ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 144, PSAUMES

Le Psaume 144

PSAUME 144

hqdefault (21)

Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom toujours et à jamais !

Chaque jour je te bénirai, je louerai ton nom toujours et à jamais.

 Il est grand, le Seigneur, hautement loué ; à sa grandeur, il n’est pas de limite.

D’âge en âge, on vantera tes oeuvres, on proclamera tes exploits.

 Je redirai le récit de tes merveilles, ton éclat, ta gloire et ta splendeur.

On dira ta force redoutable ; je raconterai ta grandeur.

On rappellera tes immenses bontés ; tous acclameront ta justice.

 Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ;

la bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres .

Que tes œuvres , Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent !

 Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits,

annonçant aux hommes tes exploits, la gloire et l’éclat de ton règne :

 ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges. Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, fidèle en tout ce qu’il fait.

Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous les accablés.

 Les yeux sur toi, tous, ils espèrent : tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

tu ouvres ta main : tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

 Le Seigneur est juste en toutes ses voies, fidèle en tout ce qu’il fait.

 Il est proche de ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

Il répond au désir de ceux qui le craignent ; il écoute leur cri : il les sauve.

 Le Seigneur gardera tous ceux qui l’aiment, mais il détruira tous les impies.

Que ma bouche proclame les louanges du Seigneur ! * Son nom très saint, que toute chair le bénisse toujours et à jamais !

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 143, PSAUMES

Le Psaume 143

PSAUME 143

wSOyrApvKP98Qiv_6_tIMerYN6I

Béni soit le Seigneur, mon rocher ! + Il exerce mes mains pour le combat, * il m’entraîne à la bataille.

Il est mon allié, ma forteresse, ma citadelle, celui qui me libère ; il est le bouclier qui m’abrite, il me donne pouvoir sur mon peuple.

Qu’est-ce que l’homme, pour que tu le connaisses, Seigneur, le fils d’un homme, pour que tu comptes avec lui ?

L’homme est semblable à un souffle, ses jours sont une ombre qui passe.

Seigneur, incline les cieux et descends ; touche les montagnes : qu’elles brûlent !

Décoche des éclairs de tous côtés, tire des flèches et répands la terreur.

Des hauteurs, tends-moi la main, délivre-moi, * sauve-moi du gouffre des eaux, de l’emprise d’un peuple étranger :

il dit des paroles mensongères, sa main est une main parjure.

Pour toi, je chanterai un chant nouveau, pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,

pour toi qui donnes aux rois la victoire et sauves de l’épée meurtrière David, ton serviteur.

Délivre-moi, sauve-moi de l’emprise d’un peuple étranger : il dit des paroles mensongères, sa main est une main parjure.

Que nos fils soient pareils à des plants bien venus dès leur jeune âge ; * nos filles, pareilles à des colonnes sculptées pour un palais !

Nos greniers, remplis, débordants, regorgeront de biens ; * les troupeaux, par milliers, par myriades, empliront nos campagnes !

 Nos vassaux nous resteront soumis, plus de défaites ; * plus de brèches dans nos murs, plus d’alertes sur nos places !

Heureux le peuple ainsi comblé ! Heureux le peuple qui a pour Dieu « Le Seigneur » !

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 142, PSAUMES

Le Psaume 142

PSAUME 142

ob_590aec_hands-2217668-340

 Seigneur, entends ma prière ; + dans ta justice écoute mes appels, * dans ta fidélité réponds-moi.

N’entre pas en jugement avec ton serviteur : aucun vivant n’est juste devant toi.

L’ennemi cherche ma perte, il foule au sol ma vie ; il me fait habiter les ténèbres avec les morts de jadis.

Le souffle en moi s’épuise, mon cœur  au fond de moi s’épouvante.

Je me souviens des jours d’autrefois, je me redis toutes tes actions, * sur l’œuvre de tes mains je médite.

Je tends les mains vers toi, me voici devant toi comme une terre assoiffée.

Vite, réponds-moi, Seigneur : je suis à bout de souffle ! Ne me cache pas ton visage : je serais de ceux qui tombent dans la fosse.

Fais que j’entende au matin ton amour, car je compte sur toi. Montre-moi le chemin que je dois prendre : vers toi, j’élève mon âme !

 Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur : j’ai un abri auprès de toi.

 Apprends-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Ton souffle est bienfaisant : qu’il me guide en un pays de plaines.

Pour l’honneur de ton nom, Seigneur, fais-moi vivre ; à cause de ta justice, tire-moi de la détresse.

 [A cause de ton amour, tu détruiras mes ennemis ; tu feras périr mes adversaires, car je suis ton serviteur.]

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUMES

Le Psaume 141

PSAUME 141

le-problme-avec-la-souffrance-25-728

A pleine voix, je crie vers le Seigneur ! A pleine voix, je supplie le Seigneur !

Je répands devant lui ma plainte, devant lui, je dis ma détresse.

 Lorsque le souffle me manque, toi, tu sais mon chemin. * Sur le sentier où j’avance, un piège m’est tendu.

 Regarde à mes côtés, et vois : personne qui me connaisse ! * Pour moi, il n’est plus de refuge : personne qui pense à moi !

J’ai crié vers toi, Seigneur ! * J’ai dit : « Tu es mon abri, ma part, sur la terre des vivants. »

Sois attentif à mes appels : je suis réduit à rien ; * délivre-moi de ceux qui me poursuivent : ils sont plus forts que moi.

Tire-moi de la prison où je suis, que je rende grâce à ton nom. * Autour de moi, les justes feront cercle pour le bien que tu m’as fait.

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 140, PSAUMES

Le Psaume 140

PSAUME 140

 

LCYRcolHN_Ff70rMsoK9v07V_BE@259x355

 Seigneur, je t’appelle : accours vers moi ! Écoute mon appel quand je crie vers toi !

Que ma prière devant toi s’élève comme un encens, et mes mains, comme l’offrande du soir.

Mets une garde à mes lèvres, Seigneur, veille au seuil de ma bouche.

Ne laisse pas mon cœur pencher vers le mal ni devenir complice des hommes malfaisants. Jamais je ne goûterai leurs plaisirs :

que le juste me reprenne et me corrige avec bonté. Que leurs parfums, ni leurs poisons, ne touchent ma tête ! Ils font du mal : je me tiens en prière.

Voici leurs juges précipités contre le roc, eux qui prenaient plaisir à m’entendre dire :

 « Comme un sol qu’on retourne et défonce, nos os sont dispersés à la gueule des enfers ! »

Je regarde vers toi, Seigneur, mon Maître ; tu es mon refuge : épargne ma vie !

Garde-moi du filet qui m’est tendu, des embûches qu’ont dressées les malfaisants.

 Les impies tomberont dans leur piège ; seul, moi, je passerai.

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 139, PSAUMES

Le Psaume 139

PSAUME 139

1378866653_407_1200x667x0

Délivre-moi, Seigneur, de l’homme mauvais, contre l’homme violent, défends-moi,

contre ceux qui préméditent le mal et tout le jour entretiennent la guerre,

qui dardent leur langue de vipère, leur langue chargée de venin.

Garde-moi, Seigneur, de la main des impies, contre l’homme violent, défends-moi, contre ceux qui méditent ma chute,

les arrogants qui m’ont tendu des pièges ; sur mon passage ils ont mis un filet, ils ont dressé contre moi des embûches.

Je dis au Seigneur : « Mon Dieu, c’est toi ! » Seigneur, entends le cri de ma prière.

Tu es la force qui me sauve, Maître, Seigneur ; au jour du combat, tu protèges ma tête.

Ne cède pas, Seigneur, au désir des impies, ne permets pas que leurs intrigues réussissent !

 [Sur la tête de ceux qui m’encerclent, que retombe le poids de leurs injures !

Que des braises pleuvent sur eux ! Qu’ils soient jetés à la fosse et jamais ne se relèvent !

L’insulteur ne tiendra pas sur la terre : le violent, le mauvais, sera traqué à mort.]

Je le sais, le Seigneur rendra justice au malheureux, il fera droit au pauvre.

Oui, les justes rendront grâce à ton nom, les hommes droits siégeront en ta présence.

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 138, PSAUMES

Le Psaume 138

PSAUME 138

Tu connais tout de moi; je le sais, tu me le révèles.

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! +

Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées.

Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers.

Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais.

Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres, tu as mis la main sur moi.

Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre !

Où donc aller, loin de ton souffle ? où m’enfuir, loin de ta face ?

Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici.

Je prends les ailes de l’aurore et me pose au-delà des mers :

même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit.

J’avais dit : « Les ténèbres m’écrasent ! » mais la nuit devient lumière autour de moi.

 Même la ténèbre pour toi n’est pas ténèbre, et la nuit comme le jour est lumière !

C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère.

Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis : * étonnantes sont tes œuvres  toute mon âme le sait.

Mes os n’étaient pas cachés pour toi * quand j’étais façonné dans le secret, modelé aux entrailles de la terre.

J’étais encore inachevé, tu me voyais ; * sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits, recensés avant qu’un seul ne soit !

Que tes pensées sont pour moi difficiles, Dieu, que leur somme est imposante !

Je les compte : plus nombreuses que le sable ! Je m’éveille : je suis encore avec toi.

 [Dieu, si tu exterminais l’impie ! Hommes de sang, éloignez-vous de moi !

Tes adversaires profanent ton nom : ils le prononcent pour détruire.

Comment ne pas haïr tes ennemis, Seigneur, ne pas avoir en dégoût tes assaillants ?

Je les hais d’une haine parfaite, je les tiens pour mes propres ennemis.]

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 137, PSAUMES

Le Psaume 137

Tina-braslevés

PSAUME 137

 

 De tout mon cœur , Seigneur, je te rends grâce : tu as entendu les paroles de ma bouche. Je te chante en présence des anges,

vers ton temple sacré, je me prosterne. Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité, car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.

Le jour où tu répondis à mon appel, tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce quand ils entendent les paroles de ta bouche.

Ils chantent les chemins du Seigneur : « Qu’elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble ; de loin, il reconnaît l’orgueilleux.

Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre, ta main s’abat sur mes ennemis en colère. Ta droite me rend vainqueur.

 Le Seigneur fait tout pour moi ! Seigneur, éternel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre  de tes mains.

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 136, PSAUMES

Le Psaume 136

PSAUME 136

image (2)

Au bord des fleuves de Babylone nous étions assis et nous pleurions, + nous souvenant de Sion ; *

 aux saules des alentours nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs nous demandèrent des chansons, + et nos bourreaux, des airs joyeux : * « Chantez-nous, disaient-ils, quelque chant de Sion. »

 Comment chanterions-nous un chant du Seigneur + sur une terre étrangère ? *

Si je t’oublie, Jérusalem, que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue s’attache à mon palais + si je perds ton souvenir, * si je n’élève Jérusalem, au sommet de ma joie.

 [Souviens-toi, Seigneur, des fils du pays d’Édom, + et de ce jour à Jérusalem * où ils criaient : « Détruisez-la, détruisez-la de fond en comble ! »

O Babylone misérable, + heureux qui te revaudra les maux que tu nous valus ; *

heureux qui saisira tes enfants, pour les briser contre le roc !]

pm-50914-large

ANCIEN TESTAMENT, BIBLE, PSAUME 135, PSAUMES

Le Psaume 135

PSAUME 135

2b639bdd

Rendez grâce au Seigneur : il est bon, éternel est son amour !

 Rendez grâce au Dieu des dieux, éternel est son amour !

Rendez grâce au Seigneur des seigneurs, éternel est son amour !

Lui seul a fait de grandes merveilles, éternel est son amour !

lui qui fit les cieux avec sagesse, éternel est son amour !

qui affermit la terre sur les eaux, éternel est son amour !

 Lui qui a fait les grands luminaires, éternel est son amour !

 le soleil qui règne sur le jour, éternel est son amour !

 la lune et les étoiles, sur la nuit, éternel est son amour !

 Lui qui frappa les Égyptiens dans leurs aînés, éternel est son amour !

 et fit sortir Israël de leur pays, éternel est son amour !

d’une main forte et d’un bras vigoureux, éternel est son amour !

 Lui qui fendit la mer Rouge en deux parts, éternel est son amour !

 et fit passer Israël en son milieu, éternel est son amour !

 y rejetant Pharaon et ses armées, éternel est son amour !

 Lui qui mena son peuple au désert, éternel est son amour !

qui frappa des princes fameux, éternel est son amour !

et fit périr des rois redoutables, éternel est son amour !

 Séhon, le roi des Amorites, éternel est son amour !

et Og, le roi de Basan, éternel est son amour !

 pour donner leur pays en héritage, éternel est son amour !

Il se souvient de nous, les humiliés, éternel est son amour !

 il nous tira de la main des oppresseurs, éternel est son amour !

A toute chair, il donne le pain, éternel est son amour !

 Rendez grâce au Dieu du ciel, éternel est son amour !