ALICE ZENIFER (1986-....), ECRIVAIN AUTRICHIEN, L'ART DE PERDRE, LITTERATURE FRANÇAISE, LIVRE, LIVRES, LIVRES - RECENSION

L’art de perdre de Alice Zenifer

L’art de perdre

Alice Zeniter

Paris, Flammarion/Albin Michel, 2017. 605 pages.

Résumé :

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?

Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

Critique

Un livre bouleversant écrit par une fille de harkis, mais une histoire que personne ne lui a racontée. Elle va se plonger dans cette saga familial ; l’on suit cette famille algérienne de 1930 à nos jours : une famille ballotée aux vents d’une histoire qui les dépasse tous. La grande histoire racontée en suivant le parcours d’une famille qui a occulté son passé en l’enfermant dans les silences.

Elle met en scène la violence des relations France-Algérie qu’elle va suivre à la trace sur trois générations et conte courageusement en pages nourries d’un matériau riche à la fois historique et sociologique le destin , des Zekkar, cette famille d’immigrés , arrivée en métropole, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie.

Lors de la 1ère partie est retracée avec exactitude le parcours de son grand- père, Ali, petit propriétaire terrien et notable, devenu harki, presque malgré lui .
Pour sauver sa peau et celle de ses proches, il quitte son pays , se réfugie dans une France froide et peu accueillante , qu’il ne comprend pas .
Ali, Yema et leurs enfants se retrouvent parqués, brutalement déclassés , pendant des mois , dans un camp de transit , une espéce de bidonville, tout près de Perpignan, avant d’atterrir dans une cité HLM de Normandie .
Hamid, , leur fils aîné intériorise avec force leur chagrin et leur honte tout en les aidant à pallier à leurs difficultés , à sa manière .
Avec exactitude, romanesque, un sens pictural très aigu des situations fortes,des rencontres et affrontements poignants , l’auteur conte la tragédie de ces sacrifiés de l’histoire , elle le fait sans préjugés ni certitudes absolues, une saga aux allures de dérisoire Épopée.
Elle magnifie ces déchirements intimes, cette culpabilité mortifère d’une communauté bannie des siens, le silence et la peur , le repli où elle se réfugie , un fardeau qui pèse sournoisement sur elle.
Trois parcours foisonnants et passionnants se croisent : la petite fille, le fils, le père , le patriarche, trois manières d’être au monde et de revendiquer son statut d’homme ou de femme.
Trois pans d’histoire pétris de culture arabe et française, Naima, la fille d’Hamid a peur de faire des fautes de français et qu’on l’assimile aux terroristes!
S’alléger, accepter de perdre, renoncer à la haine, se délivrer du jugement des homes : « Dans -L’art-de-perdre, il n’est pas dur de passer maître « , refuser les conclusions simplistes et les pensées toutes faites ! Se réconcilier avec soi !
C’est le pari que réussit l’auteur !
Un violent et mélancolique, sur l’immigration et l’identité de la France d’hier et de maintenant que chacun devrait lire!
Un excellent moment de lecture !

 

 

Alice Zeniter (1986-….)

Nationalité : France:

Alice Zeniter est une romancière, dramaturge et metteur en scène française.

Née d’un père algérien et d’une mère française, elle est entrée à la Sorbonne Nouvelle en même temps qu’à l’École Normale Supérieure (Ulm). Elle a suivi un master d’études théâtrales, suivi de trois ans de thèse durant lesquels elle a enseigné aux étudiants de la licence. Elle est partie en 2013, sans mener à bien son doctorat, pour se consacrer uniquement à ses activités artistiques.

Elle a vécu trois ans à Budapest où elle enseigne le français. Elle y est également assistante-stagiaire à la mise en scène dans la compagnie théâtrale Kreatakor du metteur en scène Arpad Schilling. Puis elle collabore à plusieurs mises en scène de la compagnie théâtrale Pandora, et travaille en 2013 comme dramaturge pour la compagnie Kobal’t.

Alice Zeniter a publié son premier roman, Deux moins un égal zéro (Éditions du Petit Véhicule, 2003), à 16 ans. Son second roman, Jusque dans nos bras, publié en 2010, chez Albin Michel, a été récompensé par le Prix littéraire de la Porte Dorée puis par le Prix de la Fondation Laurence Trân.

En janvier 2013, elle publie Sombre dimanche, qui décrit la vie d’une famille hongroise et reçoit le prix du Livre Inter ainsi que le prix des lecteurs de l’express et le prix de la Closerie des Lilas. Elle publie Juste avant l’oubli en 2015. Il obtient le Prix Renaudot des Lycéens 2015.

Son roman, L’Art de perdre (2017), qui retrace, sur trois générations, la vie d’une famille entre la France et l’Algérie, a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Prix Goncourt des lycéens.

Alice Zeniter écrit aussi pour le théâtre dont Spécimens humains avec monstres (2011), lauréat de l’aide à la création du CnT, Un ours, of course ! , spectacle musical jeunesse paru chez Actes Sud en 2015, Hansel et Gretel, le début de la faim (2018).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s