14 JUILLET, FETE NATIONALE EN FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, JE NE FETERAIS PAS VOTRE REVOLUTION !, REVOLUTION FRANÇAISE (1789-1799)

Un 14 juillet qui ne passe pas !

 « Je ne fêterai pas votre révolution »

7856590-12193757

 

Grâce aux prisonniers !

Je ne fêterai pas votre révolution. 
On ne célèbre pas le vol, le viol, le crime. 
Mais je prendrai le deuil de vos pauvres victimes. 
Elles seules ont droit à ma vénération. 

Je ne fêterai pas l’espérance trahie 
Du peuple demandant l’arbitrage royal 
Jusqu’alors rendu juste, équitable et loyal 
Mais au nom d’une foi par votre orgueil haïe. 

Je ne célèbrerai pas votre intolérance. 
Ni vos sacrilèges, ni vos profanations. 
Ni les grands mots ronflants de vos proclamations 
Prônant la liberté dont vous priviez la France. 

Je ne fêterai pas l’infâme Cordelier 
Faisant assassiner, par sa triste colonne, 
En l’Eglise du Luc, près de six cents personnes 
Dont cent cinquante enfants réunis pour prier. 

On ne pardonne pas les Oradours-sur-Glane 
Et vous seriez fondés d’en tarer les nationaux-socialistes 
Si vous n’aviez, chez nous, fait pire aussi 
Vous êtes précurseurs, Messieurs, et non profanes

Quand vous jetiez aux fours, par vous chauffés à blanc, 
Les mères, les enfants, les vieillards, les mystiques, 
Vous disiez faire le pain de la République… 
Mais Amey, mieux qu’Hitler, les y jetait vivants ! 

Car c’est bien cet Amey, de sinistre mémoire, 
L’un de vos généraux prétendu glorieux, 
Qui fut l’instigateur de ce supplice odieux… 
Vous avez, aussi vous, eu vos fours crématoires. 

Et Turreau trouvait tant de plaisir à ces jeux 
Qu’il faisait ajouter, quand manquaient les dévotes, 
Et malgré tous leurs cris, les femmes patriotes… 
Votre fraternité les unissait au feu. 

 

Pierre d’Angles (janvier 1989)

 

L’origine de ce poème

La révolution française, un évènement qui a été au cœur de toute l’historiographie française moderne  depuis plus de deux siècles, est toujours la source de nombreuses polémiques. Ainsi elle est la cible principale  du poème de Pierre d’Angles : « Je ne fêterai pas votre révolution ». 
Dès le titre (qui constitue aussi le premier vers du poème), le poète annonce la couleur et est catégorique. Le ne peut l’ignorer !

A travers ce texte composé au tout début de l’année 1989 (année du bicentenaire), P. d’Angles exprime clairement sa volonté de ne pas se joindre, ni de cautionner les commémorations révolutionnaires à venir, qu’il présente comme une grande supercherie historique, et se revendique solidaire au regard des victimes commises au nom de la liberté. Mais son regard se porte bien au-delà !