangères, Economie…). Il peut modifier, adopter ou rejeter une mesure préalablement amendée par le Parlement européen, dans la plupart des cas à la majorité qualifiée, chaque Etat ayant un poids particulier dans le vote en fonction de sa population. La présidence du Conseil de l’UE est assurée tous les six mois par un pays différent.

 

La Commission européenne

Garante de l’intérêt général européen, la Commission européenne a quant à elle pour principale fonction l’initiative des textes de loi. Exécutif européen, elle lance le processus législatif en proposant des mesures dans l’ensemble des domaines de compétence de l’Union européenne.

Si elle dispose en théorie du « monopole d’initiative », celui-ci est de fait fortement influencé par les autres acteurs : le Conseil européen comme décrit précédemment, mais aussi le Parlement européen ou les citoyens européens (initiative citoyenne européenne) qui peuvent lui demander d’agir.

Elle propose également chaque année le budget de l’UE et peut, en tant que « gardienne des traités », sanctionner un Etat membre qui ne respecterait pas ces derniers. Elle est composée de 28 membres nommés pour cinq ans : un par Etat dont le président, actuellement le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Les propositions de la Commission européenne sont ensuite amendées, approuvées ou rejetées par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.

 

Autres institutions et organes

Les autres institutions européennes sont :

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) chargée d’examiner la légalité des actes européens et de résoudre les conflits juridiques entre institutions et/ou Etats membres. Son siège est à Luxembourg.

La Banque centrale européenne (BCE), qui gère la monnaie unique pour les 19 membres de la zone euro, assure la stabilité des prix et mène la politique monétaire de l’UE. Elle est basée à Francfort (Allemagne).

La Cour des comptes, dont la mission est d’améliorer la gestion financière de l’UE.

L’Union européenne se compose par ailleurs d’organes consultatifs : le Comité économique et social européen (CESE) qui permet aux organisations de la société civile des États membres d’exprimer leur avis au niveau européen, et le Comité des régions composé des représentants des collectivités locales et régionales.

Parmi les principaux organes et acteurs de l’Union européenne, on peut enfin souligner le rôle de la Banque européenne d’investissement (BEI), qui finance des projets d’intérêt européen sur le territoire européen et dans les pays tiers, ou encore du Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, qui conduit et coordonne la politique étrangère et de sécurité de l’Union (aujourd’hui Federica Mogherini).

  

Débats et perspectives

Les débats sur les institutions de l’Union européenne ne manquent pas, nombre d’entre eux ayant perduré au cours des décennies sans jamais avoir été définitivement tranchés. Ils portent tant sur la complexité du système institutionnel que sur son efficacité ou encore son caractère démocratique.

Dépassant les modèles classiques des Etats démocratiques, le cadre institutionnel européen est unique en son genre. Son exécutif, traditionnellement dévolu à une Commission nommée par les Etats membres et approuvée par le Parlement européen, a peu à peu été investi par le Conseil européen, consacré par le traité de Lisbonne. Les « chambres », correspondant à notre Assemblée nationale et notre Sénat, y seraient ici incarnées d’un côté par un Parlement agissant pour l’intérêt des citoyens mais également influencé par les considérations partisanes et nationales de ses députés, de l’autre par un Conseil composé de représentants de gouvernements eux aussi élus.

Ce système fait dès lors régulièrement l’objet de critiques quant à sa complexité, à sa lenteur et à son manque de légitimité démocratique. Les solutions avancées vont alors d’une simplification institutionnelle, peu probable à court terme, à une meilleure information vis-à-vis des citoyens, qui passerait notamment par un discours moins caricatural d’un certain nombre de responsables politiques et de médias.

Car l’Union européenne traverse une crise de défiance, mesurée par les sondages, par l’abstention croissante aux élections du Parlement européen et surtout par la montée des partis europhobes lors des scrutins nationaux. Bien qu’une majorité de citoyens se dise toujours favorable à l’Union européenne, son fonctionnement actuel ne satisfait pas nombre d’entre eux, une partie la jugeant même antidémocratique.

Entre autres causes généralement avancées : l’harmonisation des législations au détriment des particularismes nationaux voire locaux, le manque de représentativité des instances décisionnaires de l’UE (la Commission étant souvent perçue à tort comme le principal voire l’unique responsable des législations européennes), l’absence de participation des citoyens au processus de décision (l’initiative citoyenne européenne reste peu connue et peu efficace), le poids et l’opacité des lobbies…

Une crise que l’Union européenne semble avoir pris à bras le corps suite à la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne. Si aucune révolution institutionnelle n’est à prévoir à court terme, les Etats membres ont entamé en 2017 un processus de réflexion sur l’avenir de l’UE à 27, qui pourrait déboucher vers des améliorations.

Elargissement_Carte_680

https://www.touteleurope.eu/actualite/histoire-de-l-union-europeenne.html