BIOGRAPHIES, FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, MARIE-ANTOINETTE (reine de France ; 1755-1793), MARIE-ANTOINETTE, DERNIERE REINE DE FRANCE

Marie-Antoinette, dernière reine de France

Marie-Antoinette (1755 – 1793)

louis_xvi-la-famille-royale

Dernière reine de l’Ancien Régime, Marie-Antoinette est le quinzième et avant-dernier enfant de Marie-Thérèse de Habsbourg, archiduchesse d’Autriche, et de son mari François III de Lorraine, empereur allemand sous le nom de François Ier.

Son mariage en 1770 avec le duc de Berry, petit-fils du roi Louis XV et futur Louis XVI, est applaudi à Versailles comme à Vienne. Les souverains et les ministres se félicitent du rapprochement des deux principales puissances européennes, jusque-là rivales. Qui pourrait alors se douter de la tragédie à laquelle allait conduire cette union?…

marieantoinette-1785

Une union prometteuse

MarieAntoinetteCharpentier

La petite archiduchesse est née le lendemain du tremblement de terre de Lisbonne et ses parrain et marraine ne sont autres que les souverains du malheureux Portugal.

Cette mauvaise coïncidence ne l’empêche aucunement de jouir d’une enfance heureuse au milieu de ses nombreux frères et soeurs. Elle aime la danse mais ne montre aucune disposition pour la lecture, l’étude et le travail.

Quand les diplomates décident de son union avec l’héritier du trône de France, sa mère la prépare à la hâte à ses futures responsabilités de souveraine. Après un mariage par procuration, la voilà qui quitte enfin Vienne pour Paris.

Arrive le grand jour. Le 16 mai 1770, dans la chapelle de Versailles, la bénédiction nuptiale confirme le mariage par procuration. Il s’ensuit pendant deux mois une longue suite de festivités, pour un coût de deux millions de livres (c’est le prix à payer pour honorer l’alliance franco-autrichienne).

Ombre au tableau : le 30 mai, à Paris, à la faveur d’un feu d’artifice sur la place Louis Quinze (l’actuelle place de la Concorde), une énorme bousculade provoque plus d’une centaine de morts. Personne n’y voit cependant un mauvais présage.

Rancoeurs contre l’Autrichienne

Dans les premiers temps du mariage, la beauté de la nouvelle dauphine comble d’aise le peuple français mais cet état de grâce ne dure pas…

La dauphine souffre de l’indifférence de son mari à son égard. Louis est un garçon doux et maladivement timide que la mort prématurée de ses frères aînés a porté sur le devant de la scène sans y avoir été préparé. C’est seulement dix mois après leur union qu’il consent à la rejoindre dans son lit. Encore n’est-ce que pour y dormir. Dans le langage ampoulé de l’époque, Marie-Antoinette écrit à sa mère « qu’il n’en [est] pas encore résulté les suites qu’on aurait pu s’en promettre ».

On pensera longtemps que le jeune homme aurait été empêché de remplir son devoir conjugal à cause d’une malformation bénigne du pénis ! Il aurait résisté pendant sept ans à l’idée de se faire opérer et ne s’y serait résolu qu’au nom de la raison d’État…

Selon une autre interprétation, il aurait seulement manqué de savoir-faire ou bien aurait été dissuadé d’aller jusqu’au bout de l’acte sexuel pour ménager sa très jeune femme ! Lui-même était en effet un homme fort et de grande taille tandis que Marie-Antoinette était menue et tout juste réglée. C’est pourquoi, sans doute, son beau-frère, le futur empereur Joseph II écrit crûment dans une lettre à son frère Sigismond : « Il ne fout pas, le bougre ! »

Les choses rentrent dans l’ordre après que son très attentionné beau-frère, de passage à Versailles, lui eut expliqué dans les détails la manière de s’y prendre.

Quatre naissances se succèdent dès lors, de 1778 à 1786 : une fille qui survivra au reste de la famille, Marie-Thérèse, future Madame Royale ; le Dauphin espéré mais qui, d’une santé chancelante, mourra au tout début de la Révolution ; un deuxième garçon qui périra dans la prison du Temple après être formellement devenu Louis XVII ; enfin, une fille qui meurt au bout de quelques mois.   

marieantoinette-chasse

Frivolités

En attendant de régner et devenir épouse et mère, Marie-Antoinette se console en goûtant dans l’insouciance à tous les plaisirs de la cour. Habituée à l’aimable simplicité de la cour de Vienne, elle viole sans y prendre garde la sévère étiquette et les manières ampoulées de Versailles.

Dans un premier temps, elle partage avec son mari la passion de la chasse, au grand dam de l’impératrice Marie-Thérèse qui craint les fausses couches. Mais elle finit par s’en lasser et lui préfère la compagnie de son petit cercle d’amis, une coterie de jeunes gens pour la plupart avides et jouisseurs.

Yolande de Polignac y occupe la première place, par l’amitié que lui voue Marie-Antoinette depuis leur rencontre à l’occasion d’un bal à l’automne 1775. Comblée de faveurs, elle troque en 1782 son titre de comtesse pour celui de duchesse et concurrence la princesse de Lamballe dans le cœur  de la reine.

Fersen

Marie-Antoinette entretient aussi des liaisons étroites avec le duc de Lauzun et surtout avec un beau Suédois de son âge, Axel de Fersen, qui, plus tard, organisera la fuite de Varennes par amour pour elle.

Incontestablement, Fersen et la reine se sont aimés d’un amour très intense.

Dans leur correspondance de juin 1791 à juin 1792, conservée aux Archives nationales, on a pu déchiffrer en 2014 des passages soigneusement caviardés comme celui-ci, dans une lettre autographe de la reine datée du 4 janvier 1792 : « je vais finire, non pas sans vous dire mon bien cher et tendre ami que je vous aime a la folie et que jamais jamais je ne peu être un moment sans vous adorer ».

Ont-ils pour autant consommé ? Stefan Zweig, aussi bon romancier que bon biographe, jure que les deux amants ont au moins franchi le pas lors de leur dernière rencontre aux Tuileries, peu avant l’incarcération de la famille royale à la prison du Temple. Mais rien n’est moins sûr, l’éducation de la reine et la crainte du scandale étant de nature à les en empêcher.

Tout ce beau monde se retrouve dans l’intimité du petit Trianon, un bijou de l’art rocaille que Louis XV avait prévu d’offrir à sa favorite, Madame du Barry, et que son petit-fils offre en définitive en cadeau d’avènement, le 24 mai 1774, à Marie-Antoinette.

Celle-ci en détruit le jardin botanique pour le remplacer par un jardin à l’anglaise et fait aménager à proximité un petit théâtre en carton-pâte dans lequel elle joue avec ses amis les pièces les plus osées du moment, y compris celles de Beaumarchais ! On peut imaginer que l’auteur pensait à la reine quand il a écrit : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! » (Le Barbier de Séville, 1775).

marieantoinette-1781-2

Reine en 1774, à la mort de Louis XV, Marie-Antoinette s’écarte donc très vite des recommandations épistolaires de sa mère l’impératrice et s’abandonne à ses penchants, en abusant de l’absence d’autorité de son mari. Elle prend des libertés avec l’étiquette et ne dissimule plus son goût des frivolités et des diamants.

Sa première femme de chambre, Mme Campan, la dit résolue à se procurer « sur le trône les plaisirs de la société privée ».

Son goût pour les toilettes lui vaut le surnom de « ministre des Modes ». Elle fait la fortune de Marie-Jeanne « Rose » Bertin, couturière de grand talent, qui tient à Paris la boutique du Grand Mogol et invente pour ainsi dire la haute couture.

Mais elle coûte aussi très cher au roi, qui doit puiser dans sa cassette personnelle pour satisfaire les folies de son épouse, avec des robes à plusieurs milliers de livres et tel bracelet à 250 000 livres.

Le ministre Turgot, malgré ses réticences, se résigne aussi à doubler le montant de la cassette de la reine, à 200.000 livres, dès la deuxième année du règne. Irritée par ses remontrances, la reine participe à la cabale qui va l’abattre.

royale

Calomnies

La reine, vive et spontanée, a du mal à cacher ses sentiments et ses inimitiés, ce qui lui vaut l’hostilité des courtisans qui n’ont pas l’heur d’appartenir à son très petit cercle d’amis. Très vite, les vieilles rancoeurs  anti-autrichiennes reprennent le dessus.

Victime imprudente des ragots, Marie-Antoinette est fustigée sous l’appellation de l’Autrichienne, un qualificatif injurieux inauguré par l’une des tantes du roi, Mme Adélaïde, et qui lui portera le plus grand tort sous la Révolution, après l’entrée en guerre de la France contre l’empereur François II, son neveu.

Ses dépenses somptuaires, révélées en pleine crise financière, lui valent aussi le surnom de Madame Déficit.

MarieAntoinetteWmini

C’est le moment où naît l’opinion publique, forgée par les rumeurs de salons et les libelles imprimés, distribués de ville en ville par les colporteurs. À Paris comme dans les villes de province, on se délecte de ragots odieux sur ses infidélités supposées et plus sérieusement de ses maladresses.

Ainsi la reine se laisse-t-elle aller à qualifier son mari de « pauvre homme » devant le comte de Rosenberg. C’est une atteinte gravissime à la dignité royale. Informée, l’impératrice Marie-Thérèse en tire cet avertissement prémonitoire : « Quel langage ! Le pauvre homme ! Vous vous précipitez par votre faute dans les plus grands malheurs. Vous le reconnaîtrez un jour, mais trop tard. Je ne souhaite pas survivre à ce malheur ».

De glissade en glissade, la calomnie et l’impopularité atteignent des sommets avec l’Affaire du collier, en 1785, dans laquelle, paradoxalement, Marie-Antoinette n’a aucune responsabilité.

Toutes ses initiatives se retournent contre elle, même les mieux intentionnées. La construction du Hameau de la Reine dans le parc du petit Trianon lui vaut un surcroît de moqueries et fait le succès d’une comptine d’un poète inconnu, Fabre d’Églantine : « Il pleut, il pleut, bergère… » !

Le temps des malheurs

Le 4 juin 1789, pendant la réunion des états généraux à Versailles, le couple royal a la douleur de perdre son fils aîné, le Dauphin Louis-Joseph (7 ans), deuxième de leurs quatre enfants. Cette épreuve rapproche le couple… et éloigne le roi de ses obligations publiques à un moment crucial de l’Histoire.

dauphin

Après son départ forcé de Versailles, le 5 octobre 1789, Marie-Antoinette prend conscience, enfin, de la tragédie en cours. Elle montre dès lors une énergie inattendue mais l’applique bien à tort à une cause perdue.

Attachée à ses prérogatives royales, elle use de son influence sur le faible Louis XVI pour entraver la marche vers une monarchie constitutionnelle, au grand dam de Mirabeau, l’un des chefs de l’Assemblée constituante, qui, par intérêt financier, s’est en secret rallié au roi. Son entrevue avec la reine, le 3 juillet 1790, s’est soldée par un échec.

Après la mort de Mirabeau, le 2 avril 1791, le roi tombe plus que jamais sous la coupe de son épouse. Celle-ci reprend la suggestion de Mirabeau de fuir vers l’Est et de se placer sous la protection des armées fidèles à la monarchie. Mais la fuite se solde par un piteux échec à Varennes, malgré la soigneuse organisation d’Axel de Fersen.

La reine, dès lors, cache à peine son souhait d’une intervention militaire contre la France conduite par l’empereur de sa famille, qui règne à Vienne : « Nous n’avons plus de ressources que dans les puissances étrangères ; il faut à tout prix qu’elles viennent à notre secours. Mais c’est à l’Empereur de se mettre à la tête de tous et à régler tout », écrit-elle à un confident en août 1791. Autant dire que ses tractations plus ou moins secrètes avec l’ennemi, assimilables à un crime de haute trahison, pèseront lourd dans son procès.

Sous la Législative, son refus de tout compromis vaut à Marie-Antoinette un nouveau surnom, celui de Madame Veto. Survient la journée fatale du 10 août 1792, qui voit la prise des Tuileries et la chute de la monarchie. La famille royale est enfermée dans la prison du Temple. Dans cette ultime épreuve, Marie-Antoinette, qui n’a plus depuis longtemps de rapport charnel avec son mari, retrouve pour ce dernier estime et sympathie.

Après l’exécution de Louis XVI, la reine est séparée de son fils puis incarcérée le 2 août 1793 à la Conciergerie, sur l’île de la Cité, antichambre de la guillotine, avec pour seule compagnie sa jeune servante Rosalie. Son procès est altéré par l’iniquité. Aux charges bien réelles telles que l’accusation de haute trahison s’ajoutent de sordides accusations d’inceste sur la personne de son fils. L’ex-reine fait front avec dignité. Pas plus que son époux, elle n’échappe à l’échafaud.

s-l300 (2)

marie antoinette

biggs_album_00000000076

Bibliographie

Parmi une abondante bibliographie consacrée à la reine de France la plus célèbre, nous recommandons la biographie de l’historien autrichien Stefan Zweig, son compatriote (nombreuses rééditions en livre de poche) et le (très) beau livre publié par les éditions Chêne et le Château de Versailles : Marie-Antoinette (Hélène Delalex, Alexandre Maral, Nicolas Milovanovic, 35 euros, 2013).

FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, LOUIS XVI, MARIE-ANTOINETTE (reine de France ; 1755-1793), PROCES ET EXECUTION DE MARIE-ANTOINETTE (16 octobre 1793), REVOLUTION FRANÇAISE (1789-1799)

Procès et exécution de Marie-Antoinette (16 octobre 1793)

16 octobre 1793

Exécution de Marie-Antoinette

mantoinette2-prison.jpg

Marie-Antoinette au Temple (1791-1792)

La reine Marie-Antoinette est guillotinée le 16 octobre 1793, dix mois après son mari Louis XVI et quatre ans après que la famille royale a dû quitter le palais de Versailles pour les Tuileries, sous la pression des Parisiennes.

Le procès du roi et sa condamnation à mort pouvaient s’expliquer par la volonté des républicains d’en finir avec le principe monarchique qu’il incarnait et de briser le lien affectif qui rattachait la masse des Français à la dynastie.

Le procès de la reine n’est quant à lui motivé par aucune nécessité politique mais il est provoqué par une intensification de la Terreur, sous l’effet des menaces d’invasion et des soulèvements intérieurs…

 

Voir le film : Marie-Antoinette, ils ont jugé la Reine (Arte, 106 minutes)

Marie-Antoinette, ils ont jugé la Reine

film-marieantoinette

Chacun peut visionner sur Arte, jusqu’au 24 décembre 2019, la superbe fiction-documentaire : Marie-Antoinette, ils ont jugé la reine (Alain Brunard, 106 minutes).

Tiré d’un livre de l’historien Emmanuel de Waresquiel (éditions Tallandier), le film raconte les 76 derniers jours de la reine. Il débute le 2 août 1793, lorsque Marie-Antoinette est transférée à la Conciergerie, surnommée « l’antichambre de la mort », sur l’île de la Cité, à Paris.  En voix off, Denis Podalydès (sociétaire de la Comédie-Française) apporte des éléments de contexte. L’équilibre entre la plongée dans les jours qui précèdent le procès, contés heure par heure, et la « grande Histoire » contée par le comédien fonctionne très bien. Le format fiction-documentaire permet de saisir la psychologie des personnages. L’ensemble du casting est de bon ton. Maud Wyler excelle dans le rôle de la reine déchue.

« Tous les personnages, les événements et les documents qui apparaissent dans ce film sont attestés par les archives historiques de la Révolution, » nous assure-t-on. Aucune liberté n’a été prise par rapport à l’Histoire.

Une reine mal-aimée

collierdelareine.jpg

Le 1er août 1793, la Convention vote un décret qui met en jugement la reine déchue en même temps qu’il programme la destruction de tous les symboles de la royauté, sur proposition de Bertrand Barère, député et porte-parole du Comité de Salut public (le gouvernement révolutionnaire).

La reine Marie-Antoinette est le quinzième et avant-dernier enfant de l’impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg et de son mari, François de Lorraine. Elle a été mariée au Dauphin Louis à 14 ans, en 1770, le roi Louis XV ayant souhaité rapprocher les deux grandes puissances rivales du continent européen, l’Autriche et la France.

Mais le mariage a été d’emblée critiqué par l’opinion publique. Celle-ci, sous la monarchie comme, plus tard, sous la République, a toujours rejeté la perspective d’une alliance avec Vienne, lui préférant l’amitié du roi de Prusse.

Pendant toute la durée de son règne, Marie-Antoinette est surnommée avec dédain l’« Autrichienne ». Elle doit faire face à l’impopularité et aux ragots. Sa réputation est atteinte par des affaires auxquelles elle n’a aucune part comme le vol d’un collier de diamants auquel Alexandre Dumas a consacré un roman célèbre : Le collier de la Reine.

Crime de haute trahison

Après le départ forcé de la famille royale de Versailles pour les Tuileries, le 6 octobre 1789, Marie-Antoinette prend la mesure du bouleversement en cours. Elle va dès lors montrer une énergie inattendue mais l’appliquer bien à tort à une cause perdue, le retour à l’Ancien Régime.

Attachée à ses prérogatives royales, elle use de son influence sur le faible Louis XVI pour entraver la marche vers une monarchie constitutionnelle, au grand dam de La Fayette, qu’elle déteste, et de Mirabeau, l’un des chefs de l’Assemblée constituante, qui, par intérêt financier, s’est en secret rallié au roi. Son entrevue avec la reine, le 3 juillet 1790, se solde par un échec.

Mirabeau étant mort le 2 avril 1791, le roi tombe plus que jamais sous la coupe de son épouse. Celle-ci reprend la suggestion de Mirabeau de fuir vers l’Est et de se placer sous la protection des armées fidèles à la monarchie. Elle reçoit pour cela l’aide de son fidèle ami, un beau Suédois du nom d’Axel de Fersen. Mais la fuite échoue piteusement au relais de poste de Varennes, dans l’Argonne, le 20 juin 1791.

La reine, dès lors, cache à peine son souhait d’une intervention militaire contre la France et en appelle à son frère l’empereur Léopold II puis à son neveu François II, qui règnent à Vienne. « Nous n’avons plus de ressources que dans les puissances étrangères ; il faut à tout prix qu’elles viennent à notre secours. Mais c’est à l’Empereur de se mettre à la tête de tous et à régler tout », écrit-elle à un confident en août 1791.

Il va sans dire que ces tractations plus ou moins secrètes avec l’ennemi, assimilables à un crime de haute trahison, pèseront lourd dans son procès. Elles vont conduire à une déclaration de guerre de la France au « roi de Bohême et de Hongrie » en bonne et due forme le 20 avril 1792.

Son refus de tout compromis avec les députés de l’Assemblée législative vaut à Marie-Antoinette un nouveau surnom, celui de Madame Veto. Survient la journée fatale du 10 août 1792, qui voit la prise des Tuileries et la chute de la monarchie.

Une si longue attente

louis17.jpg

Louis XVII au Temple

La famille royale est enfermée dans l’enclos du Temple, une ancienne demeure des Templiers située à l’emplacement de l’actuelle mairie du 3e arrondissement de Paris. Dans cette ultime épreuve, Marie-Antoinette, qui n’a plus depuis longtemps de rapport charnel avec son mari, retrouve pour ce dernier estime et sympathie.

Dans la prison se retrouvent le couple royal, leurs deux enfants, le Dauphin Louis et sa jeune soeur Marie-Thérèse, surnommée « Charlotte » et plus tard « Madame Royale », ainsi que la soeur de Louis XVI, Madame Élisabeth.

Après l’exécution du roi, le 21 janvier 1793, la Révolution s’emballe sous l’effet des menaces tant intérieures (soulèvements monarchistes dans les provinces) qu’extérieures (menaces d’invasion par les armées de la première coalition). Le 10 mars 1793 a été décrétée une levée en masse de 300 000 hommes et la création d’un Tribunal criminel extraordinaire ou Tribunal révolutionnaire pour « juger sans appel et sans recours les conspirateurs et les contre-révolutionnaires ».

Marie-Antoinette a la douleur d’être séparée de son fils, le petit Louis XVII (8 ans). Il est confié à un cordonnier, le citoyen Simon, pour être élevé en domestique et en sans-culotte (il mourra deux ans plus tard dans des conditions sordides).

Le 1er août 1793, la reine est aussi arrachée à sa fille et à sa belle-soeur et transférée à la Conciergerie, sur l’île de la Cité. Dans cette prison sordide aux cellules puantes et obscures, les prévenus attendent d’être déférés devant le Tribunal révolutionnaire. Celui-ci siège tout à côté, dans une salle de l’ancien Parlement où le roi tenait autrefois ses lits de justice.

Le complot des oeillets

La « veuve Capet » va devoir patienter dix longues semaines à la Conciergerie, cependant que la presse sans-culotte et en particulier Le Père Duchesne d’Hébert se déchaînent contre elle.

mantoinette8-rougeville-dumas.jpg

Alexandre Gonsse de Rougeville

Son geôlier la montre telle un animal de foire à diverses personnes dont il veut gagner les faveurs. Parmi celles-ci, il y a l’inspecteur des prisons Jean-Baptiste Michonis et Alexandre Gonsse de Rougeville, ancien chevalier de la maison du roi (Alexandre Dumas en fera le héros de son roman : Le Chevalier de Maison Rouge). Le 28 août, dans la cellule de la reine, le chevalier laisse négligemment tomber deux oeillets de sa boutonnière. Après son départ, la reine peut y découvrir un billet avec ces mots : « J’ai des hommes et de l’argent ». Ils lui laissent espérer une évasion prochaine. Prévue dans la nuit du 2 au 3 septembre, la tentative échoue grâce à la vigilance d’un garde. Elle vaut à Marie-Antoinette d’être déplacée dans une autre cellule, sous une surveillance renforcée.

Infâmes accusations

fouquier-tinville-vivant-denon.jpg

Antoine Fouquier-Tinville

Les tensions s’aggravent. Le 17 septembre, sur proposition de Philippe-Antoine Merlin de Douai et Jean-Jacques Régis de Cambacérès, les députés de la Convention votent la loi des suspects qui permet l’arrestation de ceux qui « n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle ». Autant dire que tout le monde est menacé.

Le 3 octobre, Jacques Billaud-Varenne, membre du Comité de Salut public et redoutable propagandiste de la Terreur, demande à la Convention de juger enfin la « putain couronnée », comme la surnomme Hébert.

mantoinette7-proces.jpg

Le 12 octobre, elle est extraite de sa cellule et soumise à un premier interrogatoire devant le président du tribunal Martial Joseph Armand Herman et l’accusateur public Antoine Fouquier-Tinville. Arrive enfin le procès officiel, le 14 octobre 1793. Il sera bouclé en deux jours.

Trois chefs d’accusation principaux visent Marie-Antoinette, qui ne sont pas – loin de là – dénués de fondement :
• Elle aurait dilapidé le Trésor de la Nation,
• Elle aurait entretenu des relations avec les ennemis de la République,
• Elle aurait soutenu les rébellions intérieures.

marie-antoinette-accusation.jpg

Prodigue et légère du temps de sa splendeur, Marie-Antoinette va témoigner de courage et de fermeté devant le tribunal révolutionnaire que préside .

Elle fait face avec dignité à d’infâmes accusations d’inceste sur la personne de son fils, présentées par le substitut du procureur général, le polémiste et jacobin Jacques Hébert. Robespierre lui-même déplore ces accusations nauséeuses qui affectent l’image de la Révolution.

Extrait de l’audience du 15 octobre 1793

Après la déposition d’Hébert, le président Hermann interpelle l’accusée : « Qu’avez-vous à répondre à la déposition du témoin ? » D’une voix tremblante, elle répond : « Je n’ai aucune connaissance des faits dont parle Hébert».
Hébert reprend la parole et accuse la reine et Madame Elisabeth d’avoir traité l’enfant en roi en lui donnant en toutes occasions la préséance. Marie-Antoinette se tourne vers Hébert et demande : « L’avez-vous vu ? »
Hébert : « Je ne l’ai point vu, mais la Municipalité le certifiera », puis il coupe court à l’aparté et, changeant de sujet, il se lance sur une autre affaire.
Un juré dont on n’a pas le nom se lève et demande : « Citoyen-Président, je vous invite à vouloir bien faire observer à l’accusée qu’elle n’a pas répondu sur le fait dont a parlé le citoyen Hébert à l’égard de ce qui s’est passé entre elle et son fils ». Le président répète la question et la reine se lève – « vivement émue » affirme le procès verbal – : « Si je n’ai pas répondu, c’est que la nature se refuse à une pareille inculpation faite à une mère ». Elle se tourne vers la foule : « J’en appelle à toutes celles qui peuvent se trouver ici ».

MarieAntoinetteproces.jpg

Deux témoins, les frères Humbert, rapportent qu’un courant passe dans la foule, même les tricoteuses se sentent remuées. L’audience est suspendue quelques minutes et la reine, se penchant vers son avocat Chauveau-Lagarde, lui demande à voix basse : « N’ai-je pas mis trop de dignité dans ma réponse ? »
– Madame, soyez vous-même et vous serez toujours bien ; mais pourquoi cette question ?
– C’est que j’ai entendu une femme du peuple dire à sa voisine : vois-tu comme elle est fière !

Épilogue

Quoi qu’il en soit, la reine n’échappe pas à la condamnation à mort.

MarieAntoinette

Arrachée à sa cellule de la Conciergerie, elle monte sur une charrette. Le jour de l’exécution, vers onze heures, elle quitte la Conciergerie, les mains entravées dans le dos, et monte sur une charrette, assistée par un abbé et maintenue au bout d’une corde par le bourreau Henri Sanson. La charrette traverse le pont au Change et emprunte lentement la rue de la Mégisserie. Il lui faut une heure pour arriver à la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde).

MarieAntoinettecroquis

Croquis de Marie-Antoinette conduite à l’échafaud

La reine est conduite au pied de l’échafaud, au milieu d’une foule vociférante. Elle monte dignement vers la guillotine et la légende veut qu’elle ait marché sur le pied du bourreau et se soit excusée en femme du monde : « Monsieur, je vous demande pardon, je ne l’ai pas fait exprès ». Elle a 38 ans.

Sa belle-sœur, Madame Élisabeth (29 ans), est à son tour guillotinée le 10 mai 1794. Sa fille Marie-Thérèse (« Charlotte ») aura plus de chance. Elle fera l’objet d’un échange contre des prisonniers français et quittera la France pour l’Autriche le 19 décembre 1795, le jour de ses 17 ans. Elle mourra en 1851 dans son pays d’adoption.

Le 21 janvier 1815, les restes de la reine Marie-Antoinette seront transférés avec ceux de Louis XVI dans la basilique Saint-Denis, traditionnelle nécropole des rois de France. Sur l’emplacement du cimetière de la Madeleine où ont été exhumés leurs restes présumés (aujourd’hui, 29 rue Pasquier 9e arrondissement), le roi Louis XVIII fera ériger une chapelle expiatoire. Une façon de se faire pardonner de n’avoir rien fait pour sauver son frère et sa belle-soeur dans son exil à Coblence.

 

https://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=17931016&ID_dossier=99