MARSEILLE (Bouches-du-Rhône), PESTE (1720-1722), PESTE (Marseille ; 1720), PRINCIPAUX ACTEURS DE LA PESTE DE MARSEILLE (1720-1722), PROVENCE

Principaux acteurs de la peste de Marseille (1720-1722)

Principaux acteurs de la peste de Marseille (1720-1722)

chronique20

François-Xavier de Belsunce de Castelmoron

mgr_de_belsunce-o

François-Xavier de Belsunce (ou de Belzunce) de Castelmoron est un ecclésiastique français né au château de La Force dans le Périgord le 3 décembre 1671 et mort à Marseille le 4 juin 1755.

Evêque de Marseille durant la peste de 1720, il fut ensuite nommé par Louis XV évêque-duc de Laon en 1723 et Pair de France, en remplacement de Charles de Saint-Albin, mais il refusa ce poste et ce fut Etienne-Joseph de La Fare qui fut nommé.

Naissance et études

Henri François-Xavier de Belsunce de Castelmoron était le second fils d’Armand II de Belsunce de Castelmoron, marquis de Castelmoron, baron de Gavaudun, seigneur de Vieille-ville et de Born, grand sénéchal et gouverneur des provinces d’Agenais et de Condomais, et de Anne Nompar de Caumont de Lauzun, sœur de Antonin-Nompar de Caumont, le célèbre duc de Lauzun. Son frère aîné se nommait Armand, il en eut deux autres, Antonin et Charles-Gabriel et une sœur, Marie-Louise, qui fut abbesse de Ronceray.

Élevé dans la religion réformée, , il devint catholique à l’âge de 16 ans. Il fit ses études au collège Louis-le-Grand et entra chez les Jésuites en 1689, et les quitta en 1701 pour des raisons de santé. Il garda toujours de bonnes relations avec eux ce qui fit écrire à Saint-Simon dans ses Mémoires : « Les jésuites le mirent hors de chez eux pour s’en servir plus utilement2 ». Il fut ordonné prêtre en 1703.

En 1706 il perdit sa tante, Susanne-Henriette de Foix de Candalle et écrivit son premier livre sur sa vie.

L’évêque

Après avoir été vicaire général du dioèse d’Agen, , il fut nommé à l’évêché de Marseille par le Roi le 5 avril 1709, décision ratifiée par le pape le 19 février 1710. Il resta évêque de Marseille pendant 45 ans, jusqu’à sa mort en 1755.

 La période 1710-1720

En 1713, le pape Clément XI condamne un livre de Pasquier Quesnel de l’Oratoire estimant qu’il renfermait des erreurs : c’est la bulle Unigenitus. Belsunce accepta la bulle et s’opposa vigoureusement à ceux qui protestèrent — les dénommés « Appelants » — notamment aux Oratoriens et à plusieurs chanoines. Il ne se contenta pas d’interdire aux pères de l’Oratoire l’exercice de la prédication mais aussi l’administration des sacrements. Dans ces querelles contre le jansénisme, il se prononça avec force contre ce mouvement et s’attira ainsi des ennuis avec le Parlement d’Aix.

 La peste de 1720

L’événement qui marqua l’épiscopat de Mgr de Belsunce fut la grande peste de Marseille de 1720. Son attitude, pendant cette période, fut très courageuse. Beaucoup furent frappés de son dévouement auprès des malades. Il multiplia les gestes spectaculaires en exorcisant le fléau du haut du clocher des Accoules ; ce fait est rapporté ainsi par Chateaubriand dans ses Mémoires d’Outre-tombe  : « Quand la contagion commença de se ralentir, M. de Belsunce, à la tête de son clergé, se transporta à l’église des Accoules : monté sur une esplanade d’où l’on découvrait Marseille, les campagnes, les ports et la mer, il donna la bénédiction, comme le pape à Rome, bénit la ville et le monde : quelle main plus courageuse et plus pure pouvait faire descendre sur tant de malheurs les bénédictions du ciel ? ». Il fait des processions et consacre la ville au Sacré-Cœur pendant une messe célébrée le 1er novembre 1720 sur le cours qui porte désormais son nom.  Cette dernière démarche lui aurait été suggérée par la visitandine Anne-Marie Rémusat. La basilique du SacréCœur a été construite à l’occasion du bicentenaire de cette consécration.

À cette occasion, Belsunce déclara :

« À Dieu ne plaise que j’abandonne une population dont je suis obligé d’être le père. Je lui dois mes soins et ma vie, puisque je suis son pasteur. »

L’évocation par Albert Camus de l’évêque de Belsunce dans son roman La Peste parait exagérée :

« Ici, le père Paneloux évoqua la haute figure de l’évêque de Belsunce pendant la peste de Marseille. Il rappela que, vers la fin de l’épidémie, l’évêque ayant fait tout ce qu’il devait faire, croyant qu’il n’était plus de remède, s’enferma avec des vivres dans sa maison qu’il fit murer ; que les habitants dont il était l’idole, par un retour de sentiment tel qu’on en trouve dans l’excès des douleurs, se fâchèrent contre lui, entourèrent sa maison de cadavres pour l’infecter et jetèrent même des corps par-dessus les murs, pour le faire périr plus sûrement. Ainsi, l’évêque, dans une dernière faiblesse, avait cru s’isoler dans le monde de la mort et les morts lui tombaient du ciel sur la tête. »

m0918-d90-1-29-b

m0918-d90-1-29-a

Pincette pour porter l’hostie avec détail, collection MHM

 

Après la peste (1722-1755)

Après la fin de la contagion, il y eut une grande admiration pour le prélat. Afin de le récompenser de son dévouement et sur les recommandations de son oncle le duc de Lauzun, le Régent le nomma en octobre 1723 à l’évêché de Laon. Il fit part au jeune roi Louis XV de sa renonciation à l’évêché de Laon qui fut attribué à Mgr de La Fare. En effet, il préférait rester à Marseille au milieu de ses ouailles qui avaient connu les terribles épreuves de la peste.

En 1726, Belsunce assista au synode provincial d’Embrun réuni pour condamner les opinions jansénistes de Soanen, évêque de Senez. Après 1730 il procède à une surveillance minutieuse de l’enseignement primaire et secondaire. Il favorise les jésuites et leur nouveau collège qui porte son nom et qui s’installe rue des nobles, rebaptisée rue Belsunce. Cette rue disparaît lors de l’aménagement du quartier de 1911 à 1938.

La présence de la franc-maçonnerie à Marseille est décelée par l’évêque en 1737, qui écrit un mandement daté du 28 septembre à l’intention de l’intendant de police, en ces termes : « Je ne sais, Monsieur, ce que sont les Francmaçons (sic), mais je sais que ces sociétés sont pernicieuses à la religion et à l’État ».

Il a été abbé commendataire non résidant de l’abbaye des Chambons dans le Vivarais. Membre de l’Académie de Marseille, il assiste à plusieurs réunions en particulier à celle du 12 janvier 1746 qui accepte Voltaire comme membre-associé. Il signe le procès-verbal sans réserve ce qui montre de sa part une certaine tolérance inhabituelle dans de nombreuses autres situations.

De 1747 à 1751, furent publiés sous sa signature les trois volumes de L’Antiquité de l’église de Marseille et la succession de ses évêques. Il est actuellement admis que le véritable auteur serait le père jésuite Claude Maire (1694-1761) qui était son conseiller théologique et son principal collaborateur.

Durant les dernières années, il constate avec tristesse un éloignement des pratiques religieuses surtout parmi les classes les plus favorisées.

Il meurt à Marseille le 4 juin 1755. L’évêché et la ville lui firent des funérailles grandioses. L’oraison funèbre fut prononcée par le jésuite Lenfant. Il institua l’hôpital de la Grande Miséricorde de Marseille, son légataire universel. Il fit quelques donations particulières aux jésuites qui héritèrent de sa bibliothèque, à ses domestiques, aux indigents et à ses parents.

C’est de Mgr de Belsunce que Victor Hugo parle quand il défend l’enseignement laïque et déclare : « L’enseignement religieux véritable, celui devant lequel il faut se prosterner, le voici : c’est le Frère de la Merci rachetant l’esclave, c’est Vincent de Paul   ramassant l’enfant trouvé, c’est la sœur de charité au chevet du mourant, c’est l’évêque de Marseille au milieu des pestiférés, c’est l’archevêque de Paris affrontant avec un sourire sublime le faubourg Saint-Honoré  révolté, s’inquiétant peu de recevoir la mort pourvu qu’il apporte la paix. »

Millevoye a chanté son dévouement dans le poème de Belsunce. L’abbé de Pontchevron a publié une biographie, en 1854 à Marseille.

Œuvres

Abrégé de la vie de Suzanne-Henriette de Foix de Candale, éd. Guillot, Agen, 1707.

Neuf lettres à M. de Colbert, Évêque de Montpellier, éd. Brébion, Marseille, 1730

Le Livre de Saint Augustin traduit en français, éd. Brébion, Marseille, 1740

L’Antiquité de l’Église de Marseille et la succession de ses évêques, 3 volumes in-quarto, éd. Vve J. P. Brébion, Maseille, 1747-1751

L’Art de bien mourir par le cardinal Robert de Bellarmin, traduit du latin, éd. Brébion, Marseille, 1752

Instructions sur l’incrédulité, éd. Brébion, Marseille, 1753

Œuvres choisies de l’évêque de Marseille, publiées par l’abbé Jauffret, 2 volumes, Metz, 1822

Correspondance

Lettre datée du 22 octobre 1720 qu’il adresse à Louis de La Tour-du-Pin-de-Montauban, évêque de Toulon au sujet de la peste.

Hommages

Statue de Mgr de Belsunce
(cathédrale de la Major, Marseille)

De nos jours, on trouve :

à Marseille :

un quartier à son nom,

une statue à son effigie sculptée par Ramus et placée initialement en 1853 sur le cours qui porte son nom puis déplacée sur le parvis de la cathédrale de la Major en 1892. Pendant l’occupation, les Allemands se livrèrent à une recherche de métaux non ferreux. En avril 1944 des résistants abritèrent les 2 800 kg de bronze de la statue sous des branchages dans un entrepôt du boulevard de Louvain où les Allemands ne la décelèrent jamais. Le jour de la libération de la ville, la statue fut découverte en fanfare et illuminée de lampions9. Cette statue repose sur un socle en pierre de Cassis sur lequel sont fixés deux hauts-reliefs en bronze : à droite « Monseigneur de Belsunce donnant la communion aux malades » et à gauche « Monseigneur de Belsunce en prière intercédant en faveur de Marseille ». Sur le devant du piédestal une dédicace en lettres d’or est gravée : « À Monseigneur de Belsunce pour perpétuer le souvenir de sa charité et de son dévouement durant la peste qui désola Marseille en 1720 »

un Institut Belsunce,

le canton de Marseille-Belsunce ;

à Paris:

la rue de Belzunce dans le 10e arrondissement ;

à Nantes:

la rue de Belsunce, dans le quartier Centre ville.

La position adoptée par sa statue, les bras ouverts avec les paumes vers le haut font ressembler Belsunce à quelqu’un qui a les mains vides, d’où l’expression marseillaise « arriver comme Belsunce » alors qu’on est invité.

Dans l’album Dante d’Abd-al-Malik la chanson Le Marseillais, l’auteur cite « Il est arrivé comme Belsunce dans notre quartier. »

Armoiries

Ses armes sont : « Écartelé, au premier, tranché d’or et d’azur, à la bande de gueules, qui est de Lauzun ; au deuxième, d’azur, à trois léopards couronnés d’or, qui est de La Force ; au troisième, écartelé, d’or et de gueules, qui est de Gontaut-Biron ; au quatrième, de gueules, à trois chevrons d’argent, qui est de Luxe. Sur le tout, écartelé, aux 1er et 4e d’or, à deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d’azur, qui est de Béarn ; aux 2e et 3e, d’argent, à l’hydre de sinople, ayant la première tête coupée et pendante, avec le sang qui dégoutte, de gueules, qui est de Belsunce ».

 

Jean-Baptiste Chataud

Jean-Baptiste Chataud, né à Marseille le 14 octobre  1681 et mort  , le 17 novembre le 1728, est le capitaine du navire le Grand SaintAntoine qui a introduit la peste à Marseille et dans toute la Provence à partir de 1720.

Biographie

Jean-Baptiste Chataud est le fils de Nicolas Chataud et de Mageleine Aubert. Il épouse Louise Chaud, fille d’un des propriétaire de la cargaison du Grand Saint Antoine. Le bateau est en effet armé par Ghilhermy et Chaud, Jean-Bapstiste Estelle, Antoine Bourguet et Jean-Baptiste Chataud, intéressés chacun pour un quart.

En 1719, commandant le Grand Saint Antoine, Chataud était parti de Marseille pour le Proche-Orient. Ayant embarqué des passagers turcs à Tripoli, l’un d’entre eux mourut. Lorsque le chirurgien et trois matelots moururent aussi, Chataud retourna à Chypre , où il prit une patente de santé. II toucha à Livourne , où il déclara que divers de ses gens étaient morts de « fièvres pestilentielles ». Arrivé en rade de Marseille le 25 mai 1720, au lieu de s’arrêter à l’île Jarre, endroit destiné à la désinfection des navires contaminés, il vint mouiller à Pomègues, d’où il se rendit par chaloupe au bureau de la santé où il déclara que divers de ses gens étaient morts « de mauvais aliments ». Une partie des marchandises ayant été débarquées aux infirmeries, lorsque le garde mis à bord et les portefaix moururent, les intendants de santé firent alors passer le navire à l’île de Jarre. Mais il était trop tard et la peste s’était déjà répandue dans la ville.

Tenu pour responsable, Chataud fut emprisonné au château d’If pendant près de trois ans.

Les derniers foyers de peste en Provence ne s’éteignent qu’en janvier 1723, avec un bilan effroyable de 120 000 victimes sur les 400 000 habitants que comptait la région à cette époque, soit près d’un tiers de la population.

De nouvelles analyses révèlent que cette épidémie de peste « marseillaise » ne viendrait pas du Moyen-Orient comme on le pensait, mais pourrai-être une résurgence de la grande peste noire ayant dévasté l’Europe au xive siècle. Lebacille Yersinia pestis, à l’origine de l’épidémie de peste qui a ravagé Marseille et la Provence entre 1720 et 1722, pourrait donc être resté latent 4 siècles

 

Jean-Baptiste Estelle

estelle

Jean-Baptiste Estelle, né à Marseille en janvier 1662 et mort dans la même ville en janvier 1723,   est un négociant, diplomate, et homme politique français. Il a été consul de France au Maroc et en Syrie, puis échevin de la ville de Marseille pendant la peste de 1720.

Biographie

Jean Baptiste Estelle est le fils de Pierre Estelle, consul de France, et de Gabrielle de Moustiers. Il épouse Elisabeth de Bonnaud de Roquebrune.

 Le consul

En 1680, Jean-Baptiste Estelle est appelé à Alger par son père Pierre Estelle qui y est consul depuis 1670. Après un retour à Marseille en 1683, il suit également son père en 1685 au Maroc à Tanger puis à Tétouan. En 1688, il est chargé par la chambre de commerce de Marseille de favoriser les échanges avec le Maroc. Il fut chargé, discrètement, par Moulay Ismaïl, de mener des négociations commerciales, en favorisant les intérêts du Maroc. Les hauts fonctionnaires et dignitaires dans l’entourage de Moulay Ismaïl lui attribuèrent le quolibet de commerçant ould stilla selon l’historien marocain Abderahmane Ben-Zidane, voulant dire littéralement « fils du petit seau ». Jean-Baptiste Estelle aurait fait fortune grâce aux largesses du monarque.

D’autres missions lui sont également confiées et, en 1690, il est nommé consul de France à Salé, mission au cours de laquelle il développe les relations commerciales entre les deux pays et s’occupe du rachat des prisonniers chrétiens.

En 1699, il est muté au consulat de Seyde en Syrie où il pourra constater les ravages que fait la peste dans ce pays. En 1711, il abandonne ses fonctions pour rentrer à Marseille et se consacrer au négoce.

 Le négociant

Il entre en relation avec la maison Guilhermy, Chaud et Cie qu’il avait connue au Levant. Il développe le commerce avec le Proche-Orient, notamment avec Seyde. Il devient un notable de la ville de Marseille et, le 28 octobre 1718,  il est élu premier échevin de Marseille.

 L’échevin et la peste

Le 25 mai 1720, le voilier Le Grand-Saint-Antoine qui vient d’Orient (Syrie-Chypre) mouille à l’île de Pomègues dans la rade de Marseille. La cargaison de ce navire appartient pour une part à Estelle et ses associés. D’après le règlement, ce bateau qui avait eu à son bord durant sa traversée neuf personnes mortes, aurait dû aller directement en quarantaine à l’île Jarre située à 15 km de la ville. Or il n’en a rien été. Une controverse s’est élevée sur ce qui s’est passé et sur le rôle exact de l’échevin. Les archives de Marseille montrent qu’il a joué de son influence pour que les intendants sanitaires autorisent un débarquement des riches marchandises pour une mise en quarantaine à la Nouvelle Infirmerie, aussi appelée Lazaret qui était située à l’époque au nord de l’agglomération plutôt que de le mettre en quarantaine sur l’île Jarre, comme cela doit être le cas lorsqu’il y a eu des morts à bord du bateau. La peste a été transmise à partir de ces locaux à toute la ville et au-delà. Estelle était au courant, grâce à ses séjours au Proche-Orient (alors appelé le Levant), des risques encourus. Il aurait rencontré le capitaine Chataud, commandant le navire, qui aurait mouillé près de Toulon, et lui aurait conseillé de passer à Livourne en Italie. Il y obtient alors un certificat de mort de fièvre pestilentielle, considéré différent de la peste à cette époque et lui permet ainsi d’éviter de risquer d’abîmer les marchandises sur l’île de Jarre. Un document conservé aux archives nationales de France, une lettre signée par Benoît de Maillet, correspondant attitré du ministère de la Marine, y décrit cette rencontre. Les intendants, également négociants, désignés par les échevins, auraient également fermé les yeux devant le danger. Les registres montrent qu’ils étaient au courant de la peste qui circulait alors en Syrie et Palestine. Cependant, la cargaison était faite de plus de 700 balles de coton et de soie et de toiles très fines provenant de Dama, pour une valeur de 300 000 livres, soit l’équivalent de 9 millions d’euros actuels.

Quoi qu’il en soit, une fois la peste déclarée, après plusieurs jours d’épidémie, Estelle se montre très courageux et à la hauteur de sa tâche, sans doute par remord. Il veille à l’évacuation des cadavres, recherche des médecins et s’inquiète du ravitaillement. C’est finalement le chevalier Roze qui mettra fin à la maladie.

À son époque, Estelle fut diversement jugé. Le gouvernement le croit tout d’abord coupable. La Cour ne tarde pas à revenir sur sa sévérité initiale. Le maréchal de Villard écrit le 6 novembre 1721 :   « S.A.R. elle-même m’a dit que le sieur Estelle auquel on avait voulu d’abord attribuer le commencement des malheurs, s’était bien justifié de cette fausse accusation et qu’il avait fort bien servi ainsi que ses confrères. ».

Le 19 janvier 1722, Lebret propose Estelle pour l’octroi de lettres de noblesse et d’une gratification de 6 000 livres. Anobli par le roi au mois de juillet, il meurt peu de temps après en janvier 1723.

Une rue du 1er arrondissement de Marseille  porte son nom.

 

Charles-Claude Arnault de Langeron et Famille Andrault de Langeron

publication_25

Langeron chef d’escadre, lithographie de Ringué, 19e siècle, MHM 80 3 24 C

 La famille Andrault de Langeron olim Andrault est une famille de la noblesse française originaire du Limousin, fixée au début du XVè siècle en Nivernais. Elle a donné trois branches dites de Langeronde Maulévrier et de Buy. La branche ainée de Langeron est éteinte en ligne légitime depuis 1831, mais a donné une descendance naturelle reconnue, anoblie en 1822, qui continua en Russie, en Belgique puis aux Etats-Unis. La branche de Maulévrier est éteinte depuis le début du XIXè siècle, la branche de Buy s’est éteinte sous ce nom au xviie siècle en Pologne. Cette famille compte parmi ses membres plusieurs officiers généraux qui combattirent en France, en Pologne et en Russie, dont un maréchal de France, un feld-maréchal russe, et plusieurs lieutenants-généraux des armée, ainsi que des hauts fonctionnaires polonais .

 

Cardin Le Bret de Flacourt (1675-1734)

452px-Cardin_Lebret

Cardin Le Bret de Flacourt par Hyacinthe Rigaud en 1712.

Cardin Le Bret, seigneur de Flacourt, comte deSelles, né le 26 octobre 1675 à Flacourt (78) et mort le 16 octobre 1734 à Aix-en-Provence,  est un magistrat français.

 Biographie

Fils de Pierre-Cardin Lebret de Flacourt et de Marie-Françoise Veydeau de Grandmont, conseiller au parlement de Provence (1694), maître des requêtes ordinaires de l’Hôtel du roi (1696), commissaire du roi de France (1701), il reçoit les pleins pouvoirs pour délimiter les frontières entre la France et l’Espagne.

En 1704, il est nommé au poste d’Intendant à la place de son père et, fidèle à la couronne, il vend sa vaisselle d’argent afin de faire un emprunt pour payer l’armée et repousser l’invasion du duc de Savoie en Provence. Il se voit récompensé en étant nommé, à la suite de son père, premier président à mortier au parlement de Provence, le 30 juin 1710. Commandant de la force armée (1724), il devient comte de Selles en 1727 et s’éteint paisiblement dans la nuit du 14 octobre 1734. Le Comte de Selles a su se faire aimer du peuple, admirer et respecter par ses pairs : ce magistrat réunissait les postes qui donnent de l’autorité en Province écrit son neveu, le Marquis d’Argenson. Il a su garder la faveur des deux grands rois : « J’ai connaissance de votre zèle pour mon service » (lettre de Louis XIV) ; « Ne doutez pas que je sois toujours très content de vos services » (lettre de Louis XV).

Cardin Le Bret de Flacourt fit quatre mariages :

le 30 juillet 1697 avec Marie-Thérèse de Lubert (1677-1699), fille de Louis Lubert, trésorier général de la marine

le 12 mai 1708 avec Marguerite-Charlotte-Geneviève Le Ferron (morte sans enfants la même année), fille de Jean-Baptiste Le Ferron, seigneur du Plessis-aux-Bois, maître des comptes à Paris et Grand maître des Eaux-et-Forêts de Flandre, Normandie, d’Île-de-France et Soissonnais.´

en 1710 avec Thérèse-Angélique Croisset (morte en 1712), fille de Louis-Alexandre Croisset, marquis d’Estiau, premier président du parlement de Paris

en juillet 1712 avec Marguerite-Henriette de Labriffe, d’où postérité.

 Iconographie

Cardin Le Bret de Flacourt commanda un premier portrait à Hyacinthe Rigaud en 1708 puis en 1712 .

Alors qu’il avait souhaité un simple buste lors de sa nomination comme premier président au parlement, Cardin opte cette fois-ci pour une posture plus ostentatoire : « Le comte est représenté debout, en grand costume de premier président, robe rouge, manteau d’hermine ; la main droite levée, la gauche appuyée sur son mortier […] tout est admirable dans ce tableau qui est un chef d’œuvre du maître »

On retrouve en contrepartie la même expression du visage dans la gravure de Cundier, que Henri Van Hulst et Pierre Hulsr et Pierre-Jean Mariette disaient « inspiré sans aucun changement [d’un] portrait jusqu’aux genoux ».

On sait par divers témoignages qu’au moins deux portraits de Cardin étaient encore conservés, à la fin du xviiie siècle, en Provence. En 1790, Fauris de Saint-Vincens mentionnait également, « à l’hôtel de ville d’Aix, dans une salle à côté de celle ditte du conseil […] le portrait de M. Lebret peint par Rigaud ». Ce dernier portrait semble avoir été détruit en 1792.

 

Charles Peyssonnel

Charles Peyssonnel, né à Marseille vers 1640 et mort de la peste à Marseille le 20 septembre 1720, est un médecin marseillais.

Biographie

Charles Peyssonnel issu d’une famille de médecins est lui-même médecin. Il a deux fils : Jean-André Peyssonnel (1694-1759) médecin et naturaliste et Charles de Peyssonnel (1700-1757) avocat et diplomate.

Ancien élève des Oratoriens, il reste fidèle à ses maîtres et sera poursuivi comme Janséniste et condamné par l’intendant de Provence le 12 février 1689à sept ans de bannissement hors du royaume et à 1 500 livres d’amende. Il s’exile au Caire en Egypte où il exerce la médecine. Il séjourne également en Tunisie de 1697 à 1699. Rentré à Marseille, il est en 1720 le doyen des médecins. Il exerce les fonctions de médecin chef de l’Hôtel-Dieu. Durant lla peste de 1720 il est le premier à diagnostiquer officiellement la peste le 9 juillet 1720 en examinant un enfant malade rue Jean-Galant et alerte les échevins. Il aura une attitude admirable et décédera de la peste, victime de son dévouement.

 

Jean-André Peyssonnel

260px-jean_antoine_peyssonnel._line_engraving_by_e._fessard_after_wellcome_v0004640

Jean-André Peyssonnel, gravure Étienne Fessard.

Jean-André Peyssonnel, né le 19 juin 1694 à Marseille et mort le 24 décembre 1759 à Saint-Bertrand de l’Isle Grande-Terre en Guadeloupe, est un médecin et naturiste français.

Biographie

Son père Charles Peysonnel, né en 1640, était un médecin renommé qui succomba à 80 ans à la peste de 1720, victime de son dévouement aux malades de l’Hôtel-Dieu. Son frère, Charles de Peyssonnel,  prénommé Charles comme son père, né à Marseille le 17 décembre 1700, était avocat à Aix-en-Provence et fut chargé du consulat de Smyrne où il décéda le 16 juin 1757.

Il effectua des études au Collège des Oratoriens de Marseille, particulièrement attentifs à l’histoire des sciences, puis à l’Université d’Aix-en-Provence où il obtint le grade de docteur en médecine en 1718. Avant de commencer sa carrière de naturaliste, il débuta comme médecin, son dévouement aux malades lors de l’épidémie de peste de Marseille en 1720 lui valant une rente annuelle du roi. La proximité de la mer et sa curiosité scientifique le poussèrent progressivement vers une recherche sur des « productions marines » comme le corail, les éponges, les algues

Le comte Luigi-Ferdinando Marsigli (1658-1730), fondateur de l’Institut de Bologne, l’initia à l’histoire naturel. Il entreprit divers voyages sur les côtes méditerranéennes pour étudier la nature du corail. L’Académie des sciences le nomma correspondant en 1723 d’Etienne-François Geoffroy (1672-1731) et à compter de 1731 d’Antoine de Jussieu (1686-1758).

Il alla en Afrique du Nord en 1724. Il rédigea un mémoire, Voyage dans les régions de Tunis et d’Alger. De retour à Marseille, il participa à la fondation de l’Académie de Marseille (1726).

Nommé médecin royal à la Guadeloupe en 1727, il partit pour cette destination où il poursuivit une investigation méthodique de l’archipel, notamment de la Soufrière   dont il donnait à l’Académie de Marseille, le 1er juillet 1733, une remarquable description. Il continua ses recherches sur le corail. Il montra en 1750 que le corail appartenait au règne animal et élabora à ce sujet un ouvrage qu’il envoya à l’Académie des sciences et à l’Académie royale de Londres. Cet ouvrage ne parut que sous forme d’analyse dans les transactions philosophiques de la Société royale de Londres. Le 7 mai 1752, un résumé de ses travaux fut présenté à la Société par William Watson, qui souligna la haute qualité du travail de Peyssonnel. C’est peut-être cela qui le poussa à s’exiler en Angleterre, alors qu’en France tous lui donnaient tort. Pour qu’on donne raison à Jean-André Peyssonnel, il fallut attendre la découverte de l’hydre d’eau douce par le Suisse Abraham Trembley (1710-1784).

Son décès, survenu le 24 décembre 1759, resta longtemps ignoré des membres de l’Académie de Marseille. Il ne lui fut rendu hommage qu’en 1778 par M. Collé dans son discours de réception ; il confirme la découverte par l’analyse chimique et proteste énergiquement contre un article de Michel Adanson   (1727-1806) paru dans le supplément de L’Encyclopédie.

Pour sa part, René-Antoine Ferchault de Réamur 1683-1757) douta d’abord de cette découverte, mais il est vrai que personne ne la proclama ensuite plus noblement.

Georges-Louis Lelerc,  comte de Buffon (1707-1788), dans l’article VII du premier discours de son histoire naturelle indique bien que « Peyssonnel avait observé et reconnu le premier que les coraux devaient leur origine à des animaux ».

Œuvres

La Contagion de la peste et les moyens de s’en préserver, Marseille, 1722.

Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris, 1838 ; réédition, Paris, La Découverte, 1987, avec une présentation et des notes de Lucette Valence.

Ouvrage manuscrit, Traité du corail, (Bibliothèque du Muséum)

Ouvrage manuscrit, Observation faite sur la montagne dite la Soufrière, dans l’île de la Guadeloupe 1732, Académie de Marseille, sciences physiques.

Hommages

Une rue de Marseille et une rue d’Aix-en-Provence portent son nom.

Le nom générique d’une algue rouge, Peyssonnelia, a été donné en sa mémoire

 

Anne-Madeleine Rémusat

Anne_Madeleine_Remuzat

Madeleine Rémusat (Marseille, le 29 novembre 1696 – Marseille le 15 février 1730 ), en religion sœur Anne-Madeleine, est une religieuse visitandine,  morte à 33 ans. Elle est considérée comme le successeur de sainte Marguerite-Marie Alacoque, et appelée à ce titre « l’apôtre du Sacré-Cœur ». Elle a été la propagatrice de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus et a été déclarée vénérable. Stigmatisée, « morte en odeur de sainteté”, elle avait reçu des messages de miséricorde du Sacré-Cœur. Elle fit consacrer le diocèse et la ville de Marseille au Cœur Sacré de Jésus par Mgr de Belsunce le 1er novembre 1720,

Un boulevard Madeleine Rémusat porte son nom dans le 13è arrondissement de Marseille.

Biographie

Anne-Madeleine Rémusat est la fille de Hyacinthe de Rémusat, un négociant marseillais, et d’Anne Constans

Fondatrice

Après en avoir reçu l’approbation dans un bref du pape Clément XI en date du 30 août 1717 Anne-Madeleine Rémusat fonde l’ Association de l’Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ. À l’invitation de Mgr de Belsunce, elle en rédige elle-même les statuts qui, joints aux prières, litanies et exercices qu’elle modifie considérablement par rapport aux documents dont elle s’inspire, sont publiés le 30 mars en un petit livret ayant pour titre Manuel de l’Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur. À sa mort, l’association comptera soixante mille membres, et elle sera élevée au rang d’archiconfrérie par le pape Léon XIII le 31 août 1880.

La peste à Marseille

1024px-Vitrail-basilique-du-Sacré-coeur-Marseille (1)

« La Vble A M Remuzat inspire à Mgr de Belsunce en 1720 de consacrer Marseille au Sacré-Coeur pour obtenir la cessation de la peste » (Vitrail de la basilique du Sacré-Coeur à Marseille)

La célèbre peste de Marseille se déclare en juillet 1720. En octobre, alors qu’elle est en adoration, le Christ lui fait entendre qu’à la faveur de ce fléau elle verra se réaliser l’institution d’une fête en l’honneur de son Cœur sacré. Le message est transmis à Mgr de Belsunce, qui décide le 1er novembre 1720  de consacrer Marseille et son dioèse au Sacré-Cœur de Jésus. Elle répandit alors des scapulaires  du Sacré-Cœur portant le nom de sauvegarde, « petites pièces de drap rouge, sur lesquelles le divin Cœur est imprimé en noir sur une pièce d’étoffe blanche cousue sur la première. Il y est parfois écrit : Ô Cœur de Jésus, abîme d’amour et de miséricorde, je mets en vous toute ma confiance et j’espère tout de votre bonté. »

 Procès en béatification

Joseph-Hyacinthe Albanès, docteur en théologie, historien de la Provence, fut chargé d’instruire la cause de béatification d’Anne-Madeleine Rémuzat après avoir instruit celle du pape Urbain V..

La cause de beatification a été introduite le 24 décembre 1891, puis reprise en 1921 sans aboutir, les preuves des miracles effectués par elle ayant été brûlées.

Le 9 avril 2009, Mgr Georges Pontier, archevêque métropolitain de Marseille, a nommé Mgr Jean-Pierre Ellul postulateur de la cause en béatification. Mgr Ellul est recteur de la basilique du Sacré-Coeur de Marseille,  lieu où est conservé le cœur d’Anne-Madeleine Rémuzat.

En février 2011, Mgr Ellul a été reçu au Vatican, à la Congrégation pour la cause des saints.. Il a pu rencontrer le Père Daniel OLS, O.P., rapporteur pour les causes françaises et celle au Monastère Mater Ecclesiae des Visitandines de Rome à qui il a remis un dossier, transmis au Saint-Père Benoît XVI.

En parallèle, Mgr Ellul travaille à faire connaître la vie et l’œuvre de la vénérable Anne-Madeleine Rémuzat sur Internet, à travers un site qu’il met à jour régulièrement et même d’une page sur un réseau social bien connu. Il espère ainsi permettre l’accélération de cette cause, notamment, grâce à l’aide des internautes, par la découverte de documents disparus depuis le XIXè siècle.

Avec l’accord et la présence de Mgr  Georges Ponier, la session d’ouverture de l’Enquête du procès en béatification et canonisation se tient dans la basilique du Sacré-Coeur de Marseille le samedi 15 février 2014.

 Œuvres

Manuel de l’Adoration perpétuelle du Sacré-Cœur (1718)9, dans lequel elle inclut des litanies. Ce sont ces litanies (connues sous le nom de Litanies de Marseille) qui seront approuvées par le pape Léon XIII pape  en 1899.

 

Nicolas Roze (chevalier)

Chevalier_Roze

Nicolas Roze, plus connu sous le nom de Chevalier Roze, est né en 1675 et mort en 1733 à Marseille. Il se distingue en 1720 lors de l’épidémie de peste à Marseille.

Biographie

Nicolas Roze est issu d’une famille de cultivateurs de Solliès. L’un de ses ancêtres, Antoine Roze, viendra s’établir à Marseille comme hôtelier en 1580. Ses descendants s’intéressent au domaine maritime, notamment comme charpentiers constructeurs de galères et pateons de barque. La rue du Petit Chantier perpétue le souvenir de l’emplacement de ce chantier, connu à l’époque sous le nom de l’« Isle de Roze ». Nicolas Roze est le fils de Firmin Roze et de Virginie Barthélémy.

Devenu armateur, il pratique à partir de 1695 le « nolis », c’est-à-dire l’affrètement, le courtage, l’armement de navire à partir d’un comptoir en Espagne, à Alicante fondé et dirigé par son frère aîné, Claude Roze, de toute évidence aussi doué pour les affaires que son frère cadet était aventureux. La même année, Nicolas Roze se marie avec Claire Amiel. Le couple aura trois enfants, une fille, Virginie, née le 5 juin 1696 qui deviendra religieuse, et deux garçons qui mourront jeunes.

Blessé pendant la Guerre de Succession d’Espagne  , au cours de laquelle il avait levé une armée à ses frais pour défendre ses intérêts comme ceux de la France, Nicolas Roze rentre à Marseille. Louis XIV   le nommait chevalier de l’ordre de Saint-Lazare, et lui attribue une pension de dix mille livres. Ce titre lui vaudra son surnom de « Chevalier Roze ».

À partir de 1716, il est vice-consul d’un comptoir sur la côte ouest du Péloponèse aux côtés du consul Joseph Maillet. Il est chargé de la surveillance et de l’entretien des installations portuaires, du contrôle et de la protection du commerce mais aussi de faire face aux épidémies récurrentes.

Après le décès de Joseph Maillet, il ne s’entend pas avec son fils et successeur, Pierre Maillet. Les autorités de Marseille les rapatrient tous deux, notamment en vue de demander quelques explications à Pierre Maillet sur ses comptes, et au Chevalier Roze, d’éclaircir certains rachats de prisonniers pas toujours sujets du Roi de France. Pierre Maillet et Nicolas Roze embarquent tous deux sur l’ « l’Hirondelle », pilotée par le Capitaine Segond, et arrivent à Marseille le 20 mai 1720. Cinq jours plus tard le « Grand-Saint-Antoine » piloté par le Capitaine Chataud, arrive en rade de Marseille porteur du bacille de la peste qui coûtera la vie à quelque 50 000 personnes, soit la moitié de la population en quatre ans.

Devant l’épidémie de peste de 1720, Roze propose immédiatement son aide aux échevins. Du fait de l’expérience qu’il a acquise au Levant, , il est nomme commissaire général pour le quartier de Rive-Neuve. Il boucle le secteur dont il a la charge en élaborant des postes de contrôle, fait même dresser une potence en vue de dissuader les pillards, fait creuser cinq grandes fosses destinées à recevoir les cadavres, convertit les voûtes de la Corderie en un hôpital pour abriter les malades atteints de la contagion, et procédera à la distribution des secours. Il organise aussi le ravitaillement de la ville.

Le 16 septembre 1720, Roze dirige une compagnie d’environ 150 soldats et forçats, les « corbeaux »,  équipés de tombereaux, de pinces et de râteaux, à enlever plus de mille deux cents cadavres amoncelés sur l’esplanade de la Tourette, un quartier pauvre du port. Les plus récents de ces cadavres sont vieux de trois semaines et les sources contemporaines les décrivent comme « présent[ant] à peine la forme humaine et dont les vers mettent les membres en mouvement ». En une demi-heure, les cadavres sont jetés dans les excavations des deux bastions, tout de suite comblées de chaux vive et de terre jusqu’au niveau de l’esplanade.

Sur le total de 1 200 volontaires et forçats chargés de combattre la peste, il n’y eut que trois survivants. Le chevalier Roze fut lui-même atteint de la peste, mais il en réchappa (les chances de survie de la peste étant de 20 à 40 % en l’absence de traitement moderne).

Il fut nommé gouverneur de Brignoles en 1723.

Veuf après l’épidémie, le chevalier Roze se remarie à 47 ans avec Magdeleine Rose Labasset, 17 ans. Ils résident dans un immeuble, rue Poids de la Farine, à deux pas de la Canebière. C’est là que Nicolas Roze s’éteignit le 2 septembre 1733.

Commémoration

DSC_0955Chevalier_Roze

Buste du chevalier Roze à Marseille

Son nom a été donné :

sur une rue du 2è arrondissement de Marseille ;

au virage sud du stade Vélodrome, à Marseille.

Un buste en bronze signé Jean-Baptiste Hugues (1849-1930) avait été inauguré en 1886 sur l’Esplanade de la Tourette où le Chevalier Roze s’illustra. Ce buste fut déplacé derrière le Vieux-Port rue de la Loge en 1936, transféré après la 2e guerre mondiale sur place Fontaine-Rouvier puis sur l’île de Ratonneau, dans la cour de l’ancien Hôpital Caroline, ce dernier visant à accueillir les voyageurs mis en quarantaine. Depuis mars 2017, le buste a retrouvé sa place initiale sur l’esplanade de la Tourette.

Il est cité dans le roman de Victor Hugo Les Misérables..

 

Michel Serre

260px-Serre_Michel_-_peste_-_Détail_montrant_l'artiste

Autoportrait de Michel Serre peignant les ravages de la peste devant l’hôtel de ville.

 Michel Serre, né à Tarragone (Espagne) le 10 janvier 1658 et mort à Marseille le 10 octobre 1733, est un peintre baroque français. Il est connu pour ses tableaux religieux et surtout pour ses représentations de la peste à Marseille en 1720.

 

Biographie

Sa jeunesse

Michel Serre, quatrième enfant de Jacques Serres, marchand ambulant, et de Marie Barbos est né à Tarragone le 10 janvier 1658. Orphelin très tôt, il est accueilli à la chartreuse de Scala Dei, située à une quarantaine de kilomètres de Tarragone. En 1670, il se rend en Italie où il apprend la peinture dans différents ateliers à Rome, Naples et Gènes.

En 1675, il quitte l’Italie pour s’installer définitivement à Marseille.

Ses débuts

Peu de temps après son arrivée à Marseille, il obtient une importante commande pour l’église des Dominicains, Le martyre de Saint Pierre Vérone (musée des beaux-arts de Marseille). En 1684, il peint pour les Chartreux l’immense toile de Madeleine enlevée par des anges conservée dans le chœur de l’église des Chartreux   à Marseille.

Le 1er mai 1685, à Notre-Dame-des-Accoules, il épouse Florie Régimonde, fille de Jean Régimonde et de Jeanne Montaignon. En juin 1688, il achète un terrain à Suzanne de Marle et André Venture, puis y fait construire une grande maison dans la future rue Venture. L’emplacement exact de cette habitation n’a pu être trouvé.

Le 10 maiu 1685, il obtient des échevins une lettre de citadinage et accepte de peindre pour l’hôtel de ville une toile, actuellement disparue, représentant le Christ mourant sur la croix.

Pour le récompenser de ses succès, Louis XIV le nomme peintre des galères et maître à dessiner des officiers et pilotes. Il travaille aux ouvrages de peinture des galères et enseigne aux jeunes officiers. Il exécute plusieurs portraits de chefs d’escadre, dont celui de Louis de Montolieu (musée des beaux-arts de Marseille).

Les années de maturité

Le 27 février 1704,   il donne procuration à sa femme pour régir ses biens et se rend à Paris. C’est là qu’il rencontre Jean-Baptiste Oudry qui devient son élève pendant quelque temps. Il se fait connaître par l’exécution de diverses toiles dont celle du Christ chassant les vendeurs du temple (Versailles, , église Saint-Symphorien). Il envoie un tableau représentant Bacchus et Ariane à l’Académie de Paris qui l’admet au nombre de ses adhérents le 6 décembre 1704 (musée des Beaux-Arts de Caen, œuvre détruite en 1944).

Ayant acquis une certaine fortune, il achète les charges de lieutenant du roi de la ville de Salon-de-Provence et de major de la ville de Gardanne. Louis XIV   signe les lettres patentes correspondantes respectivement le 22 janvier 1712 et le 22 ocrobre 1712.. Ses armes sont d’azur à trois serres d’aigles d’or posées l’une sur l’autre.

Il achète de nombreuses maisons de rapport et des terrains à bâtir dans les quartiers de Mazargues et de Saint-Giniez.

La peste et les années de vieillesse

Pendant la grande peste qui sévit à Marseille en 1720, Michel Serre se distingue par sa conduite. Il se révèle un homme de cœur et d’action. Il accepte la responsabilité de commissaire général de son quartier Saint-Ferréol et préside aux opérations de déblaiement du quartier. Il s’attira l’attention de l’intendant Lebret qui écrit aux échevins le 18 décembre 1721 : « Comme j’espère aller dans peu à Marseille, je verrai avec vous ce qui pourra se faire pour le tableau du sieur Serre dont je connais le mérite ».

Il distribue sa fortune pour soulager la misère des survivants. Son nom figure sur la stèle élevée en 1802 et placée actuellement au square du palais des Arts. Ayant été un très proche témoin de cette terrible épidémie, il peindra trois toiles qui sont ses œuvres majeures.

En 1726 il acquiert une chapelle qu’il dédie à Saint Jean de la Croix dans l’église des Carmes déchaussés.

Deux tableaux représentent la peste dans l’église paroissiale de La Ciotat. L’un des deux est du peintre Michel Serre. Il représente Le grand Saint Antoine, le bateau qui apporta la peste en Provence, en 1720, quittant sans secours la baie de La Ciotat.

Il meurt à Marseille le 10 octobre 1733, veuf et ruiné, mais entouré du respect de tous. Il est enseveli à la paroisse Saint-Ferréol.

Une rue du 16è arrondissement de Marseille porte son nom.

Son œuvre

La virtuosité de Michel Serre lui a permis de réaliser un très grand nombre de peintures dont plusieurs ont disparu. Il a surtout peint des scènes bibliques ou de la vie de la Vierge et du Christ. Il a également exécuté des tableaux relatifs à la mythologie et des représentations historiques, ainsi que des portraits. Ses tableaux sont conservés au musée des beaux-arts de Marseille et dans des églises de Marseille et de sa région.

Tableaux religieux

Sainte Marguerite, église des Augustins de Marseille.

Musée des beaux-arts de Marseille.:

La Madeleine pénitente

Éducation de la Vierge

Présentation de la Vierge au temple

La Visitation

Présentation de Jésus au temple

Jésus parmi les docteurs

Saint-Benoît ressuscite un jeune moine mort

Cycle de La Vie de Saint-François (quatorze toiles, dont deux ont disparu)

Le martyre de Saint-Pierre de Vérone, provenant de l’église des prêcheurs. Une copie a été faite par Joseph Coste qui remporte avec elle le prix d’encouragement

Le Miracle de Saint Hyacinthe

La Vierge à l’enfant, Saint-François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal

Eglise des Augustins de Marseille :

Sainte Marguerite

La Vierge à l’enfant apparaissant à Saint Pierre et Saint Paul. Ce tableau se trouve à l’intérieur d’un retable placé au-dessus de l’autel dit des portefaix dans l’église des Augustins à Marseille. Ce retable est couronné par un fronton animé de putti situés de part et d’autre d’une gloire qui rayonne autour d’une tiare et des clefs qui sont le symbole de l’apôtre Pierre, premier Pape de l’Église. L’attribution de cette œuvre peinte en 1692 pour la confrérie des portefaix à Michel Serre a été remise en question par l’historienne de l’art Marie Claude Homet.

Le Repos pendant la fuite en Égypte

La Vierge à l’enfant apparaissant à Saint Pierre et Saint Paul, église des Augustins de Marseille..

Marseille, église des chartreux: Madeleine enlevée par les anges

Marseille, église Saint-Matthieu de Château-Gombert :

Le Christ roi, la Vierge et Saint-Joseph, ou Le Purgatoire

L’Agonie de la Madeleine (attribution).

Franciscains devant la Vierge ou Apothéose de saint François (attribution)

Abbaye Saint-Victor de Marseille  : La Vierge en prière dans l’atelier de Nazareth

Marseille, église Saint-Cannat :

La Vierge à l’enfant et le purgatoire

La Purification de la Vierge

Marseille, église des Grands-Carmes : cycle de La Vie de la Vierge, six toiles classées en 1911

Apothéose de saint Roch, Marseille, église de Mazargues.

Marseille, église de Mazargues : Apothéose de saint Roch. L’église actuelle de Mazargues construite de 1849 à 1851 est dédiée à saint Roch, patron des pestiférés. Sur l’emplacement de cette église était érigée une chapelle dédiée au même saint. En effet lors de la peste de 1387 qui fit mourir le tiers de la population marseillaise, Mazargues reçut un afflux considérable de Marseillais qui fuyaient le fléau. Saint Roch fut tellement invoqué dans la vieille église que son nom y primât tous les autres. la présence dans cette église du tableau de Michel Serre représentant ce saint peut s’expliquer par le fait que l’artiste possédait une maison de campagne dans ce quartier, mais aucun document n’a fait explicitement mention de cette œuvre, pas même au début du xixe siècle. Ainsi l’abbé Marius Ganay précise seulement dans son livre La poétique histoire de Mazargues « derrière le maître-autel il y a une grande peinture qui représente l’apothéose de saint Roch ». Ce tableau d’un format remarquable (320 x220 cm) cintré à deux « oreilles » a été daté de la fin du xviie siècle. Sa forme particulière semble indiquer que cette œuvre devait venir s’encastrer dans le plafond d’un monument : église conventuelle ou chapelle d’hôpital. Au cours du xviiie siècle eut lieu sa transformation en toile encadrée pour orner un espace réduit par exemple un autel de chapelle ou d’église. Cette apothéose de saint Roch a fait l’objet de 2004 à 2008 d’une minutieuse restauration par le Centre Interrégional de Conservation et Restauration du Patrimoine à Marseille. Cette restauration a permis de constater que le châssis en bois résineux présentait la particularité d’être pliant suivant son axe vertical : des marques de pliage ont été constatées sur la couche picturale. L’étude des singularités du châssis indique que le tableau n’est probablement pas dans son format d’origine. Saint Roch contracta la peste au cours d’un pèlerinage qu’il fit en Italie et fut sauvé grâce à un chien qui venait le nourrir. Il est donc traditionnellement représenté revêtu du costume de pèlerin avec un bâton et une coquille cousue sur le manteau, un bubon pesteux sur la cuisse et accompagné d’un chien. Une statue placée dans la même église de Mazargues représente bien ainsi saint Roch. Or dans le tableau le saint montant au ciel ne présente pas le symptôme de la peste et n’est pas accompagné d’un chien : on peut donc supposer que le tableau représenterait en fait saint Jacques lui-même qui est le patron de l’Espagne, patrie originelle du peintre. Ce tableau fait partie des décors baroques plafonnants réalisés en Provence à la fin du xviie siècle pour des églises conventuelles ou des hôtels particuliers et dont Michel Serre a réalisé un certain nombre, aujourd’hui tous disparus.

Annonciation, saint Jean-Baptiste et saint Étienne, Marseille, église de la Pomme.

Marseille, église de la Pomme : Annonciation, saint Jean-Baptiste et saint Étienne. Ce tableau orne le chevet plat du chœur de l’église. Cette toile a été peinte au début du xviiiesiècle pour orner le maître-autel de la chapelle des Comtes située traverse des Comtes à Marseille, placée alors sous le vocable de l’Annonciation. Très usé, le tableau a fait l’objet d’une restauration en 1978 pour l’exposition l’âge d’or de la peinture provençale et a été ensuite placé dans l’église de la Pomme. Michel Serre réalise ici une mise en abyme peignant un tableau dans un autre tableau : l’Annonciation est réalisée dans un cadre semblant flotter dans les airs devant saint Jean-Baptiste à gauche portant un agneau et saint Étienne à droite en habit de diacre. Les rideaux qui bordent la composition créent un élément d’illusion propre au théâtre.

Église d’Allauch (Bouches-du-Rhône) :

Mort de Saint-Joseph. Ce tableau a appartenu à Julie Pellizzone.  

La Fuite en Égypte

Eglise Saint-Jean-de-Malte, Aix-en-Provence : Apothéose de Saint-Augustin

Eglise de la Madeline, Aix-en-Provence  :

Le Christ et sainte Madeleine chez Simon le lépreux

Ex-voto offert pour la peste de 1720

Église du Bausset (Var) : Le Vœu de Mgr de Belsunce

Saint-Maximin, la Sainte-Baume (Var), basilique Sainte-Marie-Madeleine :
Michel Serre peint pour cette basilique quatre toiles de dimension à peu près identique (190 cm × 140 cm) encastrées dans les boiseries du pourtour du chœur. Elles ont été réalisées très probablement en même temps que ces boiseries c’est-à-dire entre 1689 et 1692, et sont malheureusement en mauvais état. Elles ne constituent pas à proprement parler un cycle car elles ne traitent pas d’un même sujet ; elles représentent les scènes suivantes :

L’Enfant Jésus. Ce tableau dont le cadre adopte une forme compliquée est placé au-dessus d’un grand tabernacle en bois sculpté destiné à recevoir une crèche aujourd’hui disparue. L’enfant Jésus, glorieux et triomphant, est représenté vêtu de draperies flottantes autour de lui, le fond lumineux étant peuplé d’anges. Cet ensemble aimable annonce cependant la passion.

Sainte-Anne, la Vierge et l’enfant jésus, Saint-Joseph. Ce tableau représente la Vierge assise tenant sur ses genoux l’enfant Jésus se tournant vers sainte Anne. En arrière est représenté saint Joseph.

La Vierge à l’Enfant et le purgatoire. Ce thème du purgatoire est fréquent à la fin du xviie siècle en raison du changement des mentalités qui se produit après 1660 époque où on prévoit la fin du monde pour le dernier tiers du siècle présent, le temps du nouveau Testament devant égaler celui de l’ancien. Le séjour en purgatoire devient le passage obligé après la mort d’où de nombreuses représentations de ce thème. Dans la partie inférieure du tableau est évoqué le séjour douloureux du purgatoire avec des flammes tandis que la partie supérieure représente l’entrée au ciel facilitée par la sainte Vierge. Ce tableau est à rapprocher de celui qui se trouve dans l’église Saint-Cannat à Marseille.

Saint Thomas d’Aquin foudroyant l’hérésie. Le saint est représenté tenant dans sa main gauche l’ostensoir tandis qu’il brandit de la main droite la foudre pour terrasser l’hérésie qu’il piétine : il s’agit probablement du protestantisme car la toile a été réalisée peu de temps après la révocation de l’édit de Nantes 1685). Derrière saint Thomas d’Aquin, l’artiste a représenté un fond architectural avec à droite une niche contenant une statue représentant un personnage barbu. Le saint est représenté en pleine force de l’âge, c’est l’homme d’action qui triomphe plus par la force que par la persuasion.

Tableaux de la basilique Sainte-Marie-Madeleine  

L’Enfant Jésus.

 Sainte Anne, la Vierge et l’enfant Jésus et saint Joseph.

 La Vierge à l’enfant et le purgatoire.

 Saint Thomas d’Aquin foudroyant l’hérésie.

Vierge des grâces et purgatoire, La Ciotat, église Notre-Dame.

La Ciotat église Notre-dame :

Vierge de grâces

Vierge de grâces et purgatoire

Sainte Marie-Magdeleine et Saint Maximin (tableau non visible)

Marseille, musée Grobet-Labadié : Notre-Dame du bon voyage

Marseille, villa Gaby Deslys : La Résurrection de Lazare

Draguignan église Saint-Michel : Vierge donnant le scapulaire à Simon Stock

Aix-en-Provence, musée Granet: La vierge à l’enfant, moine bénédictin, Sainte félicité et Perpétue

Versailles, église Saint-Symphorien : Les Vendeurs chassés du temple

Œuvres de Michel Serre

La Fuite en Égypte, Allauch, église Saint-Sébastien.

 La Mort de saint Joseph, Allauch, église Saint-Sébastien.

 Agonie de la Madeleine, Marseille, Château-Gombert, église de Saint-Matthieu.

 Le Purgatoire, Marseille, Châtau-Gombert, église Saint-Matthieu.

 Apothéose de l’ordre de saint François, Marseille, Château-Gombert, église Saint-Matthieu.

 Vierge des grâces, La Ciotat, église Notre-Dame.

 Apothéose de Saint-Augustin, Aix-en-Provence, église Saint-Jean-de-Malte.

 Vierge en prière dans l’atelier de Nazareth, Marseille, abbaye de Saint-Victor.

 Vierge à l’enfant et le purgatoire, Marseille, église de Saint-Cannat.

Tableaux historiques

Les trois tableaux peints peu de temps après la peste de 1720 représentant les scènes de cette épidémie sont les plus connus. Ces œuvres qui eurent un très grand retentissement à leur époque, demeurent un témoignage majeur de cet évènement.

Musée des beaux-arts de Marseille :

Vue du Cours pendant la peste, Hauteur = 3,17 m × Largeur = 4,10 m

Vue de l’hôtel de ville pendant la peste, Hauteur = 3.06 × Largeur = 2,77 m

« Ces deux tableaux représentent le déplorable aspect qu’offraient alors les quais et le cours : là on voit les moribonds étendus, ayant près d’eux une cruche et un vase que quelques personnes compatissantes remplissent avec terreur d’eau et de bouillon ; le cours est jonché des cadavres de ceux qui ont cherché l’ombrage de ses arbres ou celui des toiles que les officiers municipaux y ont fait tendre : partout ce sont des scènes déchirantes d’enfants, de femmes, de vieillards expirants. »

Stendhal a apprécié ces deux tableaux : « Je viens de monter au premier étage de la Bourse (à l’époque bâtiment de l’hôtel de ville) pour les tableaux de Michel Serre. Contre mon attente, je les ai trouvés fort bons. »

Montpellier, musée Atger : La Scène de la peste de 1720 : épisode de la tourette, Hauteur = 1,25 m × Largeur = 2,10 m

Tableaux de la peste à Marseille

Vue du Cours pendant la peste de 1720, musée des beaux-arts de Marseille.

 Vue de l’hôtel de ville pendant la peste de 1720, musée des beaux-arts de Marseille.

ARLES (Bouches-du-Rhône), LA PESTE A ARLES EN 1721, MALADIE, PESTE, PESTE (1720-1722), PROVENCE

La peste à Arles en 1721

Peste d’Arles (1720-1721)

a633dd2bc6e2491b9a3d6683c83c3939.full.image

A Arles, la peste de 1720-1721, venue de Maseille contaminée le 25 mai 1720 fut tardive et particulièrement violente. Cette épidémie correspondant à une résurgence de la deuxième pandémie de peste. La contagion qui emporta plus de 40 % de la population avec environ 10 000 décès pour 23 000 habitants, provoqua, chose unique en Provence, des mouvements populaires réprimés par la troupe. D’après les descriptions réalisées, nous savons que cette épidémie fut principalement d’origine bubonique.  Sur le plan démographique, à la suite de ces milliers de morts, la cité dut attendre plus d’un siècle pour retrouver son niveau de population d’avant 1720.

Contexte et premières mesures

Une ville déjà frappée par la peste

En 1720, En quand éclate l’épidémie de Marseille, la peste, à Arles, n’est pas une inconnue. La cité rhodanienne a déjà été frappée par les grandes pandémies historiques : celle de la fin du VIè siècle ou Peste de Justinien du  et celle de 1348 appelée la Peste noire. Moins célèbres, de nombreuses autres contagions, en particulier les épidémies très meurtrières de 1449, 1481 et  de 1580 de sont restées dans la mémoire des Arlésiens. La dernière crise historique remonte au XVIIè siècle,  quand en 1629 la peste tue environ 900 habitants.

 Les premières mesures

Aussi, dès la connaissance de la contagion dans la ville de Marseille en mai 1720, la ville d’Arles prend-t-elle ses précautions. Un Bureau de Santé de soixante nobles et bourgeois est mis en place pour organiser les mesures indispensables telles l’interdiction du commerce avec les Marseillais et la constitution de réserves alimentaires.

Mur_de_la_peste (1)

Mur de la peste – Cette construction a été édifiée dans les Monts de Vaucluse afin de protéger le Comtat Venaissin de l’épidémie de peste qui frappa Marseille et une partie de la Provence (1720-1722), lorsque la peste franchit la Durance.

En août 1720, la cité ferme toutes ses portes à l’exception de celles du Marché-Neuf (vers Marseille) et du Pont (vers Tinquetaille, ie Languedoc)  gardées jour et nuit. Ces deux portes sont vitales car elles permettent l’accès aux territoires agricoles et pastoraux de la cité : la Crau et la Camargue, deux zones peu peuplées et de ce fait, potentiellement moins dangereuses. Il faut souligner que la porte nord dite de la Cavalerie, en direction de Tarascon et d’Avignon, sources probables de contagion, est condamnée. Parallèlement et à la même date, l’extrait des registres du parlement de Provence est lu3 dans les places publiques d’Arles ; afin que «nul ne l’ignore», les nouvelles mesures prises pour lutter contre la peste qui sévit à Marseille et dans toute la Provence sont placardées. L’affiche interdit aux habitants de sortir chasser hors de la ville, de maintenir du fumier dans les maisons ou basses-cours, et de jeter des ordures dans la rue, sous peine de fouet. Les habitants sont aussi tenus de nourrir les malades et d’en prendre soin, sans les amener à l’hôpital Saint-Jacques. Enfin, l’arrêt précise que toutes les marchandises susceptibles de communiquer la peste («indienes et coutonines») doivent être brûlées. À partir de ce même mois, l’embouchure du grand-Rhône est gardée et les Arlésiens interdisent la remontée du fleuve à tout navire qui n’a pas une patente de santé en bonne forme.

La contagion empirant, la Provence est déclarée en quarantaine par arrêté du Conseil d’état du roi en date du 14 septembre 1720. Il est fait défense aux habitants et aux marchandises de franchir le Verdon, la Durance et le Rhône. Les foires sont supprimées. Et en octobre les édiles de la ville d’Arles demandent aux habitants de déclarer toutes personnes étrangères qui sont logées chez eux depuis deux mois.

Chronologie

 La contagion initiale

300px-Crau_biome_area_map-fr.svg

La Crau, entre Marseille et Arles.

D’après les historiens, la peste d’Arles commence le 26 novembre 1720 quand Marguerite Poncet, dite Mérone, meurt à la tapie en Crau, petit cabaret à trois lieues de la ville d’Arles7. Son corps examiné par le médecin Simon n’aurait montré aucune marque de contagion. Toutefois, ce cabaret avait été fréquenté par un poissonnier, dénommé Simiot, qui venant de Marseille aurait apporté la peste à Tarascon..

Le 17 décembre 1720, la peste entre dans la ville avec le dénommé Claude Robert, dit Poncet Méron et neveu de Marguerite Poncet, venant malade de ce fameux cabaret en Crau; il avait résidé dans le Mas de Perne contaminé par un proche d’un trafiquant. À Arles, il loge dans une maison des arènes où il meurt deux jours plus tard. Bien que son décès n’ait pas été identifié initialement comme causé par la peste, son cas demeure suffisamment suspect pour que toute la population résidant dans les arènes (400 à 500 personnes) soit mise en quarantaine par la fermeture de toutes les issues. La ville leur fait distribuer du pain et des vivres pour 40 jours.

Le mal présent dans la cité inquiète tous les Arlésiens et ceux qui le peuvent – peut-être jusqu’à 10 000 – se réfugient en campagne dans leurs résidences ou dans des cabanes de fortune. Certaines professions, en dépit des précautions et directives des consuls, viennent ainsi à manquer comme celle des notaires :

« Il est décidé le 3 janvier que les testaments pourront être reçus par les aumôniers car il ne reste dans la ville plus qu’un seul notaire ».

Pendant ces quarante jours, seules 3 ou 4 personnes tombent malades. L’hiver se passe sans alarme supplémentaire et on ne dénombre pas plus de 5 décès, tant à la ville que dans les campagnes, probablement à la suite de la vigilance exercée par le commandant M. de Baumont, frère de M. Arlatan. Le mal semble « sous clef ». Mais en campagne apparaissent quelques cas et dès le 14 mars la Camargue est consignée.

 La reprise de l’épidémie

Les Arènes d'Arles loties avant le dégagement au 18e siècle
Les arènes loties du XVIIIè siècle 

À la fin avril 1721, l’infection se répand soudainement dans les arènes puis rapidement dans tout le quartier de la Major. Les autorités font dresser immédiatement des barrières pour éviter au peuple de ce quartier de venir dans le reste de la ville et séquestrent les mendiants au quartier de Trinquetaille.. Fait exceptionnel dans toute la Provence, une émeute éclate au début juin 1721 quand après le 25 mai les troupes du marquis de Caylus coupent la population de son terroir au moment des moissons. Dès le 3 juin un grenier à blé du quartier de la Cavalerie, les greniers à sel et un magasin de farine sont pillés. Le 4, les barrières sont enfoncées par une mutinerie des habitants, mutinerie rapidement réprimée par une troupe de 1 200 à 1 500 hommes de guerre commandée au nom du roi par le marquis de Caylus (il y a 3 fusillés le 9 juin), et le mal gagne la ville tout entière. Les églises sont fermées et les messes célébrées en plein air.

Toutefois, à la suite de ces incidents, le blocus est assoupli et les moissons autorisées.

 

Une mortalité effrayante

Dès lors, les quarantaines n’étant plus respectées, l’épidémie devient foudroyante ; des gens barricadés depuis des mois sont contaminés et meurent chez eux. La mortalité atteint des sommets, plus de 100 morts par jour en juin et juillet (soit une mortalité quotidienne de 0,5 % de la population totale). Les responsables de la cité, contrairement à ceux de la plupart des villes provençales, ne fuient pas leur responsabilité et nombreux meurent en service : en juin 1721, le commandant de la ville Jacques d’Arlatan meurt et est remplacé, sur instruction du roi, par Dominique de Jossaud; en juillet, c’est au tour du premier consul M. de Fourchon, puis du consul Grossy. Le 21 juillet une procession expiatoire à saint Roch est organisée.

Parallèlement à ces problèmes sanitaires, la ville doit faire face aux pillages en particulier des corbeaux, c’est-à-dire des hommes qui enlèvent les cadavres et les jettent dans la fosse commune. Des exécutions sont prononcées comme par exemple le 3 juillet ou le 23 août. À la mi-août, des campagnes jusque-là épargnées commencent à être attaquées (Corrègemas de VerdMas de la Flèche en Crau, …) Le 4 août la municipalité réussit toutefois à faire proclamer une nouvelle quarantaine. Le 15, l’ancien archevêque de la ville, le cardinal de Reims François de Mailly, envoie, à titre de secours, un fonds de 10 500 livres.

 

La fin de l’épidémie

P1180957_Arles_rue_du_Quatre-Septembre_n14_rwk

Statue de saint Roch au 14 rue du Quatre-Septembre, à Arles.

En août, l’état sanitaire de la ville commence à s’améliorer. Le 21 septembre avec la mort déclarée suspecte de l’avocat Brun, revenu semble-t-il en ville après être resté dans sa résidence de campagne avec sa mère, Arles enregistre le dernier décès du à la peste. À la fin septembre, une procession solennelle d’action de grâce est rendue aux saints anti-pesteux, sainte Rosalie, saint Roch et saint François-Régis .Persuadé que le fléau n’a cessé que par ces actions religieuses et populaires, l’archevêque d’Arles Jacques de Forbin-Janson proclame une procession annuelle en l’honneur de saint Roch. Le 25 septembre, la quarantaine est levée et cinq jours plus tard, les survivants commencent les vendanges, d’abord en Crau puis à partir du 10 octobre en Camargue, au Plan du Bourg et au Trébon.

Le 18 décembre est célébrée dans l’allégresse générale la fin de la seconde quarantaine : c’est la constatation officielle de la fin de la contagion. Et le 20 décembre, la peste ayant disparu, les églises rouvrent leurs portes. L’épidémie, entre le premier cas déclaré dans la ville (17 décembre 1720) et la fin officielle de la contagion (18 décembre 1721), a donc pratiquement duré un an jour pour jour.

Conséquences

 Démographiques

Sur le plan démographique la peste de 1720-1721 est particulièrement meurtrière. D’après Charles-Roux, dans son ouvrage Arles :

« … dans la ville 8 57224 individus avaient péri, et dans la banlieue 1 638 ; parmi eux, 4 consuls, 35 membres du corps municipal, 11 nobles, 7 avocats, 17 bourgeois, 72 prêtres et 35 médecins ou pharmaciens. La population totale d’Arles étant à cette époque de 23 178 habitants, on voit ce qu’une telle année lui avait coûté … »

Toutefois, Odile Caylux dans un ouvrage plus récent avance différents chiffres dont celui plus modeste de 7 500 victimes pour la ville seule. Le clergé arlésien est décimé en particulier les Minimes qui ont converti leur monastère en hôpital pour pestiférés. La noblesse et la bourgeoisie paient également un lourd tribut au fléau même si certains de leurs membres se sont réfugiés dans leurs propriétés camarguaises dès les premiers signes de l’épidémie, entraînant de vives tensions notamment aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Dans les années qui suivent, Arles, contrairement à Marseille, va mettre beaucoup de temps pour afficher à nouveau une population comparable à celle d’avant la peste ; la ville doit en effet attendre la fin des années 1840   pour retrouver ses 23 000 habitants.

 Économiques et financières

La ville déjà endettée avant l’épidémie doit faire face au défaut d’encaissement des taxes et à la disparition de nombreux contribuables.  De plus, la cité a du mal à trouver de nouveaux prêteurs, et en dépit de dons et de diverses aides ainsi que la négociation dans de bonnes conditions de ses billets avant la faillite de la banque Law, la ville va mettre plus de 20 ans pour rétablir ses finances.  Mais cette mortalité n’affecte pas uniquement les finances communales : elle augmente, à la suite de la disparition de nombreux journaliers, le prix de la main-d’œuvre, ce qui obère en particulier les revenus des fermes des grands propriétaires arlésiens. Notons enfin que la peste se déclare à une période où la campagne arlésienne est dévastée par une invasion de sauterelles qui détruisent les récoltes sur pieds aggravant ainsi la détresse de la population.

 Autres

À côté des impacts démographiques, financiers et économiques, cette peste, curieusement, a également des conséquences juridiques. Le déguerpissement des notaires dès le début de la contagion avait en effet obligé les aumôniers à recueillir les testaments, testaments rédigés pour la plupart sur papier libre et sans témoin, ce qui entraîne après l’épidémie de nombreuses contestations et procès.

Après les ravages de la peste, Arles connait un regain extraordinaire de ferveur religieuse, caractérisé par la multiplication des processions. La Vierge et les nombreux saints honorés de la cité continuent à être l’objet d’une dévotion traditionnelle, tandis que se développe le culte du Sacré-Cœur, considéré par l’Église comme antidote au rationalisme des Lumières.

Quelle peste ?

Dès le début de l’épidémie, chaque mort suspecte donne lieu à une inspection pour déterminer si le décès relève ou non de la contagion puis à compter du 5 avril 1721, la ville d’Arles est divisée en cinq quartiers auxquels sont associés cinq médecins : MM. Simon, Arnaud, Laurens, Compagnon et Pomme. Lors de ces inspections conservées pour la plupart aux archives municipales d’Arles, les médecins notent les principaux symptômes visibles sur les cadavres des personnes décédées. Ils décrivent aussi les patients soupçonnés d’être contaminés pour les transférer si nécessaire dans des hospices ou les mettre en quarantaine. Ainsi on a conservé une source relativement bien documentée de cette maladie.

Egyptian_plague_of_boils_in_the_Toggenburg_Bible_(black_and_white)

Malades atteints de peste bubonique

Les éléments les plus fréquemment relevés font référence à des bubons  aux aisselles, aux aines, derrière les genoux, sur les seins, et leurs différents états (presqu’ouverts, …) ; viennent ensuite les charbons, les taches noires ou pourprées et la langue noire. On signale également des tumeurs en général au cou ou des taches livides et flexibles. Dans certains cas seule apparait la mention mort suspecte  ou même comme pour Marguerite Poncet, sans marque de contagion. Les médecins signalent parfois les symptômes ayant précédé la mort : grande douleur à la têtevisage enflammésoif ardentegrosse fièvrefièvre maligne ou vomissements..

La mort est en général rapide, de quelques heures à quelques jours ; exceptionnellement le délai peut aller jusqu’à deux semaines. Toutefois, les médecins rapportent des rémissions spontanées, même après l’apparition de bubons.

La contagion d’Arles de 1720-1721 est donc une peste bubonique avec probablement quelques cas de peste septicémique et pneumonique.

Notes

Détails indiqués par Augustin Fabre in Histoire de Provence – 1833, page 248 et 249 :

« Le viguier et les consuls d’Arles avaient pris des mesures pleines de sagesse pour garantir celte ville de la maladie contagieuse, lorsqu’un pourvoyeur de Tarascon arriva dans la Grau au commencement de novembre 1720, apportant de Marseille, par contrebande, diverses marchandises pestiférées. Le nommé Robert, chez lequel ces marchandises avaient été déposées, ne tarda pas à se sentir malade. Il profita de la nuit pour entrer dans la ville sans être aperçu par les gardes et se rendit dans sa maison, au milieu des Arènes, où il mourut avec sa femme, malgré les secours les plus prompts. Sa belle-mère et plusieurs voisins qui avaient communiqué avec lui, succombèrent à la fin du mois de décembre. Les habitants prirent l’alarme. Cependant à la fin d’avril 1721, il n’était mort que quarante-six personnes. »

Augustin Fabre – Histoire de Provence – 1833, page 249 :

« Les mendians furent séquestrés au faubourg de Trinquetaille, et Jacques d’Arlatan de Beaumont, qui exerçait dans la ville le commandement militaire, la fit cerner par des troupes réglées, avec défense de passer la ligne prescrite sous peine de la vie. Le 4 juin ? trois mille individus, pâles de faim et de misère, se joignirent aux pestiférés en quarantaine, se répandirent dans la ville, enlevèrent le pain destiné aux malades et forcèrent les barrières de Trinquetaille. L’archevêque Jacques de Forbin-Janson sortit de son palais avec le chanoine Lecamus, son grand vicaire, le commandant d’Arlatan, les consuls et plusieurs notables pour calmer les perturbateurs. Il y parvint par ses paroles touchantes, après avoir été repoussé par les plus audacieux, dont un osa lui jeter une pierre. En ce moment de tumulte et de désordre les Corbeaux (on donnait ce nom aux hommes qui enlevaient les cadavres et les jetaient dans la fosse) se livrèrent à des pillages. Le lieutenant-général de Caylus, commandant en Provence, entra dans Arles pour y rétablir le bon ordre, et fit fusiller, au pont de Grau, trois chefs des révoltés. »

Sources et bibliographie

 Auteurs anciens

Augustin Fabre, Histoire de Provence, 1833, pages 248-251.

Victorin Laval Lettres et documents pour servir l’histoire de la peste d’Arles en Provence de 1720-1721. André Catelan éditeur, Nîmes, 1878

Jean-Charles Roux, Arles, 1914, réédition 1984

 Travaux récents

Jean-Maurice Rouquette (dir.), Arles, histoire, territoires et cultures, Actes Sud, 2008

Odile Caylux, Arles et la peste de 1720-1721, Publications de l’Université de Provence, collection Le temps de l’histoire, 2009

Robert Bouchet et Pauline Fargue, Les cahiers d’Arles n°1, « Chronique d’une année de peste Arles 1720-1721 », Actes sud, Arles, 2009.

ART ET SPIRITUALITE, ART RELIGIEUX, ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE, PEINTRES, PEINTURE, PROVENCE, VIERGE MARIE

L’Assomption de la Vierge en Provence au XVIIème siècle

 

L’Assomption en Provence au XVIIème siècle.

20160805_1_2_1_1_1_obj12418442_1 (5)

Rétable du Parlement d’Aix. Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence


par Charlotte Siat
Aix-Marseille Université – Master II Histoire de l’Art moderne spécialité Art moderne et contemporain 2013

 Assomption de la Vierge au XVIIè siècle en Provence

Arles_StTrophime_Bigot

Assomption par Trophime Bigot. Cathédrale Sainte- Trophime (Arles)

Biographie

Trophime Bigot naît à Arles en 1579 où il reçoit sa formation artistique ; il aurait été en particulier l’élève de Louis Finson lors du passage de ce dernier à Arles vers 1613.  Entre 1620 et 1634 , il passe de nombreuses années en Italie, en particulier à Rome. On le retrouve à Arles dès 1634 où il exécute des tableaux, une Assomption de la Vierge (1635) et un Saint Laurent condamné au supplice (1638) pour des églises locales, notamment l’église Saint-Trophime. Propriétaire en Camargue, il y fait exploiter quelques biens. De 1638 à 1642, il vit à Aix-en-Provence, place des Prêcheurs, où il peint une autre Assomption de la Vierge. Il revient à nouveau à Arles et partage à cette date ses activités entre sa ville natale et Avignon où il meurt en 1650.

..

 

HISTOIRE DE LA PROVENCE, LA PESTE DE MARSEILLE EN 1720, MALADIE, MALADIES, MARSEILLE (Bouches-du-Rhône), PESTE, PESTE (Marseille ; 1720), PROVENCE

La peste de 1720 à Marseille

Peste de Marseille (1720)

800px-Chevalier_Roze_à_la_Tourette_-_1720

Scène de la peste de 1720 à la Tourette (Marseille), tableau de Michel Serre (musée AtgerMontpellier). L’inhumation des cadavres à la Tourette par le Chevalier Roze, qui figure de façon exemplaire l’intervention de l’État, a été l’objet de représentations iconographiques nombreuses

La peste  de Marseille de 1720 est la dernière grande épidémie de peste enregistrée en France.

Elle fut propagée à par280px-Mgr_de_Belsuncetir du Grand-Saint-Antoine, un bateau en provenance du Levant (la région de la Syrie), accostant à Marseille le 25 mai 1720, jugé comme étant à l’origine de l’épidémie. En effet, sa cargaison constituée d’étoffes et de balles de coton est contaminée par le bacille de Yersin responsable de la peste. À la suite de graves négligences, et malgré un dispositif de protection très strict comportant notamment la mise en quarantaine des passagers et des marchandises, la peste se propage dans la ville. Les quartiers déshérités et les plus anciens sont les plus touchés. La peste s’étend rapidement dans la cité où elle entraîne entre 30 000 et 40 000 décès sur 80 000 à 90 000 habitants, puis dans toute la Provence, où elle fait entre 90 000 et 120 000 victimes sur une population de 400 000 habitants environ.

La responsabilité de la non-application de la réglementation pour les navires potentiellement infectés a été recherchée auprès du commandant du navire, le capitaine Jean-Baptiste Chataud, et du premier échevin, Jean-Baptiste Estelle. Aucune preuve formelle n’a pu être trouvée. Il est cependant certain que les échevins et les intendants de santé chargés de cette réglementation ont agi avec beaucoup de légèreté.

Lors de l’épidémie, l’alimentation de la population ainsi que l’évacuation des cadavres posent de graves problèmes et mobilisent les échevins qui montrent beaucoup de courage. L’enlèvement des cadavres du quartier de la Tourette par les galériens de l’Arsenal des galères mobilisés à cet effet et placés sous le commandement du Chevalier Roze constitue un fait majeur de ce tragique évènement. Les religieux avec à leur tête Mgr de Belsunce apportent quant à eux un réconfort moral aux mourants.

Cette épidémie a donné naissance à de nombreuses représentations artistiques parmi lesquelles celles du peintre Michel Serre, témoin direct de l’épidémie. Elle constitue un épisode historique marquant, toujours présent dans la mémoire collective des Marseillais.

440px-Chevalier_Roze_à_la_Tourette_-_1720

Scène de la peste de 1720 à la Tourette (Marseille), tableau de Michel Serre (musée Atger, Montpellier). L’inhumation des cadavres à la Tourette par le Chevalier Roze, qui figure de façon exemplaire l’intervention de l’État, a été l’objet de représentations iconographiques nombreuses.

 

 

Marseille à la veille de l’épidémie

s-l300 (4)

Situation économique

Malgré les difficultés financières de la ville de Marseille, fortement endettée depuis la fin du xviie siècle, le commerce marseillais est en plein essor après une crise passagère consécutive au traité de Rastadt (signé en 1714) qui mettait fin à la guerre de Succession d’Espagne. La valeur des produits du Levant apportés dans le port de Marseille en 1714 s’élève à vingt-trois millions de livres, somme jamais atteinte précédemment. C’est à ce moment où s’amorcent des conditions de vie meilleures et un essor économique auxquels un coup d’arrêt brutal est donné par l’apparition de la peste.

 

Urbanisme de la ville

La ville est entièrement ceinturée par un nouveau rempart construit sur ordre de Louis XIV par Nicolas Arnoul. Cette enceinte prend appui sur chacune des deux puissantes forteresses placées de part et d’autre de l’entrée du port : le fort Saint-Jean et le fort Saint-Nicolas. Les remparts du Moyen Âge ont été démolis et la superficie de la ville intra-muros est triplée, passant de 65 à 195 hectares. Dans les espaces intérieurs ainsi conquis sont construites des voies nouvelles se coupant perpendiculairement.

Il en résulte deux types d’urbanisation qui ne seront pas sans influence sur le développement et la propagation de la peste qui apparut d’abord dans les vieux quartiers. Au nord du port est située la ville ancienne qui correspond à celle du Moyen Âge avec des rues étroites, tortueuses et insalubres où se trouvent artisans et commerçants ; c’est dans cette zone que la peste apparaît et atteint son paroxysme. À l’est et au sud se développe la ville nouvelle avec ses nouvelles voies rectilignes : rue de Rome, rue Paradis, rue Saint-Ferréol.

 

Réglementation sanitaire

La peste constitue une menace permanente pour Marseille en liaison fréquente avec le Proche-Orient où cette maladie est endémique. Des épidémies frappent la ville à de nombreuses reprises, notamment en 1580 où la peste a été très meurtrière et a fait proportionnellement autant de morts sinon davantage que celle de 1720. Un système est progressivement mis en place et montre son efficacité puisqu’en 1720 Marseille n’a pas connu d’épidémie depuis soixante ans. Cette protection repose d’une part sur un cordon sanitaire mis en place à l’échelle méditerranéenne avec délivrance de patentes dans les ports du Levant et d’autre part sur un bureau de santé composé d’intendants qui décident de la durée de la mise en quarantaine pour l’équipage, les passagers et les marchandises.

 Les patentes

Chaque navire faisant escale dans un port du Levant se voit délivrer une patente, certificat délivré par les consuls des ports orientaux aux capitaines des vaisseaux souhaitant rentrer en France, qui précise l’état sanitaire de la ville. On distingue trois types de patentes :

la patente nette lorsque rien de suspect n’existe dans la région au moment du départ du vaisseau ;

la patente suspecte lorsque règne dans le pays une maladie soupçonnée pestilentielle ;

la patente brute lorsque la région est contaminée par la peste.

En cas de patente nette la durée de la quarantaine est ordinairement de dix-huit jours pour les personnes, vingt-huit pour le navire et trente-huit pour la cargaison. Ces périodes sont portées respectivement à vingt-cinq, trente et quarante si la patente est suspecte et trente-cinq, cinquante et soixante si la patente est brute

 Le bureau de santé

Un bureau de santé est créé à Marseille. Sa date de création est inconnue mais forcément avant 1622 car un texte émanant du parlement de Provence daté de cette année fait référence à cet établissement. Ce bureau, renouvelé chaque année par le conseil de ville, est composé de quatorze intendants bénévoles choisis parmi les négociants, marchands et anciens capitaines de vaisseau. La présidence est assurée à tour de rôle chaque semaine par l’un des intendants qui prend alors le nom d’intendant semainier. Afin d’assurer une bonne coordination entre le conseil municipal et le bureau de santé, les deux échevins à la sortie de leur charge font partie de droit du bureau de santé, ce qui porte le nombre total de ses membres à seize. Ils sont assistés dans leur tâche par un personnel nombreux : secrétaires, commis, etc. Un médecin et un chirurgien sont attachés à cet établissement.

Le siège du bureau de santé se trouve d’abord sur un ponton flottant basé près du fort Saint-Jean, puis à la consigne sanitaire, bâtiment construit à partir de 1719 sur les plans d’Antoine Mazin au pied du fort Saint-Jean. Ce bâtiment est toujours visible et a été classé monument historique par arrêté du 23 novembre 19497.

Les démarches sont strictes : le capitaine d’un vaisseau en provenance du Levant laisse son navire à l’île de Pomègues et se rend en barque au bureau de santé pour présenter la patente qui lui a été délivrée et selon le type de celle-ci, le bureau de santé décide de la durée de la quarantaine à appliquer aux marchandises et aux personnes.

 

Les lieux de quarantaine

220px-Baie_de_Marseille_-_fin_XVIIe

Carte de la rade de Marseille établie au xviie siècle, avec les îles de l’archipel du Frioul.

Les lieux de quarantaine des vaisseaux ont été établis à l’île Jarre, au sud de la rade de Marseille, si la peste est avérée, ou à l’île de Pomègues où cinq hectares de terrains et de bâtiments ainsi qu’un petit port ont été aménagés pour recevoir environ trente-cinq navires.

D’autre part, des infirmeries, parfois appelées lazarets car elles sont placées sous la protection de saint Lazare, ont été aménagées pour les passagers et les marchandises. Ces infirmeries sont situées au bord de la mer, entre l’anse de la Joliette et celle d’Arenc, à 400 m environ au nord de l’enceinte de la ville ; construites sous Colbert, elles sont constituées de hangars pour les marchandises et d’habitations pour les voyageurs, sur une emprise de 12 hectares, ceinturée de murailles et ne comportant que trois points d’accès.

grand-saint-antoine-maquette-musee

L’arrivée du Grand-Saint-Antoine

Le 25 mai 1720, le Grand-Saint-Antoine, navire en provenance du Proche-Orient, arrive à Marseille. Il apporte un précieux chargement d’étoffes de soie et de balles de coton, pour une valeur de 300 000 livres destinées à être vendues à la foire de Beaucaire de juillet.

Une partie de la cargaison appartient à plusieurs notables de Marseille, dont le premier échevin Jean-Baptiste Estelle et le capitaine du navire Jean-Baptiste Chataud. Le bateau a été armé par Ghilhermy et Chaud, Jean-Baptiste Estelle, Antoine Bourguet et Jean-Baptiste Chataud, intéressés chacun pour un quart. Comment ce vaisseau qui apporte la peste a-t-il pu être contaminé ?

 

Périple et mortalité à bord

Le Grand-Saint-Antoine quitte Marseille le 22 juillet 1719 et relie successivement Smyrne, Larnaca (Chypre), et Sidon (Liban). Dans cette ville, il embarque des tissus de soie et des sacs de cendre destinés au lest et afin d’absorber l’humidité des cales pour assurer une meilleure conservation des précieuses étoffes. Cette cendre se vendait à Marseille aux savonneries qui l’incorporaient dans leurs fabrications (en 1978 des plongeurs qui ont repéré l’épave du Grand Saint-Antoine au large de l’île Jarre ont remonté des échantillons de cendre). Le consul Poullard, qui ignore que la peste sévit à Damas, délivre une patente nette alors que le chargement est probablement contaminé. Le navire arrive à Tyr (aujourd’hui Sûr) et complète sa cargaison par de nouvelles étoffes probablement aussi contaminées. Le navire reprend la mer, mais doit faire escale à,Tripoli du Liban pour  remédier à des dégâts causés par une violente tempête. Le vice-consul de Tripoli, Monhenoult, délivre également une patente nette. Le 3 avril 1720 le navire se dirige vers Chypre après avoir embarqué quatorze passagers Le 5 avril un Turc meurt à bord et son cadavre est jeté à la mer. Les passagers descendent à Chypre et le navire repart le 18 avril 1720 en direction de Marseille. En cours de route meurent successivement cinq personnes, dont le chirurgien de bord.

L’alerte est grave et le capitaine Chataud décide de s’arrêter alors dans la rade du Brusc, à proximité de Toulon. Cette rade bien abritée par l’île des Embiez constitue un mouillage forain apprécié des navigateurs depuis l’Antiquité. Il s’agit en effet de l’ancienne Tauroentum.  Les raisons de cette escale sont assez mystérieuses, mais certains historiens estiment que Chataud a voulu prendre l’avis des propriétaires de la cargaison pour fixer la conduite à tenir.

Le Grand-Saint-Antoine fait alors demi-tour pour gagner Livourne, où il arrive le 17 mai. Les Italiens interdisent l’entrée du navire dans le port et le font mettre à l’ancre dans une crique gardée par des soldats. Cette précaution est d’autant plus judicieuse que le lendemain trois personnes décèdent à bord. Les cadavres sont examinés par des médecins qui concluent à une « fièvre maligne pestilentielle » ; ce terme ne doit pas prêter à confusion, car pour les médecins de l’époque il ne désigne pas la peste. Les autorités de Livourne mentionnent, au dos de la patente de Tripoli, qu’elles ont refusé l’entrée du navire dans le port à cause de la mortalité d’une partie de l’équipage en raison de cette fièvre.

Le navire retourne alors vers Marseille : il y a eu depuis le départ de Tripoli neuf décès à bord.

 La mise en quarantaine

À son arrivée, le capitaine Chataud se rend au bureau de santé faire sa déclaration à l’intendant semainier Tiran Il produit les patentes nettes et ne peut que l’informer des décès survenus durant la traversée. Le 27 mai, deux jours seulement après l’arrivée du navire, un matelot meurt à bord. Le bureau de santé, à l’unanimité décide d’envoyer le bateau à l’île de Jarre, puis se ravise et dans une seconde délibération, décide de faire transférer le cadavre aux infirmeries pour examen et d’envoyer le navire à l’île de Pomègues, dans l’archipel du Frioul. Le 29 mai ce même bureau décide, fait inhabituel, de faire débarquer aux infirmeries les marchandises de valeur tandis que les balles de coton doivent être transférées à l’île de Jarre.

Le 3 juin, le bureau revient sur sa position et prend une décision encore plus favorable aux propriétaires de la cargaison : toutes les marchandises seront débarquées aux infirmeries. Si aucune preuve écrite n’existe, il est probable que des interventions ont eu lieu pour faire adopter la réglementation la moins contraignante ; il est impossible de connaître les personnes qui sont réellement intervenues, mais l’intrication des intérêts des familles de négociants et des autorités qui dirigeaient la ville suffisent à comprendre les raisons de ces nombreuses négligences. La déclaration du capitaine Chataud est falsifiée par addition d’un renvoi indiquant que les membres d’équipage décédés en mer sont morts de mauvais aliments. Les intendants de santé ont probablement voulu sauver la cargaison destinée en partie à la foire de Beaucaire, qui devait avoir lieu le 22 juillet 1720.  Le 13 juin, veille du jour de sortie de quarantaine des passagers, le gardien de santé du vaisseau décède. Le chirurgien de service du port, Gueirard, examine le cadavre et conclut à une mort par vieillesse, sans observer des marques de peste.

Un mousse tombe malade et meurt le 25 juin. À partir de ce jour plusieurs portefaix qui ont manipulé les ballots de coton succombent à leur tour. Le bureau de santé s’inquiète très sérieusement et décide de transférer le vaisseau à l’île de Jarre, de faire brûler les hardes des personnes décédées et d’enterrer les cadavres dans de la chaux vive. Mais ces mesures arrivent trop tard, car des tissus sortis en fraude des infirmeries ont déjà transmis la peste dans la ville.

L’épidémie de peste

 Propagation de la peste

Les dix décès survenus à bord du navire ne présentaient pas apparemment les symptômes caractéristiques de la peste que sont les charbons et les bubons. Ces manifestations évidentes apparaîtront dans la ville lorsque commenceront à s’y répandre les tissus en provenance du Grand-Saint-Antoine infestés de puces porteuses du bacille de Yersin.

330px-Peste-marseille.svg

Légende de la carte

Propagation de la peste.

A- Porte de la Joliette, B- Porte royale ou porte d’Aix, C- Porte Bernard-du-Bois, D- Porte des Chartreux ou des fainéants, E- Porte de Noailles, F- Porte d’Aubagne, G- Porte de Rome, H- Porte de Paradis, I- Porte Notre-Dame-de-la-Garde, J- Porte de Saint-Victor, K- Arsenal des galères, L- Estacade isolant les galères, M- Abbaye Saint-Victor, N- Fort Saint-Nicolas, O- Fort Saint-Jean.

1- Église Saint-Laurent, 2- Cathédrale de la Major, 3- Église des Accoules, 4- Église Saint-Martin, 5- Église Saint-Ferréol, 6- Église des Augustins, 7- La Vieille Charité, 8- Hôpital du Saint-Esprit (Hôtel-Dieu), 9- Couvent des Présentines, 10- Couvent des Récollets, 11- Couvent de la Visitation, 12- Rue Belle-Table, 13- Place du Palais, 14- Rue de l’Échelle, 15- Rue Jean-Galant, 16- Place des Prêcheurs, 17- Rue de l’Oratoire, 18- Rue des Grands-Carmes, 19- Rue des Fabres, 20- Cours Belsunce, 21- Hôtel de ville, 22- Place des Moulins, 23- Place de Lenche, 24- La Canebière, 25- Rue Saint-Ferréol, 26- Rue Paradis, 27- Place du Champ-Major (place Montyon), 28- Chantier de construction.

 

Les premiers cas

Le 20 juin 1720, rue Belle-Table, venelle étroite et sombre des vieux quartiers, une femme, Marie Dauplan, meurt en quelques heures. À ce moment les médecins doutent que ce décès soit vraiment dû à la peste. Il semble en effet qu’un premier foyer pesteux au sein de l’équipage ait été contenu jusqu’au déballage des balles de coton qui allaient répandre les puces porteuses de la maladie.

Le 28 juin, un tailleur, Michel Cresp, meurt subitement. Le 1er juillet, deux femmes, Eygazière et Tanouse, demeurant rue de l’Échelle, autre quartier déshérité de la ville, meurent l’une d’un charbon (escarre surinfecté à l’endroit de la piqûre de puce, à ne pas confondre avec la maladie du charbon) sur le nez, l’autre avec des bubons, signes évidents de la peste.

À partir du 9 juillet il est évident que la peste est présente ; ce jour-là Charles Peyssonnel et son fils Jean-André Peyssonnel, tous deux médecins, appelés au chevet d’un enfant d’une douzaine d’années rue Jean-Galland, diagnostiquent la peste et avertissent les échevins. Les morts sont enterrés dans de la chaux vive et leurs maisons sont murées Les échevins espèrent toujours qu’il s’agit d’une contagion limitée. La cargaison du navire est transférée des infirmeries à l’île de Jarre. À partir du 21 juillet le nombre de décès ne fait que croître ; le père Giraud peut écrire que « Dieu déclare la guerre à son peuple ».

 

Pic de l’épidémie

Les mesures prises, telles que la combustion de soufre dans les maisons, sont peu efficaces. L’épidémie de peste progresse dans la vieille ville. Les gens aisés quittent Marseille pour se réfugier dans leurs bastides situées dans les environs. Le corps des galères, à la demande du médecin des galères qui affirme qu’il s’agit bien de la peste, se retranche dans l’arsenal qui s’isole de la mer par une estacade faite de poutres flottantes. Les personnes modestes créent un immense campement sur la plaine Saint-Michel (actuellement place Jean-Jaurès). Le 31 juillet 1720 le parlement d’Aix fait interdiction aux Marseillais de sortir de leur terroir et aux habitants de la Provence de communiquer avec eux.

À partir du 9 août, il meurt plus de cent personnes par jour. Les infirmeries ne peuvent plus recevoir les malades ; les cadavres sont jetés dans les rues. À la mi-août des médecins, François Chicoyneau et Verny, de l’université de Montpellier, viennent à Marseille sur ordre du Régent, conseillé par son premier médecin Pierre Chirac. Émules de l’école de médecine de Salerne, leur diagnostic, s’opposant aux médecins marseillais à la formation scolastique, est évident : c’est la peste.

Fin août tous les quartiers de Marseille sont touchés, y compris le quartier de Rive-Neuve séparé de la ville par le port et le vaste arsenal des galères. Malgré les mesures prises par le chevalier Roze qui est alors capitaine de ce quartier, il a été impossible de couper toute communication avec la vieille ville contaminée d’où l’extension de la contagion. Il meurt alors trois cents personnes par jour. Des familles entières disparaissent, aucune rue de la vieille ville n’est épargnée. Les églises ferment leurs portes les unes après les autres : il meurt alors mille personnes par jour.

De nombreuses réglementations sont mises en place par les diverses autorités locales et les parlements. Afin d’harmoniser la réglementation, le Conseil d’État prend le 14 septembre 1720 un arrêt qui annule toutes les mesures prises, prononce le blocus de Marseille et règle la police maritime. Mais il est déjà trop tard : le bacille s’est répandu dans l’intérieur des terres et il faudra encore deux années de lutte pour éradiquer la peste du Languedoc et de la Provence car c’est le 22 septembre 1722 que la dernière quarantaine est ordonnée à Avignon. Un cordon sanitaire est mis en place pour protéger le reste de la France, avec le mur de la peste dans les monts de Vaucluse prolongé jusqu’à la Durance le long du Jabron puis jusqu’aux Alpes.

Extension aux régions voisines

220px-Mur_de_la_peste

Mur de la peste dans le Vaucluse, édifié en 1720 pour isoler les régions atteintes.

Marseille n’est pas la seule cité provençale attaquée par l’épidémie qui touche également Arles, Aix-en-Provence et Toulon. Les petites communes situées dans le voisinage de ces grandes villes sont également atteintes par la peste : Allauch, Cassis, Aubagne, etc. Seule la commune de La Ciotat, protégée par ses murailles, est épargnée par la peste.

Le Languedoc et le Comtat sont également touchés avec les villes d’Alès et d’Avignon. La ville de Beaucaire est épargnée, probablement grâce à la sage précaution de supprimer la foire traditionnelle.

Le Gévaudan est aussi contaminé avec les villes de Marvejols et de Mende. L’épidémie du Gévaudan ne fait « que » 5 500 victimes, ce qui représente 41 % de la population des régions touchées. La Canourgue perd 64 % de sa population et Marvejols 53%.

Au total, l’épidémie fait entre 90 000 et 120 000 victimes environ (Marseille y compris) sur une population de 400 000 personnes. Les derniers foyers s’éteignent à la fin de 1722 dans les communes d’Avignon et d’Orange.

 

L’apaisement

À partir du mois d’octobre 1720 la peste se met à reculer dans Marseille et les personnes atteintes guérissent plus facilement ; la mortalité journalière tombe à une vingtaine de personnes. Cette baisse se poursuit au début de l’année 1721 avec une mortalité journalière de une ou deux personnes. Les boutiques rouvrent, le travail reprend sur le port et la pêche est de nouveau pratiquée. Parmi les différents signes qui marquent ce renouveau de l’activité en 1721, peut être retenue par exemple la reprise le 19 février des délibérations de la Chambre de commerce qui les a interrompues depuis le 19 juillet 1720. Le 20 juin 1721 Mgr de Belsunce organise une grande procession à l’occasion de la fête du Sacré-Cœur malgré les réticences de Langeron qui craint un retour de la peste.

 

Description contemporaine

Mme Leprince de Beaumont, dans les Mémoires de madame la baronne de Batteville, décrit les conditions dramatiques dans lesquelles la population de Marseille dut vivre : « Les rues, les devants des portes étaient couverts de malades qui confondus avec les mourants, étaient abandonnés de tout le monde, les hôpitaux ne pouvant plus les contenir. On y rencontrait peu de monde, personne n’osant paraître dans les rues sans un besoin absolu. (…) Heureusement l’évêque de Marseille, accompagné de quelques ecclésiastiques, portait des secours spirituels et corporels à tous les malades sans distinction de rang. »

 

La rechute de 1722

De nouveaux cas de peste se produisent en avril 1722. C’est la panique À la demande de Mgr de Belsunce, les échevins font le 28 mai 1722 à la suite de cette rechute le vœu solennel d’aller entendre à chaque date anniversaire la messe au monastère de la Visitation et d’offrir « un cierge ou flambeau de cire blanche, du poids de quatre livres, orné de l’écusson de la ville pour le brûler ce jour-là devant le Saint-Sacrement». Ce vœu du 28 mai 1722 ne cesse d’être accompli jusqu’à la Révolution. À partir de 1877, la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence reprend le vœu sans qu’il n’y ait plus eu d’interruption jusqu’à nos jours, se chargeant de l’organisation d’une cérémonie religieuse marquée par l’offrande d’un cierge tel que celui décrit en 1722. La cérémonie a lieu dans l’église du Sacré-Cœur du Prado.

Dès le début du mois d’août 1722, l’épidémie est enrayée, il n’y a plus ni malades ni décès causés par la peste.

 

Causes de la propagation et type de peste

L’ignorance au xviiie siècle des causes et modes de propagation de la peste est responsable du peu d’efficacité de la médecine de l’époque et des mesures de précautions prises : le bacille responsable de la peste n’a été découvert par Alexandre Yersin qu’en 1894. D’après les descriptions de l’époque, il est possible d’affirmer que la peste de Marseille fut bubonique ou plus exactement bubo-septicémique. En revanche la forme pulmonaire, transmissible par la seule respiration du malade, doit être écartée. Si ce type de peste avait sévi, certains historiens pensent que la maladie aurait pu toucher l’ensemble du pays, et toute l’Europe, avec un nombre de morts considérable. Cette affirmation n’est absolument pas fondée pour d’autres auteurs.

Les rats et les puces d’un animal sont généralement les vecteurs de la maladie. Or, les descriptions de l’époque faites par des contemporains tels que le docteur Bertrand ou Pichatty de Croissainte25 ne font aucune mention de mortalité de rats. Le vecteur de transmission est cependant bien la puce, mais qui se transmet d’homme à homme ou par l’intermédiaire de leurs vêtements et des étoffes. Certains pensent que le rat a joué un certain rôle dans la transmission de la maladie. À l’époque, seul le rat noir est présent en France ; toutefois, le comportement de ce rongeur est différent de celui du rat gris qui est actuellement très répandu. Le rat noir malade irait mourir dans des lieux écartés, tandis que le rat gris va mourir dans les rues. D’un point de vue strictement entomologique, la puce impliquée (Xenopsylla cheopis) ne peut généralement pas résister à des températures inférieures à 22 °C. Après la disparition des vecteurs principaux (rats puis humains les plus exposés), les conditions météorologiques et températures locales à Marseille ont pu être l’un des facteurs aggravants puis réducteurs de la propagation de la peste via les puces depuis fin mai 1720 jusqu’au mois d’octobre de la même année. D’un point de vue météorologique, la moyenne historique des températures diurnes relevées à Marseille s’élève à 25 °C pour le mois de juin et 23 °C en septembre alors qu’en octobre, cette valeur tombe à une moyenne de 18 °C seulement. En revanche, lors des pics de chaleur de juillet à août, ces valeurs moyennes s’élèvent à 26 °C à Marseille, ce qui favorise la reproduction et l’expansion des puces Xenopsylla cheopis.

 

Moyens de lutte

Les médecins (même les médecins de peste) sont impuissants devant cette épidémie dont ils ne connaissent que les symptômes apparents. Les mesures préventives sont largement traditionnelles, voire superstitieuses, telles que l’utilisation de phylactères. Certains médecins comme Chicoyeau, gendre de Pierre Chirac, premier médecin du Régent, estiment que la maladie n’est pas contagieuse. Il touche les malades, dissèque les cadavres sans aucune précaution : il a cependant la chance extraordinaire de ne pas avoir contracté la maladie.

La maladie étant inconnue, il en résulte une thérapeutique traditionnelle pour l’époque : transpiration, vomissement, purgation et bien sûr et surtout l’inévitable saignée qui n’a d’autre résultat que d’abréger les souffrances du malade. Quant aux pratiques chirurgicales, elles consistent à inciser les bubons lorsqu’ils arrivent à maturité.

Cependant tout n’est pas inutile. L’accoutrement des médecins avec leur tablier de cuir ou de toile cirée diminue les risques de piqûre des puces. Les parfums utilisés pour désinfecter les habitations à base de soufre et d’arsenic peuvent avoir un impact sur la destruction des puces. En revanche le fameux vinaigre des quatre voleurs n’a aucun effet. L’origine de cette potion est la suivante : quatre voleurs sont arrêtés alors qu’ils détroussaient les pestiférés au cours de l’épidémie de Toulouse en 1628-1631. Afin d’avoir la vie sauve, ils révèlent le secret de la composition d’un remède qui leur permettait de se préserver de la contagion. La préparation se faisait à partir d’absinthe, sauge, menthe, romarin, rue, lavande, cannelle, girofle et ail. Malgré la révélation de ce secret les voleurs auraient été pendus. Ce vinaigre antiseptique connut des heures de gloire et ne disparut du Codex qu’en 1884.

 

Organisation des secours

220px-Chevalier-Roze-et-échevins

Tableau de Magaud : Le chevalier Roze et les échevins.

Dans le désarroi général, peu de responsables demeurent à leur poste. Sous l’autorité du viguier, Louis-Alphonse Fortia, marquis de Pilles, les échevins de l’année, Jean-Pierre de Moustiès et Balthazar Dieudé, et ceux de l’année précédente, Jean-Baptiste Estelle et Jean-Baptiste Audimar, se dépensent sans compter et font preuve d’un grand courage. Peu de leurs collaborateurs demeurent en fonction à l’exception de Capus, archivaire secrétaire général de l’hôtel de ville, et Pichatty de Croissainte, procureur du roi. Restent également à leur poste, Jean-Pierre Rigord, subdélégué de l’intendant de Provence, et Jean-Jacques de Gérin, lieutenant de l’amirauté.

Un chef d’escadre, Charles-Claude Andrault de Langeron, arrive à Marseille le 4 septembre 1720 revêtu de pouvoirs extraordinaires : il a sous ses ordres tous les fonctionnaires, y compris le viguier et les échevins. D’autres civils apportent leur aide : le peintre Michel Serre ou le docteur Bertrand, qui laissent chacun un témoignage très intéressant sur ce qu’ils ont vu sous la forme de tableaux représentant des scènes de cette épidémie pour l’un et d’un mémoire intitulé Relation historique de la peste de Marseille en 1720 pour l’autre.

Cardin Lebret collectionne les titres et les fonctions puisqu’il est à la fois intendant de Provence et président du parlement de Provence. Élevé à l’école des grands fonctionnaires qui s’étaient directement inspirés des méthodes de Colbert et de Louvois, il aime avant tout l’ordre ; il est le représentant du roi en Provence et par son activité et sa compétence encourage et stimule les échevins. Mais il ne combat la peste que de loin et réside suivant l’évolution des zones contaminées à Aix-en-Provence, puis Saint-Rémy-de-Provence et Barbentane. C’est dans cette dernière ville qu’il accueille le 21 mars 1721 un groupe de vingt-et-un apprentis chirurgiens et médecins venus de Paris apporter leur aide. Parmi ces volontaires figure Jacques Daviel, qui deviendra maître chirurgien et oculiste du roi. De même, le parlement de Provence suit de loin l’évolution de l’épidémie et devant la propagation se retire à Saint-Rémy de Provence puis à Saint-Michel de Frigolet.

Sous la direction des échevins l’administration municipale assure une triple tâche : le ravitaillement des populations, le maintien de l’ordre et surtout l’enlèvement des cadavres. Les achats de blé sont effectués auprès des particuliers, des consuls de la province et de l’intendant du Languedoc. Le viguier et les échevins sont investis avec l’accord de l’intendant Lebret de pouvoirs extraordinaires et les délits sont réprimés avec sévérité. L’enlèvement des cadavres est la tâche la plus angoissante à cause du manque de main d’œuvre et des risques de contagion.

Un tableau de Dominique Antoine Magaud intitulé « Le Courage civil : la peste de 1720 à Marseille » peint en 1864 et actuellement exposé au musée des Beaux-Arts de Marseille, montre une réunion de travail des principales personnes chargées de l’administration de la ville. Les personnages représentés sont : debout, le chevalier Roze montrant de son bras gauche Mgr de Belsunce en arrière-plan ; autour de la table se trouvent les échevins Estelle, Dieudé, Audimar qui tourne le dos, et Moustier ; à la droite du chevalier Roze est représenté le commandant de Langeron s’appuyant sur son coude et semblant plongé dans une profonde méditation. En arrière-plan et à gauche se distinguent le peintre Michel Serre, le père Milley et un capucin

 

Évacuation des cadavres

180px-Avis_au_public_Marseille_1720

Avis au public de 1720 concernant l’enlèvement des cadavres morts de la peste.

Dès le début du mois d’août 1720 les caveaux des églises ou les cimetières ne sont plus autorisés à recevoir les corps des pestiférés qui doivent être emmenés aux infirmeries par les « corbeaux » (croque-morts). À partir du 8 août l’ouverture de fosses communes s’impose. Une compagnie de grenadiers enlève de force des paysans dans les campagnes pour creuser à l’extérieur des remparts une quinzaine de fosses.

Le 9 août, les civières ne suffisent plus et apparaissent les premiers tombereaux pour l’enlèvement des cadavres. À la mi-août, les infirmeries ne peuvent plus recevoir les malades ou les morts, les cadavres sont laissés dans les rues. Les chariots viennent à manquer ; les échevins font prendre d’autorité des attelages dans les campagnes. Les tombereaux ne pouvant circuler dans les rues étroites du quartier Saint-Jean de la vieille ville, des civières sont confectionnées pour apporter les cadavres jusqu’aux chariots. Pour conduire les chariots et enlever les cadavres, il est alors fait appel aux forçats de l’arsenal des galères, choisis parmi les plus médiocres rameurs. Mais cette main d’œuvre pour le moins indisciplinée nécessite une surveillance étroite. L’échevin Moustier en personne, précédé et suivi de quatre soldats baïonnette au canon, conduira lui-même chaque jour un détachement de forçats.

Si les échevins arrivent à nettoyer la ville d’une grande partie des cadavres, le quartier de la Tourette n’est pas dégagé. Ce quartier habité par des familles de marins et situé à proximité de l’église Saint-Laurent a été totalement ravagé par la peste. Seul le chevalier Roze qui s’est distingué dans le nettoiement du quartier de Rive-Neuve, accepte la mission de débarrasser de ses cadavres le quartier de la Tourette. À la tête d’un détachement de cent forçats, il fait jeter dans deux vieux bastions un millier de cadavres qui sont recouverts de chaux vive. C’est l’épisode le plus célèbre de cette lutte contre la peste. Parmi les forçats cinq seulement survécurent

 

Paléopathologie

 Charnier de l’Observance

Tout au long du xixe siècle plusieurs anciennes fosses communes ont été découvertes au cours de divers travaux d’aménagement. Ces charniers n’ont jamais été jugés dignes d’intérêt archéologique et les restes humains ont été réinhumés ou mis en décharge. C’est pour lutter contre cette destruction régulière d’archive qu’a été entreprise en 1994 une fouille d’une fosse commune découverte à l’angle des rues Jean-François-Leca et de l’Observance.

Cette fosse se trouvait dans les anciens jardins du couvent de l’Observance situé en contrebas de la Vieille Charité. Ce couvent appartenait aux frères mineurs de l’étroite observance, appelés ainsi parce qu’ils observaient à la lettre la règle de saint François. Il fut utilisé comme hôpital lors de l’épidémie de peste et fut ensuite vendu comme bien national à la Révolution.

Près de deux cents squelettes ont été exhumés entre août et septembre 1994 et ont fait l’objet d’études anthropologique et biologique Les archéologues ont constaté que la fosse a été inégalement remplie. Trois zones apparaissent : à l’est une zone à forte densité avec empilement des corps, au centre une zone à faible densité avec individualisation des inhumations et enfin à l’ouest une zone à densité presque nulle. Cette variation traduit les phases successives de l’épidémie qui va en décroissance rapide. Ce nombre relativement faible des inhumations pousse les archéologues à estimer qu’il s’agit d’une fosse qui aurait fonctionné au cours de la deuxième période de l’épidémie, soit de mai à juillet 1722.

Le décès par peste des individus inhumés dans ce charnier ne fait aucun doute puisque l’ADN du bacille de la peste a été mis en évidence. Les corps étaient systématiquement recouverts de chaux vive. À l’exception d’un corps possédant une boucle de ceinture, il n’y a aucun élément de parure. Des fragments de draps démontrent que les cadavres ont été enterrés nus dans des linceuls. Une épingle en bronze plantée dans la première phalange du gros orteil a souvent été trouvée : il s’agit d’une pratique habituelle à cette époque pour vérifier la mort effective de l’individu. Cette approche multidisciplinaire révéla des faits et des renseignements inconnus auparavant concernant l’épidémie de 1722 tels que la mise en évidence d’un geste anatomique d’ouverture de la boîte crânienne d’un adolescent de quinze ans environ. La restauration de ce crâne en laboratoire a permis de reconstituer la technique d’anatomie utilisée pour cette autopsie, qui semble être identique à celle décrite dans un livre de médecine datant de 1708.

 Étude de 2016 de l’Institut Max Planck

Selon Sciences et Avenir, une nouvelle étude de l’Institut Max Planck en 2016 révèle que cette épidémie de peste « marseillaise » ne venait pas du Moyen-Orient comme on le pensait, mais était une résurgence de la grande peste noire ayant dévasté l’Europe au xive siècle. Le bacille Yersinia pestis apporté par le navire Grand-Saint-Antoine, à l’origine de l’épidémie de peste qui a ravagé la Provence entre 1720 et 1722, est donc resté latent quatre siècles. Cette étude suggère ainsi l’existence probable d’un foyer permanent de peste des rongeurs en Europe centrale et de l’est (foyer aujourd’hui disparu) en lien avec ceux du Caucase.

Il existe en effet deux grandes théories sur le déroulement de la deuxième pandémie de peste en Europe (du xive au xviiie siècle) : l’une qui l’explique par des apports répétés d’Asie centrale, l’autre par la persistance de foyers européens ou caucasiens.

 

Les responsables de l’épidémie et les intervenants

Durant cette épidémie plusieurs personnes interviennent pour apporter une aide matérielle ou morale à la population particulièrement éprouvée. Les diverses responsabilités relatives à la propagation de la peste sont difficiles à établir avec précision et impartialité.

 Personnalités civiles

Le Grand-Saint-Antoine aurait dû effectuer sa quarantaine à l’île de Jarre conformément à une instruction de 1716 et n’aurait jamais dû débarquer directement ses marchandises aux infirmeries car le navire a connu plusieurs décès à bord durant son retour vers Marseille. Pourquoi la réglementation n’a-t-elle pas été respectée et quelles sont les diverses responsabilités ?

À l’époque, la première personne mise en cause est le capitaine Chataud. Il sait très probablement que la peste est à bord de son navire mais il fait une déclaration conforme à la réglementation, sans cacher les décès survenus durant la traversée. Il est cependant écroué le 8 septembre 1720 au château d’If et ne sera libéré que le 1er septembre 1723, bien que sa non-culpabilité ait été admise depuis longtemps.

Le deuxième personnage qui fait l’objet de nombreuses controverses est le premier échevin de la ville de Marseille, Jean-Baptiste Estelle, qui est propriétaire d’une partie de la précieuse cargaison. Cette marchandise dont la valeur est estimée entre 300 et 400 000 livres appartient pour les deux tiers à un grand nombre de petits propriétaires, le reste, soit le tiers de la valeur, se répartissant à parts égales entre quatre propriétaires dont Estelle. Le premier échevin est donc propriétaire d’une marchandise d’une valeur d’environ 25 000 livres, somme certes élevée mais non considérable pour un négociant de cette importance. Estelle est tout d’abord soupçonné de trafic d’influence auprès des intendants de la santé aussi bien pour son propre compte que pour les autres négociants. Grâce au soutien de l’intendant Lebret, il sera reconnu innocent par le roi en 1722 qui lui octroie des lettres de noblesse et lui accorde une rente annuelle de 6 000 livres. Estelle ne bénéficie pas longtemps d’une telle faveur car il décède peu après le 16 janvier 1723 à l’âge de 61 ans. La responsabilité éventuelle de certaines personnes dans l’origine de l’épidémie ne doit pas faire oublier le grand dévouement des échevins et celui de leurs collaborateurs.

220px-Voeu-des-échevins-Marseille

Le vœu des échevins : Vitrail de la basilique du Sacré-Cœur.

Les intendants sanitaires ont probablement une lourde responsabilité. En effet ils sont juges et parties : non indépendants par rapport aux négociants et au pouvoir municipal, ils se sont probablement laissés fléchir pour adopter des règles moins rigoureuses pour la mise en quarantaine des marchandises du Grand-Saint-Antoine. Par ailleurs le laxisme généralisé peut s’expliquer par la non-propagation de maladies contagieuses pendant une soixantaine d’années. Le manque de discipline au sein des infirmeries a entraîné une sortie en fraude de tissus contaminés provenant notamment de diverses pacotilles appartenant à l’équipage. Ce sont très probablement ces tissus sortis en fraude des infirmeries qui ont propagé la peste.

Parmi les personnalités civiles, la figure qui se détache le plus est celle du chevalier Roze qui, nommé capitaine du quartier de Rive-Neuve, organise le ravitaillement et engage tous ses biens pour trouver du blé. L’épisode du nettoiement du quartier de la Tourette est le plus célèbre. La modestie du chevalier Roze l’empêchera de faire valoir ses mérites.

Enfin parmi les personnalités civiles il ne faut pas oublier les médecins qui, malgré une science balbutiante à l’époque, se sont sacrifiés. Le nom du docteur Peyssonnel doit être rappelé mais il faut aussi se souvenir que vingt-cinq chirurgiens sur trente moururent. De même une centaine d’adolescents servirent comme infirmiers et succombèrent en grand nombre.

 

Ecclésiastiques

220px-Vitrail-basilique-du-Sacré-coeur-Marseille

Mgr de Belsunce consacrant la ville de Marseille au Sacré-Cœur de Jésus. : Vitrail de la basilique du Sacré-Cœur à Marseille.

 

peste-marseille-1720f

280px-Mgr_de_Belsunce

La personnalité religieuse la plus connue est l’évêque de Marseille, Mgr de Belsunce, qui se signala notamment par son zèle et son dévouement à secourir les malades. Face à cette épidémie sans précédent, il décide de rendre visite aux malades en leur administrant les derniers sacrements. On le vit aussi distribuer d’abondantes aumônes afin de soulager ses ouailles. Sur les conseils d’Anne-Madeleine Rémusat, il décide le 1er novembre 1720 de consacrer la ville au Sacré-Cœur de Jésus au cours d’une cérémonie expiatoire sur le cours qui porte aujourd’hui son nom. L’évêque célèbre la messe tête nue, pieds nus et un flambeau à la main.

Le 31 décembre 1720, il organise une procession générale sur les fosses communes situées pour la plupart à l’extérieur des remparts ; la bénédiction est donnée à chacune de ces fosses. Afin d’apporter une aide matérielle aux malades, il aliène une grande partie de son patrimoine

Sur plus de deux cent cinquante religieux, un cinquième d’entre eux, comme le père jésuite Millet succombent à l’épidémie en soignant et portant secours aux pestiférés. Ces attitudes courageuses ne sont pas généralisées. Ainsi les moines de l’abbaye Saint-Victor se renferment derrière les murailles de leur monastère et se contentent d’envoyer quelques aumônes. De même les chanoines de l’église Saint-Martin, qui sera démolie au xixe siècle pour la réalisation de la rue Colbert, se réfugièrent à la campagne.

 

Bilan et conséquences économiques

La ville de Marseille comptait avant la peste, au début de 1720, environ 90 000 habitants. Le nombre de décès provoqués par cette épidémie varie suivant les estimations. Il se situerait entre 30 000 et 35 000 morts pour certains, tandis que d’autres retiennent le chiffre de 40 000 pour la ville et 50 000 pour la ville et son terroir réunis.

Cette perte de population est rapidement compensée en trois ou quatre ans seulement. Un tel phénomène s’explique par la chute de la mortalité et une poussée importante de la natalité liée à une multiplication de mariages mais aussi et surtout par une immigration en provenance des régions proches (actuel département des Alpes-de-Haute-Provence) ou lointaines. L’immigration a réparé la plus grande partie des pertes.

Pour l’économie le coup d’arrêt est brutal car le port est fermé trente mois et les fabriques arrêtées. Mais les conséquences dues uniquement à la peste sont difficilement identifiables car elles s’enchevêtrent avec celles provoquées par l’effondrement du système de Law. Il est cependant évident que la paralysie du port a eu des répercussions multiples sur l’économie. À cela s’ajoute une méfiance des ports envers celui de Marseille qui ne prend fin qu’en 1724, bien après la fin de l’épidémie en 1722.

 

La peste et ses représentations

Le souvenir de la peste de 1720, évènement tragique d’une ampleur exceptionnelle, semble toujours présent dans la mémoire collective des Marseillais. Ainsi, jusque dans les années 1940, pour dire merde, les Marseillais prononçaient parfois le nom de Moustier. Cela peut expliquer le grand nombre de réalisations de peintures, gravures ou sculptures et de publications d’ouvrages historiques ou romans concernant cette épidémie.

 

Peintures et gravures

Michel_Serre-Peste-Cours_Belsunce

Vue du Cours : huile sur toile de Michel Serre.

Une dizaine d’œuvres semblent avoir été réalisées pendant ou peu de temps après l’épidémie : trois toiles de Michel Serre, quatre gravures de Jacques Rigaud, un ex-voto de François Arnaud, une toile de Jean-François de Troy et une esquisse attribuée à Dandré-Bardon. Les toiles de Michel Serre, commissaire courageux du quartier Saint-Ferréol, sont d’autant plus intéressantes qu’il a été un témoin direct de l’évènement. Ces œuvres contemporaines peuvent être classées en deux groupes.

Le premier représente les scènes des rues. Il s’agit de deux toiles imposantes de Michel Serre : « Vue de l’hôtel de ville » (h. 3,05 × L. 2,77) et « Vue du Cours » (actuellement cours Belsunce) (h. 3,17 × L. 4,40), et de quatre gravures de Rigaud. Les deux toiles de Michel Serre sont achetées par M. de Cannis qui les fait exposer en Angleterre et en Hollande. Elles font partie de la collection attribuée par Mgr de Belsunce au collège des Jésuites qui porte son nom. Elles y demeurent jusqu’à la suppression de l’ordre en 1762. Elles sont ensuite acquises par délibération de la ville en date du 24 octobre 1763 pour être placée à l’hôtel de ville d’où elles seront transférées en 1804 dans le nouveau musée installé dans l’ancien couvent des Bernardines, actuel lycée Thiers. Elles se trouvent aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Marseille. La toile « Vue de l’Hôtel de ville » est remarquablement rendue depuis les scènes d’enlèvement des cadavres jusqu’au pavillon de l’hôtel de ville et de l’immeuble qui le jouxte avec ses fenêtres à meneaux. Cette toile est parvenue mutilée de sa partie gauche, au couchant de l’hôtel de ville.

220px-Tourette-peste-Roze

Le Chevalier Roze à la Tourette : Ensevelissement des cadavres par les forçats . Gravure de Thomassin (1727).

Le deuxième groupe représente l’inhumation des cadavres pestiférés de l’esplanade de la Tourette par le chevalier Roze ; il s’agit de la troisième toile de Michel Serre, « Scène de la peste de 1720 à la Tourette » (h. 1,25 × L. 2,10) exposée au musée Atger de Montpellier, du tableau de Jean-François de Troy, « Le chevalier Roze à la Tourette » (h. 2,28 × L. 3,75) peint en 1725 et actuellement au musée des Beaux-Arts de Marseille. Ce dernier tableau a servi de modèle à Thomassin pour réaliser une gravure en 1727 qui se trouve au musée de la Marine à Marseille. L’esquisse attribuée à Dandré-Bardon qui se trouve au musée des beaux-arts de Rouen concerne également le chevalier Roze. La toile « Scène de la peste de 1720 à la Tourette » de Michel Serre aurait appartenu au chevalier Roze en personne ; c’est celle où les pestiférés sont les plus présents avec les forçats dont l’aspect dramatique est renforcé par un bandeau imbibé de vinaigre qui est censé les protéger de la contagion. La présence du chevalier Roze, des échevins et des piquets de troupe à l’angle des rues est rendue nécessaire par la conduite redoutée des forçats. Cette toile donne par ailleurs en arrière-plan la meilleure représentation du portail baroque de l’ancienne cathédrale de la Major, détruit en 1851 pour faire place à la nouvelle cathédrale.

D’autres artistes ont, postérieurement à l’évènement, réalisé différents tableaux le représentant : on peut citer Paulin Guérin avec « Le Chevalier Roze faisant inhumer les pestiférés », toile peinte en 1826 et exposée au musée des Beaux-Arts à Marseille, J.B. Duffaud avec « Le Chevalier Roze à la montée des Accoules », toile peinte en 1911 et exposée au musée du Vieux Marseille et D.A. Magaud avec « Le Courage civil : la peste de 1720 à Marseille » exposée au musée des Beaux-Arts de Marseille.

Ces toiles participent à la glorification de héros, civil pour le chevalier Roze, religieux pour Mgr de Belsunce, en mettant en relief le courage et le dévouement de ces personnages. Le chevalier Roze personnifie l’exemplarité de l’intervention de l’État, élément nouveau et décisif en 1720.

 

Sculptures et vitraux

130px-Colone-de-la-peste-Marseille

Colonne de la peste à Marseille avec le génie de l’immortalité.

La statue la plus célèbre est celle de Mgr de Belsunce, réalisée par Joseph Marius Ramus et érigée en 1853 sur le cours qui porte aujourd’hui son nom ; elle se trouve actuellement sur le parvis de la cathédrale de la Major. Pendant la Seconde Guerre mondiale cette statue a été cachée par des résistants dans un entrepôt du boulevard de Louvain afin qu’elle ne soit pas prise par l’armée d’occupation pour la récupération du bronze après refonte.

49_big

 

unnamed (19)

D’autres monuments et sculptures commémorent cet évènement : les statues de Mgr de Belsunce, du chevalier Roze et de l’intendant de Provence Lebret se trouvent sur les façades de la préfecture ; le buste de J. Daviel à l’Hôtel-Dieu de Marseille et celui du chevalier Roze. Les portraits du docteur Peyssonnel et du chirurgien Daviel figurent sur les murs de la station de métro La Timone.

Deux vitraux de la basilique du Sacré-Cœur de Marseille représentent l’un la consécration de la ville de Marseille au Sacré-Cœur de Jésus par Mgr de Belsunce sur les conseils de la visitandine Anne-Madeleine Rémusat et l’autre le vœu prononcé par les échevins le 28 mai 1722 à la suite de cette consécration.

Afin d’honorer l’héroïsme des Marseillais pendant la peste de 1720, un monument est érigé sous le Premier Empire place Estrangin-Pastré et inauguré le 16 septembre 1802 par le préfet Delacroix. Ce monument est constitué d’une sculpture de Chardigny représentant le génie de l’immortalité placé au sommet d’une colonne extraite des cryptes de l’abbaye Saint-Victor. Ce monument est transporté en 1839 place Félix-Baret (ancienne place Saint-Ferréol), puis en 1865 au jardin de la bibliothèque où il est toujours visible. L’original de la statue de Chardigny est au musée des Beaux-Arts de Marseille et ce n’est qu’une copie qui couronne aujourd’hui l’édifice. Sur le socle sont scellées quatre plaques de marbre avec les inscriptions suivantes :

Inscriptions du monument
Face antérieure Face droite Face gauche Face postérieure
À l’éternelle mémoire
des hommes courageux dont les noms suivent
Langeron, commandant de Marseille
de Pilles, gouverneur viguier
de Belsunce, évêque
Estelle, premier échevin
Moustier, Audemar, Dieudé, échevins
Roze, commissaire général
pour le quartier de Rive-Neuve
Milley, jésuite, commissaire pour la rue
de l’escale, principal foyer de la contagion
Serre, peintre célèbre, élève de Puget
Roze l’ainé et Rolland, intendant de la santé
Chicoineau, Verny, Peyssonel, Montagnier
Bertrand Michel et Deydier, médecins
ils se dévouèrent pour le salut des Marseillais
dans l’horrible peste de 1720
Hommage à plus de cent cinquante religieux
à un grand nombre de médecins
de chirurgiens
qui moururent victimes de leur zèle
à secourir et à consoler les mourants
leur nom ont péri
puisse leur exemple n’être pas perdu !
puissent-ils trouver des imitateurs
si ces jours de calamité venaient à renaître !
Hommage à Clément XII
qui nourrit Marseille affligé
Hommage au rais de Tunis
qui respecta le don
qu’un pape faisait au malheur
Ainsi la morale universelle
rallie à la bienfaisance
les hommes vertueux que divisent
les opinions religieuses
Ce monument a été élevé
L’an X de la République Française
une et indivisible
1802 de l’ère vulgaire
le général Bonaparte étant premier consul
les citoyens Cambacérés et Lebrun étant
deuxième et troisième consuls
le citoyen Chaptal, ministre de l’Intérieur
par les soins du citoyen Charles Delacroix
préfet du département des Bouches-du-Rhône
organe de la reconnaissance
des Marseillais

Sur la face gauche du socle il est fait allusion à la capture par des pirates tunisiens d’un navire chargé de blé envoyé par le pape Clément XII pour venir en aide aux Marseillais ; ayant apprètés la destination du chargement, les corsaires tunisiens laissèrent le vaisseau poursuivre sa route

 

La peste et la littérature

Cet événement est repris par de nombreux écrivains.

Dans les Mémoires d’outre-tombe, François-René de Chateaubriand parle de la peste et de celle de Marseille en particulier : « Dans un quartier dont tous les habitants avaient péri, on les avait murés à domicile, comme pour empêcher la mort de sortir. De ces avenues de grands tombeaux de famille, on passait à des carrefours dont les pavés étaient couverts de malades et de mourants étendus sur des matelas et abandonnés sans secours. (…) Sur l’esplanade de la Tourette, au bord de la mer, on avait, pendant trois semaines, porté des corps, lesquels, exposés au soleil et fondus par ses rayons, ne présentaient plus qu’un lac empesté. Sur cette surface de chairs liquéfiées, les vers seuls imprimaient quelque mouvement à des formes pressées, indéfinies, qui pouvaient avoir été des effigies humaines»

Dans les années cinquante, Marcel Pagnol écrit un texte sur l’épidémie qui deviendra, sous le titre Les Pestiférés, le chapitre neuf de son livre posthume Le Temps des amours (1977).

Dans Autant en apporte la mer (1993), Jean-Jacques Antier se base sur d’amples recherches parmi les documents historiques pour décrire le déroulement de la peste de 1720 à Marseille.

Dans Ce mal étrange et pénétrant (Editions Anfortas 2018) Bertrand Boileau publie pour la première fois des extraits du journal de Pierre-Honoré Roux commissaire général à Marseille pendant la peste de 1720.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_de_Marseille_(1720)

AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), DIOCESE D'AIX ET ARLES (France ; Bouches-du-Rhône), EGLISE - CHAPELLE, EGLISE CATHOLIQUE, EGLISE DU SAINT-ESPRIT (AIX-EN-PROVENCE), PROVENCE

L’Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence

Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence :

Eglise-du-St.Esprit-01as

Tout ce que vous voulez savoir et voir

Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence

 

eglise-du-saint-esprit-copier-3 (1)

La façade de l’église du Saint-Esprit

 

DSC_7016.JPG

Statue de saint Roch dans sa niche (au dessus de la façade)

 

eglise-du-saint-esprit (1).jpg

Chapiteau sur un mur extérieur de l’église. 

 

IMG_20190816_152410.jpg

Les portes de l’église du Saint-Esprit 

 

13002920-aix-en-provence-interieur-de-leglise-du-saint-esprit

Intérieur de l’église après sa construction

 

142948-deutsch-heilig-geist-kirche-aix-en-provence-mittelschiff.jpg

aix-en-provence-eglise-saint-esprit-770x308

IMG_2422

 

monument_3625

L’intérieur de l’église aujourd’hui

 

142950-deutsch-heilig-geist-kirche-aix-en-provence-hauptaltar.jpg

Le maître-autel de l’église

 

IMG_20190728_172154

Grilles devant le maître-autel

 

Les tableaux

dm9uvh5w0aadvvk-1

Le retable du Parlement (1520-1525)

Assomption de la Vierge Marie

L’Assomption de la Vierge Marie (Panneau central du Retable du Parlement)

IMG_20191225_165516

IMG_20190731_120409 (1)dm9uy8pwwaebfuy (1)

Retable du Parlement : L’Annonciation au revers des panneaux

 

 

IMG_20190804_092512

La Présentation de la Vierge au Temple. François Marot (Paris, 1667-1719)

 

IMG_20190714_081330

Mort de Saint Joseph. 1783. Antoine-Gabriel Goyrand (1754-1826)

 

Dandré-Bardon_église_du_Saint-Esprit-Aix-en-Provence

Le Christ en Croix. 1731. Michel-François Dandré-Bardon (Aix, 1700 – Paris, 1783)

 

 

st_esprit_039

DSC_6832

Tableaux de Jean-Baptiste Daniel 

Jésus et les Docteurs. 1712

Le Repas chez Simon le pharisien. XVIIIè siècle

 

IMG_20190707_091109_1

L’Adoration des Coeurs de Jésus et de Marie par les Anges. XVIIIè siècle. Philippe Sauvan (Arles, 1697 – Avignon, 1792).

 

Alphonse_Angelin-.Mort_de_St_Jérôme

La Vision de Saint-Jérôme. Commande de l’Etat en 1842. Alphonse Angelin (Aix, 1814 – ap. 1850).

 

Daret-Vierge_trépassés

Vierge intercédant pour les Âmes du Purgatoire. Jean Daret

 

La chaire

6648-chaire-eglise-saint-esprit-aix-en-provence-

IMG_20190811_162049 (1).jpg

Ferroneries de la chaire à prêcher

L’Orgue des Grands Carmes

752px-Orgue_d'Aix-en-Provence,église_du_St_Esprit01

Orgue du Saint-Esprit. 1669-1676. Charles Royer, facteur d’orgue et Aldolphe Dumas, menuisier aixois pour le buffet d’orgue.

Les lustres

IMG_20190714_085008 (2)

Lustres en cristal. XIXè siècle.

Les statues

explo_3_13001_25_photo3_g

Statue du Christ Sauveur.

 

IMG_20190804_083353

Satue de saint Jean Baptiste.

 

IMG_20190728_193643

Statue de sainte Marie Madeleine

 

IMG_20190814_151555.jpg

Statue de saint Jérôme

 

2015-10-31

Statue du Sacré-Coeur de Jésus

 

caption (1).jpg

Chapelle et statue de Notre-Dame-de-Bon-Secours.

 

142952-deutsch-heilig-geist-kirche-aix-en-provence-linker-seitenaltar-4 (1).jpg

Chapelle et statue de saint Joseph

Les vitraux

st_esprit_016 (2)

Vitrail de la Pentecôte

DSC_6862

Saint Jérôme

DSC_6866

Saint Mitre, premier évêque du diocèse d’Aix

 

05_AIX-296x221

Communion de la sainte Vierge

 

st_esprit_020

Saint Antoine et saint Paul, ermites

 

DSC_6904.JPG

Croix de mission (1850)

 

IMG_20190818_091542.jpg

Bénitiers 

 

DSC_6942.JPG

europe-france-provence-alpes-cote-dazur-bouches-du-rhone-aix-en-provence-la-fontaine-baptismale-eglise-du-saint-esprit-f4d9dm

Fonds baptismaux

 

monument_3625.jpg

file:///C:/Users/tricoire/Desktop/CLAUDETTE/%C3%89glise_du_Saint-Esprit_d’Aix-en-Provence%20(4).pdf

EGLISE CATHOLIQUE, FRERE GERARD, GERARD TENQUE, ORDRE DE MALTE, ORDRE DE SAINT JEAN DE JERUSALEM, ORDRE DES HOSPITALIERS DU SAINT-ESPRIT, ORDRE SOUVERAIN MILITAIRE HOSPITALIER DE SAINT JEAN DE JERUSALEM RODHES ET MALTR, ORDRES HOSPILATIERS ET MILITAIRES, PROVENCE

Frère Gérard (1047-1120)

Frère Gérard

Frère Gérard ou Gérard l’Hospitalier, né vers 1047 dans une famille de la région d’Amalfi (Italie), et mort le 3 septembre 1120, est le fondateur d’une congrégation, les Hospitaliers de Saint-Jean, qui deviendra par la suite l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

280px-Gravure_de_Fra_Gerard_fondateur_des_Hospitaliers_de_Saint-Jean.jpg

 

Origine

Frère Gérard est quelquefois appelé Pierre-Gérard de Martigues pour appuyer son lieu de naissance à Martigues en Provence. Mais cette origine n’est pas établie. Une autre version voudrait que frère Gérard soit originaire d’Amalfi ce qui parait plus probable. L’écrivain et historien italien Gian Francesco Galeani Napione et l’historien de la ville d’Amalfi, Giuseppe Gargano, auraient retrouvé frère Gérard dans un certain Gerardo Sasso ou Saxus, mais les preuves apportées ne sont pas convaincantes.

 

Gérard Tenque

Appelé souvent par erreur Gérard Tenque ou Tum, Tune, ou encore Thom, cette confusion vient d’une erreur de traduction de Pierre-Joseph de Haitze qui traduit des textes latins, entre autres, pour l’écriture de son Histoire de la vie et du culte du bienheureux Gérard Tenque, fondateur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il aurait appelé le frère Gérard, Gérard Tenque : « Fr. Gerardus tunc Hospitalis praefectus cum a Christianis duce Godefredo Hyerusalem capta est anno domini MLXXXIX » où tunc doit se traduire par « à l’époque » ou « alors » : « Frère Gérard, à l’époque administrateur des Hospitaliers… » et non « Frère Gérard Tenque, administrateur des Hospitaliers… ». C’est Ferdinand de Hellwald qui a relevé l’erreur de traduction en 1885.

 

Biographie

 

Guillaume de Tyr donne pour origine une famille d’Amalfi. Il attribue la construction d’origine à Pantalone di Mauro commerçant amalfitain à Constantinople. Son commerce le menait régulièrement à Jérusalem où il allait prier au Saint-Sépulcre, partiellement reconstruit en 1048. Mauro aurait obtenu du calife fatimide du Caire, gardien des lieux, l’autorisation de construire une maison. L’autorisation obtenue, il fit construire, en plus d’une maison, un monastère et une église, Sainte-Marie-Latine. Il en confia la gestion à des moines bénédictins. Quelque temps plus tard, il fit construire un couvent et un oratoire dédiée à Marie-Madeleine réservée aux femmes. Enfin, il fit construire un xenodochium pour accueillir des pèlerins. Lorsque les croisés prirent Jérusalem ils trouvèrent Agnès, l’abbesse du couvent féminin, et Gérard qui n’était sans doute pas un religieux

C’est comme oblat des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine qu’il soignait, et dirigeait sous leur autorité, les malades au xenodochium (hôpital en grec) de Jérusalem que des marchands d’Amalfi avaient construit entre 1068 et 1071 et dédié au bienheureux Jean l’Aumônier. Lors du siège de Jérusalem par les croisés de Godefroy de Bouillon, il est suspecté d’entente avec l’ennemi, et, à la prise de la ville, il se met à la disposition de tous les blessés.

À la suite de la conquête latine de la première croisade, le xenodochium et son recteur Gérard se séparent des moines bénédictins de Sainte-Marie-Latine, et changent de patronage en le dédiant désormais à saint Jean-Baptiste. Gérard se consacre aux pauvres et aux pèlerins, recrutant du personnel et recevant de nombreux dons de toute la chrétienté. Il fit construire une église dédiée à Jean le Baptiste et un monastère lui aussi dédié au même saint. Ses premiers compagnons dans la congrégation qu’il fonde seront les aides des malades, impressionnés par son engagement et sa foi.

Frère Gérard institua peut être une règle pour régir l’Hospital en s’inspirant de celle de saint Augustin et de saint Benoît mais il n’en a pas laissé trace. La première règle connue date de Raymond du Puy.

Frère Gérard meurt à Jérusalem le 3 septembre 1120, il est considéré comme bienheureux par l’Église catholique.

 

Les donations à L’Hospital

Les premiers dons viennent d’abord de Godefroy de Bouillon qui va faire donation aux Hospitaliers de frère Gérard d’un casal à Hessilia et de deux tours à Jérusalem, le premier patriarche d’Antioche lui cède un emplacement face à l’hôpital d’Antioche puis le roi de Jérusalem Baudouin de Boulogne qui confirme, en 1110, toutes les possessions de L’Hospital à Jérusalem, Naplouse, Jaffa, Acre, Ascalon, Azot, Césarée, Qaqoum, dans le Soeth, à Haïfa, Capharnaüm, Ramallah, Saint-Georges, Saint-Abraham et Jéricho ; en 1118, l’archevêque d’Apamée, pour le comté de Tripoli et Roger de Salerne, régent d’Antioche, confirment à leur tour les possessions hospitalière. L’Église ne veut pas être en reste et en 1112 elle exempt les Hospitaliers du paiement des dimes dans le patriarcat de Jérusalem et dans l’évêché de Césarée. Mais cela ne s’arrête pas à la Terre sainte mais aussi en Angleterre à Clerkenwell vers 1100 ; en Espagne à Seron, Angglerilium,  Lhorens et Biosea en 1109, d’une dime à Benaias en 1110, des églises de Cireza, Llorach  en 1111, Guillaume Arnal de Perbes donne avec l’accord d’Arnal Mir, comte de Pallars, le huitième de la dime qu’il perçoit de Roger et de Bernard de Sotsterres en 1113, donations à Balaguer, Iborra, Vallesa et Bóveda en 1116, de Taniol et de Mamez en 1118 ; au Portugal, d’Idanha a Velha en 1114 ; en Italie, d’hôpitaux à Asti, Pise, Bari, Otrante et Messine en 1113.  

La reconnaissance papale

C’est le pape Pascal II dans une bulle Pie postulatio voluntatis datant du 15 février 11137 qui fait du fondateur, le recteur Gérard, « instituteur et prévôt du xenodochium de Jérusalem » Il obtient divers privilèges, avantages et exceptions pour L’Hospital, une institution, une sorte de congrégation, sous la tutelle et protection exclusive du pape. La bulle précise également qu’à la mort de frère Gérard, les frères éliront entre eux son successeur15. Elle confirme aussi toutes les donations faites aux Hospitaliers et les autorisent à lever la dîme sur leurs terres.

Le 19 juin 1119, le pape Calixte II, par la bulle Ad hoc nos disponente, confirme toutes les possessions et privilèges de L’Hospital en l’étendant aux dîmes et églises récemment acquises dans l’évêché de Tripoli.

 

Les Hospitaliers ne sont pas des gents d’armes

Gerardo_sasso.jpg

Il faut se poser la question aux regards de son évolution ultérieur et la réponse est non. Gérard, involontairement sans doute, en payant des gents d’armes et des chevaliers pour protéger les pèlerins sur les chemins de la Méditerranée à Jérusalem, engagea l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans la direction de la militarisation qui ne sera effective que le 15 mai 1179 sous Roger de Moulins. Si les Hospitaliers avaient participé en tant que gents d’armes, il n’aurait pas manqué d’historiens pour relater les faits comme ils le feront plus tard quand ce sera le cas.

Le miracle de Gérard

Gérard est resté dans Jérusalem lors de l’attaque de la ville par les croisés. Il aidait ceux-ci en leur jetant du haut de la muraille des miches de pain. Surpris, il fut conduit devant le gouverneur de la ville. Les miches de pain s’étaient transformées en pierres. Le gouverneur n’y vit pas malice et renvoya Gérard lapider les croisés avec … des miches de pain

Les reliques de la chapelle du château de Manosque

Il ressort d’un longue étude d’Alain Beltjens au sujet des différentes reliques qui, avant et après la révolution française, ont été attribuées à Gérard l’Hospitalier, elles ne seraient en fait que celles de saint Géraud d’Aurillac. Géraud fut déclaré saint par la voix populaire. C’est un des premiers exemples de saint à avoir été canonisé sans avoir subi le martyre ou être entré dans les ordres. Beltjens dénie la béatification de frère Gérard , car les Hospitaliers auraient profité de la confusion entretenue entre Géraud et frère Gérard qui lui, n’aurait jamais été déclaré saint par la voix populaire

 

Mémoire

A Martigues, dans le quartier de Jonquières, se trouve la Place Gérard Tenque.

À Manosque se trouve la rue Gérard Tenque.

À Saint-Mitre-les-Remparts se trouve l’impasse Gérard Tenque.

À Gimeaux, dans la banlieue d’Arles, se trouve le chemin Gérard Tenque.

 

Sources bibliographiques

Alain Beltjens, « Trois questions à propos de l’hospitalier Gérard : les reliques, qui ont reposé pendant plusieurs siècles dans la chapelle du château de Manosque, appartenaient-elles au premier chef de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem ? Dans la négative, de qui étaient-elles et sommes nous encore en droit de décerner à l’hospitalier Gérard le titre de bienheureux ? », Revue de la société de l’histoire et du patrimoine de l’ordre de Malte, nos 19 et 20,‎ 2008 et 2009

Alain Beltjens, Aux origines de l’ordre de Malte. De la fondation de l’Hôpital de Jérusalem à sa transformation en ordre militaire, Alain Beltjens, 1995

Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, 2009, 1029 p.

Lucien Dégut et Octave Vigné, Martigues, Uzès, La Capitelle, 1964, p. 252

Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre, 1100-1310, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1904

Alain Demurger, Les Hospitaliers, de Jérusalem à Rhodes, 1050-1317, Paris, Tallandier, 2013, 574 p. )

Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l’ordre de Malte, Paris, Perrin, 2006

Eugène Harot, Essai d’armorial des Grands-Maîtres de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Rome, Collegio Araldico, 1911

 

Bibliographie

Giacomo Bosio Dell’istoria della sacra Religione, dell’illustrissima milizia di Santo Giovanni Gierosolimitano, Rome, 1621

Abbé de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jerusalem, appellez depuis les chevaliers de Rhodes, et aujourd’hui les chevaliers de Malte, À Paris, chez Rollin, Quillau, Desaint, 1726,

BEATRICE DE PROVENCE (1229-1267), FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, HISTOIRE DE LA PROVENCE, Non classé, PROVENCE

Béatrice de Provence (1229-1267)

Béatrice de Provence

BeatrixProvensalska.jpg

Béatrice de Provence, née en 1229 et morte à Nocera le 23 septembre 1267, est une comtesse de Provence et de Forcalquier, fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie. Par mariage, elle devient reine de Naples et de Sicile.

Biographie

 Origine

Béatrice naît en 1229. Elle est la fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie, dont elle porte le prénom.

À la mort de son père, le 19 août 1245, elle devient l’héritière du comté de Provence et celui de Forcalquier.

 Mariage de la Provence et de la France

Beatrix_karel.jpg

Béatrice de Provence et Charles Ier d’Anjou

Un projet de mariage est organisé par la reine Blanche de Castille, soutenu par le pape Innocent IV, avec Charles, frère du roi de France, Louis IX. Ce dernier a épousé Marguerite, la sœur aînée de Béatrice En 1245, le mariage est préparé par sa mère, Béatrice, comtesse douairière de Provence, et le Conseil de régence. Le projet est engagé puisque le roi de France a obtenu l’accord de son côté L’oncle de Béatrice, l’archevêque de Lyon Philippe de Savoie, devient l’intermédiaire privilégié entre les différentes parties

Toutefois, certains princes ne sont pas favorables à ce rapprochement entre la Provence et le royaume de France. Ainsi, le comte de Toulouse, qui ne participe pas aux tractations, menace d’envahir le comté. Son voisin, le roi d’Aragon Jacques Ier, approche avec son armée. Charles intervient en pénétrant en Provence avec une troupe de chevaliers, obligeant le roi d’Aragon à se retirer

La jeune fille est remise à Charles, avec le consentement du roi Louis IX. De fait, Charles devient comte de Provence. Le mariage se déroule le 31 janvier 1246 à Aix. Après un court séjour en Provence, les jeunes époux rentrent en France.

Ce mariage est qualifié par l’historien Gérard Sivéry comme « l’un des chefs-d’œuvre de la grande stratégie matrimoniale médiévale ».

Ses deux autres sœurs, Éléonore (1223-1291), reine consort d’Angleterre depuis 1236, et Sancie (1228-1261), comtesse de Cornouailles, réclament une part d’héritage de la Provence

Comtesse de Provence

Charles de France est adoubé en mai 1246. Trois mois plus tard, il est fait par son frère comte d’Anjou et du Maine.

Charles d’Anjou reprend la politique d’expansion en direction de la péninsule italienne entamée par le comte Raimond-Bérenger IV de Provence.

Les Provençaux se soulèvent contre ce prince étranger au printemps 1246. Il faut attendre l’année 1265 pour que son pouvoir soit définitivement assis sur la Provence.

Statue_de_Béatrice_de_Provence.

Statue de Béatrice de Provence

Famille

Béatrice épouse en 1246 Charles Ier (1226 † 1285), roi de Naples et de Sicile (1266-1285), comte d’Anjou et du Maine (1246-1285), et ont :

Louis (1248 † 1248)

Blanche (1250 † 1269), mariée en 1265 avec Robert III de Dampierre (1249 † 1322), comte de Flandre

Béatrice (1252 † 1275), mariée en 1273 à Philippe Ier de Courtenay (1243 † 1283), empereur titulaire de Constantinople

Charles II de Naples (1254 † 1309), comte d’Anjou et du Maine, roi de Naples

Philippe (1256 † 1277), prince d’Achaïe, marié en 1271 avec Isabelle de Villehardouin (1263 † 1312), princesse d’Achaïe et de Morée

Robert (1258 † 1265)

Isabelle (ou Élisabeth) (1261 † 1303), mariée à Ladislas IV (1262 † 1290), roi de Hongrie

Statue_Beatrice_of_Provence

Statue de Béatrice de Provence (Eglise Saint-Jean-de-Malte, Aix-en-Provence)

Bibliographie complémentaire

Thierry Pécout, « Celle par qui tout advint : Béatrice de Provence, comtesse de Provence, de Forcalquier et d’Anjou, reine de Sicile (1245-1267) », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, nos 129-2,‎ 2017 

FRANCE, HISTOIRE DE FRANCE, PROVENCE, RAYMOND-BERENGER V DE PROVENCE (1198-1209)

Raymond-Bérenger V de Provence

RAYMOND-BERENGER V DE PROVENCE

Raymond-Berenger.jpg

Statue du comte Bérenger V de Provence dans l’Eglise Saint-Jean-de-Malte (Aix-en-Provence)

Raimond-Bérenger IV/V de Provence

Raimond Bérenger IV1 ou V, né vers1198, mort le 19 août 1245 à Aix, futcomte de Provence et de Forcalquier de1209 à sa mort.

Numérotation
Lors de la minorité d’un précédent comte, la régence fut exercée par Raimond-Bérenger IV de Barcelone, qui est parfois comptabilisé parmi les comtes de Provence. Il s’ensuit que le comte Raimond-Bérenger IV de Provence est souvent nommé Raimond-Bérenger V de Provence.

Biographie
Jeunesse
Raimond Bérenger IV de Provence est le seul fils d’Alphonse II (v. 1180-1209), comte de Provence (1195-1209), et de Garsende, comtesse de Forcalquier, issue de la maison de Sabran.
En février 1209, alors que Raimond Bérenger IV a environ douze ans, son père meurt à Palerme. Son oncle, le roi Pierre II d’Aragon assure sa tutelle. L’éducation du jeune prince est confiée à Guillaume de Montredon, maître de province de l’ordre du Temple et Raymond de Penafort, fameux théologien du xiiie siècle. Sa mère Garsende lui cède le comté de Forcalquier le 30 novembre 1209, permettant la réunion de ces deux comtés rivaux depuis un siècle
Pierre II d’Aragon est tué à la bataille de Muret, Sanche, oncle de Pierre II, prend en charge la régence d’Aragon et laisse celle de Provence à son fils Nuno. Des dissensions éclatent au sein des Catalans de Provence, entre les partisans de la comtesse Garsende de Forcalquier et ceux de Nuno, qui semblent vouloir évincer le jeune comte. La noblesse provençale en profite pour s’agiter. Elle prend finalement le parti de Garsende de Forcalquier, évince Nuno, place Raimond Bérenger IV de Provence sous la tutelle de sa mère et créent un conseil de régence.

Comte de Provence
Il parvient à se débarrasser de son rival le comte de Toulouse, également marquis de Provence, dont la famille a toujours eu l’ambition d’annexer la Provence. Pour cela, il n’hésite pas à soutenir la croisade albigeoise et soumet dans l’ordre les consulats d’Arles et de Marseille qui créaient des troubles dans le comté. Il conquit Avignon avec le roi de France Louis VIII en 1226.

Les armes de Provence, étaient devenus également celles de la Catalogne après le mariage de Douce de Provence avec Raimond Bérenger III comte de Barcelone. Depuis lors elles se ressemblent étonnamment si ce n’est la disposition des pals, afin de ne pas les confondre, elles seront en effet mises horizontalement pour la Catalogne.
Il fit montrer sous son royaume les « bailes » qui devinrent les représentants du pouvoir comtal. Il bâtit la ville de Barcelonnette en 1231 en honneur de ses origines catalanes ainsi que l’église Saint Jean de Malte premier édifice gothique de Provence à Aix-en-Provence.

Il meurt le 19 août 1245, et est enseveli à Aix-en-Provence, auprès du tombeau de son père, dans l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix-en-Provence.

Raimond Bérenger IV est le dernier membre de la famille des comtes de Catalogne à avoir régné en Provence. Il laisse par testament, daté du 20 juin 1238, ses domaines à sa quatrième fille, Béatrice, la seule qui n’est pas encore mariée. A sa mort la Provence unifiée entre dans la mouvance du roi de France rompant ainsi aec son passé catalan.

Comte troubadour
Il reste de Raimond-Bérenger V (ou IV) deux tensons et deux coblas.

Union et descendance
Le 5 juin 1219, Raimond Bérenger IV de Provence épouse Béatrice de Savoie (1198-1266), fille de Thomas Ier (1177-1233), comte de Savoie (1189-1233), et de Marguerite de Genève (1180-1252 ou 1257). De cette union sont issues quatre filles :

Marguerite de Provence (1221-1295), reine de France (1234-1270) par mariage en mai 1234 avec Louis IX (1214-1270), roi de France (1226-1270) ;
Éléonore de Provence (v. 1223-1291), reine d’Angleterre (1236-1272) par mariage en 1236 avec Henri III (1207-1272), roi d’Angleterre (1216-1272) ;
Sancie de Provence (v. 1225-1261), comtesse de Cornouailles (1243-1261) par mariage en 1243 avec Richard de Cornouailles(1209-1272), comte de Cornouailles (1227-1272) et roi des Romains (1257-1272) ;
Béatrice de Provence (1234-1267), comtesse de Provence et de Forcalquier (1245-1267), mariée en 1246 avec Charles Ier d’Anjou (1227-1285), comte d’Anjou et du Maine (1246-1285), roi de Sicile (1266-1282), puis roi de Naples (1282-1285), et comte de Provence et de Forcalquier (1246-1267) par mariage, mais qui continuera à porter les titres jusqu’à sa mort.

Par ces alliances entre les filles de Raimond-Bérenger IV, les rois de France Louis IX (Saint Louis) et de Sicile Charles Ier qui étaient déjà frères, deviennent beaux-frères l’un de l’autre, outre la parenté d’alliance du même degré avec le roi d’Angleterre Henri III et le futur roi des Romains Richard de Cornouailles, frère d’Henri III, ces deux derniers devenant aussi beaux-frères l’un de l’autre.
Marguerite et Béatrice deviennent belles-sœurs, tandis que la même parenté d’alliance se crée entre Éléonore et Sancie.

Source : Wikipédia

 

RAYMOND-BERENGER V FAIT NAITRE LA PROVENCE

L-invention-de-la-Provence.jpg

BERENGER V DE PROVENCE : L’INVENTION DE LA PROVENCE

THIERRY PECOUT

PARIS, PERRIN, 2004

 

En ce mois de novembre 1216, une galée appareille en pleine nuit du port catalan de Salou vers les rives du comté de Provence. À son bord, un jeune adolescent, escorté par des chevaliers provençaux venus l’arracher à son exil aragonais.

Ainsi commence l’histoire de Raymond Bérenger V, héritier d’une Provence déchirée par des rivalités entre factions nobles et les villes comme Marseille, Avignon, Arles, Tarascon, Nice ou Grasse. Il hérite d’un comté à l’histoire mouvementée et qui est convoité par des voisins qui voudraient bien s’approprier ce comté : que ce soit l’Empereur de l’Empire germanique Frédéric II au nord, le comte de Toulouse à l’ouest quand ce ne sont pas les rois d’Aragon (qui furent comtes de Provence) et même le roi de France qui cherche à agrandir son royaume afin d’avoir un débouché sur la Méditerranée.

Beaucoup voient en ce jeune prince le seul dépositaire d’un pouvoir légitime. Sa mère et tutrice, la comtesse Gersende de Forcalquier, ne peut plus désormais espérer gouverner sans lui. Rien ne laisse alors présager que ce jeune homme sera l’artisan d’un rétablissement de l’État comtal. Pourtant, depuis sa capitale aixoise, il fait de sa principauté l’un des laboratoires de l’État moderne. Raymond Bérenger rompt avec le passé catalan de la Provence, mais aussi avec l’empire germanique de Frédéric II. Les temps lui sont favorables : de Nice à Marseille, le commerce des ports provençaux est prospère. Cette richesse bénéficie aux églises, châteaux et villes qui arborent de neuves parures. Le comte fonde Martigues et Barcelonnette. Pour la première fois de son histoire, la Provence paraît une principauté cohérente, gouvernée par un prince soucieux de ses prérogatives. La mort prématurée de Raymond Bérenger en 1245, sans héritier, laisse la Provence aux mains de son gendre, frère du roi de France. Une page achève de se tourner.

 

L’auteur

Thierry Pécout, né en 1967, ancien élève de l’École normale supérieure, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Provence, auteur d’une biographie du roi Charles V (2001), travaille actuellement sur l’histoire des pouvoirs dans le comté de Provence.

CAMARGUE (Provence), FOLCO DE BARONCELI (1863-1943), PROVENCE

Le marquis Folco de Baroncelli

Folco de Baroncelli

260px-Folco_de_Baroncelli_1906 (1)

Folco de Baroncelli en 1906.

Folco de Baroncelli (né le 1er novembre 1869 à Aix-en-Provence et mort le 15 décembre 1943 à Avignon) est un écrivain et manadier français.

Disciple de Frédéric Mistral et majoral du Félibrige, il est considéré comme l’« inventeur » de la Camargue. Il en a exploité des traditions avérées et en a instauré de nouvelles en s’inspirant du Wild West Show de Buffalo Bill lors de son passage dans le Midi.

 

Biographie

Famille et jeunesse

Marie Joseph Lucien Gabriel Folco de Baroncelli-Javon est né à Aix-en-Provence, mais sera baptisé à Avignon où demeurent ses parents.

Celui qui devait devenir gentilhomme-gardian appartient par son père, Raymond de Baroncelli à une famille florentine remontant au xiiie siècle et de tradition gibeline. La branche à laquelle il appartient est installée en Provence depuis le xve siècle. Sa famille possède depuis le début du xvie siècle dans le diocèse de Carpentras, la seigneurie et le château de Javon; toutefois le titre de marquis porté par le chef de famille n’est que de courtoisie. Leur principale demeure est située dans le centre d’Avignon, et baptisée « hôtel de Baroncelli-Javon » avant d’être surnommée « palais du Roure » par Frédéric Mistral.

Il est le frère du cinéaste Jacques de Baroncelli et de Marguerite de Baroncelli, reine du Félibrige de 1906 à 1913, égérie du poète provençal Joseph d’Arbaud et épouse du peintre Georges Dufrénoy.

Il passe son enfance à Bouillargues mais surtout au Château de Bellecôte près de Nîmes, où il fait ses études.

Revenu dans la demeure familiale d’Avignon alors capitale des félibres, le jeune Folco y rencontre Roumanille, dont la librairie était voisine de l’Hôtel de Javon, et Mistral en 1889. Il s’enthousiasme pour la langue provençale qu’il introduit dans son milieu familial, par essence aristocratique, même s’il prétendit par la suite que « les Baroncelli avaient toujours pratiqué le provençal dans leur vie courante ». Dès 1890, il publie un premier ouvrage en provençal, la nouvelle Babali. Conscient que son nouvel ami porte un nom prestigieux qui servirait la cause provençale, Mistral lui confie l’année suivante la direction de son journal L’Aiòli. En 1905, il devient majoral du Félibrige, mais démissionne en 1926.

 

Mas de l’Amarée

Folco_de_Baroncelli-Javon

En 1895, lou Marqués (le Marquis), comme on l’appellera désormais, se rend en Camargue et monte une manade, la Manado Santenco (la Manade saintine), aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Peu de temps auparavant, le 7 février 1895, il avait épousé Henriette Constantin, fille d’Henri Constantin, propriétaire du Domaine des Fines Roches à Châteauneuf-du-Pape. De ce mariage naitront trois filles bien que, sa femme supportant mal le rude climat camarguais, leur vie commune soit épisodique. Néanmoins, le 30 juillet 1899, il s’installe définitivement aux Saintes-Maries-de-la-Mer sur la petite route du Sauvage, au Mas de l’Amarée, comme locataire du propriétaire d’alors, Monsieur Allègre.

En 1905, il fait connaissance à Paris de Joe Hamman, qui lui présente Buffalo Bill à l’occasion d’une représentation de la tournée de sa troupe américaine en Europe. Baroncelli propose à ce dernier les services de ses gardians qui participent avec les Indiens et les cows-boys aux spectacles que Buffalo Bill organise alors dans le cadre de son Wild West Show. Il y trouvera l’inspiration pour créer ses jeux de gardians. A partir de 1909, Baroncelli met à disposition d’Hamman ses gardians et ses taureaux pour ses films faits en Camargue, qui seront parmi les premiers Westerns tournés, outre ceux réalisés États-Unis.

En septembre 1907, les crues liées aux orages du 27 de ce mois noient une partie de sa manade.

En mai 1908, il rencontre à Arles, l’industriel Jules Charles-Roux et la femme de lettres Jeanne de Flandreysy à l’occasion du tournage de la première version cinématographique de Mireille. Cette rencontre avec Jeanne de Flandreysy, déjà aperçue quatre ans plus tôt à Valence, le marque à jamais. Il tombe amoureux de cette belle mais très indépendante femme, véritable égérie provençale. Si leur relation amoureuse fut brève, leur amitié dura jusqu’à la mort du marquis.

800px-Manade_du_Marquis_Folco_de_Baroncelli-Javon

 

Dès le début du xxe siècle, le marquis s’attelle avec d’autres à la reconquête de la pure race Camargue, tout comme il participe activement à la codification de la course camarguaise naissante. La sélection draconienne qu’il opère est récompensée par son taureau Prouvènço, historique cocardier qui déchaîne les foules, baptisé ainsi autant pour ses qualités esthétiques que ses aptitudes combatives.

Le 16 septembre 1909, il crée la Nacioun gardiano (la « Nation gardiane »), qui a pour objectif de défendre et maintenir les traditions camarguaises. Il avait aussi participé à la sauvegarde des la Confrérie des Gardians de Saint-Georges, fondée à Arles en 1512, qui avait alors failli disparaître.

Avignon_la_Naciouin_gardiano_devant_l'église_Saint-Pierre.jpg

Mobilisé, il est profondément affecté par les carnages de la guerre de 1914-1918. À la suite de propos prétendument « anti-militaristes » qu’il aurait proférés et qui furent dénoncés, il est interné au fort de Peccais.

À la fin de la Guerre et plus précisément le 18 avril 1918, Jeanne de Flandreysy, associée à son père Étienne Mellier, rachète le palais du Roure, vendu par le marquis et ses frères et sœurs à la mort de leur mère. Ce palais, maison historique et familiale des Baroncelli, avait été mis en vente au cours de l’été 1907 puis vendu le 15 mai 1909 à la société Immobilière de Vaucluse qui en avait dispersé la plupart des trésors, dont de superbes boiseries. C’est à cette époque que Jeanne de Flandreysy l’incite à écrire.

Le 17 octobre 1921, à Nîmes, il conduit la « Levée des Tridents », à la tête de la Nacioun gardiano et en compagnie de son ami Bernard de Montaut-Manse, pour protester contre l’interdiction des corridas. Il s’agit d’un défilé pacifique comme le montrent les anciennes photographies. Bernard de Montaut-Manse réussit à faire débouter la SPA de son action en justice contre les corridas à Nîmes.

En 1924, il demande à Hermann Paul de concevoir et dessiner la croix camarguaise, dont le modèle est réalisé par Joseph Barbanson, forgeron aux Saintes-Maries-de-la-Mer. La croix est inaugurée le 7 juillet 1926 sur un terre-plein de l’ancienne sortie sud-est de la cité camarguaise.

 

Le mas du Simbèu

Mas_du_Simbeu_1930.jpg

Toutefois, les problèmes financiers s’accumulent et en 1930, désargenté, il doit quitter le mas de l’Amarée dont il n’est que locataire. Les Saintois se cotisent alors et lui offrent un terrain sur lequel il construit une réplique du mas de l’Amarée, le mas du Simbèu (littéralement « signe », « enseigne », « point de mire », nom donné au vieux taureau, chef du troupeau) ; le 1er octobre 1931 à minuit, il quitte l’Amarée pour le Simbèu.

Dans les années 1930, il dénonce le projet d’assèchement du Vaccarès, se bat pour la création d’une réserve en faisant valoir l’importance à venir du tourisme et manifeste pour le maintien des courses camarguaises. Il témoigne aussi en faveur du maire communiste des Saintes-Maries-de-la-Mer, Esprit Pioch, et prend parti dans la guerre d’Espagne pour les Républicains espagnols. Il soutient également les gitans et leur pèlerinage. À sa demande, l’Archevêque d’Aix, Monseigneur Roques, tolère que la statue de Sara, patronne des gitans, soit amenée jusqu’à la mer, ce qui est réalisé, pour la première fois, le 25 mai 1935. Toutefois, ce n’est qu’à partir de 1953 que des prêtres participeront à cette procession.

 

« Le crépuscule du Marquis »

La fin des années 1930 n’est pas très heureuse pour le marquis. En février 1935, il tombe gravement malade puis est très affecté par le décès de son épouse, survenu le 8 août 1936. En 1938, à nouveau gravement malade, il est transporté d’urgence au centre médical de Nîmes. Et à la veille de la guerre, en février 1939, c’est la fin de sa manade. En 1940, il proteste auprès de Daladier après des manœuvres de tirs d’avions dans le Vaccarès.

La guerre 1939-1945 lui sera en quelque sorte fatale. Lors de leur arrivée en zone libre en 1942, les Allemands s’installent, dès le 16 novembre 1942, dans son mas du Simbèu, réquisitionné en janvier 1943. Finalement, le 17 février, le marquis de Baroncelli en est expulsé et s’installe dans le village même des Saintes, chez sa fille (place Saint-Pierre). Affaibli par la maladie et terriblement attristé, il reçoit l’extrême onction et meurt le 15 décembre, peu avant 13 heures, à Avignon.

 

Tombeau

2004_08_18_045_tombe_baroncelli_reduct.jpg

Son mas Lou Simbèu est détruit à l’explosif en 1944 par les troupes allemandes lorsqu’elles quittent le pays. Il n’aura duré que 13 ans. Le 21 juillet 1951, les cendres du Marqués sont transférées dans un tombeau à l’endroit même où se trouvait le mas du Simbèu mais son cœur est placé dans la chapelle de ses ancêtres, au palais du Roure, ancien hôtel de Baroncelli-Javon. Lors de ce transfert, alors que le convoi funèbre longe les prés, les taureaux de son ancienne manade se regroupent et suivent lentement le cortège, comme accompagnant leur maître une dernière fois. Ainsi, selon sa volonté :

lorsque je serai mort, quand le temps sera venu, amenez mon corps dans la terre du Simbèu, ma tête posée au foyer de ma vie, mon corps tourné vers l’église des Saintes, c’est ici que je veux dormir,

le marquis repose sur les lieux de son dernier mas. On peut se rendre sur sa tombe, qui est d’une grande sobriété.

 Legs

Selon le professeur américain Robert Zaretsky, Folco de Baroncelli a contribué à transformer la Camargue, jusque-là étendue sauvage et désolée, en une nature ordonnée et apprivoisée, devenue parc naturel et l’une des destinations de vacances les plus courues. « À l’instar de Claude François Denecourt, l’« inventeur » de la forêt de Fontainebleau, Baroncelli est pour la Camargue, le génie des lieux ». Et d’ajouter : « poète médiocre devenu manadier, révolutionnaire indécis devenu homme de spectacle, régionaliste mué en bricoleur de l’histoire et du folklore camarguais, Baroncelli a participé à la création de la France moderne ».

 

Œuvre

Blad de Luno (Blé de Lune), préface de Frédéric Mistral, Paris (Lemerre) et Avignon (Roumanille), 1909, 155 pages, recueil de poèmes bilingue provençal-français.

Babali, Nouvello prouvençalo, préface de Frédéric Mistral, Paris (Lemerre) et Avignon (Roumanille), bilingue provençal-français, 1910, 53 pages, 33 illustrations, 8 reproductions d’aquarelles inédites de Ivan Pranishnikoff, Teissère de Valdrôme, Roux-Renard, Morice Viel et 4 lettrines de Louis Ollier

Les Bohémiens des Saintes-Maries-de-la-mer, Paris (Lemerre), traduit du provençal, 1910, 32 p., fig. en noir et en couleur

L’élevage en Camargue Le Taureau (tiré-à-part des travaux du 5e Congrès du Rhône), Tain-Tournon, ed. Union Générale des Rhodaniens, 1931, 14 pages.

Souto la tiaro d’Avignoun – Sous la tiare d’Avignon, Société Anonyme de l’Imprimerie Rey, Lyon, 1935.

Recueil de poèmes bilingue français-provençal contenant : Les deux veuves ; Préface ; La cavale de Grégoire XI ; Le nombre 7 et la Provence ; Le jour de la Saint-André (30 novembre) et les Pénitents gris d’Avignon ; Politesse provençale ; La Madone du Château de Bellecôte ; La chèvre d’or ; La chasse au perdreau en Camargue ; Les chevaux camarguais ; Le grand loup ; Bauduc ; La Madone de l’hôtel de Javon ; Valence, cité cavare et provençale.

 

Bibliographie

Jean des Vallières, Le Chevalier de la Camargue – Folco de Baroncelli, marquis de Javon, Éditions André Bonne, collection « par 4 Chemins ». Prix Boudonnot 1957 de l’Académie française.

« Baroncelli », dans Ivan Gaussen (préf. André Chamson), Poètes et prosateurs du Gard en langue d’oc : depuis les troubadours jusqu’à nos jours, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Amis de la langue d’oc », 1962 p. 104.

Henriette Dibon dite Farfantello, Folco de Baroncelli, Imprimerie René, Nimes, 1982, 429 p.

René Baranger, En Camargue avec Baroncelli, l’auteur, Clichy, 1983, 164 p. (Récit des quatorze années passées par l’auteur comme gardian au mas de l’Amarée puis au mas du Simbèu).

Les Indiens de Buffalo Bill et la Camargue, sous la dir. de T. Lefrançois, avec la participation de Remi Venture, Serge Holtz et Jacques Nissou, Paris, La Martinière, 1994.

Robert Zaretsky, Le Coq et le Taureau, Comment le Marquis de Baroncelli a inventé la Camargue, traduit de l’anglais (américain) par Cécile Hinze et David Gaussen, Éditions Gaussen, 2008. (L’auteur, qui enseigne la culture française à l’Université de Houston au Texas, replace l’action et l’œuvre de Baroncelli dans le contexte de la formation de la France moderne. Avant-propos de Sabine Barnicaud, conservatrice du palais du Roure – Références de l’édition en anglais : Cock & Bull Stories, Folco de Baroncelli and the Invention of the Camargue, Lincoln & London, University of Nebraska Press, 2004, 192 p.)

Palais du Roure, Le crépuscule du Marquis, Éditions Palais du Roure, Avignon, 2013,

Jacky Siméon, Dictionnaire de la course camarguaise, Vauvert, Au Diable Vauvert, 142 p. p. 19-20

AIX-EN-PROVENCE (BOUCHES-DU-RHÔNE), FRANCE, HISTOIRE D'AIX-EN-PROVENCE, HISTOIRE DE FRANCE, PROVENCE

Une histoire de la ville d’Aix-en-Provence

Histoire d’Aix-en-Provence

57_00-2017-11-24-1050.jpg

Blason d’Aix-en-Provence

800px-Escut_de_Ais_de_Provença.svg.png

Aix-en-Provence (Aix jusqu’en 1932) est la capitale historique de la Provence. Son histoire débute avec la soumission aux Romains des Salyens, fédération gauloise regroupant plusieurs peuples de la Basse-Provence. Leur capitale, située à l’oppidum d’Entremont, est habitée depuis le début du iie siècle av. J.-C. En 124 av. J.-C., le consul romain Gaius Sextius Calvinus démantèle l’oppidum et crée deux ans plus tard la ville d’Aquae Sextiae, au pied d’Entremont. C’est cette ville romaine qui est devenue Aix. Située sur un axe stratégique entre l’Italie et l’Espagne (sur la via Aurélia), Aix permet à la République romaine de sécuriser toute une région alors aux mains des Salyens. Pourtant, des incursions ennemies viennent mettre en péril la sécurité de la Gaule narbonnaise et, en 102 av. J.-C., le consul Caius Marius détruit une armée de Cimbres et de Teutons, non loin d’Aix. Cette bataille, dénommée bataille d’Aix, permet de protéger l’Italie d’une invasion de ces tribus germaines. Dans le même temps, Aix se développe et prend les caractéristiques d’une ville romaine. Elle se dote d’un forum, mais aussi d’un théâtre, de thermes et d’aqueducs.

Le iiie siècle est marqué par le début du déclin démographique d’Aquae Sextiae. À la même époque, Aix est capitale de la Narbonnaise Seconde et domine alors sur un plan politique des villes antiques majeures, comme Fréjus (Forum Julii)Antibes (Antipolis), Riez (Reis Appolinaris), Apt (Apta Julia), Sisteron (Segusterone) ou Gap (Vapincum). C’est à Aix qu’est créé l’archevêché, ce qui lui assure une position prééminente tout au long du Moyen Âge, confirmée par la création d’une université (1409), puis peu après le rattachement à la France, du Parlement de Provence (1501).

Son importance en Provence fléchit quelque peu avec la Révolution française : le Parlement et l’université sont supprimés, et Aix n’est plus que chef-lieu d’un des quatre départements créés avec la province. Sans liaison ferroviaire, la ville gagne le surnom de « belle endormie » au xixe siècle.

 

Antiquité

L’oppidum d’Entremont

1680x675.jpg

Restes de l’oppidum d’Entremont.

L’oppidum d’Entremont se présente comme typique des bourgades celto-ligures de son temps. Peuplée de Salyens (Salluvii) de l’arrière-pays marseillais, elle a été considérée dès le xixe siècle comme une polis antique, constituée d’une agglomération et de son territoire.

carte12.gif

Carte des tribus gauloises de Provence.

Avant l’apparition de l’agglomération d’Entremont, un sanctuaire semble avoir existé dès le premier Âge du fer. Les éléments de ce sanctuaire ont servi de remploi lors de la construction de la seconde et peut-être de la première agglomération.

Au fil des siècles, une structure d’habitat se met en place et le premier rempart est érigé vers -175. Les 25 années qui vont suivre constituent la première phase d’habitat de l’oppidum. La ville ne s’étend alors que sur un hectare environ et forme un parallélogramme à l’aplomb de deux abrupts : au sud et à l’ouest.

Rapidement, la ville doit s’agrandir et l’on procède à la construction d’un deuxième rempart qui va porter la superficie de la ville à 3,5 hectares environ5. On est alors aux alentours de 150 av. J.-C. Ce rempart n’aura rien de commun avec le précédent : 6 à 7 mètres de hauteur, 3,25 mètres de largeur, renforcé de tours de 8 à 9 mètres tous les 18,5 mètres.

Au moment de la prise de la ville, en 123, le roi (ou basileus) Teutomalios (ou Toutomotulus) fuit chez ses alliés allobroges en compagnie des princes (dunastai) salyens d’Entremont. Plusieurs chercheurs ont toutefois émis des doutes sur cette hypothèse, considérant que le véritable abandon de la ville provient d’une destruction militaire survenue vers 110 à 90 av. J.-C1. Une faible population continue d’habiter le bourg pendant vingt à trente ans, dans l’ombre d’Aquae Sextiae, même si Entremont n’est plus qu’une « ville pérégrine étroitement contrôlée par un praesidium romain.. » Mais progressivement, la ville va être totalement désertée et finira ruinée.

Aquae Sextiae

Fondation de la ville d’Aix

On ne peut affirmer que la ville était dénommée Aquae Sextiaedès sa fondation. En revanche, elle portait ce nom au plus tard en 102 av. J.-C.Tite-Live parle en effet de « duobus deinde proeliis circa Aquas Sextias eosdem hostes delevit »Pline l’Ancien, lui, évoque « Aqua Sextia Salluviorum ».

Sextius-Calvinus_par_Villevieille.jpg

Fondation d’Aix par Sextius Calvinus (Joseph Villevieille, 1900).

Les récits concernant la fondation d’Aix sont peu connus. Cassiodore (v. 485-v. 580) en fait une relation plutôt détaillée dans sa Chronique, mais celle-ci présente l’inconvénient d’être très postérieure aux événements. Cassiodore y indique que la création de la ville résulte des opérations militaires du consul Caius Sextius Calvinus menées en 124 av. J.-C. contre l’oppidum d’Entremont, qu’il appelle « la capitale des Salyens ». Deux ans plus tard, le même Sextius Calvinus fonde « dans les Gaules une ville où sont les eaux sextiennes » (122 av. J.-C.). Strabon qualifiera l’établissement sextien de polis (« ville ») qu’il prend soin de distinguer de la phoura (« garnison ») qui s’y trouve.

Aix, première ville romaine fondée sur le territoire de la France actuelle, a pour vocation de surveiller une région à peine pacifiée et sert de base à l’armée romaine en prévision d’une conquête de la Gaule narbonnaise, quatre ans plus tard. Placée sous le contrôle d’un præsidium romain, Aix abrite dès lors les populations refoulées d’Entremont et devient de facto « le chef-lieu du pays salyen entré par la force dans l’orbite romaine. »

Il n’est pas possible de déterminer avec précision l’emplacement de l’établissement romain et de la garnison qui s’y trouvait. La raison en est que l’on ne trouve pas de source archéologique remontant à la fondation de la ville. Les historiens se fient donc au déplacement de la ville antique au cours des siècles et ses diverses localisations : d’abord dans la ville des Tours, puis sur l’emplacement du palais comtal et enfin dans le bourg Saint-Sauveur. La plupart des érudits locaux localisent la ville antique au bourg Saint-Sauveur, alors que des vestiges retrouvés sur place et identifiés à l’époque romaine s’avéraient en fait être ceux de la ville du xiie sièclePaul-Albert Février s’oppose à cette localisation : « Vouloir retrouver dans cette ville de basse époque [le bourg Saint-Sauveur] le plan de la fondation de Sextius est un simple jeu de l’esprit. »

Bataille d’Aquae Sextiae

En 102 av. J.-C., lors de la bataille d’Aquae SextiaeGaius Marius tient tête, au pied de la montagne appelée plus tard Sainte-Victoire, aux hordes d’Ambrons et de Teutons qu’il défait. Ceux-ci, venus de la Baltique, se rendent en Italie. Marius choisit avec précaution une position forte, une colline, pour y attirer les Teutons avec l’aide de sa cavalerie et de son infanterie légère de tirailleurs (composée pour l’essentiel de Ligures alliés).

Les éléments de l’avant-garde teutonne, les Ambrons, mordent au piège et attaquent. Ils sont bientôt suivis par le reste de leur troupe. Or Marius a caché une petite force romaine de 4 000 hommes à proximité. Au moment de la bataille, cette force sort de sa cachette, attaquant les Teutons par derrière et provoque chez eux confusion et déroute. Les décomptes romains prétendent que, dans le massacre qui suit, 90 000 Teutons sont tués et 20 000, parmi lesquels leur roi Teutobod, sont capturés. Les seuls rapports qui ont survécu sont romains et ils exagèrent l’unilatéralité de la bataille mais l’anéantissement complet des Teutons et des Ambrons est bien en faveur de la sévérité de leur défaite.

Développement de la ville

meyr_etroit.jpg

Vestiges de l’aqueduc de la Traconnade sur la commune de Meyrargues (Bouches-du-Rhône).

Le ier siècle voit le développement de la ville au niveau architectural. Si, jusqu’alors, il fallait voir en Aquae Sextiae une ville très similairese dresse le théâtre antique où les citoyens viennent assister à des spectacles de mime et de pantomime, mais qui joue aussi un rôle religieux lié au culte de l’empereur.

L’approvisionnement en eau est assuré par trois aqueducs : l’aqueduc de Traconnade, au nord, l’aqueduc de Vauvenargues et celui du Tholonet à l’est. L’aqueduc de Traconnade, qui prend sa source à Jouques (Bouches-du-Rhône), était long de 27 kilomètres. Il peut encore être observé sur le territoire de la commune de Meyrargues ;  à Entremont la Gauloise, celle-ci va prendre progressivement des caractéristiques romaines. Ainsi, l’urbanisme s’oriente selon les canons romains. Un axe nord-sud (le cardo) vient couper un autre axe, orienté est-ouest (le decumanus). À leur intersection se dresse le forum de la ville, place publique et lieu de rencontres et de discussions. À l’ouest d’Aquae Sextiae, tout contre le rempart, trois piles et arcades se dressent au milieu d’un champ, dans un décor bucolique. « Le ciment qui lie [ses] pierres, raconte l’historien Garcin en 1835, est plus dur que le poudingue le plus compact. » Cet aqueduc est considéré par d’aucuns comme une réelle prouesse technique du fait qu’il parcourt plusieurs kilomètres sous le plateau qui sépare la vallée de l’Arc et celle de la Durance. Au temps d’Aquae Sextiae, ces aqueducs, que l’on estime dater du iie siècle, viennent alimenter les thermes de la ville, mais sert aussi à la consommation quotidienne des Aquenses.

Les premiers thermes aixois remontent à la seconde moitié du ier siècle. Ils se situent approximativement à l’emplacement actuel des thermes de la ville, près du cours Sextius.

Mutations urbaines (iiie et ive siècles)

Le iiie siècle est marqué par le début du déclin démographique d’Aquae Sextiae. Dans un premier temps, des domus résidentielles sont abandonnées de leurs habitants, mais peu à peu ce phénomène s’étend à de nombreuses maisons du centre de la ville. Livrées à l’abandon, ces maisons tombent en ruines et leurs pierres servent de carrières de matériaux. Les habitations délaissées le plus tardivement semblent être celles du quartier nord, dont certaines sont même embellies durant cette période où tant d’autres subissent un abandon définitif. Le phénomène concerne aussi les services municipaux qui semblent beaucoup moins efficient. L’entretien du réseau des collecteurs publics, notamment, se relâche, ce qui conduit au colmatage de nombreux conduits d’égouts. Au milieu du ive siècle, la plupart de ces conduits sont devenus inopérants.

Il ne faut pas nécessairement voir dans l’abandon de zones d’habitats entières le déclin de la ville, mais plutôt une évolution dans le mode de vie des Aquenses. À la même époque, Aix est capitale de la Narbonnaise Seconde, statut incompatible avec une ville à l’abandon. Aix domine alors sur un plan politique des villes antiques majeures, comme Fréjus(Forum Julii), Antibes (Antipolis)Riez (Reis Appolinaris)Apt (Apta Julia)Sisteron (Segusterone) ou Gap (Vapincum).

L’Aix catholique

20160828_1_2_1_1_1_obj12596628_1.jpg

Sarcophage chrétien d’Aquae Sextiae, à la cathédrale Saint-Sauveur, attribué à saint Mitre.

L’empereur Théodose, de confession chrétienne, élève le christianisme au rang de seule religion officielle et obligatoire par un édit en date du 28 février 380. Il s’agit de l’édit de Thessalonique. Pour permettre l’accord entre la religion triomphante et les institutions romaines, l’Église adopte une hiérarchie calquée sur l’administration telle qu’elle est pratiquée à Rome. C’est ainsi qu’à Aix l’évêque reçoit le titre de « métropolitain » de la Narbonnaise seconde. Au Moyen Âge, ce titre deviendra « archevêque ».

Les premiers temps de cette nouvelle église sont difficiles toutefois, car Aix doit faire face à la concurrence de diocèse plus anciens, comme celui de Marseille ou d’Arles. Le plus ancien évêque connu d’Aix est Lazare. Il accède à la dignité de l’église aixoise en 408. Pourtant, certains estiment que Lazare ne fut pas le premier évêque aixois, mais qu’il eut au moins un prédécesseur, dont le nom est inconnu à ce jour.

Constantin III. Au revers son programme politique : la victoire et Rome, assise tenant le globe du monde.

En 407, sur l’île de Bretagne est élu, contre toute voie légale, un nouvel empereur désigné par l’armée stationnée dans la province. Cet usurpateur, sous le nom de Constantin III, est le troisième empereur usurpateur, après Marcus et Gratien. Après un passage par Trèves puis Lyon durant l’été 407, Constantin marche sur Arles à la fin de cette même année, ou au début de 408. Il y entre et s’y installe comme empereur, faisant de la cité la nouvelle capitale des Gaules au détriment de Trêves. Une de ses premières actions d’empereur régnant est de nommer deux hommes parmi ses fidèles, deux moines, à la tête de l’Église d’Arles et de celle d’Aix, afin de contrôler les organes locaux du pouvoir. Héros devient évêque d’Arles. Sur le diocèse d’Aix va dominer un évêque connu sous le nom de Lazare d’Aix. Si la nomination d’Héros se fait sans opposition majeure, il n’en est pas de même pour Lazare, dont la nomination se déroule dans le sang, dans la cathédrale d’Aix, aujourd’hui disparue. À Rome, la situation n’est pas tolérée et Flavius Honorius, l’empereur légal, envoie le général Flavius Constantius à l’assaut d’Arles qui tombe. L’usurpateur est exécuté en novembre 411. Ses deux évêques sont destitués. Lazare est expulsé de son diocèse par la population aixoise. Si un évêque prend la place d’Héros à Arles, l’Église d’Aix, elle, restera sans évêque plusieurs décennies.

Si la destitution d’Héros ne fait pas de doute, celle de Lazare fait davantage débat. Selon certains, deux ans après, en 413, Lazare est encore à la tête de l’épiscopat aixois et fait construire un baptistère dans son groupe épiscopal, à côté de l’ecclesia major. Historiens et archéologues estiment pour la plupart que le site originel de ce groupe épiscopal se situe à Notre-Dame de la Seds. Un siècle plus tard environ, alors que le forum antique est détruit, ainsi que d’autres bâtiments publics sans doute, un groupe épiscopal, qui deviendra la cathédrale d’Aix, est construit.

Moyen Âge

Au ive siècle, Aix devient la capitale de la Narbonensis Secunda. Elle est ensuite occupée par les Wisigoths en 477. Au siècle suivant, elle est envahie tour à tour par les Francs et les Lombards, puis en 731 par les Sarrasins.

Le Haut Moyen Âge

Introduction du catholicisme

Le ve siècle marque le développement de la cathédrale Saint-Sauveur qui, si elle n’a longtemps été qu’un lieu de culte secondaire à Aix, n’en demeure pas moins un monument de haute Antiquité, sans doute contemporain des premiers chrétiens. C’est l’époque où vit Mitre d’Aix, auquel les Provençaux rendront ultérieurement un culte, un homme qui, à l’âge de vingt-quatre ans, quitte ses parents en Grèce pour la Provence dans l’espoir d’y vivre une vie de charité et de dénuement. Accusé de sorcellerie et jeté dans le cachot d’une tour romaine, il est décapité dans la cour du prétoire d’Aix en 466. Selon la légende, il ramasse alors sa tête, la serre contre sa poitrine et la porte jusqu’à l’autel de l’église de Notre-Dame de la Seds. Enfin, il expire. Sa statue est visible aujourd’hui autour du portail de la cathédrale Saint-Sauveur.

Cathédrale-Aix-C.jpg

Vers l’an 500, le baptistère de Saint-Sauveur est construit et l’édifice se développe au fil des siècles tout autour de ce monument à l’aspect quasi inchangé depuis le ve siècle. On ne connaît pas le nom du constructeur de ce baptistère. On évoque toutefois le nom de Basilius, évêque d’Aix comme auteur probable, dans la mesure où l’on retrouve son inscription funéraire tout à côté

Le temps des invasions

La Provence subit plusieurs vagues d’invasions étrangères dès l’Antiquité tardive : les Wisigoths en 476, les Ostrogoths en 508 et les Francs en 536. Celles-ci se poursuivent au Haut Moyen Âge. Ainsi, les Lombards descendent de Germanie jusqu’en Italie et passe par la Provence qu’ils pillent. Sous l’empire carolingien, la région aura à subir les invasions répétées des Sarrasins du viiie au xe siècles. Les documents archéologiques manquent pour indiquer la part de destruction qu’Aix a subi à la suite de ces attaques répétées. Pour Pierre-Joseph de Haitze, en revanche, la destruction est totale, ou presque : « Cette dévastation fut si grande qu’après leur retraite, on ne trouva d’entier en cette ville que les tours du palais, encore beaucoup endommagées, et quelques autres ouvrages des Romains enterrés. » Le doute peut entourer cette affirmation. Les bâtiments qui, pour de Haitze, ont résisté aux attaques, sont les bâtiments romains encore debout à son époque. Rien ne vient étayer une telle affirmation, même s’il est à supposer que la ville d’Aix subit probablement les conséquences des passages de ces troupes hostiles, tant militairement qu’économiquement.

Alors que les remparts de la ville sont fortifiés pour faire face aux attaques, la population d’Aix ne peut plus compter sur l’approvisionnement de la part des aqueducs qui ceinturent la région. Ceux-ci sont soient délabrés, soit subissent les attaques d’ennemis destinées à enclaver la cité et à l’assoiffer. Par chance, Aix possède des nappes phréatiques immenses, tant d’eaux froides que d’eaux chaudes, et doit procéder au creusement de puits qui assureront le rôle que jouaient jadis les aqueducs. C’est ainsi que fleurissent aux quatre coins de la ville des puits publics et privés.

Politiquement, Aix souffre considérablement de ces attaques ennemies. Après l’invasion franque de 536, elle est destituée de son statut de capitale de la Narbonnaise Seconde au profit d’Arles, mais le retrouvera sous les Carolingiens, à une époque où sa population est pourtant faible au regard de son passé glorieux.

Aix au temps des Carolingiens

À la fin du viiie siècle, il n’existe plus que trois lieux de peuplement à Aix qui n’a plus rien à voir avec la riche Aquae Sextiae : on habite encore autour du site de Notre-Dame de la Seds, autour de la cathédrale Saint-Sauveur et un peu plus au sud de la cathédrale, dans le secteur de l’actuelle place de Verdun.  Pour le reste, tout est désertifié. Ces trois zones se développent progressivement, gagnent des habitants et se fortifient et constituent dès lors trois bourgs distincts : la ville des Tours, le bourg Saint-Sauveur et la ville comtale, dont chacun se dote de remparts. Les siècles vont avoir raison de la ville des Tours qui va être abandonnée aux alentours du xive siècle, mais les deux autres bourgs vont prospérer.

Le Bas Moyen Âge

La ville doit attendre l’année 1189 pour retrouver le lustre qui était le sien dans les premiers siècles qui suivent sa fondation. Cette année, les comtes de Provence décident de faire d’Aix leur nouveau lieu de résidence, au détriment d’Arles et Avignon qu’ils habitaient jusqu’alors. Cet acte donne de facto à Aix le titre de « capitale de la Provence », titre qu’elle conservera jusqu’à la Révolution.

Aix et le « bon roi René »

fontaine-du-roi-rene.jpg

Statue du roi René, cours Mirabeau.

Partage de la Provence au xiie siècle entre comté et marquisat de Provence et comté de Forcalquier

Aix ne retrouve sa splendeur qu’à partir du xiie siècle, où les comtes de Provence (maisons d’Anjou et d’Aragon) y tiennent une cour raffinée et lettrée,

En 1357, l’enceinte de la ville est revue et améliorée. La partie des faubourgs située contre les murailles est incendiée, afin de dégager un glacis

À la mort de Jeanne Ire de Naples (la reine Jeanne), Aix est à la tête de la ligue des communautés et villes qui s’opposent à la dynastie angevine au sein de l’Union d’Aix, mais finit par se rallier devant les promesses de Marie de Blois. Louis II d’Anjou fait son entrée dans la ville le 21 octobre 1387.

Aix connait une autre période faste au xve siècle sous le bon roi René, duc d’Anjou, comte de Provence, roi titulaire de Sicile. Le roi René, esprit éclairé, transforme la ville en un célèbre centre culturel et universitaire (1409). Il organise des fêtes populaires comme la procession de la Tarasque, à Tarascon ou la Fête-Dieu à Aix qui durait plusieurs jours et rassemblait des centaines de troubadours. Il est également à l’origine de l’importation du raisin muscat. Il épouse Isabelle de Lorraine, puis Jeanne de Laval et meurt à Aix en 1480, à l’âge de 72 ans.

Dans ses Chroniques, le célèbre chroniqueur Jean de Joinville parle d’Aix-en-Provence à propos d’une visite de Saint-Louis : « Le roi s’en vint par la comté de Provence jusqu’à une cité qu’on appelle Aix, en Provence, là où l’on disoit que le corps de Magdeleine gisoit ; et nous allâmes dans une voûte de rocher moult haut, là où l’on disoit que la Magdeleine avoit été en hermitage dix-sept ans. »

Époque moderne

Aix la Française

À partir de 1486 et le rattachement de la Provence à la France, le gouverneur y réside.

En 1501, Louis XII y établit le Parlement de Provence qui perdura jusqu’à la Révolution. Le plus souvent, les États s’y réunissaient pour voter l’impôt. Ce Parlement était si peu populaire qu’un dicton est apparu : « Parlementmistral et Durance sont les trois fléaux de la Provence ».

En 1545, c’est le président du parlement d’Aix, Oppède, soutenu par le cardinal de Tournon, qui organise le massacre des vaudois du Luberon.

Les guerres de religion

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (15641566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’AnjouHenri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. La ville est alors en révolte contre le gouverneur de Provence, le comte de Tende, trop tolérant avec les protestants, celui-ci en effet était le mari de Françoise de Foix, seigneur de Marignane, elle-même huguenote. Il est accueilli par la cour des Comptes ; le roi fait abattre le pin d’Eguilles, où les catholiques avaient pendu de nombreux protestants les années précédentes.

En octobre 1590, le duc de Savoie se fait nommer comte de Provence par la Ligue et prend la ville

Le xviie siècle aixois

800px-Pluie_de_sang_en_Provence_1608.jpg

Pluie de sang en Provence en juillet 1608

Début juillet 1608, les faubourgs d’Aix-en-Provence furent recouverts d’une pluie de sang. Quelques moines désireux d’exploiter la crédulité humaine n’hésitèrent pas à voir dans cet évènement des influences sataniques. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc fit des relevés de cette pluie en recueillant quelques gouttes sur la muraille du cimetière de la cathédrale. Il découvrit que c’était les excréments des papillons qui avaient été observés récemment. Le centre ville n’ayant pas été envahi, il était resté épargné. Cette explication scientifique ne calma pas la terreur populaire.

 

charles-le-brun-portrait-de-louis-xiv

Portrait de Louis XIV en 1661, un an après son passage à Aix.
(Charles Le Brun.)

Au retour d’une expédition contre les Huguenots en 1622, Louis XIII s’arrête à Aix qui l’accueille avec enthousiasme

En 1630, alors que la ville est en proie à un épisode de peste, le cardinal Richelieu décide de priver les États de Provence de la collecte et de la répartition des impôts, transférés au pouvoir royal. Une insurrection, dénommée la révolte des Cascaveous, fait plier le cardinal.

Louis XIV séjourne plusieurs fois à Aix : il joue notamment au Jeu de Paume, transformé au xviii en un théâtre à l’italienne du même nom ; c’est à Aix que le Roi Soleil signe la paix avec le Prince de Condé. En 1660, lorsqu’il dort dans l’hôtel particulier de Châteaurenard, il est ébloui par une peinture en trompe-l’œil de Jean Daret (peintre flamand) et le fait nommer peintre du Roi à la Cour de Versailles. Aix éprouve une admiration sans borne pour le souverain. Outre le luxe des fêtes organisées pour sa venue, la population s’inquiète pour sa santé qui se dégrade en 1685. Mais l’annonce de son rétablissement provoque des acclamations dans la ville, qui organise un mois entier des réjouissances en l’honneur du monarque.

Dernier agrandissement de la ville

La nomination de Michel Mazarin au poste d’archevêque d’Aix va permettre une forte extension de la ville vers le sud. Sur autorisation du roi de France, il fait abattre le rempart sud et fait enclore un nouveau quartier, représentant près d’un tiers de la ville, dans un nouveau rempart plus au sud. Ce quartier, dénommé plus tard quartier Mazarin, est conçu grâce aux conseils de l’architecte Jean Lombard. Les bourgeois dont les demeures sont situées tout contre l’ancien rempart demandent que la zone se trouvant devant leurs bâtiments reste vierge de construction et devienne une promenade pour badauds et carrosses. Cette requête est acceptée et le cours ainsi créé va devenir la porte d’entrée de la nouvelle ville. Ce n’est qu’en 1876 toutefois qu’on lui donnera le nom de « cours Mirabeau ».

Le nouveau quartier Mazarin coûte cher à réaliser : plus de 55 000 livres. Somme que se partagent la municipalité d’Aix, sous la contrainte du Parlement, des marchands de biens, des acquéreurs d’emplacement, les communautés de Provence et le duc de VendômeLouis de Mercœur. L’archevêque bâtisseur, personnalité fort controversée au demeurant, laisse son nom à plusieurs rues de ce nouveau quartier : la rue Cardinale, la rue Saint-Michel, aujourd’hui rue Goyrand, la rue Mazarine et la rue Saint-Sauveur (aujourd’hui rue du Quatre-Septembre).

Aix au temps de la Révolution française

La Constituante

Pascalis-Guiramand.jpg

Pendaison de Pascalis, La Roquette et Guiramand sur le cours Mirabeau le 14 décembre 1790 ; eau-forte contemporaine.

Les convictions politiques de Jean Joseph Pierre Pascalis, l’un des avocats les plus réputés du barreau d’Aix, fervent défenseur de la constitution provençale, de l’égalité proportionnelle et du maintien des libertés publiques lui valent l’opposition de nombreux adversaires qui le jugent antirévolutionnaire. Le plus acharné d’entre eux est l’abbé Jean-Joseph Rive, bibliothécaire aixois et fondateur en novembre 1790 du « club des Antipolitiques », installé rue des Bernardines, à Aix. Celui-ci voit en Pascalis le pire de ses ennemis. Dans un pamphlet, il le traite de « scélérat » et de « mortel exécrable » et appelle au meurtre de l’avocat.

L’Assemblée départementale des Bouches-du-Rhône s’installe à Aix le 20 juillet 1790. Cette création a pour conséquence le démembrement de l’ancienne administration provençale. L’article 10 du décret du 2-10 septembre 1790 provoque la suppression du Parlement de Provence. Sous le coup d’une vive colère devant l’état de ruines des anciennes institutions de la province, Pascalis décide dans ces conditions de se retirer des affaires politiques et du barreau. Le 27 septembre, il entre en robe au palais du Parlement d’Aix en compagnie de plusieurs avocats. Annoncé par l’huissier, il prononce un discours qui aura des conséquences majeures. Au cours de son allocution, il n’a pas de mots assez durs pour fustiger les partis révolutionnaires.

La teneur de ce discours se répand dans toute la ville en quelques heures et, tandis qu’il éveille les sentiments monarchistes d’une frange silencieuse de la population, il provoque un déchaînement de colère chez les partisans de la Révolution et de la crainte chez les administrateurs d’Aix.

Aix devient en 1790, chef-lieu du district d’Aix et du département des Bouches-du-Rhône.

La conspiration du Sud-Est

La création d’une société monarchique à Aix va mettre le feu aux poudres. Le 11 décembre, un écuyer à l’Académie royale d’équitation, le chevalier de Guiramand, accompagné de quatre hommes, demande l’autorisation de la création de sa société, la « société des amis de l’ordre et de la paix » à l’hôtel de ville. Celle-ci tient ses réunions au cercle Guion, sur le cours Mirabeau. Une rumeur se répand, selon laquelle un projet de contre-révolution se mettrait en place dans Aix. Aussitôt, on s’agite dans les clubs patriotiques. Alors que Pascalis se retire au château de la Mignarde (quartier des Pinchinats), un groupe de forcenés l’arrache et le jette en prison à Aix. Le lieu où il est enfermé, en compagnie d’un royaliste, M. de Guiramand, est pris d’assaut par une foule agitée et manipulée, qui les pend à un réverbère. La tête de Pascalis est ensuite tranchée et exhibée au bout d’une pique pendant trois heures sur la route menant à Marseille.

La monarchie constitutionnelle (1791-1792)

mirabeau (1).jpg

Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau.

Le 22 août 1792, la salle du Conseil, à l’hôtel de ville d’Aix, est saccagée par « une horde de brigands étrangers à la ville d’Aix et même à celle de Marseille d’où ils étaient venus. » Quantité de tableaux inestimables sont arrachés de leur cadre et brûlés sur la place de l’Hôtel-de-Ville

Le 24 floréal an III, les royalistes des compagnies du soleil massacrent trente jacobins dans la prison de la ville.

Époque contemporaine

Le xixe siècle

Aix est connue pour avoir acquis au xixe siècle le surnom de « belle endormie », faisant allusion à la léthargie, voire à l’immobilisme, de ses administrateurs urbains. Cette image est illustrée par le commentaire de Taine en 1866 pour qui Aix est « tombée ou laissée de côté par la civilisation qui se déplace ». Pour l’historien Philippe Vaudour, l’appellation mérite toutefois d’être nuancée. Aix a connu dès les années 1850 une politique urbaine dynamique, concrétisée par la construction de nouvelles voies ou le projet de création de nouveaux quartiers.

Les principales entreprises de la ville sont alors des échoppes de chocolatiers, de fabricants de chapeaux, de savon, d’huile et de nougat. C’est un artisanat relativement peu développé, qui devra attendre les années 1840 pour connaître un essor.

Aménagements urbains

Rues d’Aix

Vue_de_la_Principale_Entrée_[...]Meunier_Antoine_btv1b7743466r.JPEG

Vue de la principale entrée de la ville d’Aix, Meunier, 1792.

La ville se dote à partir de 1811 de ses premières dénominations officielles de rues, qui succèdent aux appellations révolutionnaires d’isles, facilitant par là le premier recensement. Pour cette première re-dénomination des rues aixoises, trois personnalités d’Aix sont honorées, avec la fondation de la rue Peiresc, la rue Monclar et la rue Tournefort. Ce mode de nomination se poursuivra lentement jusqu’à 1870 environ, date à laquelle il s’accélère, de nombreuses rues et avenues étant alors rebaptisées. Le cours Mirabeau reçoit son nouveau nom en 1876. Jusqu’alors, il était connu sous la simple appellation de « Cours».

fontaine-de-la-rotonde.jpg

Fontaine de la Rotonde.

Aix se dote en 1860 d’une fontaine monumentale qui vient trôner sur la place de la Rotonde, véritable porte d’entrée de la ville et confluent des routes d’Avignon et de Marseille. Conçue par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Théophile de Tournadre, elle est aujourd’hui l’un des monuments les plus connus d’Aix-en-Provence. Son bassin a un diamètre de 32 mètres et la fontaine s’élève à 12 mètres de hauteur. Trois statues de marbre, réalisées chacune par un sculpteur différent, ornent son sommet. Chacune a une signification particulière et regarde vers une voie. La sculpture qui regarde vers le cours Mirabeau a été réalisée par l’Aixois Joseph Marius Ramus (18051888). Elle symbolise la justice. La statue qui regarde la route de Marseille (avenue des Belges), œuvre de Louis-Félix Chabaud (1824-1902), sculpteur de Venelles, symbolise le commerce et l’agriculture. Enfin, la troisième, orientée vers la route d’Avignon, a été sculptée par Hippolyte Ferrat (18301882) et symbolise les beaux-arts. Le piédestal qui surmonte la vasque a été réalisée par François Truphème (18201888).

Démolition du rempart (1848-1874)

Alors que la municipalité aixoise envisage de supprimer les parapets de la partie supérieure du rempart en 1819, la démolition pure et simple de l’ouvrage fait progressivement son chemin. La mairie entreprend des travaux sans l’accord de la préfecture. Dans les 50 années qui suivent la Révolution, le rempart, d’une hauteur de 6 mètres en moyenne et d’une épaisseur de 3 mètres, n’est pas entretenu ni restauré. Progressivement, il se détériore au point de présenter une menace pour le public. Finalement, une délibération municipale du 28 décembre 1848 (municipalité Aude) met à adjudication la démolition des portes Bellegarde, d’Italie, de Villeverte et d’Orbitelle et le rabaissement du rempart longeant le cours d’Orbitelle (sud de la ville) Trois maçons de la ville sont chargés des travaux : Arnaud Claude, Antoine Bey et Michel Léouffré.

Six autres portes sont encore à démolir et ce sont les municipalités suivantes qui s’en chargent. Jassuda Bédarride (18481849) puis Émile Rigaud (18491863) organisent la démolition de la plus grande partie du rempart ainsi que de plusieurs portes. Les deux dernières portes, la porte Notre-Dame (nord de la ville) et celle de la Plateforme (est) sont réalisées en 1874.

Aix et le chemin de fer

p2176821761-3.jpg

La chemin de fer à Aix.

Le chemin de fer est arrivé tardivement dans la ville. Au début des années 1840, la compagnie du PLM crée la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles et le tracé passe loin de la ville. De même, le 19 juin 1857, un décret impérial décide de la création d’une ligne de Gap à Avignon, sans passer non plus par Aix De fait, la ville souffre au niveau économique de ces décisions politiques qui l’isolent en Basse-Provence. Les industries locales souffrent aussi de cette situation car beaucoup dépendent du commerce des bœufs et des moutons avec les Alpes, entre autres.

En 1870 est créé un tronçon reliant Aix à Meyrargues et trois stations de voyageurs et de marchandises, à La CaladeVenelles et Meyrargues. En 1877 est ouverte une ligne reliant Aix à Marseille, via Gardanne. Ces nouveaux tronçons permettent à Aix de conserver une bonne partie de ses échanges avec les régions de la Durance, mais constitue un handicap dans son commerce avec la vallée de l’Arc qui décline progressivement, ce dont Marseille profite

La ville des peintres

Aix-en-Provence est bien sûr la ville qui a vu naître et mourir Paul Cézanne (1839-1906). C’est au collège Bourbon d’Aix que naquit la profonde amitié entre Cézanne et Émile Zola.

Une ville de soldats

De nombreuses unités ont stationné à Aix, cours Sainte-Anne, durant le xixe siècle, comme le 112e régiment d’infanterie qui y a été établi en 1874. Plus tard, d’autres unités y stationnent, comme les 55e et le 61e régiments d’infanterie en 1906.

Le xxe siècle

Le grand tremblement de terre de 1909

Le 11 juin 1909, plusieurs villages au nord d’Aix sont frappés par un séisme dont la magnitude est évaluée à 6,2 sur l’échelle ouverte de Richter : il provoque la mort de 46 personnes et de nombreux dégâts. La ville d’Aix échappe à de lourds dégâts. La toiture de la vermicellerie Augier s’effondre et quelques murs se lézardent. En revanche, les quartiers au nord de la ville sont plus sérieusement touchés, Puyricard en tête, où les dégâts sont considérables.

Entre-deux-guerres

La ville fut reliée à Marseille par le tramway de la Compagnie des tramways électriques des Bouches-du-Rhône (absorbée en 1921 par la Régie départementale des chemins de fer des Bouches-du-Rhône), qui circulait de 1903 à 1948

La ville d’Aix, qui portait ce nom depuis plus d’un millénaire, après celui d’Aquae Sextiae, prend en 1932 le nom officiel d’Aix-en-Provence.

Les années 1970

Les années 1970, sous la municipalité de Félix Ciccolini, marquent un développement sous plusieurs aspects qui modifie le visage économique d’Aix-en-Provence. De nombreuses entreprises et industries, génératrices d’emploi, s’installent dans les Bouches-du-Rhône : le complexe pétrochimique de l’étang de Berre, le centre d’études nucléaires de Cadarache, notamment. Aix profite de ces créations d’emploi et voit sa population augmenter.

Dans le même temps, l’essor touristique voit de plus en plus de visiteurs passer par la ville, ce qui provoque de facto le développement d’activités liées à ce secteur et, par effet de retombée, permet à la culture aixoise de prospérer ; le festival d’art lyrique en est une illustration.

Aix au xxie siècle

Aix est aujourd’hui une ville qui mêle passé historique et avenir technologique notamment avec le projet ITER à Cadarache (communauté du Pays d’Aix), la gare TGV, les technopoles de l’Arbois et de Rousset…

Aix compte de nombreuses universités et Grandes écoles (LettresDroit, Économie, Sciences PoArts et Métiers, Beaux Arts…)

Aix a fêté le centenaire de la mort de Paul Cézanne avec notamment l’exposition internationale au musée Granet : « Cézanne en Provence » du 9 juin au 17 septembre 2006 qui a rassemblé près de 120 œuvres du maître sur le thème de sa « chère Provence ».

L’atelier des Lauves (atelier que Cézanne a fait construire quelques années avant sa mort), les Carrières de Bibémus où il allait « peindre sur le motif » et le Jas de Bouffan (la maison familiale) se visitent.

L’écrivain Émile Zola s’est inspiré d’Aix pour décrire la célèbre ville de Plassans dans les Rougon-Macquart.

 

Activités d’urbanisation de la ville

Opération Sextius-Mirabeau

La ville d’Aix-en-Provence s’est dotée d’une opération d’urbanisme exemplaire déclarée d’utilité publique par l’État en 1992 : l’opération Sextius-Mirabeau.

Elle s’étend sur 20 hectares.

Son objectif est de relier la ville ancienne aux quartiers neufs, tout en apportant des solutions pour de plus importants équipements publics et espaces de vie, mais aussi pour une circulation plus fluide et une animation toujours plus importante des quartiers de la Cité.

Aix-en-Provence se dote ainsi de nouveaux immeubles de logements, d’espaces de bureaux, de commerces avec « Les Allées Provençales » et de lieux culturels tels que le « Pavillon Noir » (Centre National Chorégraphique), le « Grand Théâtre de Provence, GTP » et le conservatoire Darius Milhaud.

Cependant il est regrettable que l’ensemble soit trop minéral, les architectes n’ayant pas non plus travaillaient dans des matériaux qui permettent la construction durable et HQE. Cela manque de vie la nuit contrairement au reste de la ville.}

1280px-Montagne_Sainte-Victoire_towards_roofs_of_Aix-en-Provence.jpg

Bibliographie

Les Rues d’Aix, Ambroise Roux-Alphéran, 18461848.

Évocation du vieil Aix-en-ProvenceAndré Bouyala d’Arnaud, éd. de Minuit1964.

Institutions et vie municipale à Aix-en-Provence sous la Révolution, Christiane Derobert-Ratel, éd. Édisud, 1981,

Vivre au pays d’Aix aux temps de la reine Jeanne et du roi René, Jean Fabre et Léon Martin, éd. Aubanel, coll. « Archives du sud », ).

Le Guide d’Aix-en-Provence et du Pays d’Aix, Nerte Fustier-Dautier, Noël Coulet, Yves Dautier, Raymond Jean, éd. la Manufacture, 1988.

Le notaire, la famille et la ville, « Aix-en-Provence à la fin du xvie siècle », Claire Dolan, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1998,

Les folies d’Aix ou la fin d’un mondeMichel Vovelle, éd. Le Temps des cerises, 2003,

Architecture et urbanisme à Aix-en-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, du cours à carrosses au cours Mirabeau, Jean Boyer, éd. Ville d’Aix-en-Provence, 2004,

Carte archéologique de la Gaule : Aix-en-Provence, pays d’Aix, val de Durance, 13/4, Fl. Mocci, N. Nin (dir.), Paris, 2006, Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de l’Éducation nationale, ministère de la Recherche, ministère de la Culture et de la Communication, maison des Sciences de l’homme, centre Camille-Jullian, ville d’Aix-en-Provence, communauté du pays d’Aix

Aix-en-Provence, promenades du peintre, Aleš Jiránek, Jacky Chabert, éd. Cerises & Coquelicots, 2007,

Deux siècles d’Aix-en-Provence. 1808-2008, Académie d’Aix éditions, Aix-en-Provence, 2008.

Histoire d’une ville. Aix-en-Provence, Scéren, CRDP de l’académie d’Aix-Marseille, Marseille, 2008,

Aix-en-Provence 1850-1950 Les faux-semblants de l’immobilisme, Philippe Vaudour, Publications de l’Université de Provence, coll. « le temps de l’histoire », Aix-en-Provence, 2010, 284 p., ).

Aix en archéologie, Núria Nin, éd. Snoeck, 2014, 525.p.

Aix antique. Une cité en Gaule du Sud, Núria Nin, conservateur en chef du patrimoine, responsable de la Direction archéologique de la Ville d’Aix-en-Provence, dans Archéologia n°529, février 2015, pp.20-39.

Rémy Aubert et Antoine Torres, avec la collaboration de Brigitte Aubert, Pascal Bonneau, Jean Piere Chesta, Catherine Fouré, Eulalie Scotto di Liguori, Reflets du temps jadis, Aix-en-Provence, Éditions Reflets du temps jadis, 10 juillet 1980, 63 p.

Premier volume d’une série sur les villes d’art; son but est de découvrir, ou de mieux connaître, les charmes d’une ville par le dessin (Ouvrage tiré à 2500 exemplaires)

Bruno Durand, « Le rôle des consuls d’Aix dans l’administration du pays », dans Provence historique, 1956, numéro spécial Mélanges Busquet. Questions d’histoire de Provence (XIe-XIXe siècle), p. 244-259

01-aixenprovence@jc.carbonne-992x496.jpg

Sources diverses